Engrais Mythes horticoles

Le sel d’Epsom: essentiellement inutile au jardin

Par Larry Hodgson

Sur Internet, vous verrez de nombreux sites qui préconisent l’utilisation du sel d’Epsom dans le jardinage. Certains prétendent que ce produit stimule une croissance extraordinaire, d’autres qu’il fait grossir les tomates, encourage la floraison des roses, fait verdir le feuillage, renforce les racines et même… chasse les limaces! Évidemment, plusieurs de ces sites sont en fait commandités par des producteurs de sel d’Epsom (il est si facile de cacher son identité de nos jours!), mais d’autres viennent de jardiniers sincères qui pensent vraiment avoir trouvé un produit miracle.

Le sel d’Epsom s’appelle ainsi car on le préparait à l’origine en faisant bouillir l’eau de source minérale provenant de la ville d’Epsom en Angleterre.

Je me confesse: je me suis moi-même fait avoir avec ce leurre. C’est une vieille croyance que j’ai héritée de mon père jardinier sans jamais me poser de questions. Pendant des années, donc, j’ai recommandé, entre autres, l’utilisation de sel d’Epsom pour prévenir le fendillement des fruits de tomate et pour obtenir des fruits plus gros, jusqu’à ce que j’assiste à une conférence de la Dre Linda Chalker-Scott, la réputée scientifique américaine spécialisée en horticulture de l’université de l’État de Washington, sur les mythes horticoles les plus persistants. Elle m’a démontré que je partageais une fausse information. J’ai consulté par la suite les détails sur son site et elle avait bien raison. Mea culpa!

Pas un produit miracle

Sel d'Epsom dans une tasse
Sel d’Epsom. Photo: PixelsAway, depositphotos

Essentiellement, ce que la Dre Chalker-Scott dit est que le sel d’Epsom n’a rien d’un produit miracle. Il s’agit tout simplement d’un produit bêtement chimique: le sulfate de magnésium hydraté (MgSO4·7H2O). Il contient alors du magnésium et du soufre (plus de l’oxygène et de l’eau). Oui, il pourrait servir d’engrais… mais il sera seulement utile si le sol manque de magnésium ou de soufre. Or, la plupart des sols n’en manquent pas.

Son utilité se limite donc aux cas de carence, quand l’un ou l’autre des deux éléments manque dans le sol. Si c’est le cas, la plante pourrait profiter d’un traitement au sel d’Epsom.

Personnellement, quand je soupçonne qu’une plante souffre d’une carence (son feuillage est anormalement jauni, rougi ou rabougri, etc.), ce n’est pas le sel d’Epsom que j’applique, mais un engrais biologique complet comme un engrais d’algues ou un hydrolysat ou émulsion de poisson, un qui contient tous les oligoéléments. Après tout, ce n’est peut-être pas le magnésium ou le soufre qui manque, mais un autre oligoélément: zinc, fer, bore, molybdène ou autre. Aussi bien donner la gamme complète de minéraux que seulement deux.

Aussi, quand on applique un produit inutilement (du soufre ou de magnésium à un sol qui n’en a pas besoin), ce produit peut empoisonner le sol et le rendre inapte à la culture (dans le cas d’un surplus de magnésium) ou trop acide (dans le cas d’un surplus de soufre). En plus, une partie du produit appliqué inutilement aboutira par ruissellement dans la nappe phréatique ou dans les cours d’eau, encore un autre polluant ajouté par l’être humain. Triste!

Quelques cas spécifiques

Pourriture apicale de la tomate

Pourriture apicale de la tomate
Le sel d’Epsom ne peut pas prévenir la pourriture apicale: elle résulte d’une carence en calcium, pas en magnésium ou en soufre. Photo: SOE10, depositphotos

On recommande souvent un traitement au sel d’Epsom pour prévenir la pourriture apicale sur les tomates. Dans cette maladie, causée par une carence, l’extrémité du fruit noircit et s’enfonce.

Alors, sel d’Epsom à la rescousse! On le dilue dans l’eau, on en arrose la plante et les fruits qui suivent restent en bon état. Un succès!

En fait, un faux succès!

La pourriture apicale est causée par une carence en calcium, pas en magnésium ou en soufre. Habituellement, ce n’est pas tant que le calcium n’était pas présent dans le sol (c’est un élément très courant dans la plupart des sols), mais plutôt que le sol était trop sec et qu’alors les racines de la plante ne pouvaient pas en absorber correctement. Donc, le traitement de base est tout simplement… d’arroser la plante régulièrement. Évitez les arrosages en dents de scie et maintenez plutôt le sol également humide et la pourriture apicale disparaîtra comme par magie. Vous auriez le même résultat que vous ajoutiez du sel d’Epsom à l’eau ou pas. C’est l’eau qui fait la différence, pas les minéraux qui y sont dissous.

Tomates plus grosses

Tomate géante
Si vous voulez une tomate géante, plantez une tomate géante! Ici ‘Big Zac’. Photo: Ezra’s Organics

Fertilisez correctement vos tomates avec un engrais complet (qui contient tous les oligoéléments), arrosez régulièrement pour maintenir une humidité assez constante du sol, offrez de bonnes conditions de culture (plein soleil, endroit plutôt chaud, etc.) et vous aurez de belles tomates de grosseur normale pour cette variété. L’application de sel d’Epsom ne fera pas du tout grossir les fruits. Si vous voulez des tomates géantes, choisissez une lignée réputée pour ses gros fruits, comme ‘Big Zac’, et entretenez-la convenablement.

Engrais général

Sel d'epsom déconseillé pour le jardinage
Le sel d’Epsom est loin d’être un engrais général approprié pour le jardinage. Local Food Initiative, Wikimedia Commons

Certains sites recommandent le sel d’Epsom comme engrais à appliquer à toute plante, prétendant que cela donnera des résultats extraordinaires, notamment dans le verdissement des feuilles et la croissance des racines. Mais cela ne fonctionnerait que si le sol manquait de magnésium ou de soufre. Sachant que la plupart des sols contiennent déjà ces éléments en quantité suffisante pour les plantes, il serait logique de faire faire une analyse de sol en laboratoire avant d’appliquer du sel d’Epsom, et cela, pour s’assurer qu’il sera bien utile. Sinon, essentiellement, vous ne faites que potentiellement empoisonner le sol et polluer l’eau.

Et certains sols — notamment les sols sablonneux et acides qui retiennent peu de minéraux — peuvent manquer de magnésium ou de soufre. Même dans ce cas, je suggérerais plutôt une application de compost ou d’engrais complet pour rajouter tous les oligoéléments manquants… mais l’utilisation de sel d’Epsom dans ce cas serait acceptable, car au moins les plantes auront leur juste part de magnésium et de soufre.

Engrais pour les rosiers

Rosier à fleurs rose.
Cultivez vos rosiers dans un sol riche en y apportant de l’engrais et vous aurez une belle floraison sans appliquer du sel d’Epsom. Photo: Vieira Eduardo, pxhere.com

Dans les années 1930 à 1960, plusieurs rosiéristes recommandaient des applications de sel d’Epsom pour stimuler une belle croissance et une floraison abondante chez les rosiers… mais plus maintenant. Chaque expert a quand même son régime de fertilisation préféré — certains préfèrent des engrais complets, d’autres des mélanges de produits, etc. —, mais aujourd’hui, le sel d’Epsom est considéré complètement dépassé. 

D’ailleurs, vous aurez beau chercher des études sur l’efficacité du sel d’Epsom sur les rosiers: elles n’existent pas. Il n’y a aucune raison de penser que ce produit serait le moindrement utile aux rosiers poussant dans des conditions normales.

Protection contre les maladies

Aucune étude fiable ne démontre que les traitements avec du sel d’Epsom préviennent ou guérissent les maladies végétales infectieuses: fongiques, virales ou bactériennes, etc. Par contre, bien sûr, si la plante soufre d’une carence en magnésium ou en soufre, un tel traitement lui sera bénéfique.

Répulsif contre les insectes et les limaces

Aucune étude ne démontre non plus la moindre réaction négative de la part des insectes ou des mollusques à la suite d’une application de sel d’Epsom.

Herbicide

Un herbicide maison à trois ingrédients… mais le seul ingrédient qui aura vraiment un certain effet désherbant est le vinaigre. Photo: kitchenfunwithmy3sons.com

Il existe toutes sortes de recettes d’herbicides maison sur Internet et plusieurs incluent le sel d’Epsom. Habituellement, le sel est mélangé à un ou plusieurs autres produits: eau bouillante, vinaigre fort, détergent à vaisselle, etc. Mais en fait le sel d’Epsom en soi n’apporte rien de très herbicide à ces recettes: aux doses habituellement recommandées, il est sans danger pour les plantes. Si ces recettes fonctionnent (et certaines ont peut-être une certaine efficacité), c’est à cause des autres ingrédients, pas du sel d’Epsom.

Bien sûr, si vous appliquez une solution suffisamment concentrée de sel d’Epsom (ou de tout autre sel!) à une mauvaise herbe, vous pouvez certainement la tuer, car vous rendrez le sol toxique. Mais vous ne pourrez probablement plus jamais y jardiner et vous risquez de polluer la nappe phréatique aussi. Est-ce vraiment ce que vous voulez? Et si cette toxicité ne vous dérange pas, sachez que vous pourriez substituer le sel de table (chlorure de sodium) au sel d’Epsom et que vous obtiendriez les mêmes résultats à moindre coût. (Sachez toutefois que le sel de table est aussi nuisible à l’environnement que le sel d’Epsom.)


Donc, le sel d’Epsom n’est vraiment utile que dans de très rares cas, soit pour le traitement d’une carence en magnésium ou en soufre. Même là, une application d’engrais complet ou même de compost aurait donné le même résultat sans nécessiter l’achat d’un produit spécial. Dans le monde du jardinage, le sel d’Epsom est presque toujours un produit bidon.

Références

Miracle, myth … or marketing: Epsom salts
Epsom Salt for Plants

Billet adapté d’un article paru dans ce blogue le 25 mars 2017.

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2?500 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

15 comments on “Le sel d’Epsom: essentiellement inutile au jardin

  1. Très intéressant, merci beaucoup! ??

    • Bonjour ,

      Je ne suis pas tout a fait d’accord avec tout les points.

      Ceci n’est pas efficace pour servir pour enlever les moisissures , se n’est pas un fongicide ..

      En bref , celà sert a nettoyé  » deux semaines avant la récolte sert a aidé d’enlever les engrais et vous ferez le goût de vaut légumes plus savoureux .

      Enlève le goût des engrais .. Ce n’est pas un engrais , mais aide comme lavement …

      Mes celà reste de ma connaissance personnel.

      Merci
      .

  2. Denise B. , Québec, QC

    Un truc! J’utilisais la recette de désherbant que vous mentionnez,
    comme j’ai une très longue allée en gravier, c’était plutôt ardu et
    les adventistes ressortaient après quelques jours. J’ai même acheté du vinaigre
    plus fort avec un peu plus de résultat.
    Cet été, j’ai essayé une autre méthode = je les ai ébouillantées
    avec l’eau de cuisson de légumes, de pâtes etc.
    Ça fonctionne réellement même si c’était étrange de sortir avec mon chaudron!!
    J’ai suggéré le truc à mon amie et chez eux aussi, le résultat fût efficace.

    Pour la prochaine saison, j’expérimente un autre secteur vraiment envahi.
    Je me propose d’utiliser une ou deux bouilloires branchées à une longue rallonge,
    un boyau d’arrosage pour l’ammenée d’eau et un banc car se sera certainement plus long…
    mais par une belle journée printanière, aucun problème pour la patience.
    Bon repos hivernal!

  3. Bonjour Larry,

    J’ai failli en acheter il y a peu, après avoir lu un artiqui disais que ça faisait fleurir les géraniums plus tard dans la saison.

    Cet article tombe donc à pic. Décidément, internet est un outil fabuleux, mais il y a tellement de parasites…

  4. Denis B.@ l’eau de cuisson des légumes ou des pâtes me servent de base pour faire de bonnes soupes. On n’y pense pas assez !
    Soyez prudente avec les bouilloires et les rallonges ! L’eau et l’électricité ne font pas bon ménage.
    Pour une surface plus grande, un désherbeur thermique serait plus approprié (à manipuler également avec précaution).

    Le sel d’Epsom, quand j’ai lu des articles à ce sujet, m’a fait penser à une chanson de Richard Anthony ‘le Sirop Typon » universelle panacée (sic), inspirée de la chanson anglaisé : » Lily the Pink ».

    https://www.youtube.com/watch?v=fr-YwTkhSwA

    • Je me suis demandé aussi si ce n’était pas au final la même action que le désherbeur thermique.

      J’avais lu qu’il suffit de brûler la couche de cellules externe, car c’est celle ci qui permet à la plante de grandir. Plus de cellules pour grandir, la plante ne peut plus se régénérer et meurt rapidement.

      L’eau bouillante a peut-être l’avantage d’aller en profondeur et de s’occuper aussi des racines ?

      Autre sujet, j’avais lu qu’il y avait des enzymes sensible a la lumière qui inhibait la croissance de la plante, du coup c’est le côté à l’ombre qui pousse et la plante se tourne vers le soleil comme ça.

      Tout ça semble cohérent.

      • Plus simple encore quand c’est possible : couvrir la végétation avec un plastique ou un textile noir, au moins d’un côté ( de plus la chaleur absorbée brûlera les indésirables) . Les plantes privées de lumière ne tarderont pas à disparaître, y compris les racines.
        J’utilise à cet usage des vieilles pièces de linoléum qui font merveille en toute saison.
        Il y a bien sûr des réfractaires comme les renouées, genre Sakhline ou du Japon, qui devront subir ce traitement plusieurs années de suite avant de disparaître..

    • Denise B. , Québec, QC

      Et merci de l’avertissement du contact eau et électricité que je connais très bien.
      Le boyau servira seulement pour remplir les bouilloires afin d’éviter de nombreux pas jusqu’au robinet.
      Quant à l’achat d’un tel appareil probablement onéreux, je me vois très mal l’utiliser
      pour quelques brindilles sur du gravier.

    • Denise B. , Québec, QC

      Nous, on fait nos bouillons avec des résidus crus de légumes, d’os de volailles etc. qu’on amasse et conserve au congélateur jusqu’à ce qu’on en ait suffisamment pour une bonne chaudronnée et on empote.

  5. Avec toutes mes excuses pour l’invasion et la pollution du site ! En mettant le lien, je ne pensais pas qu’il s’ouvrirait sur la vidéo. Et je ne sais comment l’enlever.

  6. Bonjour,
    Je m’apprête à rempoter un Monstera et j’aimerais savoir comment supprimer une certaine quantité de racines.

    • Si vous parlez de racines aériennes, vous coupez les éliminer complètement. Quant aux racines souterraines, si possible, laissez les 2/3 intactes.

  7. Que ne disent-ils pas pour vendre leur produit! Si c’est un produit bon pour les plantes, comment pourrait-il être bon pour le désherbage! …. c’est illogique.. et le mot sel n’est-il pas nuisible à lui seul pour les plantes…

    • Pour le culture en intérieur/hydro ça peut avoir un intérêt mais autant prendre un bon cal/mag ou un engrais bien équilibré.

  8. Il vaut mieux prendre un bon bain au sel d’Epsom après une dure journée. La santé du jardinier d’abord et avant tout!

    Chez nous, on en mettait traditionnellement aux bégonias pour les faire verdir, mais à une cuillerée à thé par litre, ce n’est pas la peine d’en acheter des kilos.

    Comme vous, je préfère, et de loin, l’émulsion d’algues liquides et de poisson.

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :