Truc du jour

2022: l’année du pépéromia

Chaque année, le National Garden Bureau, un organisme à but non lucratif qui fait la promotion des plaisirs du jardinage, sélectionne une annuelle, un bulbe, un légume, un arbuste, une vivace, et, pour la première fois cette année, une plante d’intérieur à mettre en vedette dans son programme L’année de. C’est une excellente façon pour découvrir une plante que vous ne connaissez pas ou pour en apprendre un peu plus sur une plante que vous cultivez déjà.

Regardons alors la plante d’intérieur gagnante pour 2021: le pépéromia.

2022: l’année du pépéromia

Peperomia obtusifolia  ‘Citrus Twist’

C’est tout récemment que les pépéromias sont devenus si populaires, mais ils sont vendus comme plantes d’intérieur depuis les années 1930.

Aperçu et historique

Pendant des décennies, il n’y avait qu’une poignée de variétés de pépéromias parmi lesquelles choisir, mais avec leur nouvelle popularité et leur facilité de culture, de nombreuses variétés supplémentaires sont arrivées sur le marché. Parmi les multiples formes de pépéromia, il y a des plantes buissonnantes, rampantes, dressées et retombantes, des plantes succulentes aux tiges et feuilles charnues ainsi que des plantes plus mésiques (moins succulentes) aux feuilles relativement minces.

De nombreux pépéromias poussent en tant qu’épiphytes ou lithophytes dans la nature, ce qui signifie qu’ils poussent sur des troncs ou branches d’arbre ou sur des surfaces rocheuses. Parce qu’ils poussent principalement dans le sous-étage des forêts tropicales, ils n’ont pas besoin de lumière vive, ce qui en fait de parfaites plantes d’intérieur, car nos maisons sont rarement très éclairées. D’ailleurs, les pépéromias ne sont pas des plantes de plein soleil, bien que les variétés aux feuilles charnues aient besoin de plus de lumière que les variétés à feuilles plus minces. C’est une nuance à garder à l’esprit lorsque vous installez un pépéromia dans votre maison.

Différentes variétés

Peperomia est un genre bien diversifié de la famille du poivrier, les Pipéracées. D’ailleurs, le nom Peperomia dérive du grec «peperi» qui signifie poivre et «homoios», qui signifie «ressemblant» et veut dire «qui ressemble à un poivrier». On connaît surtout de cette famille le poivrier noir (Piper nigra) qui nous donne à la fois le poivre noir et le poivre blanc, ces épices qui donnent tant de saveur à nos aliments. Malgré le lien familial, les pépéromias, bien que non toxiques, ne sont pas utilisés pour la consommation humaine ou animale.

Le genre Peperomia est grand, avec plus de 1 500 espèces. On le trouve dans les régions tropicales et subtropicales du monde entier, bien que la plus grande concentration vienne d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud. Les pépéromias offrent des formes et des colorations extrêmement variées, mais la plupart des espèces ont des tiges relativement épaisses et des feuilles au moins un peu charnues.

Vous pouvez choisir parmi de nombreuses formes, y compris des variétés buissonnantes et des variétés rampantes ou retombantes. Aucun des pépéromias ne devient très grand; ils sont donc un bon choix pour les petits espaces.

Peperomia obtusifolia
Peperomia obtusifolia

Le pépéromia à feuilles obtuses (P. obtusifolia), aussi appelé pourpier des bois, est une espèce évidemment succulente, avec à la fois une tige épaisse et des feuilles luisantes charnues. Il est facile à cultiver, car il n’exige pas l’éclairage intense que nécessitent la plupart des autres succulentes. Il prospère dans une lumière moyenne et, grâce aux réserves d’eau contenues dans ses tiges et ses feuilles, tolère un terreau qui s’assèche. Sa grande adaptabilité fait de ce pépéromia un gagnant à tous les niveaux et il se présente également sous plusieurs formes à feuilles panachées.

Pépéromia d'argent aux feuilles grises marquées de nervures vertes, comme un pastèque.
Peperomia argyreia

Le pépéromia d’argent, Peperomia argyreia, est appelé «watermelon peperomia» (pépéromia pastèque) en anglais, car ses feuilles presque rondes sont colorées comme l’écorce d’une pastèque (melon d’eau). 

Peperomia caperata.
Peperomia caperata. Photo: Jerzy Opioła. Wikimedia Commons

Peperomia caperata, communément appelé pépéromia ridé, est également une espèce populaire. Ses feuilles curieusement matelassées et froissées attirent toujours l’attention. Il existe une large gamme de cultivars avec des feuilles de couleur et de forme variées, certaines mêmes avec des tiges florales cristées.

Peperomia incana
Peperomia incana

Vous ne devineriez peut-être pas que P. incana ou pépéromia feutré est un pépéromia, car les feuilles argentées et duveteuses sont rares dans ce genre. Très succulent, il préfère plus de soleil et tolère mieux le dessèchement que les autres.

Peperomia polybotrya
Peperomia polybotrya

Peperomia polybotrya ou pépéromia Raindrop est souvent confondu avec la plante à monnaie chinoise (Pilea peperomioides). Il est plus succulent, plus tolérant au dessèchement et n’a pas des feuilles parfaitement rondes comme le piléa, mais plutôt en forme de gouttes de pluie.

Peperomia puteolata
Peperomia puteolata
Peperomia pereskiifolia
Peperomia pereskiifolia

Parmi les pépéromias retombants, il y a P. puteolata, ou pépéromia parallèle, et P. pereskiifolia, ou pépéromia à feuilles de péréskia. Les deux sont faciles à cultiver et font de jolis paniers suspendus.

Peperomia prostrata
Peperomia prostrata

Une ressemblance avec des carapaces de tortues miniatures rend la chaîne de tortues ou P. prostrata, également une plante retombante, populaire et facile à trouver.

Peperomia ferreyae
Peperomia ferreyae

Peperomia ferreyae ou pépéromia haricot a des feuilles étroites et succulentes qui ressemblent effectivement à des haricots. Il y a une ligne transparente sur le dessus de la feuille: il s’agit d’une fenêtre qui laisse entrer la lumière, car cette espèce est une plante à fenêtre qui effectue la photosynthèse par les rayons lumineux qui pénètrent à l’intérieur de la feuille. Il a besoin d’une lumière vive et d’un excellent drainage.

Reconnaître un pépéromia

Peperomia caperata ‘Burgundy Ripple’ avec des tiges florales en forme de queue de rat au-dessus d’un feuillage pourpre foncé.
Peperomia caperata ‘Burgundy Ripple’ montrant le type de floraison en queue de rat typique des pépéromias.

Si vous n’êtes pas sûr si une plante est un pépéromia, son inflorescence en «queue de rat» aidera à le faire reconnaître… s’il est en fleurs, du moins. L’inflorescence dressée et tubulaire est assez unique. La plupart des espèces fleurissent assez fidèlement… du moins si la plante reçoit suffisamment de lumière. Cependant, peu de pépéromias sont cultivés pour leurs fleurs. C’est surtout pour leur feuillage étonnant qu’on les utilise.

Conseils de soins pour les pépéromias

  • L’entretien des pépéromias dépend de l’espèce ou du cultivar que vous choisissez. Tous les pépéromias sont un peu succulents, avec des tiges ou des feuilles enflées, sinon les deux. Les variétés vraiment succulentes, telles que P. incana et P. obtusifolia, doivent être traitées comme des plantes désertiques, tout simplement. Attendez que le terreau soit presque complètement sec avant de les arroser à nouveau.
  • Les variétés qui sont moins succulentes, notamment P. argyreia, P. caperata et P. polybotrya, posent plus de difficulté quant à l’arrosage. Elles aiment un bon arrosage, mais pas un terreau qui demeure toujours humide. Vérifiez fréquemment votre plante, en utilisant votre doigt pour tester l’humidité, et arrosez lorsque le substrat est sec à 3 à 5 cm de profondeur.
  • Un pépéromia qui reste trop humide trop longtemps vous montrera assez rapidement son mécontentement, car ses feuilles inférieures commenceront à jaunir et la tige peut commencer à ramollir ou même pourrir. Si vous voyez ces symptômes, laissez le terreau s’assécher et prêtez attention à l’avenir à ce que le terreau s’assèche adéquatement entre les arrosages.
  • Il peut être utile de cultiver certains pépéromias fragiles à un surplus d’humidité dans des pots en terre cuite. Ces pots permettent au surplus d’eau de s’échapper par leurs parois poreuses. Beaucoup de pépéromias sont des épiphytes, ce qui indique qu’ils n’ont pas un système racinaire très développé.
  • Pour de meilleurs résultats, cultivez-les dans un pot un peu serré rempli de terreau à drainage rapide. Vous pouvez utiliser un terreau d’empotage commercial en y ajoutant une bonne quantité de perlite ou de substrat à orchidées au mélange. Cela permettra à l’eau de s’écouler rapidement tout en conservant suffisamment d’humidité pour que la plante se développe.
  • Les pépéromias en général n’ont pas besoin d’une situation de forte luminosité, même pas les variétés les plus succulentes. Cependant, si vous avez une variété à feuillage panaché, la coloration restera plus lumineuse dans une situation où l’éclairage est assez élevé.
  • Si vous surveillez de près la routine d’arrosage, gardez votre plante au chaud (au-dessus de 10 °C) et lui donnez un éclairage moyen à vif, vous devriez avoir un pépéromia sain et vigoureux dans votre collection de plantes.

Une fois que vous avez un pépéromia, le besoin de cultiver encore plus de variétés se fait sentir tout naturellement. C’est un grand groupe de plantes avec beaucoup de potentiel!

En général, on peut trouver un assez bon choix de pépéromias dans les jardineries et boutiques de plantes d’intérieur locales. 

Cet article a été adapté d’une fiche d’information offerte par le National Garden Bureau et préparée par Lisa Eldred Steinkopf. Il a été fourni en tant que service éducatif du National Garden Bureau. Sauf mention contraire, toutes les photos sont une gracieuseté du National Garden Bureau.

Article traduit et adapté de l’américain par Larry Hodgson. 

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 500 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

8 comments on “2022: l’année du pépéromia

  1. J’ai par le passé cultivé plusieurs variétés de pepperomias. Ce sont des plantes faciles et très peu exigentes donc très gratifiantes pour une jardinière paresseuse. Pourquoi je n’en possède plus, je l’ignore bien qu’au fil des ans et des déménagements, j’ai dû adapter mon jardin intérieur selon l’espace disponible et en plus, j’adore partager ma passion des plantes. Quand mes enfants partaient en appartement, ils emportaient quelques potées, pas les plus exigentes pour des néophytes mais quelques bonnes plantes capables d’en prendre dont les pepperomias. J’en ai offertes a mes amies, mes voisines .
    Votre article me redomme le goût de m’en procurer de nouveau. En plus, il doit s’être développé des ultivars que je ne connais pas. Je me sens fébrile a nouveau et très excitée a l’idée de renouer avec mes vieux amis. Un gros merci

  2. M. Bernatchez

    Quel article intéressant et instructif encore une fois. Merci M. Hodgson de nous aider à cultiver notre passion pour les plantes. Portez-vous bien et bonne journée

  3. Juliette au balcon, elles ont cessé

    Un autre article très bien documenté et passionnant! C’est une famille de plantes très intéressante et diversifiée. Je possède plusieurs plants de P. obtusifolia, une plante très facile à cultiver, Après avoir lu dans un de vos livres que cette plante poussait dans le sous-étage des forêts tropicales, j’ai compris qu’un rebord de fenêtre ensoleillé mais froid la nuit ne leur convenait pas. Je les ai donc placés en retrait de la fenêtre et depuis elles ne perdent plus leurs nouvelles feuilles. J’aime aussi beaucoup les couleurs de P. graveolens, une petite plante à fenêtre qu’on peut voir en cliquant sur votre lien dans l’article. J’ai récemment acheté un Peperomia ‘Hope’ dont les feuilles en forme de pastilles sont ravissantes.
    Bonne année et bonne santé, Monsieur Hogdson. Et un gros merci !
    Vous illustrez à merveille le dicton : « La connaissance est la seule chose qui s’accroît lorsqu’on la partage. »

  4. Dany Le Siège

    Bonjour M. Hodgson, merci tellement pour tous vos articles si bien écrits, si intéressants et pertinents! Depuis que je vous lis, je multiplie l’achat de nouvelles plantes et je me sens mieux accompagnée! Vous êtes super! Mille mercis!

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :