Bulbes Cuisine Histoire des jardins

Quand les tulipes sauvèrent la Hollande de la famine

Boisseaux de bulbes de tulipe

Les tulipes sauvèrent des millions de Néerlandais de la famine pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Par Larry Hodgson

Saviez-vous que les bulbes de tulipe sont comestibles, du moins, si on les prépare correctement? Eh bien, le peuple néerlandais s’en souvient.

L’hiver de la faim

Enfant néerlandais souffrant de malnutrition pendant la 2e guerre mondiale.
Ce sont les personnes âgées et les enfants qui ont le plus souffert pendant l’hiver de la faim. Photo: Menno Huizinga, Wikimedia Commons

L’hiver 1944-1945, juste avant la fin de la Deuxième Guerre, est connu en Hollande comme l’hiver de la faim («Hongerwinter»). Les nazis, qui occupaient encore la majeure partie du pays, coupèrent les livraisons de nourriture depuis les zones agricoles vers les grandes villes en guise de punition pour la réticence des Néerlandais à soutenir leurs efforts. Plus de 4,5 millions de personnes furent touchées par cette famine et l’on estime que plus de 22 000 sont mortes de malnutrition ou de causes connexes.

L’actrice d’origine néerlandaise Audrey Hepburn vécut dans le secteur pendant la famine et souffrit toute sa vie de diverses maladies reliées à la malnutrition dont elle a souffert pendant son enfance.

Mais les producteurs de bulbes hollandais n’avaient pas trouvé le moyen de les planter l’automne précédent et des tonnes de bulbes, le plus souvent déshydratés, sont restés dans les entrepôts. La plupart des bulbes, comme ceux de jacinthes et de narcisses, sont toxiques pour les humains, mais on peut consommer les bulbes de tulipe si on les prépare avec soin.

Recette de soupe aux bulbes de tulipe en langue neerlandaise.
Recette pour une soupe aux bulbes de tulipe. Photo: coquinaria.nl

L’Office de l’approvisionnement alimentaire du gouvernement néerlandais publia cet hiver-là un guide expliquant comment préparer les bulbes de tulipe et suggérant des recettes. Vu le manque d’autres denrées, la recette la plus populaire était tout simplement de les réduire en farine (il fallait enlever la pelure et le centre jaune, où les toxines sont concentrées) et d’ajouter du sel, puis de mélanger cette poudre avec de l’eau pour fabriquer des pains. Un prêtre a décrit ces pains comme goûtant la sciure de bois… mais au moins ils contenaient des hydrates de carbone et des minéraux et coupaient la faim.

Peu avant la libération du pays en mai 1945, des livraisons de farine sont enfin arrivées de la Suède et les nazis ont permis leur distribution, mettant fin à la famine. Mais les Néerlandais qui l’ont vécue n’oublieront jamais leur hiver de la faim ni les bulbes de tulipe qui les ont sauvés.

Billet adapté d’un article paru dans ce blogue le 10 octobre 2016.

31 comments on “Quand les tulipes sauvèrent la Hollande de la famine

  1. Merci pour cette information. Je ne ferai pas de farine à base de bulbes de tulipes, mais j’aime bien connaître toute forme historique

  2. Helen Trachy

    Quelle histoire,……et dire que c’est vrai! Merci de partager ce pan d’histoire et de rendre ces bulbes encore plus précieux.👋

  3. Denise B. , Québec, QC

    Dire qu’il existe ici au Québec des personnes qui chialent sur le Web parce qu’elles n’ont pas pu acheter leurs 3 dindes en promotion à l’épicerie. Et qui sont trop introverties pour même se rendre compte qu’ailleurs dans d’autres pays ou même régions, des personnes vivent des situations similaires de restrictions alimentaires. Chez nous, rien ne se perd de nos jardins, les surplus sont redonnés. Certains agriculteurs premettent aussi aux gens de récolter les derniers légumes-fruits de leurs champs et devinez qui y vont. ..! Merci M. LARRY 🤔🌹

    • chicpourtout

      Chez nous aussi Mme Denise B
      Nous sommes deux et j’ai deux jardins…. imaginez les récoltes.
      J’ai beau cuisiner comme un Cordon bleu mais il y en a plus qu’il faut. Je redonne certains surplus. C’est un grand bonheur.
      Les agriculteurs devraient faire mieux connaitre cette pratique de leurs champs d’ailleurs.
      Nous sommes tellement dans l’abondance dans ce pays… Pourtant beaucoup encore ne mangent pas assez de légumes.
      Merci de votre partage et merci M. le Jardinier paresseux pour ce blogue! 😉

  4. Caroline Jarry

    Histoire triste, mais oui, il est bon de transmettre ces histoires, s’en souvenir. Quel rôle pour ces humbles petits bulbes dans une tragédie humaine.

  5. Lise Ranger

    J

  6. Chantal Sergerie

    Lorsque mes belles tulipes apparaîteront au printemps, je les verrai d’un tout autre oeil. Elles auront une autre signification, une nouvelle raison d’être, une histoire qui me rappellera qu’elles ne sont pas juste magnifiques mais qu’elles ont servi à sauver des vies humaines.

    Merci. 🍂🍃🍁

  7. Lise Bédard

    J’ai rencontré lors d’un voyage un journaliste néerlandais qui avait 5 ans lors de cet hiver et qui a dû se nourrir de bulbes de tulipes. Il nous avait prêté son appartement à Amsterdam qq.jours, nous avait fait visiter cette ville et qq. villes avoisinantes, reçu un peu partout car il disait avoir une dette envers le Canada. A la fin de la guerre lorsque les Alliés sont entrés dans la ville, un soldat canadien lui avait donné une tablette de chocolat. Voici ce qu’est la reconnaissance.

  8. Joscelyne Duchesne

    Merci Larry pour tous vos articles aussi intéressants les uns que les autres.

  9. Daniel Fantino

    Il fut une époque où en Hollande, le marché de ces bulbes se traitaient en bourse. La bourse des tulipes. Certains d´entre eux atteignants des valeurs inimaginables de 6 700 florins en 1636-1637, soit un bulbe équivalent la valeur d´une maison ou 20 fois le salaire annuel d´un ouvrier spécialisé. Le premier krach boursier de l’histoire s´en suivit.
    300 ans plus tard…on en fait de la farine…
    Source: Google, bourse des tulipes en Hollande.

  10. Merci pour ces informations. Il y a peu de temps que je lis votre blog depuis la Belgique. J’y trouve des tas de choses très intéressantes !

  11. Murielle Bernatchez

    Merci pour ce texte des plus intéressant, M. Hodgson. Cela porte également à réfléchir sur le gaspillage alimentaire.

  12. Merci pour ce billet. Une histoire humaine triste à ne pas oublier. Je vais moi aussi regarder mes tulipes d’un autre œil au printemps, et les remercier pour ce qu’elles ont fait pendant ces temps difficiles. Leur beauté sera d’autant plus appréciée au retour du printemps.

  13. Pour moi, l’hiver le plus dur fut celui de 1940, avec un froid horrible, inhabituel, et pas grand chose pour se chauffer et se nourrir.

    Puis il y eut les années suivantes, avec le pain, non de tulipes mais d’autres denrées tout aussi étranges et indigestes, sans compter les bombes et la mitraille.
    Même après la Libération, dans un pays en ruines, nous avons passé quelques années difficiles avant un retour lent et progressif à une vie normale que je n’avais jamais connue.

  14. Et l’on n’a pas encore parlé de ce phénomène économique qui s’appelle maladie hollandaise et qui a tout à voir avec les tulipes. Les explications sont très faciles à trouver..;

  15. traduction du texte original un peu corrigé (fautes d’orthographes) :

    het gebruik van tulpenbollen – 1940 winterhonger

    Tulpenbollen zijn als voedingsmiddel te gebruiken. Zij hebben een hoog zetmeel gehalte. Afhankelijk van de soort hebben zij een liche bijsmaak, zij zijn koken min of meer melig van consistentie, het is daarom niet mogelijk in gewichthoeveelheid uit te drukken hoeveel tulpenbollen men voor bepaalde recepten gebruiken moet.

    Het schoonmaken van tulpenbollen.
    De tulpenbollen schillen, doormiddensnijden en van het gele riempje ontdoen, hard en aangestoken deeltjes verwijderen.

    Soep met tulpenbollen.
    1 liter water, 1 ui, 4 ‘s 5 tulpenbollen, aroma, zout, 1 theelepel olie, kerriesurrogaat.
    Het uitje snipperen en bak hem met de olie en het kerriesurrogaat tot hij lichtbruin is. Het water en de aroma toevoegen. De soep aan de kook brengen. De schoongemaakte tulpenbollen raspen boven de kookende vloeistof. Deze onder roeren nog even door koken en op smaak aanmaken met wat zout.

    L’utilisation des bulbes de tulipes – hiver de la faim 1940

    Les bulbes de tulipe peuvent être utilisés comme denrée alimentaire. Ils ont une forte teneur en amidon. Selon la variété, ils ont un léger arrière-goût, et leur consistance est plus ou moins farineuse. Il n’est donc pas possible d’exprimer en poids le nombre de bulbes de tulipe à utiliser pour certaines recettes.

    Nettoyage des bulbes de tulipes.
    Épluchez les bulbes de tulipe, coupez-les en deux et retirez la lanière jaune, enlevez les parties dures et acides.

    Soupe aux bulbes de tulipes.
    1 litre d’eau, 1 oignon, 4 ou 5 bulbes de tulipe, arôme, sel, 1 cuillère à thé d’huile, substitut de curry.
    Hacher l’oignon et le faire revenir avec l’huile et le substitut de curry jusqu’à ce qu’il soit brun clair. Ajoutez l’eau et l’arôme. Portez la soupe à ébullition. Râpez les bulbes de tulipe nettoyés sur le liquide bouillant. Remuez la soupe et faites-la bouillir pendant un moment et assaisonnez-la avec un peu de sel.

  16. alixe O, l'arroseur arrosé

    Oups ! Je voulais dire « fautes d’orthographe ». L’arroseur arrosé, c’est moi…💦 😬

  17. Gourdol Martine

    Merci de cette Histoire avec un grand H comme on dit en France ! Bravo et comme on a dit un autre lecteur je ne verrai plus du même œil les tulipes fleurir et qui sont si belles et racees

  18. Très intéressant, merci.

  19. Wow merci pour ce moment d’histoire.

  20. La guerre crée le désastre, la famine, la souffrance et la misère! Quelle affaire devons nous ne pas vivre!
    Merci pour ces informations!

  21. Merci infiniment pour cet article, des plus intéressant!!!
    J’ai beaucoup appris, et j’adore!!!

  22. chicpourtout

    Quel pan d’histoire incroyable! Qui aurait cru…
    La débrouillardise de ces gens a été merveilleuse dans les circonstances.
    Par curiosité, quelqu’un aurait une idée de la valeur nutritive de cette soupe? Mis a part cette forte concentration d’amidon…?
    Les gens devaient vivre de telles carences alimentaires à cette époque…

    Un grand Merci M. Hodgson 🙂

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :