Insectes nuisibles Plantes d'intérieur

Pucerons sur des plantes d’intérieur 

Fleurs d’hibiscus infestées de pucerons. Photo : Shnurochek13, depositphotos

Par Larry Hodgson

Question: Mon hibiscus et mon érable de maison passent l’été à l’extérieur. Depuis 2 ans, je constate que pendant leur séjour dans la maison, il y a dans les boutons de fleurs tout plein de pucerons ou de cochenilles. On n’en trouve pas sur les feuilles ni sur les tiges, mais bien lorsque les boutons des fleurs ouvrent. Ça dure jusqu’à ce que je les sorte au printemps pour leur saison extérieure. Que me conseillez-vous? J’ai essayé le savon insecticide, les aspergements à grande eau, les vaporisations avec de l’huile d’olive. Rien n’y fait. Est-ce que ces petites bestioles ont aussi rapport avec une petite mouche à très longues ailes qui se promène dans la maison depuis le début de l’automne? Elle se tient surtout dans les fenêtres de la pièce où sont les plantes. 

Rose,
St-Ferréol-les-neiges

Réponse: La quantité d’insectes et leur présence uniquement sur les fleurs me faire croire davantage à une infestation de pucerons que de cochenilles, qui sont un peu plus lentes à se multiplier et qui préfèrent l’aisselle des feuilles. Les pucerons préfèrent les tissus tendres et prolifèrent d’une façon incroyable, leur nombre pouvant plus de décupler dans une semaine. Ainsi, si un seul insecte survit au traitement, l’infestation reprend rapidement.

Le secret dans leur contrôle est donc d’être aussi méthodique que possible. Commencez d’abord par supprimer les fleurs et les bourgeons atteints. Ensuite, douchez les plantes avec un jet très fort, les tournant dans tous les sens pour que l’eau puisse atteindre le moindre recoin. Maintenant, vaporisez avec un savon insecticide, un savon noir ou de l’huile de neem. Répétez la semaine suivante même si vous ne voyez aucun insecte et encore 2 autres fois, toujours hebdomadairement. À force de multiplier les traitements, vous viendrez à bout des envahisseurs.

Chrysope vert
Le chrysophe est un insecte bénéfique qui aide à contrôler les pucerons. Photo: artsehn, Pixabay

Quant à la mouche aux très longues ailes, il pourrait s’agir de pucerons ailés (les pucerons n’ont normalement pas d’ailes, mais produisent des individus ailés à l’occasion, notamment à l’automne), mais habituellement leurs ailes ne paraissent pas exagérément longues. Il est fort possible qu’il s’agisse plutôt d’un chrysope, un insecte prédateur des pucerons qui rentre parfois dans la maison l’automne pour s’abriter du froid. Si oui, laissez-le faire son œuvre, car il pourrait consommer tout puceron qui échappera à vos traitements.

À propos Larry Hodgson

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 500 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

12 comments on “Pucerons sur des plantes d’intérieur 

  1. Ferguson Shirley

    J’ai perdu ,par des pucerons ,un magnifique Hybiscus 4 couleurs ,il avait plus de 5 ans .Il est trop tard pour moi !
    Merci pour toutes vos precieuses informations .

  2. J’ai essayé la solution proposée par M Hodgson mais ça n’a jamais fonctionné. La solution que j’ai trouvée fut d’enlever toutes les feuilles et les fleurs. Les pucerons ou moucherons ne peuvent survivre plus de qques jours donc bien avant que les feuilles recommencent à pousser. Et il faut s’assurer qu’il n’y a pas de contamination provenant d’autres plantes.

  3. Anonyme

    Je suggère d’aller sur le site de « Lady Bug ». On vous proposera des insectes prédateurs. On y identifie à peu près tous les types d’insectes qui se retrouvent dans les plantes et comment procéder pour les éliminer. M. Hodgson nous a déjà parler de cette entreprise. Je l’ai essayer pour des insectes ailes. Ça marche ……. ., et ça ne génère pas d’autres insectes non désirables . Faites l’essai : ça vaut vraiment le coup et le coût.🐜🕷🦗🪳🪲🪱

  4. Claude Dupont

    Moi je lutte pour des hibiscus avec des alleurodes , des petits insectes comme des mouches blanches. Je croyais qu’ils étaient morts avec l’hiver mais je les voir revenir doucement. Certaines feuilles sont collantes ainsi que le sol. Je les douche et les pulvérise avec un spray ou du savon, mais.. je me demande où sont les œufs, sur les feuilles ou dans la terre? Les hibiscus sont tellement beaux que je ne veux pas les perdre. Merci pour vos conseils

  5. J’utilise pour « soigner » les pucerons un mélange savon noir, alcool, huile de colza ou tournesol, eau, une pulvérisation et généralement ça marche. Il faut rincer ensuite abondamment car le mélange est un peu agressif. Si l’invasion n’est pas trop importante, je me contente d’écraser les bébêtes avec un chiffon ou un essuie tout.
    Il faut aussi vérifier que l’on n’est pas en présence d’un « élevage » organisé par des fourmis qui utilisent le mélia produit pas les pucerons. Dans ce cas il faut trouver un moyen d’éloigner les fourmis(le marc de café est parfaitement inefficace) par exemple en entourant les tiges des plantes avec un anneau enduit d’une substance collante.

    Pour les cochenilles qui prolifèrent facilement en lieu clos (terrasses fermées, serres), je force un peu sur l’huile, ou s’il y en a peu je les attaque avec un coton tige trempé dans l’alcool.

  6. J’utilise des plaques jaunes collantes à accrocher dans la plante et cela fonctionne bien.

  7. Bonjour,
    Ma méthode rejoint un peu toute les autres. Je commence par écraser un max de pucerons avec les doigts, ceux-là au moins sont bien tués et puis douche assez fortes. Quant aux éleveuses une fois que j’ai trouvé le nid je le retourne et retourne, les fourmis vont habiter ailleurs. Parfois il faut recommencer deux à trois fois mais c’est rare ! Elle peuvent s’installer où elles veulent à partir du moment où elles n’élève pas de bestioles sur mes végétaux !!

  8. Merci pour vos précieux conseils.

    J’ai exactement le même problème avec un hibiscus que je viens d’offrir à ma mère. Je me demandais si l’insecticide naturel que j’ai fait à base de feuilles de rhubarbe pourrait convenir au lieu du savon insecticide que vous proposé ? Merci.

Répondre à Claude Dupont Annuler la réponse.

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :