Graminées ornementales Travaux saisonniers

Les graminées ornementales : le ménage d’automne n’est pas nécessaire

Miscathus sinensis en couleurs automnales.

Par Larry Hodgson

Il n’y a pas si longtemps, presque les seules graminées ornementales que les gens cultivaient sur les terrains étaient celles de la pelouse. Depuis environ deux décennies, cependant, les graminées ornementales — miscanthus (Miscanthus sinensis), panic érigé (Panicum virgatum), calamagrostide ‘Karl Foerster’ (Calamagrostis × acutiflora ‘Karl Foerster’), etc. — sont devenues très populaires. On les apprécie pour leur feuillage mince et arqué en forme de dôme ou de fontaine, leur port gracieux, leur panache plumeux argenté et… leur effet automnal et hivernal. En effet, même si leur feuillage et leurs tiges florales meurent à l’automne, remplaçant le vert par le beige ou le brun, elles conservent leur forme et leur effet tout l’automne et, si la neige n’est pas trop lourde, tout l’hiver aussi.

Mais l’autre jour, en plein mois d’octobre, j’ai vu un jardinier assidu en train de rabattre ses graminées au sol. Puis, trois maisons plus loin, un autre. De toute évidence, les graminées sont passées dans le répertoire du jardinier ordinaire, mais il manque certaines connaissances sur leur entretien.

Un entretien à l’envers

Calamagrostide ‘Karl Foerster’ à l'automne.
Calamagrostide ‘Karl Foerster’ à l’automne. Photo: growjoy.com

Les graminées ornementales de nos plates-bandes ne sont pas comme celles du gazon : il n’est pas nécessaire — ni même une bonne idée! — de les couper court à l’automne. Les couper à cette saison enlève la protection hivernale que leur feuillage leur offre et elles risquent de geler en profondeur. Si c’est le cas, vous allez les perdre. Chez les graminées ornementales, la taille a plutôt lieu au printemps.

Le cycle de dame Nature

Prairie de hautes herbes
La prairie de hautes herbes est un écosystème de plus en plus menacé par l’agriculture et par l’envahissement des arbres suite au contrôle des feux d’herbe imposé par les humains. Photo: Laima Gūtmane, Wikimedia Commons

Il faut comprendre que les graminées ornementales que nous cultivons viennent, pour la plupart, des steppes* du monde (Russie, Chine, Amérique du Nord, Argentine, etc.). C’est un milieu de prés de graminées à perte de vue, presque sans arbre, aux hivers froids et souvent neigeux, mais aux étés chauds et secs. Dans ce milieu, les feuilles ne tombent pas au sol à l’automne comme dans un milieu forestier dominé par les arbres caducs, mais restent sur place, même debout. Il y a peu de décomposition, car le sol est d’habitude sec. C’est plutôt au feu de faire le ménage. 

*Au Canada, nous appelons les steppes «prairies».

Feu de prairie
Dans les parcs de l’ouest nord-américain. les feux d’herbe strictement contrôlés sont utilisés pour maintenir la prairie. Photo: Amy Coffman / USFWS, Flickr

Tous les trois ou quatre ans, un incendie d’herbe passe dans le secteur à la fin du printemps ou au début de l’été, quand le feuillage est sec. C’est un incendie à température relativement basse qui passe trop rapidement pour endommager les souches des graminées, mais qui fait disparaître tout le feuillage mort, faisant table rase et enrichissant le sol de ses cendres. 

L’incendie joue un deuxième rôle aussi : il élimine tout arbre ou arbuste qui avait germé. Ainsi, la prairie reste une prairie; elle ne devient pas une forêt. Les graminées sont donc habituées à un cycle où le ménage se fait au printemps.

Dans nos villes, bien sûr, il n’est plus question d’allumer un feu pour brûler nos graminées au printemps! À la place, on attend que la neige fonde, puis on taille nos graminées à 10 à 15 cm de hauteur. Un coupe-bordure à fil de nylon fait bien le travail, ou encore, un taille-haie. Les tiges et feuilles coupées font un excellent paillis si on les déchiquette en les passant sous la tondeuse ou dans une déchiqueteuse. Sinon, on peut les mettre à la rue pour que la municipalité puisse les recycler. 

Graminées à feuillage persistant

Avoine bleue au printemps.
Les graminées à feuillage persistant, comme ici l’avoine bleue (Helictotrichon sempervirens), n’ont pas besoin de taille printanière. Source: francedesign.co

Voilà pour les graminées dont le feuillage brunit à l’automne, mais certaines graminées, comme la fétuque bleue (Festuca glauca et autres), l’avoine bleue (Helictotrichon sempervirens) et la plupart des carex (Carex spp.), ont un feuillage persistant qui conserve sa couleur à l’année. Comment les entretenir? 

Quand une plante herbacée a un feuillage persistant, soit des feuilles qui restent vertes même l’automne et l’hiver, c’est comme un avertissement : ne me taillez pas! Ces végétaux aiment mieux qu’on les laisse tranquilles. Vous ne rabattriez pas un conifère, n’est-ce pas? Et vous ne rabattez pas non plus les rares vivaces à feuillage persistant comme la petite pervenche (Vinca minor), l’heuchère (Heuchera spp.) et le bergénia (Bergenia crassifolia) (du moins, j’espère que non!). 

Eh bien, ne coupez pas les graminées à feuillage persistant, non plus. Tout au plus, passez rapidement sur le plant, au printemps, pour tirer sur les feuilles et tiges florales mortes (mettez alors des gants de caoutchouc : les feuilles séchées y collent mieux) afin de les enlever. 

Donc, que vous soyez un jardinier assidu ou paresseux, laissez vos graminées tranquilles cet automne et non seulement allez-vous profiter de leur beauté pendant les mois à venir, mais elles seront d’autant plus belles au printemps prochain.

25 comments on “Les graminées ornementales : le ménage d’automne n’est pas nécessaire

  1. Celine Foucault

    Très intéressant et le message arrive à point! J’aimerais connaître la façon la plus écologique de retirer une graminée. La motte est très dure et dense…Merci encire

    • Il faut tout simplement utiliser une bêche bien affûtée… et beaucoup de force! Et une scie pour diviser!

      • chicpourtout

        D’abord les tailler et utilisé un pinceau avec le produit que M. Hodgson nous a suggéré pour les éliminer. elles vont le boire par la tige et s’éliminer par elles-mêmes.

        Les graminées sont vraiment belles en autant que nous avons un grand terrain! Elles peuvent devenir envahissante (notamment les misacanthus sinensis) .
        Pour ma part les contrôler avec la bèche j’en suis incapable. Cela me demande trop de «jus de bras». Il reste donc peu d’option… (ou bien ça vous prend un «bénévole-homme fort» capable de travailler la dessus.
        La motte est tricotée tellement serrée, ça prendrais une sorte de longue scie au sol si vous souhaitez le faire vous-même.

  2. Quand est la meilleure période pour les diviser et /ou les déplacer?

  3. Je dois cet automne déplacer quelques beaux pieds de graminées diverses pour causes de travaux.
    Je tente actuellement le fractionnage au merlin et le détourage à la pelle bêche. Sans couper court, juste en supprimer les terminaisons qui donnent les épis…. Ais-je bon ?

    • Tant qu’à déplacer et diviser les graminées (rappelez qu’elles sont souvent difficiles à couper: il faut parfois une scie), it est aussi bien de les rabattre très court (pour une fois). Il est beaucoup plus facile de travailler avec une plante « rasée ».

  4. Denise B. , Québec, QC

    Génial, -1 travail à faire. Nos miscanthus giganteus ont au moins10 pieds…Yé 😄

  5. Didier Girol

    Bonjour Larry, J’avais autrefois une graminée très haute que l’on utilisait comme écran et qui était appréciée pour son doux bruit de feuillage lorsqu’il y avait du vent. Je ne me souviens plus de son nom, auriez vous une idée ? Merci à l’avance.

  6. Nicole Brissette

    J’ai planté des cumeleon (mini concombre ou concombres melon ou encore concombres souris) et je viens de déterrer les plants qui m’ont donnés beaucoup de petits concombres et lors de la sortie de terre j’ai l’équivalent d’un topinambour lisse par plant c’est comme un tubercule … est-ce comestible et devrais-je le planter comme le topinambour ou le consommer . J’ai laissé le tubercule ou utérus je ne sais pas comment appeler cela mais ils sont au chalet et si vous voulez une photo je le ferai la semaine prochaine lorsque j’irai

    • Les tubercules ne sont pas comestibles et ne sont pas rustiques, mais on peut les rentrer à l’abri du gel et les conserver à la manière des bulbes tendres (glaïeuls, cannas, dahlias, etc.)

      Je pourrais utiliser une photo pour un article que je pense écrire.

  7. Suzanne Théorêt

    Q. . Est-ce que des graminées empêcheraient les mauvaises herbes de toutes sortes de pousser en flanc de côte.

  8. Mireille Guay

    Nous coupons les graminées à l’automne. il y en a une géante de plus de 12 pieds devant la porte d’entrée, si on ne la coupe pas, une grosse pluie, un verglas et le poids de la neige la font tomber sur la porte…

  9. Christine Bouchard

    Nous avons planté une haie de Miscanthus Giganteus cet été pour faire un écran. Première année et ils ont poussé à presque 6 pieds déjà mais surtout…surprise, ils ont fleuri!!! J’avais lu que c’était rare, vu la durée insuffisante de notre été. Est-ce vrai ou puis-je m’attendre à ce qu’ils le fassent chaque été?

  10. Andree Anne GRatton

    Je viens d’apprendre que je ne dois pas couper mes heuchères ni ma fétuque! Merci!

  11. Concernant les graminées, j’ai une Sesleria Heufleriana qui fait une belle floraison* noire au printemps, alors je taille à l’automne pour que cette floraison* soit bien visible. Je ne sais pas si je serais mieux de ne pas la tailler.

    * je ne sais pas si on peut parler de la floraison dans le cas des graminées lorsque le plumeau se présente.

    • Une taille à l’automne ne dérange pas trop cette graminée « pas comme les autres », malgré que la taille se fait habituellement tôt au printemps. Son feuillage est semi-persistant: dans certains climats, aucune taille n’est vraiment nécessaire. Et oui, ces plumeaux constituent une floraison.

  12. Merci pour vos précieux conseils Larry ! Je vous redécouvre après avoir passé plusieurs années en condo. Je suis à nouveau propriétaire d’une maison avec plusieurs plate-bande mais dont les propriétaires avant moi n’avaient aucune idée de ce qu’ils faisaient et avaient peu d’intérêt pour l’horticulture. J’ai donc beaucoup de travail et d’amour à leur donner pour leur redonner belle apparence 🙂 Entre autres, je vais écouter votre dernier conseil et je ne taillerai pas mes plants de fétuque bleue à rase motte comme eux ont fait à l’automne dernier. Sylvie, nouvelle propriétaire d’un B&B à Magog.

  13. Dans quel sol les miscanthus poussent le mieux? Chez mois c’est plutôt sablonneux…

    • Ils tolèrent presque tous les sols, dont les sols sablonneux, mais il faut les garder un peu humide la première année pour qu’ils s’enracinent bien. Après, ils résistent mieux à la sécheresse.

  14. Bonjour.
    J’ai planté des graminées en pots ce printemps et je me demandais comment faire pour les conserver année après année. Merci!

    • Certaines peuvent survivre en pot en plein air sans le moindre soin, mais il faudrait essayer de protéger d’autres. (Couvrant leur pot de feuilles mortes, par exemple.) Il y a des plantes très rustiques et des plantes peu rustiques parmi les graminées: il n’y a pas de réponse simple.

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :