Multiplication des végétaux Truc du jour

Le bouturage pour les nuls 

Avec le bouturage, une tige nue devient une plante entière en assez peu de temps. Ill.: Maria Flaya, depositphotos

Par Larry Hodgson

Le bouturage est loin d’être une technique nouvelle. Depuis que les plantes existent, la plupart se reproduisent, du moins à l’occasion, par bouturage. Une branche tombe au sol et, si les conditions conviennent, produit des racines, et alors une nouvelle plante est née. Ainsi, il n’est pas plus difficile de faire des boutures à la maison… si l’on sait comment s’y prendre.

Une définition

Le bouturage consiste à sectionner une partie d’une plante et à la stimuler à produire des racines et de nouvelles tiges. Autrement dit, la partie sectionnée, la bouture, devient une nouvelle plante à part entière.

Que bouturer?

Plusieurs parties d’une plante peuvent se bouturer. 

Certaines plantes (notamment les mauvaises herbes comme le chiendent et la renouée du Japon) ont la capacité à se régénérer à partir d’une section de racine ou de rhizome dans le sol (on parle alors d’une bouture de racine), mais c’est plutôt rare. 

C’est la même chose pour les boutures de feuilles ou de sections de feuilles: seulement certaines plantes, comme les violettes africaines, les crassulas et les sansevières, s’y prêtent. 

Par contre, le bouturage des tiges réussit chez presque toute plante qui produit des tiges: plantes d’intérieur, arbustes, arbres, vivaces et beaucoup d’autres encore.

Concentrons-nous ici sur le bouturage des tiges de plantes d’intérieur, car ce sont les plantes les plus facilement disponibles à cette saison. La même technique peut toutefois s’appliquer aux plantes d’extérieur pendant l’été.

Étape par étape

Les boutures réussissent plus facilement quand la plante est en croissance, soit au printemps et à l’été. Nous amorçons donc actuellement la «saison du bouturage» des plantes d’intérieur qui commencent à sortir de leur léthargie hivernale sous l’influence des jours de plus en plus longs.

  1. Commencez par préparer le contenant qui recevra la bouture. Un pot de plastique classique convient parfaitement, mais on peut aussi improviser avec un pot de yogourt ou autre; il faut alors percer un trou de drainage au fond. Évitez les gros pots, car le terreau a tendance à y rester détrempé. Les plantes s’enracinent mieux dans de petits pots de 6 à 10 cm de diamètre qui permettent au terreau de s’assécher un peu plus rapidement. On peut aussi faire plusieurs boutures dans un pot plus large (de préférence, cependant, peu profond) ou un plateau.
Mains d'une femme qui remplit de petits pots de terreau.
Remplissez le pot choisi de terreau. Photo: Vetertsovskaya, depositphotos
  1. Remplissez le pot de terreau pour plantes d’intérieur ou pour semis ou encore, de perlite ou de vermiculite. Évitez la terre de jardin et même le compost, car vous voudrez le terreau le plus stérile possible. 
  2. Humidifiez bien le terreau et laissez drainer tout surplus d’eau. 
Crayon qui perce un trou dans le terreau d'un pot.
Percez un trou dans le terreau. Photo: Herbies Seeds
  1. Au moyen d’un crayon ou d’un stylo, percez un trou dans le terreau au centre du pot, trou qui recevra la bouture.
Section de tige bouturée.
Prélevez une section de tige. Photo: priticious.com
  1. Maintenant, prélevez avec un couteau ou un sécateur bien aiguisé une tige saine ayant au moins trois nœuds et de préférence quatre ou cinq (le nœud est l’emplacement sur la tige où des feuilles sont fixées ou ont déjà été fixées).
Deux boutures. Sur une des boutures, on a enlevé les feuilles inférieures.
On prépare la bouture en supprimant les fleurs et les boutons ainsi que toute feuille qui se trouvera couverte de terreau. Photo; Oregon State University
  1. Enlevez les fleurs et les boutons floraux (ils saperont l’énergie de la plante). Il faut aussi enlever les feuilles inférieures si elles se trouveront couvertes de terreau. 
Pinçage d'une bouture.
On peut pincer l’extrémité des boutures pour stimuler une meilleure ramification. Ill.: Claire Tourigny, tirée du livre Les semis du jardinier paresseux
  1. Pour les plantes qu’on veut voir se ramifier abondamment, comme les coléus et les hibiscus, pincez l’extrémité de la bouture, car cela la stimule à produire plusieurs nouvelles tiges. Pour les plantes où une tige unique est la norme (dieffenbachias, dracaenas, yuccas, etc.), il n’est pas nécessaire de pincer.
Application d'hormone d'enracinement sur une bouture avec un coton-tige.
Seules les plantes ligneuses ont habituellement besoin d’une hormone d’enracinement. Photo: robbinslist.com, www.deviantart.com, montage: jardinierparesseux.com
  1. Parmi les plantes «faciles à bouturer», il y a le philodendron, le coléus, les piléas et les bégonias. Toutes ont des tiges molles, sans écorce, et produisent des racines facilement. Plus difficiles sont les plantes ligneuses (les «plantes à bois»), comme l’hibiscus, le dracaena et le croton. Pour ces plantes, achetez une hormone d’enracinement et, avec un coton-tige, badigeonnez ce produit sur la partie inférieure de la bouture. Cette hormone stimulera ces tiges récalcitrantes à produire des racines.
  2. Glissez la bouture, partie inférieure vers le bas bien sûr, dans le trou préparé précédemment, jusqu’au deuxième ou troisième nœud. Tassez doucement le terreau pour que la bouture se tienne debout. (Pour une très grosse bouture, un tuteur peut être nécessaire pour la solidifier.)
Diverses boutures à l'étouffée.
L’enracinement se fait mieux à l’étouffée. Ill.: Claire Tourigny, tirée du livre Les 1500 trucs du jardinier paresseux
  1. La vaste majorité des boutures s’enracineront mieux sous une forte humidité. Après tout, les boutures n’ont pas encore de racines et s’assècheront donc très rapidement, surtout si elles ont des feuilles minces. Dans une serre, l’air est très humide et la bouture ne perdra pas d’humidité par transpiration, ce qui lui donnera une meilleure chance de reprise. Ainsi, recouvrez le pot d’un dôme ou d’un sac de plastique transparent, créant de ce fait une mini-serre où l’humidité relative sera à presque 100%. On parle alors d’une «bouture à l’étouffée».
  2. Placez le pot dans un emplacement bien éclairé, mais à l’abri du soleil direct, et aussi relativement chaud (de 21 à 24 °C). Un tapis chauffant peut être utile si la pièce est fraîche.
  3. Maintenant, patientez! En effet, certaines boutures reprennent très rapidement (le coléus en seulement quatre à sept jours!), mais d’autres peuvent prendre deux ou trois semaines, même plus d’un mois pour les boutures à tige ligneuse.

Vous saurez que le bouturage est réussi quand vous verrez de nouvelles feuilles sortir, signe que les racines commencent à faire leur travail. Tirez alors légèrement sur la tige: s’il y a une résistance, cela confirmera l’enracinement. Enlevez alors la mini-serre et placez la plante (elle n’est plus une bouture) dans un endroit convenant à ses besoins.

Oui, vous avez réussi votre bouturage!

Cactées et succulentes

Bouture de cactus avec racines.
Les boutures de cactus et de succulentes prennent racine aussi, mais de préférence dans un terreau sec. Photo: www-shroomery-org

Les cactées et plantes succulentes se bouturent aussi, mais n’ont pas besoin d’une forte humidité pour s’enraciner et peuvent même pourrir si on les bouture à l’étouffée. Suivez alors les étapes précédentes à deux différences près:

  • Ne mouillez pas le terreau au début (autrement dit, placez la bouture dans un terreau sec).
  • Ne recouvrez pas la bouture d’une mini-serre. 

C’est seulement quand vous voyez des signes de croissance, ce qui peut prendre plusieurs semaines pour les cactées et les plantes succulentes, qu’il faut commencer à les arroser.

À éviter: le bouturage dans l’eau

Le texte suivant surprendra bien des jardiniers, car il y a une longue tradition de faire des boutures dans un verre d’eau. Mais le bouturage dans l’eau est de la «mauvaise horticulture»: une étape supplémentaire inutile et risquée.

Je ne dis pas que le bouturage dans l’eau ne fonctionne pas parfois, et d’ailleurs, souvent tout semble bien aller au début. C’est plutôt à la fin, quand vient le temps d’empoter dans du terreau la bouture qui a fait des racines dans l’eau, que survient l’échec. 

Bouture dans l'eau avec racines aquatiques.
Les boutures enracinées dans l’eau produisent des racines fragiles qui survivent difficilement à la transplantation. Photo: eraeholland.com

Le problème, c’est que les racines produites sur une bouture placée dans un verre d’eau s’acclimatent à un milieu aquatique. Quand vous transplantez la bouture dans un pot plus tard (et très peu de végétaux peuvent passer toute leur vie dans l’eau), les racines aquatiques sont endommagées et pourrissent. La pauvre jeune plante doit recommencer à zéro en produisant un nouveau lot de racines. Souvent, elle n’a plus assez de réserves et meurt. 

Donc, pour assurer un bon taux de succès, je suggère de toujours faire vos boutures directement dans un terreau.

Si vous tenez à faire des boutures dans l’eau…

Si vous tenez absolument à faire des boutures dans l’eau, voici un compromis.

Bouture dans l'eau avec racines à peine initiées.
Dès que les racines commencent à se pointer, transplantez rapidement dans du terreau, avant qu’elles s’allongent. Photo: Angel3, reddit.com

Oui, placez vos boutures dans un verre d’eau, mais sortez-les de l’eau et empotez-les dans du terreau dès que vous voyez le tout début de la formation de racines. Autrement dit, quand les racines ne sont encore que de petites bosses blanches ou jaunes sur la tige. N’attendez pas que les racines s’allongent dans l’eau. Vous ne voulez pas encourager la formation de racines aquatiques, mais plutôt de racines terrestres.


Maintenant que vous savez comment faire, essayez le bouturage vous-même: votre pouce est plus vert que vous le pensez!

À propos Larry Hodgson

Journaliste et blogueur horticole, auteur de 65 livres de jardinage, conférencier et vulgarisateur hors pair, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, nous a quitté en octobre 2022. Reconnu pour sa grande générosité, sa rigueur et son sens de l'humour, il a touché plusieurs générations de jardiniers amateurs et professionnels pendant 40 ans de carrière. Grâce à son fils, Mathieu Hodgson, et une équipe de collaborateurs, le blogue jardinierparesseux.com continuera sa mission de démystifier le jardinage et le rendre plus accessible à tous. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2800 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

21 comments on “Le bouturage pour les nuls 

  1. Bonjour,
    Je me suis toujours demandé, losque l’on bouture une plante, quel est l’âge de la nouvelle plante ? ?

    • Elle retombe à zéro.

      • Je me doutais de cette réponse (encore que vous n’êtes plus censer répondre ?).
        Mais j’avais appris en médecine le principe suivant chez les mammifères : À chaque réplication d’une cellule, un petit bout de l’extrémité du chromosome est perdu. Cela n’a aucun effet, jusqu’à que ça attaque une partie codante pour une protéine. C’est la vieillesse.
        Un mécanisme magique fait que cette perte n’a pas lieudans les cellules destinées à la reproduction. (En fait elle lieu, mais il y a un mécanisme de réparation, peu importe)
        Mais je ne sais pas si ce principe existe chez les plantes, auquel cas la nouvelle plante ne serait pas vraiment nouvelle.
        Je me souviens d’un prof de bio au lycée qui m’avait expliqué que faire des boutures de boutures de boutures finissait par donner une plante avec de plus petites fleurs et/ou fruits. Je vous avais soumis cela, et vous m’aviez répondu que vous ne l’aviez jamais constaté.

        Du coup, je ne sais plus quoi penser ?

      • Jocelyn

        Oui, elles ont physiologiquement l’âge de la reprise de la bouture mais, dans le cas des boutures de résineux, en tous cas, les boutures ont une ‘mémoire’. J’ai travaillé pendant quelques années sur l’établissement de dispositifs de recherche visant à identifier des sujets génétiquement sur-avantagés pour le Ministère des Ressources naturelles en vue de la production de plants de reboisement. De ces champions, des tigelles ont été prélevées sur des arbres matures pour bouturage : https://mffp.gouv.qc.ca/les-forets/production-semences-plants-forestiers/plants/techniques/resineuses/boutures/ Or. les rejetons de ces arbres matures produisent des semences beaucoup plus tôt que leurs congénères obtenus par semis. Au bout de 10 ans plutôt que la trentaine habituelle. Fascinant…

      • Merci Jocelyn.
        Dans ce cas, la plante serait remise partiellement à zéro, c’est fascinant.
        Pour le coup, intuitivement, je ne pense pas que l’explication soit génétique. Une concentration en une certaine hormone ?
        La nature n’a pas fini de nous surprendre !!

  2. Anonyme

    Bonjour,

    Merci pour votre article et votre travail si utile.

    Auriez-vous la gentillesse de préciser si des arrosages doivent être fait une fois la plante mise sous dôme? J’imagine que ce n’est pas nécessaire dans le cas d’un enracinement de quelques jours, mais qu’en est-il pour les plantes qui prennent quelques semaines à s’enraciner? En quelque sorte, j’aimerais comprendre s’il vaut mieux légèrement priver la plante d’eau pour la forcer à produire et allonger ses racines.

    Je vous remercie,

    Krystel

  3. Merci pour cet article qui tombe à point. J’ai un bougainvillier qui a des branches sans feuilles.
    Je vais essayer de le bouturer. Je ne sais pas si ces bouts de branches feront des racines mais ce sera une expérience. Bonne journée!

  4. Merci pour ce bel enseignement. Si je comprend bien, je peux prendre mon ficus elastica qui a eu la vie dur dans les dernières années et qui n’a plus de feuille dans le bas (un looonng tronc avec des feuilles seulement dans le haut) je peux le couper pour en faire une bouture? Je peux prendre la tige pricipale pour faire ça? Je me suis suis toujours demander si je pouvais le faire afin de lui redonner un look un peu plus joli.
    Merci

    • Bonjour Meg,
      oui, vous pouvez faire cela.
      Vous pouvez aussi le tailler très sévèrement pour l’incité à se ramifier en bas. En fait, quand je taille une plante pour la faire se ramifier, j’en profite pour en faire des boutures ; coup double 😉

      Un ami du jardinier paresseux

    • Jeanne

      Un ficus elastica se multiplie par marcottage aérien. Voir l’article du 23 février 2019. Les chances sont meilleures pour obtenir une plante rajeunie. On coupe le tronc lorsque les racines apparaissent dans le plastique. On conserve la base pour obtenir une deuxième plante.

  5. Carole

    Un oiseau du paradis
    Peut ton bouturer
    Il lui reste seulement 2 feuille dans le hauts merci

    • Il ne m’est plus possible de répondre aux questions individuelles. Vous pouvez toutefois les poser sur le Forum (https://jardinierparesseux.com/forum/) ou encore, utiliser l’outil de recherche sur la page du blogue pour voir si un billet passé pourrait répondre à votre interrogation.
       
      Bon jardinage!
       
      Larry Hodgson

  6. Merci pour cet article intéressant et utile !

  7. Quel est le meilleur livre a avoir pour cultiver des cactus de la graine a la plante.

  8. Josée Lévesque

    La meilleure plante que j’ai à embouter c’est le géranium, c’est mon père qui me l’a montré. Au mois de mars, je coupe des branches du géranium que j’ai rentré à l’automne. J’enlève les premières feuilles de la tige qui va ce retrouver dans la terre, mais il faut que le pot est des troues au fond de celui-ci pour forcer la plante à faire des racines sinon il n’y aura pas de racine, elle va fleurir sans racine. Au fin de mai je peux commencer à les mettre dehors. Avec une plante mère, je peux faire facilement de 6 à 8 autres plantes avec l’emboutage.

  9. Nicole

    Je fais ça depuis plusieurs années avec mes brugmansias roses simples. Je plante 3 branches dans chaque pot à l’automne et au printemps j’ai de beaux plants que je peux aussi donner. Je viens de comprendre que je faisais la bonne chose grâce à vous! Merci beaucoup! Vous ne voyez pas mon sourire ?!

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :