Cactus et succulentes Greffage Plantes d'intérieur Truc du jour

Quand un cactus boule rouge perd la boule 

Cactus poussant tout de travers.

Par Larry Hodgson

Question : J’ai reçu ce cactus et il avait uniquement une tige centrale avec un autre cactus coloré sur le dessus. Cependant, le cactus coloré est mort et, depuis plusieurs années, il pousse tout de travers. Que dois-je faire avec ce bizarre de cactus? 

Lucie Dubreuil 

Cactus boules rouges sur un porte-greffe vert.
Cactus colorés greffés sur un cactus porte-greffe vert.

Réponse : Les cactus greffés portant un deuxième cactus coloré au sommet de la tige verte d’un premier sont très populaires dans le commerce. Le «cactus boule rouge» (Gymnocalycium mihanovichii friedrichii ‘Rubra’, aussi appelé Hibotan), un cactus boule de couleur rouge est le plus courant de ces cactus greffés, mais il en existe d’autres couleurs et formes. 

Habituellement, ces cactus ne vivent pas très longtemps : rarement beaucoup plus qu’un an. Soit que le porte-greffe (la partie verte) meurt et alors toute la plante décède, soit le greffon — la partie colorée — meurt, vous laissant avec le porte-greffe, le cactus vert, beaucoup moins attrayant. C’est ce qui est arrivé dans votre cas.

Quand le porte-greffe redevient une plante indépendante

Cactus reine de la nuit qui a complètement couvert son treillis de tiges triangulaires.
Quand on le laisse pousser normalement, le cactus reine de la nuit devient un fouillis de branches rampantes et grimpantes qui engouffrent souvent complètement son treillis. Photo: urbantropicals.com

Le porte-greffe traditionnel est le cactus reine de la nuit (Selenicereus undatus, syn. Hylocereus undatus ou S. triangularis, syn. H. trigonus), aux tiges triangulaires. Dans la nature, c’est une grande plante grimpante portant des racines aériennes qui se fixent sur les troncs et les branches d’arbres dans la nature et sur les murs des maisons et des supports de pergola en culture. Dans la maison, la «souche», si elle survit, produit des tiges triangulaires grimpantes… et c’est ce qui arrive avec votre plante. Votre plante cherche à se fixer sur un support par les racines qu’elle produit. 

En plus, votre cactus n’a pas l’air d’être en très bonne forme. Je soupçonne qu’il ne reçoit pas assez de lumière. Même si le cactus reine de la nuit pousse généralement dans un milieu partiellement ombragé par de grands arbres dans la nature, dans nos maisons, beaucoup plus sombres qu’on ne le pense, il lui faudrait idéalement le plein soleil, donc un emplacement tout près d’une grande fenêtre face au sud, pour bien pousser. 

Aussi, il faudrait rempoter votre plante dans un pot plus gros, un qui est muni de trous de drainage. Vous pouvez utiliser à cette fin un terreau pour cactus ou un terreau d’empotage ordinaire. Mieux vaut faire le rempotage au printemps, au retour des jours plus longs.

Ajoutez à cela un arrosage régulier quand le terreau est sec (il n’est pas bon de traiter ce cactus de milieu mésique [au sol d’humidité moyenne] comme un cactus désertique en laissant le terreau sécher trop en profondeur), des températures normales d’intérieur et un peu d’engrais de temps en temps et votre cactus reine de la nuit devrait montrer une croissance beaucoup plus vigoureuse.

L’entretenir, c’est réveiller un dragon

Cactus reine de la nuit qui grimpant sur un mur avec des racines aériennes.
La reine de la nuit peut se fixer aux murs avec ses racines aériennes. Photo: zoo-crafting-modpack.fandom.com

Du moins, c’est l’entretien qu’il faut pour laisser la reine de la nuit grandir. Mais est-ce que vous voulez vraiment réveiller le dragon qui dort dans cette plante? 

Il faut savoir que la reine de la nuit est une très grande plante au comportement indiscipliné, envoyant de longues branches dans tous les sens et atteignant facilement 2 m de haut et autant de diamètre si vous ne la taillez jamais (même 10 m en plein air!). Et elle n’est pas très attrayante. Typiquement, dans la maison, on la fixe sur un grand treillis du mieux que l’on peut ou on la laisse grimper sur un mur. Égalemement, il faudrait supprimer ou raccourcir les branches trop longues ou mal placées qu’elle produit. Beaucoup de gens qui la cultivent ainsi lui consacrent sa propre pièce. Oui, elle est vraiment de taille «dragonesque»!

Quelles fleurs extraordinaires!

Fleur blanche de reine de la nuit.
La fleur nocturne de la reine de la nuit est gigantesque… et si parfumée! Photo: Paul Venter, Wikimedia Commons

Par contre, après plusieurs années de culture (habituellement 10 et plus), il se peut que votre «reine de la nuit» vous montre pourquoi on lui a donné ce nom quand elle produit d’énormes fleurs blanches en trompette exquisément parfumées qui s’ouvrent le soir et ferment pour toujours le lendemain matin. Elles peuvent mesurer 20 cm ou même 30 cm de diamètre, selon la variété. C’est vraiment spectaculaire! 

Si la fleur ne dure qu’une nuit, au moins son épanouissement indique que la plante est arrivée à maturité. Ainsi, à partir de ce moment, votre reine de la nuit fleurira sans doute tous les ans avec de plus en plus de fleurs chaque année. 

Et le fruit?

Fruit de piraya rouge, un coupé en deux pour montrer la chair blanche à l'intérieur.
Notre dragon de cactus produit le fruit du dragon ou pitaya. Photo: SMasters, Wikimedia Commons

Je ne vous avais pas dit que la reine de la nuit produit un fruit aussi : un gros fruit fort délicieux, vendu en supermarché sous les noms de fruit du dragon ou de pitaya. Oui, ces gros fruits rouges à la chair blanche parsemée de petites graines noires proviennent d’un cactus grimpant! 

À l’extérieur, sous un climat doux (zones de rusticité 10 à 11), des chauves-souris et des insectes s’occupent de la pollinisation. Du moins, quand il y a deux spécimens ou plus dans le secteur, car une pollinisation croisée est normalement nécessaire pour féconder la fleur. Mais les chances de voir votre reine de la nuit produire un fruit à l’intérieur sont presque nulles, car aurez-vous deux de ces énormes cactus en fleurs en même temps pour assurer la pollinisation croisée? Et même si c’était le cas, il vous faudrait rester debout la nuit pour porter le pollen des anthères (au centre de la fleur) au stigmate, qui en ressort, car les chauve-souris et autres pollinisateurs nocturnes brillent par leur absence dans nos demeures.

Seulement alors pourriez-vous penser cultiver vos propres fruits du dragon… mais je ne connais personne qui l’ait réussi à l’intérieur d’un domicile.

Mes recommandations

Si vous aimez un défi et profitez de beaucoup d’espace, appliquez les informations ci-dessus pour essayer de dompter le dragon que deviendra cette plante! Mais sinon, il est peut-être temps de mettre fin à l’agonie de la pauvre plante qui, visiblement, n’a pas les conditions qu’il lui faudrait pour une vie heureuse. Quand on jardine, il faut aussi savoir quand il est temps de dire au revoir à une plante qui ne nous donne pas les résultats désirés.

24 comments on “Quand un cactus boule rouge perd la boule 

  1. Denise B. , Québec, QC

    J’en ai offert un à mon conjoint, il a perdu la boule…le cactus pas mon conjoint!!
    Dernièrement, je l’ai transplanté et divisé justement parce qu’il prenait de plus en plus de place et effectivement
    dans tous les sens. Et là, c’est reparti de plus belle. Maintenant, je sais comment le restreindre, un peu.
    Merci 😯🤔😉

  2. HELENE BEDARD

    Merci pour l’explication, nous voyons souvent ce petit cactus en vente u peu partout dans les grands magasins. A ne pas acheter trop compliqué finalement ici. Et merci aussi j’ai appris et vu d’où vient le pitaya.

  3. Caroline Jarry

    Quelle plante intéressante! J’essaierais de relever le défi si j’avais assez de place à la maison, mais ce n’est pas le cas. La nature est vraiment incroyable! Fascinant. Merci de partager votre savoir.

  4. Vendette Claudette

    Merci pour tous ces renseignements ..jai un captus qui pousse comme un eventail je connais pas le nom .je lai depuis plusieurs année ds la maison il a jamais fait de fleurs mais il est en santé connaissez vous le nom de ce captus?

  5. Michel Dupriez

    Le pitaya permet d’éliminer les excès d’acide urique et ainsi de prévenir la maladie de la goutte.

  6. Anne-Lise Fecteau

    ENFIN!!!!! Le mystère est résolu. Voilà 10 ans, j’ai récupéré un petit bout tout croche chez ma belle-mère (encore moins en santé que celui de la photo) Et j’ai cherché en vain le nom de ce cactus qui aujourd’hui a des dizaines de grosses tiges (plus de 12 pouces), et encore plus de petites. Je le sors tous les étés et l’ai rempoté au moins 6 fois!!! Ma fille l’a toujours appelé le cactus fou… Merci M. Hodgson.

  7. Jean Tremblay

    Vraiment intéressant. Il y a longtemps que j’ai compris qu’ils ne valaient pas la peine d’être acheter. Mais je ne connaissant pas toute l’histoire. Merci À vous.

  8. Juliette au balcon

    Les « faiseux » de plantes ont vraiment mauvais goût. Un cactus vert surmonté d’une boule rouge condamné une mort rapide. Voilà qui est parfait pour les marchands de plantes!
    Ça me rappelle les pauvres orchidées teintes en bleu… Misère!
    Mais je suis bien contente d’enfin savoir d’où viennent les pitayas.

    • chicpourtout

      Oui, quelle horreur ces orchidées «bleues électriques»…
      J’en ai reçues en cadeau (d’un ancien prétendant il y a 25-30 ans…) Quelle horreur je me disait et lui tout fier de me les apporter… 🙁 Il faut parfois être diplomate… 😉

  9. Très intéressant (comme toujours !).
    Evidemment ce curieux cactus réduit à l’état de porte greffe, peut difficilement atteindre son plein développement et être cultivé avec succès dans nos contrées.
    J’ai toujours considéré d’un œil plutôt critique et désapprobateur ces greffes de cactées, qui donnent une impression de « tripatouillage » de la nature peu esthétique de surcroît.

  10. Louise Labrosse

    Au Viet Nam, les fruits du dragon sont vendus partout et sont délicieux. Ils sont dodus et juteux. Ceux que j’ai vu dans les marchés du Québec ne sont nullement appétissants. Je ne savais pas que ces fruits viennent d’un cactus.

  11. Bonjour,
    Un article qui fait plaisir à lire.
    Étant passionnée de cactus et autres plantes succulentes cet article est bien écrit mais surtout il est de bons conseils. Et avec les bons noms, c’est la cerise sur le gâteau.
    Aurore (membre association Arides et faisant partie du site Au Cactus Francophone)

  12. François Laurent

    Ah, je pensais que vous ne répondiez plus, content de vous lire 😉
    J’aurais une demande, je suis modérateur sur un groupe FB cactus/succulente francophone mais plutôt France/Maghreb (je suis en France mais je me délecte de votre blog), puis-je mettre un lien vers votre article dans mon groupe ? (je ne sais pas ce qu’en pense Aurore (le commentaire ci dessus) mais il me semble que l’hylocereus porte greffe est un guatemalensis (moins « flexible » que l’undatus), pour info j’en ai un dans mon jardin limite usda 8a/8b, c’est pas sensé résister mais il a tenu -4°C, bien au sec et contre un mur plein sud 😉 )

  13. Thérèse Houde

    Je semé les graines du dragon et, encore de petite taille, il est très joli. S’il devient trop bizarre je saurai quoi faire avec,

  14. Merci comme toujours pour cet article très instructif! Ce que l’article ne dit pas par contre, c’est pourquoi greffer un cactus en boule sur un hylocereus, au lieu de le cultiver en terre, comme tout autres cactus en boule? Est-ce qu’on peut juste détacher la boule rouge et la planter directement?Ce qui serait drôlement plus esthétique selon moi. Pour ma part, je cultive depuis plusieurs années un pitaya comme plante suspendue. Les résultats sont plutôt mitigés, mais il reste sous contrôle. Aucune floraison par contre.

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :