Légumes

Plante étrange à identifier

Épinard-fraise

Par Larry Hodgson

Question: Pourriez-vous m’aider à identifier cette plante?

Antonin Joubert,
Québec

Réponse: Il s’agit de l’épinard-fraise (Blitum capitatum, anc. Chenopodium capitatum), aussi appelé blite capité et chénopode capité, une plante potagère et ornementale annuelle plutôt rare, cultivée pour ses feuilles comestibles et ses grappes de petits fruits rouges attrayants, également bons à manger. 

Le nom commun épinard-fraise vient, d’un côté, de la parenté de la plante avec l’épinard (Spinacia oleracea) — les deux appartenant à la famille des Amaranthacées; autrefois, les Chénopodiacées — et du fait que les feuilles ont un goût similaire. De l’autre, il y a bien sûr la ressemblance des petits fruits avec des fraises  (Fragaria spp.), à la fois dans leur apparence et, à ce que l’on dit, dans leur goût sucré. (Personnellement, je trouve que les fruits goûtent plus la betterave que la fraise). 

Votre plante s’est peut-être échappée d’un potager à proximité, car l’épinard-fraise se ressème tout seul quand les oiseaux et petits animaux qui mangent les fruits transportent les graines ailleurs. D’ailleurs, cette plante d’origine nord-américaine a réussi à se naturaliser à plusieurs endroits en dehors de son aire naturelle, comme dans la plupart des pays d’Europe, en Asie et en Nouvelle-Zélande, mais il est aussi possible que votre plante soit de souche indigène, car la plante est présente spontanément un peu partout au Canada.

Strawberry spinach in fruit.
On utilise aussi l’épinard-fraise comme annuelle ornementale. Photo: Derek Ramsey, Wikimedia Commons

Il s’agit d’une petite plante dressée et peu ramifiée de 20 à 50 cm de hauteur aux feuilles hastées (en forme de fer de lance). On peut manger les feuilles fraîches ou cuites, de préférence quand elles sont encore jeunes. Les minuscules fleurs, vertes au début, puis de plus en plus rosées, sont groupées serrées à l’aisselle des feuilles et aussi en épi au sommet de la plante. Les fruits rougissent joliment quand ils atteignent la maturité entre juillet ou août et octobre. 

Comestible, mais…

Feuilles et fruits de épinard-fraise dans un bol de bois.
Les feuilles et fruits sont comestibles. Photo: depositphotos

Il faut noter que la plante, bien que comestible, contient de l’acide oxalique et des saponines, deux produits qui sont toxiques si consommés en quantités importantes. Il est donc recommandé de ne manger les feuilles qu’avec modération. Quant aux fruits, la modération aussi s’impose si on les mange crus, mais les parties toxiques sont concentrées dans les graines et l’on peut alors passer les fruits cuits au tamis pour les enlever afin d’éviter ce problème et alors produire de délicieux sirops, gelées et confitures qu’on peut consommer sans restriction.

Les Amérindiens l’utilisaient autrefois comme teinture rouge aussi.

Culture

La plante est facile à cultiver par semences. Les semences sont assez faciles à trouver, notamment chez les spécialistes en légumes patrimoniaux.

Nul besoin de les démarrer à l’intérieur; il suffit de les semer en pleine terre ou en bac après que le sol s’est un peu réchauffé, les couvrant de 5 mm de terre. La germination prend environ 3 semaines. On peut aussi les semer à l’automne en vue d’une germination printanière. 

Préférez un emplacement au plein soleil et au sol bien drainé, mais le sol riche d’un potager n’est pas nécessaire: l’épinard-fraise peut se contenter d’une terre pauvre. D’ailleurs, la plante tolère passablement de négligence, plus que la plupart des légumes, et fait alors un excellent choix pour le jardinier maraîcher paresseux. Les seuls entretiens nécessaires au cours de l’été sont le désherbage si la plante devient très envahie de végétation et, en cas de sécheresse importante, l’arrosage. Si vous ne voulez pas que la plante se ressème, assurez-vous de récolter tous les fruits à la fin de l’automne. Mais si vous voulez qu’elle se ressème, laissez une plante ou deux en place.


L’épinard-fraise : étrange, oui, mais fort intéressant à cultiver.

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

12 comments on “Plante étrange à identifier

  1. Vos commentaires sont vraiment passionnant! On apprend bien des choses en vous lisant 🙂 Merci pour ce magnifique travail de partage!

  2. Fantastique!! À inclure dans la planification du potager de l’an prochain, je suis trop intriguée 🙂 Des conseils pour son voisinage avec d’autres plants ou une vulnérabilité connue?

  3. Pierre Jutras

    Merci Beaucoup. J’ai hâte d’y goûter !

  4. « Votre plante s’est peut-être échappée d’un potager à proximité,

    C’est des choses qui arrivent ! Dans un des pots où je cultive un avocat et une « misère pourpre (Tradescentia pallida) sur la terrasse, bien à l’abri, j’ai vu apparaître une plante intrigante.
    J’ai réussi à l’identifier, il s’agit d’un physalis (Physalis peruviana), qui vient de fleurir, plante absolument pas courante dans la région, et très gélive. Je soupçonne qu’elle vient d’une graine échappée d’un jardin d’un de mes voisins, situé à plus de deux kilomètres de mon domicile !

  5. Monsieur Hodgson, si vous n’existiez pas, il faudrait vous inventer!!!
    J’ai eu les mains dans la terre à jardin toute ma vie (+ de 80) (pas comme jardinier professionnel, mais comme amateur) et avec vous j’apprends encore et encore. God bless.

  6. ryndam1962

    moi je les employerai comme teinture ce serait agreable

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :