Jardinage Plantes d'intérieur

Le voleur de plantes frappe encore!

Par Larry Hodgson

J’ai encore une fois été victime d’un vol de plantes. 

De tels vols se sont produits plusieurs fois au fil des ans. La plupart des plantes volées étaient des plantes d’intérieur que j’avais placées à l’extérieur dans des pots pendant l’été, donc faciles à dérober. Ce fut aussi le cas cet été. Les victimes cette fois étaient des plantes suspendues que j’avais fixées au pommetier dans mon jardin.

Plantes trempant dans un évier d’eau.
La seule photo que j’ai des trois plantes volées les montre à l’intérieur en hiver, en train de recevoir leur trempage hebdomadaire, ma façon d’arroser ces plantes qui n’ont pas de pot. Elles avaient l’air beaucoup plus jolies en suspension que dans le fond d’un évier! Photo: http://www.jardinierparesseux.com

Vers la fin août, trois plantes ont disparu: un tillandsia fixé sur un pendentif, un morceau de bois flotté suspendu auquel j’avais attaché plusieurs tillandsias différents, dont une touffe très vigoureuse de mousse espagnole (Tillandsia usneoides) et une fougère corne d’élan (Platycerium bifurcatum) qui poussait sur une plaque de bois fixée au tronc de l’arbre.

Ce qui m’avait d’abord frappé était l’absence de l’arrangement de tillandsias sur le bois flotté, car la mousse espagnole, avec ses longues tiges si argentées, se démarquait vraiment du reste de la végétation dans le secteur. On pouvait difficilement l’ignorer! Ma première pensée a été qu’elle était tombée de l’arbre, le genre de chose qui arrive quand on suspend une plante à une branche. Mais j’ai regardé en dessous sans la voir. En cherchant, j’ai levé les yeux un peu et j’ai vu que la fougère corne d’élan manquait également. Aucune trace d’elle dans le parterre de fleurs à la base de l’arbre. Il m’a fallu quelques secondes pour comprendre que la seule explication était le vol. J’avais encore été cambriolé!

Pourtant, cette fois, je pensais avoir tout fait pour protéger mes plantes. Les vols antérieurs avaient eu lieu à des endroits visibles de la rue. N’importe qui aurait pu voir ces plantes, ressentir un besoin soudain de les posséder et s’enfuir avec elles sous le bras.

Cette fois, cependant, les victimes n’étaient pas visibles du public. Elles étaient dans mon arrière-cour, complètement hors de vue de qui que ce soit à l’exception de mes deux voisins (en qui j’ai entièrement confiance… et qui ne sont en aucun cas des amateurs de plantes). Le voleur a dû monter plusieurs séries de marches (ma maison est sur une colline escarpée), faire le tour de la maison et entrer dans la cour. Il n’y a pas de clôture pour la protéger du monde extérieur, mais un bon voleur aurait certainement pu escalader un tel obstacle, donc je ne considère pas l’absence de clôture comme une violation majeure de l’étiquette de la protection contre le vol.

Une fois dans la cour, le voleur aurait alors eu le choix d’une centaine de plantes en pot placées à l’extérieur pour l’été. La plupart étaient sur la terrasse, cependant, donc près de la maison, et auraient pu alors constituer un plus grand risque de détection. Les plantes suspendues au pommetier représentaient les plantes les plus éloignées de l’habitation, mais aussi les plus éloignées de la rue.

Accident de parcours ou vol planifié?

Il est difficile d’imaginer quelqu’un se promenant «accidentellement» d’arrière-cour en arrière-cour dans un quartier de banlieue qui, voyant soudain des plantes attrayantes et, incapable de lutter contre l’envie de posséder de tels spécimens, les saisirait et s’enfuirait avec eux. Aucun livreur ou agent de service n’a non plus été dans ma cour cet été: ils sonnent tous à la porte d’entrée, pas à l’arrière.

Je dois donc me demander si ce n’était pas une casse planifiée. Je ne suis pas exactement une personne inconnue dans le petit monde de l’horticulture. Je fais de la radio, de la télévision, donne des conférences et écris des articles de journal, de magazine et de blogue ainsi que des livres, etc. Je mentionne souvent devant un grand nombre de personnes que je place la plupart de mes plantes d’intérieur dehors pour l’été et suis très fier d’avoir une grande collection de ces plantes: des centaines de spécimens! Et je ne cache pas non plus où j’habite. C’est un quartier résidentiel dans la ville très classe moyenne de Québec, après tout, pas Beverly Hills.

Peut-être que quelqu’un en a pris note et est venu jeter un coup d’œil?

J’ai le soupçon, cependant, que plusieurs sinon toutes les plantes qui ont disparu au fil des ans (plusieurs incidents sur plus de 3 décennies) ont été prises par le même voleur. Aucune n’était une plante d’intérieur ordinaire (personne n’a pris la peine de voler ma plante araignée, par exemple, bien qu’il s’agisse d’un spécimen parfaitement charmant). Elles étaient toutes des «objets de collection» à un certain degré.

Je constate que les plantes volées cet été n’étaient pas aussi pesantes que certaines prises par le passé: mon voleur vieillissant n’a peut-être plus la force de s’enfuir avec des pots lourds, comme l’énorme clivia en fleurs dans un pot en argile de 40 cm qui a disparu il y a une vingtaine d’années.

Que faire?

Écriture sur un panneau Les voleurs seront compostés.
Ill.: vectorstock.com, montage: jardinierparesseux.com

Malgré la pancarte d’avertissement ci-dessus, je n’ai pas l’intention de faire quoi que ce soit à ce sujet et personne ne sera composté.

Et inutile de signaler le vol à la police: la valeur marchande des plantes volées n’est pas très grande. D’ailleurs, porter plainte pour un vol de végétaux semble relativement insignifiant; laissons les policiers courir après les braqueurs de banque! Aussi, j’aime ma façon de jardiner et je ne vais pas enfermer toutes mes plantes à l’intérieur tout l’été tout simplement parce que, toutes les quelques années, quelques-unes disparaissent. C’est plus la joie de voir pousser les plantes disparues qui me manque: j’avais du plaisir à les imaginer continuer de se développer et grossir.

Donc, si vous êtes le voleur et que vous lisez ceci, ne recommencez plus, s’il vous plaît. C’est très bouleversant pour la victime… moi! Si vous voulez une de mes plantes, demandez-la-moi. Je donne fréquemment des plantes à des gens quand je sens qu’ils sont intéressés. Mais vous ne devriez pas prendre des plantes aux autres sans demander la permission. Comme ma mère aurait dit, ce n’est pas gentil!

À propos Larry Hodgson

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 500 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

79 comments on “Le voleur de plantes frappe encore!

  1. Lynn Vallières

    J’aurais ajouté à l’article que des caméras seraient installés sous peu, avis au voleur!

    • chicpourtout

      Bien sûr! C’est la meilleure solution. En plus, ous verrez le malfaiteur en action. Et pour ce qui est du prix, cela vaut tellement la peine. La quiétude de nos espaces privés n’a pas de prix!

    • Oui, oui! Une caméra et le système d’arrosage automatique à détection de mouvements! 😆

    • Je viens d’installer 6 caméras de surveillance tant je me suis fait voler des plantes vivaces, un chien golden retreiver et, finalement, pendant une pause de dîner entre la peinture de deux immenses pots blancs en ciment, on m’a volé 2 cônes oranges, mes pinceaux, mes brosses en acier pour gratter la vieille peinture et aussi le pot de peinture à ciment blanche. J’ai été obligée de retourner acheter pinceau et peinture pour peindre ma deuxième urne en ciment.
      Les policiers avertis demandent des preuves de vol et ne sont pas intéressés à ouvrir un dossier même pour un chien de plus de 1000$, même si le vol a eu lieu sur le patio dont la clôture en bois a été défoncée. Ils ont refusé d se déplacer. Ayez l’oeil ouvert et ne toucher pas au voleur, mais prenez-le en photo ou mieux en vidéo.

  2. Frédéric Bergeron

    Ou souriez vous êtes filmé!!!!

  3. Nathalie Mongeau

    Voici les paroles d’une vieille chanson du regretté Brassens, qui relate une histoire similaire

    Stances à un cambrioleur
    Prince des monte-en-l’air et de la cambriole
    Toi qui eus le bon goût de choisir ma maison
    Cependant que je colportais mes gaudrioles
    En ton honneur j’ai composé cette chanson

    Sache que j’apprécie à sa valeur le geste
    Qui te fit bien fermer la porte en repartant
    De peur que des rôdeurs n’emportassent le reste
    Les voleurs comme il faut c’est rare de ce temps

    Tu ne m’as dérobé que le stricte nécessaire
    Délaissant dédaigneux l’exécrable portrait
    Que l’on m’avait offert à mon anniversaire
    Quel bon critique d’art mon salaud tu ferais

    Autre signe indiquant toute absence de tare
    Respectueux du brave travailleur tu n’as
    Pas cru décent de me priver de ma guitare
    Solidarité sainte de l’artisanat

    Pour toutes ces raisons vois-tu, je te pardonne
    Sans arrière-pensée après mûr examen
    Ce que tu m’as volé, mon vieux, je te le donne
    Ça pouvait pas tomber en de meilleures mains

    D’ailleurs moi qui te parle, avec mes chansonnettes
    Si je n’avais pas dû rencontrer le succès
    J’aurais tout comme toi, pu virer malhonnête
    Je serais devenu ton complice, qui sait

    En vendant ton butin, prends garde au marchandage
    Ne vas pas tout lâcher en solde au receleurs
    Tiens leur la dragée haute en évoquant l’adage
    Qui dit que ces gens-là sont pis que les voleurs

    Fort de ce que je n’ai pas sonné les gendarmes
    Ne te crois pas du tout tenu de revenir
    Ta moindre récidive abolirait le charme
    Laisse-moi je t’en prie, sur un bon souvenir

    Monte-en-l’air, mon ami, que mon bien te profite
    Que Mercure te préserve de la prison
    Et pas trop de remords, d’ailleurs nous sommes quittes
    Après tout ne te dois-je pas une chanson

    Post-Scriptum, si le vol est l’art que tu préfères
    Ta seule vocation, ton unique talent
    Prends donc pignon sur rue, mets-toi dans les affaires
    Et tu auras les flics même comme chalands

    • Anacia Léné

      Que c’est triste, Quand je passe devant chez vous, j’aime prendre le temps de regarder votre aménagement. Mais quel qu’un ose aller dans votre cour et voler je suis estomaquée. J’aime beaucoup jardiner je suis une voisin. Je donne et informe aux gens sur mes plantes et c’est un plaisir pour nous les jardiniers. Si le voleur aime vraiment les plantes il aurait pu vous le demander.

    • Quel triste événement… mais quelle belle chanson!

    • Lise Ranger

      J’ai moi aussi pensé à ce cambriolage sélectif que Brassens a si bien mis en mot en lisant le récit du Jardinnier Paresseux, ce matin!

    • Tellement sympa. merci!

  4. Je demeure à verdun et je me fais voler mes plantes en pot mais aussi en terre. Oui oui j’ai quelqu’un qui a déterré mes plants de lavande! Incroyablement frustrant

  5. Carole Côté

    En effet, ce n’est pas gentil du tout. Il vous faut une caméra….

  6. Johanne Girard

    Ça alors! Les gens sont vraiment sans-gêne! Je comprends votre frustration.

  7. C’est arrivé chez mes parents il y a bien longtemps .Un énorme et superbe cypérus trônait été comme hiver à l’abri d’une petite entrée de la maison.Une nuit il a disparu ,la potée était vraiment très lourde !Toute la famille avait des boutures de ce cypérus ,ma maman a pu refaire une potée mais ne l’a plus installée dehors !
    Je connais d’autres histoires de vol de plantes et parfois c’est surtout le contenant qui intéresse! Il ne faut pas mettre de trop jolies choses en vue ,le vol étant devenu hélas un mode de vie pour certains .

    Quel génie ce Brassens !

  8. Je me suis fait voler mon hibiscus cet été ! Il était magnifique et en fleur en plus!!! J’étais sans voix et très triste 😥….

  9. Nous avons vécu la même mésaventure, presque tout le contenu de la petite serre de la terrasse (au rez de chaussée), et surtout une succulente « bonnet d’évêque »qui avait plus de vingt ans.
    Une vrai razzia, les voleurs devaient avoir au moins une brouette pour tout emporter.
    J’ai quand même déposé une main courante, le policier de service a approuvé la démarche.

  10. Johanne Brosseau

    Un vol, peu importe la nature de ce qui as été pris, laisse une impression d’agression, de viol de son milieu de vie. S’accaparer le bien de quelqu’un d’autre, sans égard pour la valeur émotive qu’il a pour le propriétaire, quel manque de respect. On m’a volé une caméra vidéo il y a quelques années. Ce n’est pas la caméra mais la cassette qu’elle contenait qui m’a arraché le cœur: images de ma visite de l’intérieur de la statue de la Liberté, avec ma fille. Je compatie et j’espère que vous pourrez retrouver ces variétés de plantes.

  11. C’est une plainte d’atteinte à la Vie privée que vous pourriez faire Larry…Ce n’est pas pour la valeur mais pour l’intrusion.À ce que je comprends, le voleur doit vous surveillez attentivement pour ne pas se faire prendre….
    Non, c’est pas gentil …Je compatis.

  12. Réjeanne R.

    Il y a trois ans, mon voisin s’est fait volé son sapin de Noël extérieur merveilleusement décoré. Il a logé une plainte à la police municipale. Les policiers sont arrivés en fin de journée. Comme il faisait noir, ils ont pris leur lampe de poche et ont suivi le chemin que les épines avaient fait en tombant. L’arbre était dans la rue voisine et trônait fièrement devant une demeure. Cette anecdocte a fait le tour du quartier et mon voisin continue de faire de très beaux sapins.

  13. Une petite anecdote pour faire sourire. Un jour, j’avais acheté une belle plante dans un marché d’alimentation, mais en arrivant à la maison, j’avais constaté qu’elle était infestée de vers blancs. Je l’avais placée sur mon balcon au rez-de-chaussée donnant sur la rue de mon appartement, et le lendemain matin, plus de plante. BIEN FAIT POUR TOI CHER VOLEUR.

  14. Incroyable sans-gêne!!!! Ce sont des vols crève-coeur! J’habite tout près de chez vous, un coin de rue très passant avec grande plate-bande en façade. Eh bien, croyez-le ou non, l’an dernier, TOUTES mes tulipes mi-saison magnifiquement fleuries, (plusieurs dizaines) sont disparues d’un seul coup. Pas arrachées… nettement coupées, feuillage compris. Bien sûr, c’est moins grave que vos plantes rares mais n’empêche que, comme disent les jeunes, j’ai braillé ma vie!

  15. Ah! que c’est triste! Vous êtes tellement généreux de votre temps, de vos connaissances, de votre sens de l’humour, vous ne méritez certainement pas cela! Quand une telle chose m’arrive, je me dis que l’autre en avait davantage besoin que moi et j’espère que la vie lui sera plus douce et que le voleur ne ressentira pas le besoin de le refaire…

  16. En vous lisant j’ai pense comme Nathalie Mongeau à la très belle chanson de Brassens.Vous réagissez comme lui. Cependant le voleur de Georges Brassens ne lui a pas voler sa guitare le votre à moins de classe en vous dérobant des plantes.

  17. Est-ce que ce pourrait être un animal cette fois-ci? j’en ai des p’tits voleurs à quatre pattes (ratons, marmottes, lapins, etc.).

  18. Un chien… un peu effrayant qui hurle à la vue d’inconnus

  19. BRIGITTE JETTE

    Les caméras, hooo que oui, voici l’histoire d’une victime, on peut la voir encore sur fb cette histoire, : il se fait voler ses rennes de Noel, alors, a l’aide d’une caméra qui prends des photos, il a remplacer les rennes par de grandes photos du malfaiteur. ha ha ha je la ris encore.

  20. Gabrielle Girouard

    Mais c’est que vous êtes trop heureux et que vos expériences sont trop utiles Monsieur Hodgson ! Le bonheur des végétaux fait bien des jaloux.

  21. France Renaud

    Quelle belle chanson. Je compatis, car j’ai moi-même été victime d’un voleur qui a vidé intégralement ma plate-bande avant sur le Plateau. Je venais d’y planter une quinzaine de variétés de fleurs et arbustes. Comme j’habitais devant une école, la nuit, il avait beau jeu, personne ne pouvait le voir. J’ai décidé de tout replanter en plantes sauvages que j’ai ramenées de la campagne, il a de nouveau volé certaines plantes qu’il ne connaissait pas, mais il a laissé l’empreinte d’une botte de cowboy. C’était mon voisin immédiat! Pour lui faire savoir sans le nommer, que je l’avais identifié, je lui ai raconté en riant que le fameux voleur s’était fait avoir, et avait emporté des plantes sauvages de type bave de crapaud. Mi-figue mi-raisin, il m’a envoyé un sale regard, mais il n’a pas touché aux nouvelles plantes indigènes que j’ai plantées. Par la suite, j’ai appris qu’il se vantait d’avoir un chalet à la campagne entouré d’un merveilleux jardin. L’histoire a eu du bon, car un autre voisin, inspiré par la plate-bande indigène, a présenté un projet de ruelle verte spécialisée dans les plantes indigènes, projet qui s’est réalisé. Tout ça à cause d’un voleur de plantes!

  22. Jocelyne Leblanc

    Triste pour vous; malgré ce désagrément, votre article me fait sourire… vous êtes victime de votre bon cœur, de votre générosité et de votre talent ! En un mot comme en cent… vous êtes extraordinaire. Une journée sans vous est moins ensoleillée ! Votre approche et vos livres ont fait de moi une « jardineuse » passionnée !

  23. Pierre Aubry

    Bonjour M. Hodgson, Il y a quelque chose d’absolument pitoyable de voler des plants sur lesquels nos soins ont été primordiaux dans leur survivance, un peu comme des enfants. Mais ce qui me plaît énormément dans votre message c’est l’annonce que les voleurs seront compostés, la question: commencerez-vous par les pieds (les racines) ?

  24. Je plantais a chaque année sur la tombe d mes parents au cimetière de st-Jérome des vivaces et durant l’été ils disparaissaient mais j’ai persisté et puis un jour plus de vols …. Je crois qu’ils avaient terminé leur aménagement et maintenant c’est chose du passé et l’aménagement est beau .

  25. Et pendant ce temps, le potager devant l’Assemblée Nationale tient le coup et il existe de nombreux jardins publics et potagers urbains respectés par les passants. Comme quoi, il ne faut pas désespérer de l’humanité! Vous avez raison M. Hodgson, il s’agit sûrement d’un seul individu particulièrement détestable. Pire qu’une marmotte!

  26. Nicole Fillion

    C’est pas moi, je le jure!

  27. Richard Huot

    Bonjour M. Hodgson,

    En pareille situation, j’aime bien me consoler. L’adage dit bien: Une de perdue, dix de retrouvées. Une action positive en votre faveur saura vous combler au centuple. Vous récolterez ce que vous semez…et parlant de semences, entre tous, vous être passé maître dans l’art. N’est-ce-pas le but de votre blog? Pour vos fidèles abonnés, un pur plaisir, un cadeau du ciel…sur terre. Salutations.

  28. Très triste, je sympathise avec vous 😥

  29. Chez nous ,c’est un géranium « spéciale » immense que nous gardions durant l’hiver à l’intérieur dans les lieux commun au 3è étage d’un bloc appartements (avec permission ) . Un jour début mars disparission! Personne n’en a eu connaissance. Le mois de mai arrive et plein de de petits géraniums de la même nature apparaissent un peu partout dans le quartier , petits marchands de plants . Étonnent ! Mais frustrant !

  30. Vol un œuf, vol un bœuf!

  31. Juliette au balcon

    Dans votre cour arrière? C’est un pas gentil effronté en plus! Après avoir lu les commentaires, il me semble qu’une tendance se dégage: les voleurs habitent souvent pas loin! Gardons l’oeil ouvert et filmons-les!

    De mon balcon au 4e, je suis heureusement épargnée et par les voleurs de plantes et par les écureuils qui eux préfèrent dévaster les végétaux!

  32. Il faut un détecteur de mouvement, une caméra et un système de lance-poivre-de-Cayenne! ;-))) C’est tellement insultant de se faire voler des plantes auxquelles on tient, de faire envahir son petit coin de terrain… Cette personne voleuse ne jardine sûrement pas, car elle saurait ce que les plantes représentent pour celui qui les aime et en prend soin. Courage!

  33. Je suis profondément choquée de ces vols… et de l’intrusion dans votre propriété en elle-même. Tous mes vœux de soutiens 🌱💚

  34. Une ancienne collègue habitait dans un lotissement à la montagne et avait un chien qui s’était spécialisé dans le vol de plante en pot. Régulièrement il lui ramenait ses menus larcins et bientôt sa terrasse fut remplie de géraniums, pétunias, et autres fleurs. Ses voisins mis au courant venaient récupérer leurs biens. Elle devait le surveiller ou l’attacher mais dès qu’il en avait l’occasion il repartait à la recherche de végétaux. C’était sa lubie ou peut être un chien poète amoureux des fleurs ;-))

  35. Louise Labrosse

    l’an dernier, je me suis fait voler quelques plants que j’avais mis en avant, dans le carré qui entoure l’arbre de la ville. C’est d’abord quelques feuilles de kale qui ont disparu. Ca ne m’a pas dérangée, je me suis dit que le voleur avait envie de manger du kale et j’en avais quelques plants. Quelques semaines plus tard, le plan complet a disparu. et 2 semaines plus tard, les 2 autres plants ont disparus. Ce n’est rien de grave mais je trouve ca stupide. On essaie d’enjoliver le quartier et un quelqu’un qui est trop parresseux pour se faire un jardin prend les plantes des autres. C’est cheap!

    • Lise Harel

      Vous ne le croirez pas.Je me suis fait voler mon vélo AVEC le treillis auquel il était accrochê dans la cour.

  36. Moi, c’est un magnifique hosta géant qui trônait en bord de rue. Ils ont laissé un gros trou à la place! Faut vraiment manquer de savoir vivre.

    Suggestion: si vous découvrez que l’une de vos plantes est envahie de cochenilles, plutôt que de la mettre au compost, mettez-lui une étiquette de plante rare, et placez-la bien en vue des voleurs!

    Ne désespérons pas, il faut se dire que c’est toujours une petite minorité d’individus qui empoisonnent la vie des tous les autres.

  37. J’ai toujours le pouce ou il ne faut pas, excusez la partie inachevé du précédant message. Malheureusement quelques Québécois sont voleurs,pour eux c’est plus facile de que d’acheter et malheureusement ce n’est pas là que ça vas arrêter.Mon voisin vois tout ce qui se passe chez lui avec son cell très pratique, il est à MTL et voit son autre maison en campagne, plusieurs on ça maintenant, ça empêche beaucoup de vols.,pancarte pour leur dire vous êtes surveillé en mettant les pieds chez nous.Il y a aussi des lumières détecteurs qui nous avertisse quand il passe quelqu’un, personnellement j’adore.

  38. Suzanne Rochette

    Il y a plusieurs années je me suis fait voler des jardinières de fleurs qui étaient devant la maison. J’étais tellement triste, ça dépassait mon entendement… voler des fleurs ou des plantes, c’est tellement cheap. Il semble qu’il faille maintenant malheureusement en tenir compte. Effectivement des caméras de surveillance peuvent aider, pas certaine que j’aie envie d’aller vers ça. Suis dans une nouvelle ville (plus petite), espérons que les voleurs la trouve trop petite… je fais probablement encore du déni!

  39. Lise Blais

    Tellement une triste histoire ! Allez comprendre pourquoi des voisins ou des inconnus font ça, surtout dans une cour arrière faut du culot !
    Mais le plus qui fait mal, c’est de se faire voler son chien ou son chat, eux que nous avons choyés et qui nous aiment tant, enfin pour moi… Je voudrais dire à la personne à qui c’est arrivé que je compatis grandement et de tout coeur.
    J’ai lu sur le site https://www.facebook.com/alerteravenalert/ (ou un autre du genre) qu’une personne de Québec s’est fait voler son chien à l’intérieur de sa maison pendant son absence !!!

  40. Danielle Brossard

    C’est fou mais je me suis demandée si le voleur pouvait être un animal, en l’occurrence un écureuil qui en aurait eu besoin pour fabriquer son nid. Ils sont ingénieux et très habiles. Je les observe à ramasser des feuilles de hêtres jaunies qu’ils amènent à leur nid pour l’isoler par temps froid. Ils vont même jusqu’à couper des guirlandes de lumières accrochées à mes cèdres. L’année passée, ils ont scié 5 séries de guirlandes de lumières. Ils coupent ensuite les attaches (qu’elles soient en velcro ou en corde) enroulées autour des couvertures à neige de mes cèdres qu’ils laissent à découvert. J’ignore cependant ce qu’ils peuvent bien chercher sous les couvertures à neige de mes cèdres. De la nourriture comme des glands de chêne ou des faînes de hêtres (j’en ai à la tonne), les cônes ou de jeunes pousses de cèdre? Mystère et boule de gomme! Ils entrent aussi dans les cheminées pour s’y réchauffer. On a en trouvé au moins trois dans notre cheminée, morts et vivants. Depuis, on leur a barré la route en installant une cage sur la cheminée. Ils aiment bien aussi la chaleur de la laine minérale. On a déjà trouvé une marmaille de bébés écureuils bien emmaillotés dans la laine minérale du cabanon. Les fils électriques leur servent aussi d’autoroute et peuvent à l’occasion faire sauter un transformateur accidentellement. C’est arrivé chez-nous. Bref, ces petites bêtes n’arrêtent pas de me surprendre et je ne serais pas surprise qu’ils soient votre petit voleur de plantes.

    • Pas cette fois-ci. Un animal n’aurait jamais pas décrocher la fougère corne-d’élan du tronc (il faillait lever la plaque) ni partir avec un morceau de bois avec 75 cm de mousse espagnole à la traîne.

  41. Ça ne vous tenterait pas d’installer une belle plante à la vue, hors de portée des enfants, après avoir collé de la poudre à gratter sur le pot et d’en avoir parsemer le dessus de terreau?
    N’allez pas y toucher vous même cependant après ce traitement. Si elle n’attire pas votre « pickplant », bien sur elle aura besoin d’un bon grand lavage.
    Gabrielle

  42. Jean François

    Bonjour Larry.
    J’ose dire bon jour, malgré ce qui vous arrive ! Des voleurs de plantes au Canada ! Ici en France, sur la côte atlantique, pendant la période de fêtes, ce sont surtout les huitres qui sont volées dans les parcs. Du bois de chauffage mis de coté par les agriculteurs, des moutons dans les champs, quelques légumes cultivés également dans les champs… Des voleurs de plantes ? Jamais entendu en parler. Ici il y a des jardins partout, j’ai même un voisin qui a son jardin clôturé d’u muret facilement franchissable, en bordure d’un chemin piétonnier. Il est vrai qu’il a un chien. C’est un moyen dissuasif, qu’en pensez-vous ? Personnellement, j’ai un berger allemand dans mon jardin d’agrément (pas dans le potager) tout ceux qui ne le connaissent pas s’en méfient, alors qu’il est très gentil. Par contre ils ne se méfient pas du teckel, alors que lui, il vous agrippe le bas du pantalon … demandez au facteur !

    • Juliette+au+balcon

      Ici à Montréal, et à Québec dans le cas de Larry, pas d’huîtres, pas de moutons et pas de côte Atlantique hélas! Seulement un superbe grand fleuve dont la beauté nous émeut et nous console.
      Je ne suis pas une voleuse de plantes mais je retiens de me méfier des teckels.

    • Il y a peut-être moins de ces crimes ici, car la densité de population est beaucoup moindre. Mais des voleurs, je pense qu’il y en a partout!

  43. Joel+Avril

    Voilà qui est navrant, à désespérer de l’espèce humaine. Je n’imaginais pas que des vols de plantes dans les jardins particuliers puissent exister au Québec, tant je vous vois disciplinés et respectueux des autres. En France le vol de végétaux est très fréquents dans l’espace public, à un point tel que l’on plante les gros sujets en pleine terre avec un dispositif antivol. Si l’appareil résiste l’arbuste est saccagé, souvent abandonné sur place. Mais quand je pense que les voleurs de végétaux ne sont pas ceux qui tire le sac de mamie ou la mob du petit voisin , je suis sidéré. Ils se servent, sans payer, mais replantent-ils ?

    Merci encore Cher Larry, et toute mon admiration pour votre magistrale maîtrise des sujets du jardinage, et celle aussi de…Wordpress. Personnellement mon blog jardin est bel et bien en rade, je trouve que cet outil est devenu très difficile.

  44. Je connais le voleur de pervanches de Bourville mais pas de vos tillandsias.
    Je vous lis à tous les jours et j’apprécie beaucoup tous les conseils, les anecdotes et les chansons qui m’apportent que du bonheur. Bonne journée !

  45. Céline K.

    Bonjour, cette histoire ressemble à la mienne. L’été dernier, un lundi matin, je fais le tour de mon jardin pour réaliser qu’une très grosse talle de liatris bleus sont disparus du fond de ma plate-bande. Un gros trou d’au moins 30 po de diamètre. On a creusé avec une pelle, pas arraché les plants… un beau grand trou… Dans une autre plate bande sont disparues un gros plan d’helenium ainsi qu’un rudbeckia rouge vin annuel. Aussi un joli pot avec un laurier rose. Notre cour est entourée d’une haie de cèdres très haute sur 2 côtes et d’une clôture de 2 mètres de haut sur les 2 autres. La seule façon d’y entrer est s’ouvrir la porte jardin qui grince!!!
    Stupéfaction et j’avoue, et peur aussi. Les plantes sont disparues pendant la nuit ou plutôt au petit matin car il fait noir la nuit dans la cour. A moins d’avoir des lampes de poche et encore. Il a fallu que le voleur fasse du repérage avant, il faut du culot pour s’aventurer ainsi.
    Il savait ce qu’il venait chercher car rien autour n’a été brisé, ce n’était pas un choix aléatoire. Sauf un plant de Rudbeckia jaune qui a été arraché et laissé par terre, c’est ce qui m’avais mis la puce à l’oreille. Je trouve le geste méchant et cheap comme disait un de vos lecteur. Un voisin m’a dit que ce ne sont que des fleurs. Je crois pas qu’il a compris. Savoir que quelqu’un est venu sur notre terrain pour voir ce qu’il pourrait dérober plus tard, c’est un peu affolant.
    Je partage à chaque année à qui le veux des plants de toutes sortes. C’est mon plaisir, pour fair plaisir. Alors pourquoi ce geste méchant, quand on sait le temps et les efforts que l’on mets à vouloir embellir son chez-soi, pour le plaisir des yeux des autres.
    Je croyais que les jardiniers étaient des gens gentils. J’ai perdu un peu de ma naïveté!
    Merci de m’avoir lu et Bonne fin de journée et merci d’égailler mes matins mêmes hivernaux.

  46. Moi, c’est un magnifique pin blanc que je me suis fait voler! Bon, je devrais plutôt écrire qu’il allait devenir magnifique car c’était un plant qu’on m’avait donné lors d’une visite au Domaine Joly de Lotbiniere. Comme je n’ai pas l’espace chez moi pour qu’il puisse s’épanouir, je l’avais planté dans un boisé de bouleaux juste en face. Je l’ai entouré de bâtons pour que personne ne le coupe par mégarde et je l’ai arrosé tout l’été. Et en octobre, il est disparu. Quelqu’un a décidé qu’il serait mieux chez lui. J’espère qu’il ne l’a pas placé à 6 pouces de son solage…et qu’il le traitera aussi bien que je l’ai fait!

  47. Je conclus en vous lisant que les résidents de Pierrefonds sont extrêmement honnêtes. Je ne déplore aucun vol et pourtant ma plus belle plate-bande de rosiers et vivaces est située en bordure de rue le long de ma clôture. Et elle est remplie de centaine de bulbes au printemps dont des anémones grecques, tulipes, narcisses et crocus! Deux pieds seulement la séparent de la rue. Il ne faut donc pas désespérer de l’espèce humaine!

  48. Bonjour, j’ai été victime depuis quelques années de vols de nombreuses vivaces sur mon terrain non cloturé. Je comprends tout à fait ce que l’on peut ressentir dans cette situation. L’auteure de ces délits s’est avérée être une personne de mes connaissances. Déception et colère m’ont envahie car comme vous Céline K je donne bouture et autres plantes en surnombre à qui les veut. J’habite en France en bordure de forêt, j’ai dû mettre des caméras de surveillance.
    Bonne journée à tous et merci pour ce blog, Harry.

  49. Bonjour,
    Même moi qui habite une belle copropriété en France, je suis régulièrement victime de vols de vivaces: œillets mignardises, hostas, pensées, narcisses nains, etc. Et cela est vrai que j’éprouve à chaque fois une grande peine quand je songe que ces plantes ne coûtent pas grands chose dans les commerces.
    Bon courage à tous.
    Emilia, de France

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :