Éclairage des plantes

Comment utiliser une lampe de culture pour les tomates

Par Alexander Tsvetkov

Les tomates adorent pousser dans une lumière abondante et il n’y a rien de plus excitant pour un jardinier que de les regarder se transformer de petits plants frêles en solides plantes pleines de fruits dodus et juteux aux couleurs vives. Malheureusement, lorsque l’hiver s’installe, il fait trop froid pour la culture des tomates en plein air dans la plupart des régions. Et même dans une serre chauffée, elles ne recevront que très peu de soleil, car les jours raccourcissent à l’automne.

Alors, si vous voulez expérimenter avec la culture des tomates l’hiver, vous devrez vous préparer à les cultiver à l’intérieur. Et pour cela, la considération la plus importante à prendre en compte est la lampe de culture que vous utiliserez.

Dans cet article, nous discuterons de l’utilisation des lampes de culture pour les légumes et, plus précisément, de la façon d’utiliser ces lampes pour les tomates.

Quelle est l’importance de la lumière pour les tomates ?

De nombreuses plantes peuvent survivre sans beaucoup de lumière supplémentaire et les cultiver à l’intérieur de votre maison, même l’hiver, est donc assez facile. Cependant, ce n’est pas le cas pour les tomates. Un éclairage adéquat est même le facteur le plus important dans leur culture. Elles ont besoin de toute l’énergie d’une source lumineuse intense et fiable pour produire des fruits.

Ce n’est que lorsqu’il y a suffisamment de lumière que les plants de tomates commencent vraiment à pousser vigoureusement et à produire des fruits. Les lampes de culture agissent alors comme un supplément ou un remplacement à la lumière du soleil.

Quel type de lampe de culture convient le mieux à la culture de tomates ?

Lorsqu’il s’agit de suspendre des lampes de culture au-dessus des plants de tomates, vous devez décider quel type utiliser. Il y a quelques catégories:

● Lampes fluorescentes: Ces lampes sont les moins chères, mais elles n’émettent pas le spectre complet de la lumière et ne pénètrent pas profondément dans les plantes.

● Lampes à décharge à haute intensité (DHI): Il existe deux types de ces lampes : la lampe à vapeur de sodium à haute pression et la lampe aux halogénures. Les deux sont nécessaires à différents stades de croissance de la plante. Cependant, celles-ci coûtent très cher à acheter, à installer et à opérer et sont principalement utilisées pour des configurations semi-professionnelles ou professionnelles.

● Lampes DEL: Ces lampes remplacent graduellement les lampes fluorescentes comme les principales lampes de culture à l’intérieur de nos maisons. Elles donnent une meilleure croissance, consomment moins d’énergie et augmentent le rendement. En outre, ces lumières peuvent pénétrer la canopée de la plante et atteindre les feuilles inférieures, améliorant ainsi la capacité de la plante à produire un maximum de fruits.

Lumière chaude ou froide?

Les tomates ont besoin d’une bonne gamme de couleurs de lumière pour atteindre leur pleine capacité et les lumières chaudes (rouges) et froides (bleus) sont particulièrement importantes à cette fin.

Les couleurs froides (autour de 6500K) sont plus utiles au début de la croissance de la plante, lors de la germination et du développement des parties vertes de la plante. Elles aident justement à stimuler une croissance verte saine et vigoureuse. Cependant, elles contribuent peu à la floraison et à la fructification.

Les couleurs chaudes (vers 2711K), en revanche, encouragent les plantes à produire des fleurs saines et à porter des fruits, mais elles n’aident pas beaucoup à la croissance générale.

Intensité lumineuse nécessaire pour les tomates

Les lumières DEL vous donnent plus de contrôle sur l’intensité et la hauteur des panneaux lumineux et une meilleure réussite en général. Pour chaque stade de croissance, l’intensité nécessaire de la DEL à spectre complet est la suivante :

  • Germination: 20-40%
  • Semis: 40-60%
  • Croissance végétative: 60-90%
  • Floraison et fructification: 90-100%

Vous vous demandez peut-être le nombre de lumens nécessaires pour faire pousser des tomates à l’intérieur. En matière de luminosité, vous devez fournir 7000 lumens pour une croissance optimale des tomates. Mais rappelez-vous que la luminosité n’est pas tout: la couleur et la température doivent également être prises en compte pour assurer une bonne croissance des végétaux.

Watts nécessaires pour la croissance des tomates en intérieur

Vous devez déterminer l’espace qu’occuperont les tiges et les feuilles de vos plantes. Dans le domaine, habituellement on utilise comme unité de mesure le pied carré, soit 0,1 m2. Ce n’est pas toute la pièce qu’il faut inclure dans le calcul, mais seulement la zone où les plantes pousseront. Par exemple, si la salle de culture a une superficie de 3 × 3 m, mais que les tomates poussent dans une zone de 1,5 × 1,5 m, c’est-à-dire environ 2,5 m2, vous devez alors éclairer ce secteur uniquement.

En moyenne, vous avez besoin d’environ 400 watts par m2 pour la croissance des tomates. Ce qui signifie que pour 2,5 m2, vous aurez besoin de 2,5 × 400 = 1000 watts.

Hauteur des lampes de croissance

Étant donné que les plants de tomates nécessitent une lumière à haute intensité pour une croissance saine, les lumières doivent être placées très près d’eux.

Si les ampoules sont fluorescentes, vous voudrez probablement les garder à moins de 30 cm des plantes. Les ampoules fluorescentes perdent de leur intensité si elles sont placées plus loin des plantes qui, alors, n’obtiendront donc pas assez d’énergie lumineuse de cette manière à moins qu’un bon éclairage solaire vienne compléter la carence.

En revanche, vous avez une meilleure situation avec les lampes DEL. Elles peuvent émettre une énergie lumineuse intense jusqu’à 75 cm de la tête des plantes. Donc, si vous voulez que vos plants de tomates donnent des fruits dodus et juteux, ne placez pas les lampes à plus de 75 cm au-dessus d’eux.

En ce qui concerne les lampes DHI, vous ne devez pas les placer trop près des plantes. Installez les plantes à une distance de 60 à 150 cm de ces lampes très intenses qui dégagent beaucoup de chaleur.

De plus, à mesure que les plantes grandissent, vous devrez également éloigner les lumières. Vous ne voulez pas que les feuilles soient brûlées, n’est-ce pas?

Durée de l’éclairage sous les lumières de croissance

Différentes plantes nécessitent des durées d’éclairage différentes sous des lampes de culture. Vous devez également équilibrer correctement la durée de la lumière et celle de l’obscurité pour une bonne croissance végétative. 

D’un côté, on peut dire que plus vos plants de tomates reçoivent de lumière, plus ils produiront de feuillage. Il peut alors sembler tentant de garder la lumière illuminée tout le temps, mais cela ne donnera pas les résultats escomptés, car les plantes ont besoin de se reposer la nuit, tout comme nous! Trop de lumière les épuisera. Il faut donc offrir à vos plants au moins 6 à 8 heures d’obscurité par jour.

Comme les tomates sont des plantes de jours longs, elles nécessitent entre 14 et 18 heures de lumière par jour. Cependant, si vous utilisez une combinaison de lumière DEL et de lumière naturelle, vous aurez peut-être à ajuster la durée.

Derniers mots

Cultiver des tomates à l’intérieur est assez exigeant et nécessite beaucoup d’attention. Vous devez faire des recherches au préalable et leur offrir des conditions parfaites de température, d’humidité, d’arrosage, de fertilisation, etc. Mais une exposition optimale à un éclairage artificiel est aussi souvent nécessaire pour une croissance parfaite.

C’est pourquoi, que vous soyez un horticulteur professionnel ou simplement un amateur de bonnes tomates, vous devez savoir comment utiliser les lampes de culture pour réussir avec des tomates à l’intérieur.

Alexander Tsvetkov est le rédacteur en chef et cofondateur du site www.greengardenist.com. C’est un professeur passionné de jardinage biologique qui détient une maîtrise de l’Université du Connecticut. 

Il a passé les 18 dernières années à travailler dans différents domaines du jardinage biologique. Tant d’années à gérer des jardineries et des pépinières écoresponsables, à enseigner à leur sujet et à écrire des articles pour elles ont fourni à Alex une grande richesse de connaissances dans ce domaine.

Alex croit que nous avons un devoir envers la planète de réduire les émissions de carbone et le réchauffement climatique. Il veut aussi motiver tout le monde à être le plus autonome possible et à s’impliquer davantage dans le jardinage. Ceci, selon lui, aidera grandement les gens d’aujourd’hui et du futur à grandir en bonne santé et à construire un monde merveilleux dans lequel nous pourrons tous vivre ensemble.

Billet traduit et adapté de l’anglais par Larry Hodgson.

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

21 comments on “Comment utiliser une lampe de culture pour les tomates

  1. Pour la fertilisation ??? Pas d’abeilles a l’interieur.

    • Le sujet était « l’éclairage pour les tomates à l’intérieur ». Expliquer toute la culture aurait pris 10 fois plus de texte! Sachez qu’aucune abeille n’est nécessaire: il suffit de secouer les fleurs, ce qu’on peut faire avec un brosse à dents électrique.

    • Daniel Fantino

      Notre jardinier avait déjà suggéré le dos d´une brosse à dent électrique posée sur le dos de la fleur de tomate qui possède les deux sexes. Les vibrations faisant tomber le pollen sur la partie femelle. Trop humide le pollen ne tombe pas. Trop sec il n´adhère pas à la partie femelle. Un fin pinceau ou Q-tips peut faire
      l´affaire. Il est sage de tenir une feuille de papier sous la fleur pour s´assurer que son pollen est « mur » et afin de ne pas en perdre. Peut s´appliquer à toutes fleurs en autant qu´elles soient au bon stade de maturité. En passant le pinceau d´une fleur à l´autre on finit par avoir les deux sexes.

    • Le vent fertilise aussi les fleurs de tomates .

  2. Denise B. , Québec, QC

    Quel article juste et pratique comme toujours. Merci de nous le partager.

  3. JEAN-YVES MANIN

    Calcul faux si 0,1 metre carré nécessite 400W alors:
    1 mètre carré nécessite 4000 W
    et 2.5 mètres carrés nécessitent 10 000 Watts

  4. Claude Viau

    Intéressant comme d’habitude. Il y a toutefois une erreur de calcul. S’il faut 400 w par 0,1 m2, alors, c’est 10000 w qu’il faut pour 2,4 m2. Je suppose donc qu’il aurait fallu écrire 400 w par mètre carré, pas par 0,1 mètre carré. Encore merci de ces textes toujours intéressants.

  5. Daniel Fantino

    Une tomate balancée dans le compost à germée. Mise dans un bac en plastique avant le gel elles séjournent dans le solarium. Plusieurs tiges, donc plusieurs plants. Toujours dans son sol compost et arrosées avec du thé de compost. Elles iront dans une pièce plus chaude avec une fenêtre sur le sud. Après tutorisation car elles se traînent à l´horizontales, la tige que je croyais perdue se porte mieux. Un éclairage DEL de 3 000 lumens par lampe semblable à des néons seront allumés avec une minuterie de 7h à 21h. Et on verra.
    Merci pour cet article qui tombe à pic !!

  6. François, Lévis

    Est-ce que si je sème des graines de tomates achetées pour mon jardin, ces dernières vont avoir le même bon goût que si elles avaient poussé au soleil?
    Et non le goût des tomates du supermarché, fade…

    • Le goût des tomates de supermarché est largement une question d’avoir sélectionner une tomate qui « voyage » bien plutôt qu’une tomate goûteuse. Les conditions changent relativement peu le goût. Si vos tomates étaient goûteuses au jardin, elles le seront dans la maison aussi.

    • @François, Lévis. – – Cette année, j’ai essayé les Tumbler, petites tomates quand même assez grosses sur des plants courts et retombants. Je les ai semées le 17 février. Elles ont d’abord germé et poussé sous sous tubes T5. Une fois le plant grossi, j’ai transféré les plants dans verrière – ils avaient été transplantés dans des pots assez gros, autour de 10-11 po (24-28 cm) de diamètre, de mémoire, peut-être un peu moins. Je les ai mis dans la verrière, orientée sud-ouest-ouest, en mars-avril. Elles ont produit des fruits, mais le plant est rapidement devenu peu esthétique pour une pièce habitée et dédiée à la contemplation et à la détente.

      M. Hodgon a publié le 5 avril dernier un article signé par Niki Jabbour sous le titre « Les mini-tomates » où on suggère des variétés à cultiver en bac (donc format assez petits pour être cultivé aussi dans la maison, je croirais – il faut voir les fiches descriptives cas par cas.

      La Tumbler a l’avantage d’être très rapide (45 jours) et si sa peau (d’un beau rouge) est un peu ferme, sa chair est très belle et bonne (pas fade – elle ne bat pas les Savoura 🙂 , mais agréable néanmoins). Elle a le mérite de bien se conserver et de finir de mûrir correctement sur le comptoir. Elle produit beaucoup. Elle est assez petite pour faire des bouchées-bonbons, mais assez grosse pour être coupée en tranches et faire des sandwiches, en attendant la production de gros fruits d’été des ‘vraies tomates’, comme j’appelle les plants classiques de tomates. – – Ah oui : le fait que les tiges soient retombantes n’est pas un avantage selon moi – ici, les tigres, même sur les plants cultivés en serre et dehors au cours de l’été, avaient tendance à plier. Peut-être manquaient-ils de quelque nutriment, même si elles étaient assez bien nourries pour bien produire.

      La technique de la brosse à dents (Hodgson a un excellent article sur ce thème de la fécondation manuelle des tomates – cf. « Pollinisez vos tomates avec une brosse à dents! », 8 août 2016) a très bien fonctionné ici, tant dans la maison que dans la serre ; mes tomates ont même désormais leur brosse à dent électrique dédiée et rapidement disponible pour leurs amours artificielles !

      Le Jardinier paresseux a peut-être des suggestions pour aider à choisir la ou les variétés optimales pour culture dans la maison ? Personnellement, j’apprécierais beaucoup un tel conseil ! .

  7. Article très intéressant ! J’imagine que les tubes fluorescent T5 sont évaluées comme les classiques T12 – étant donné que l’article ne les nomme pas spécifiquement ?

  8. Quand on voit un produit LED-DEL dit « à spectre complet » – chaud et froid, si je comprends bien ? – est-ce un bon choix pour les tomates et autres plantes exigeantes tel que décrit dans l’article ici ?

  9. Guillaume Fortin

    Quelqu’un peut-il me dire où se procurer de tels éclairages à un prix raisonnable? J’ai cherché en quincaillerie sans trouver tout à fait ce que je cherchais et les kits vendus en centre jardin sont plutôt coûteux. Merci! 🙂

  10. Expérimentation, sans plus: mon plant de petites tomates «Sweet Sturdy Jo» était tout flétri par le froid le 3 novembre dernier. Je l’ai rentré à l’intérieur, placé face à une fenêtre côté Est, mais… sans aucune lumière artificielle. Le plan portait une trentaine de micro-tomates vertes et quelques fleurs. J’ai supprimé les feuilles flétries. Une semaine plus tard, à ma grande surprise: de nouvelles feuilles se forment, les tomates grossissent et rougissent, six sont prêtes à consommer, il en reste 32 encore vertes. J’attends la suite, je suis curieuse. Merci pour vos articles quotidiens!

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :