Bulbes Plantes d'intérieur Truc du jour

20 faits fascinants sur l’amaryllis

Fleurs d'amaryllis roses.

Par Larry Hodgson

On trouve des bulbes d’amaryllis (Hippeastrum cvs) en magasin de la mi-automne au début de l’hiver. Non seulement en jardinerie, mais en quincaillerie et même en supermarché. Et sur Internet aussi. Avec leurs fleurs géantes et leur capacité à fleurir autour de Noël, elles sont très appréciées. Mais que savons-nous vraiment de cette plante d’intérieur si populaire?

Voici quelques faits fascinants sur l’amaryllis :

1. Le nom amaryllis vient d’une légende grecque. Amaryllis était une nymphe qui tomba désespérément amoureuse du beau berger Alteo, mais celui-ci ne lui montrait aucun intérêt. Il ne s’intéressait qu’aux fleurs. Sur les conseils de l’oracle de Delphes, elle visita quotidiennement la chaumière du berger, se transperçant le cœur d’une flèche pour que des gouttes de sang tombent au sol. Le 30e jour, de superbes fleurs rouges sont apparues là où son sang était tombé. Cela attira l’attention d’Alteo et il tomba amoureux de la nymphe.

Amaryllis belladonna poussant à la fondation d’une serre.
Voici une véritable amaryllis (Amaryllis belladonna), pas l’amaryllis qu’on nous vend comme plante d’intérieur, soit un Hippeastrum. Photo : Leonora (Ellie) Enking, Flickr

2. L’amaryllis n’est pas une Amaryllis. La plante que nous appelons amaryllis appartient au genre Hippeastrum et provient des tropiques du Nouveau Monde. La véritable amaryllis, d’origine sud-africaine, est l’amaryllis belladone (Amaryllis belladonna), seule espèce dans le genre Amaryllis. Les deux plantes appartiennent à la même famille, les Amaryllidacées, poussent à partir d’un bulbe et ont des fleurs en forme d’entonnoir… mais c’est tout. L’amaryllis belladone est habituellement cultivée en pleine terre, étant assez résistante au froid. Certainement, elle réussit bien presque partout en Europe, mais n’est rustique que dans les zones de rusticité 6 à 9, ce qui est insuffisant pour la plupart des jardins canadiens. De plus, elle produit ses fleurs au début de l’automne, pas l’hiver ni au printemps, et fleurit à nu, soit sans feuillage. (Les feuilles apparaissent séparément, au printemps.) Vous pouvez aussi distinguer les deux plantes par la hampe florale. Hippeastrum a une tige creuse; Amaryllis, une tige pleine.

Hippeastrum reginae. Photo: Drew Avery, Wikimedia Commons

3. Le nom Hippeastrum signifie étoile de chevalier, du grec ancien hippeus (chevalier) et astron (étoile). Cela fait peut-être référence aux marques blanches en forme d’étoile qu’on voit sur tant d’espèces sauvages d’amaryllis.

Photos de fleurs d’amaryllis de différentes couleurs et formes.
L’amaryllis (Hippeastrum) offre un vaste choix de variétés. Photo : dutchgrown.com

4. Les fleurs d’amaryllis se présentent sous toutes sortes de formes et de couleurs. Le rouge est peut-être la couleur la plus connue, mais vous pouvez les trouver en rose, saumon, orange, blanc, jaune et vert. Beaucoup sont bicolores ou tricolores. Les fleurs sont généralement en forme d’entonnoir, mais il existe des variétés en forme de trompette et de nombreuses variétés modernes ont des fleurs doubles.

L’amaryllis araignée ‘Chico’.
L’amaryllis araignée ‘Chico’ résulte d’un croisement avec Hippeastrum cybister. Photo : Walmart.com

D’autres encore ont des fleurs plus ouvertes aux tépales sveltes. On les appelle amaryllis araignées ou amaryllis cybister. Leur parent principal est H. cybister, une espèce sauvage justement aux tépales très fins.

5. Pour une floraison supérieure, achetez le plus gros bulbe disponible! Certaines amaryllis ont des bulbes de plus de 40 cm de circonférence et produisent généralement 4 tiges florales. Cependant, elles sont rarement offertes en magasin; il faut les commander par la poste d’un spécialiste. Les «bulbes de magasin» dits Jumbo (34/36 cm ou 36/38 cm) sont généralement les plus gros que vous puissiez trouver. En général, les Jumbos produisent 3 tiges florales avec 4 à 5 fleurs par hampe. Notez que certaines amaryllis de taille naturellement restreinte ont des bulbes plus petits. Pour celles-ci, les bulbes de 28/30 cm sont «de gros bulbes». 

Serre de production d’amaryllis aux Pays-Bas.
Serre de production d’amaryllis aux Pays-Bas. Photo : Leontine Trijber, iBulb

6. La plaque tournante mondiale de la production d’amaryllis est les Pays-Bas. Ils produisent quelque 15 millions de bulbes par an, le tout sous verre dans quelque 750 000 m2 de serres. Cependant, ils importent également beaucoup de bulbes de pays comme Israël, l’Afrique du Sud, le Brésil et le Pérou (où les bulbes sont cultivés en plein air), puis les revendent dans le monde entier.

7. Les bulbes d’amaryllis contiennent déjà leurs futures fleurs lorsque vous les achetez. Oui, il y a au moins un bouton floral à l’intérieur, prêt à sortir! Selon la loi néerlandaise, les bulbes d’amaryllis doivent être inspectés avant la vente pour s’assurer qu’ils abritent un bouton floral (ou deux ou trois) déjà sur le point de surgir du bulbe, ce qui garantit qu’ils vont fleurir. C’est pourquoi les amaryllis sont si faciles à faire fleurir la première fois.

Hippeastrum calyptratum avec des fleurs vertes cultivées sur une plaque de fibres d’osmonde.
Hippeastrum calyptratum cultivé sur une plaque de fibres d’osmonde pour répliquer la façon dont il croît sur un tronc d’arbre à l’état sauvage. Photo : Dan Hubik, Species Hippeastrum Collectors United

8. Certaines amaryllis sont épiphytes. Oui, leurs bulbes poussent sur les arbres! C’est le cas d’espèces telles que Hippeastrum arboricolaH. aulicum, H. calyptratum et H. papilio.

Amaryllis papillon aux fleurs vert lime fortement striée de violet.
L’amaryllis papillon (Hippeastrum papilio). Photo : xulescu_g, Wikimedia Commons

H. papilio est connu sous le nom d’amaryllis papillon parce que ses tépales ressembleraient aux ailes d’un papillon machaon. C’est la seule amaryllis épiphyte largement disponible et on la trouve assez facilement en magasin. Cependant, elle est rarement cultivée comme épiphyte dans nos maisons, mais plutôt en pot comme les autres amaryllis.

9. Il existe des amaryllis rustiques. Eh bien, au moins un peu rustiques! L’une, H. × johnstonii, est même vendue sous le nom «amaryllis rustique» dans certains catalogues horticoles et peut pousser dans les zones de rusticité 8 à 9, même parfois dans la zone 7, et ainsi, dans plusieurs régions en Europe francophone, car elle tolère le froid tant que le sol ne gèle pas en profondeur. La plupart des autres, cependant, sont strictement tropicales et généralement cultivées comme plantes d’intérieur, sauf, bien sûr, dans les zones tropicales où on les plante en plein air. Aucune amaryllis est rustique dans l’Est du Canada.

10. Les fleurs peuvent être énormes! Certaines amaryllis, comme ‘Giant Amadeus’, donnent des fleurs de jusqu’à 23 cm de diamètre.

11. Noël n’est pas la période de floraison naturelle des amaryllis. Mais comme ce sont des fleurs populaires à cette saison, la plupart des bulbes mis en vente ont été spécialement traités par le producteur pour fleurir en décembre. La plupart des variétés fleuriraient naturellement au printemps, même parfois l’été. Pour les faire fleurir pour Noël, le producteur provoque une dormance hâtive en retenant l’eau au début de l’automne. Lorsque le feuillage commence à jaunir*, il les place dans un endroit réfrigéré à environ 4-13 °C. Après 6 à 10 semaines de ce traitement (chaque variété a son calendrier et sa température spécifiques), la floraison aura été initiée et les bulbes seront prêts pour la vente dans les semaines avant Noël!

*Certaines espèces sont à feuillage persistant. Leurs feuilles restent vertes tout au long de la dormance qu’on leur impose.

12. Il existe plus de 90 espèces d’Hippeastrum et plus de 600 hybrides. Faites votre choix!

Bulbe avec deux bulbilles.
Bulbe d’amaryllis avec deux bulbilles. Photo : Sandie Anne Greene, YouTube

13. La façon la plus facile pour multiplier une amaryllis à la maison est par division. Les bulbes produisent des bulbilles qui peuvent être séparées du bulbe mère et mises en pot individuellement. Certaines amaryllis produisent de nombreuses bulbilles, d’autres très peu. Vous trouverez des informations sur la division de l’amaryllis dans l’article Quand diviser son amaryllis?

Capsules de graines d’amaryllis.
Récoltez les graines lorsque la capsule commence à s’ouvrir. Photo: Amaryllis Man

14. Vous pouvez également faire pousser l’amaryllis à partir de semences. Si la fleur est pollinisée, elle produira des capsules de graines qui s’ouvriront pour révéler des graines brunes. Celles-ci peuvent être semées pour produire de nouvelles plantes, mais… il est peu probable que les plantes soient fidèles au type (identiques à l’amaryllis mère), car presque toutes les amaryllis sont des hybrides et contiennent un mélange de gènes venant de divers parents. Aussi, sachez que les plantes cultivées par graines peuvent mettre 3 à 5 ans ou plus à fleurir! Si vous voulez toujours essayer, vous pouvez en apprendre davantage sur la culture de l’amaryllis à partir de semences en lisant le billet Félicitations! Votre amaryllis est enceinte!

Parfois, l’amaryllis se met à fleurir quand elle est encore dans son emballage. Photo : jardinierparesseux.com

15. Ne tardez pas trop avant de planter des bulbes d’amaryllis. Elles sont si impatientes de fleurir que parfois la tige florale commence à sortir ou même s’épanouit complètement alors que le bulbe est encore à l’intérieur dans son emballage… et le résultat n’est pas si attrayant ! Si vous voyez un bouton floral qui commence à sortir de votre bulbe, plantez-le sans tarder.

16. Les bulbes d’amaryllis ont une longue durée de vie. Un bulbe est réputé avoir vécu sur le rebord de la fenêtre de la même famille pendant 75 ans! Après sa floraison, il vous suffit de faire pousser votre amaryllis dans un éclairage très vif (de préférence, au plein soleil) et de l’arroser et la fertiliser régulièrement pour la garder en vie et en pleine croissance. Ensuite, à l’automne, une période de dormance au sec d’environ deux mois aidera à l’encourager à refleurir. Lisez Comment faire refleurir votre amaryllis pour en savoir plus sur la méthode.

17. Toutes les parties de l’amaryllis sont toxiques et elles contiennent une large gamme d’alcaloïdes souvent uniques, bien qu’elle ne soit dangereuse que si elle est consommée en grande quantité. Comme de nombreuses plantes toxiques, elle a aussi des utilisations médicinales. Des études sont notamment menées sur l’utilisation de l’amaryllis dans le traitement de la maladie d’Alzheimer.

Trois amaryllis en pot avec le haut du bulbe exposé.
Les amaryllis sont généralement plantées avec le haut du bulbe exposé. Photo : Ikea

18. L’amaryllis doit être plantée avec le tiers supérieur du bulbe exposé. C’est la recommandation standard. Mais vous êtes-vous déjà demandé pourquoi? D’autant plus que le bulbe pousse complètement sous terre à l’état sauvage. En bien, c’est simplement pour laisser de la place aux racines. Si vous enterriez complètement un si gros bulbe dans un pot assez petit, il n’y aurait pas de place pour ses racines !

Annonce de la Société Huntington du Québec faisant la promotion de la campagne d’Amaryllis 2021.

19. L’amaryllis est le symbole international des organisations associées à la maladie de Huntingdon, une maladie génétique dégénérative du système nerveux. Plusieurs de ces organisations organisent une campagne d’automne de vente de bulbes d’amaryllis pour financer la recherche sur la maladie. Au Québec, vous pouvez contacter la Société Huntington du Québec pour acheter une amaryllis tout en appuyant la cause de la Société.

20. Dans le langage des fleurs, l’amaryllis représente la force et la détermination en raison de sa taille et de sa robustesse.


Pour en savoir plus sur la façon de cultiver une amaryllis, y compris comment empoter le bulbe que vous venez d’acheter, lisez le billet Des amaryllis pour Noël.

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

15 comments on “20 faits fascinants sur l’amaryllis

  1. Voilà un article qui pourrait s’intituler « Encyclopédie de l’Amaryllis » (que j’ai coutume de nommer Hyppeastrum)

  2. Monsieur Hodgson, vous êtes une mine de renseignements! Irremplaçable! Moi qui suis fan d’Amaryllis, je ne peux pas croire que je n’avais jamais entendu parler de la campagne de la Société Huntingdon. Je viens de commander en plus de me porter volontaire pour combler un vide et être leur point de chute dans les Laurentides en 2022. Merci.

  3. Thérèse Romer

    Bonjour Larry, Dans les années ’70, les moines Trappistes à Oka cultivaient des Amaryllis belladonna dans leurs jardins — naturalisés, presque sauvages !! Ils m’en ont donné quleques bulbes, mais je n’ai pas réussi à les faire survivre dans mon jardin de Saint-Eustache. Hélas !
    Merci pour vos chroniques, toujours fascinantes
    Thérèse

    • Il est bien d’avoir de vos nouvelles! Je n’ai jamais réussi avec Amaryllis belladonna, malheureusement, même le long de la fondation et bien paillée. Mais alors, je suis en zone 4.

  4. Evelyne Deschamps

    Bonjour, j’ai deux amaryllis qui n’ont jamais fleuri, depuis 3 ans déjà. Je les appelle mes grandes oreilles, car elles ne produisent que des tiges, qui sont très longues et qui tombent sur les côtés.
    Devrais-je les mettre au froid ?
    Merci.

    • Les longues feuilles qui retombent indiquent un manque de lumière. Le froid est un facteur mineur: il ne vaut pas la peine d’en parler à moins de vouloir forcer une floraison hâtive. Je suggère un emplacement au plein soleil. Quand les anciennes feuilles sèchent, coupez-les. Les nouvelles (probablement elles sortiront en janvier ou février) devraient être plus en forme et l’an prochain, vous pourriez avoir des fleurs.

  5. johanne Leboeuf

    Mon amaryllis ne semble pas vouloir entrer en dormance, ses feuilles sont belles à l’année. Devrais-je forcer une dormance en la mettant au sec et noirceur? Je ne l’ai pas fait à date car elle fleurit bien et ses feuilles sont d’un beau vert. Je ne coupe que les feuilles qui jaunissent. merci pour tous vos bons conseils.

    • J’ai différente couleurs d’amaryllis et certains ne vont pas en dormance non plus. Cela dépend des types. Je crois que c’est vraiment normal, surtout qu’ils fleurissent aussi régulièrement.

    • Lisez l’astérisque sous le point 11, car votre amaryllis est sans doute une variété à feuillage persistant. Continuez comme vous le faites, tout simplement.

  6. Ou peut-on trouver l’amaryllis araignée chico?

  7. David Mercille

    Bonjour Larry, je voulais d’abord vous dire merci pour tous vos articles. Je vous lis chaque matin! Hier j’ai reçu mon tout premier bulbe d’Amaryllis, commandé auprès de la société d’Huntington. Suite à votre parution, cela m’a permis, un de connaitre cette fleur que je ne connaissais pas (je suis relativement vert dans le milieu!!), et de deux, de connaitre la société Huntington et cette maladie, que je n’ignorais également!! Deux pierres, l’une!!! Tout simplement merci, et merci de partager votre passion!

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :