Pelouse

7 conseils d’entretien de la pelouse pour néophytes 

Tondeuse à gazon sur une pelouse

Par Emila Smith

Emila est une blogueuse indépendante passionnée par le jardinage, notamment par les plantes d’intérieur, les légumes et les fruitiers et l’aménagement paysager. Elle a grandi autour de la nature et souhaite utiliser ses connaissances pour aider les autres à créer des environnements extérieurs personnels qui sont beaux et sains.

Votre espace extérieur est une partie importante de votre milieu de vie. En tant que tel, vous voudrez qu’il soit au sommet de sa forme pour les chaudes soirées d’été que vous passez avec vos amis et votre famille autour du barbecue. Bien que vous puissiez choisir d’investir dans une terrasse de pavés et des meubles d’extérieur de bonne qualité pour votre aire de détente, trop souvent c’est alors la pelouse qui écope d’un peu de négligence.

Avec une pelouse bien entretenue et saine, par contre, vous pouvez donner vie à n’importe quel terrain. Non seulement une pelouse bien entretenue vous aidera à impressionner vos invités, mais elle créera également une atmosphère beaucoup plus conviviale.

Si vous ne savez pas comment garder votre pelouse sous son meilleur jour, les sept conseils de base suivants vous aideront… du début à la fin.

1.    Installez une nouvelle pelouse

Avant que nous puissions commencer à penser à l’entretien de la pelouse, il faut au moins en avoir une!  Si votre pelouse n’a pas encore été créée, vous devrez d’abord l’installer. À cette fin, investissez dans des semences de graminées de bonne qualité que vous pourriez semer au printemps ou à l’automne. De septembre à la fin d’octobre, surtout, les conditions météorologiques sont très propices pour semer une pelouse verte et luxuriante.

Pour ceux qui préfèrent ne pas attendre que l’herbe pousse, vous pouvez plutôt opter pour la pose de gazon en plaques. Cela vous donnera instantanément la pelouse que vous souhaitez et nécessitera moins d’entretien initial. Cependant, c’est la plus chère des deux options.

2.    Fertilisez et arrosez votre pelouse

Une fois que vous avez une pelouse, il est important que vous vous en occupiez correctement. Pour commencer, il est sage de fertiliser votre pelouse de façon saisonnière avec un engrais à gazon. Vous obtiendrez les meilleurs résultats en le faisant trois fois par an : une fois au début du printemps, une autre juste avant le cœur de l’été et une autre à la mi-automne. Vous devez également arroser votre pelouse régulièrement, surtout tout de suite après la pose d’un gazon en plaques.

3.    Tondez votre pelouse

Gardez votre pelouse propre et bien rangée en la tondant. Cela garantira qu’elle ne sera pas envahie par la végétation indésirable. Quand le gazon atteint 10 cm (4 po) de hauteur, tondez-le à 7,5 cm (3 po). Vous découvrirez que le gazon pousse plus vite par temps humide quand la température est modérée — ni chaude, ni froide —, et peut arrêter complètement par canicule. Ainsi, quand votre pelouse est en pleine croissance, visez à la tondre environ une fois par semaine, parfois même une deuxième fois si elle croît très rapidement.

C’est aussi une bonne idée de laisser les résidus de tonte où ils tombent, car ils s’y décomposeront rapidement et agiront comme engrais naturel. Cependant, ne le faites pas si vous avez laissé votre pelouse pousser trop en hauteur, comme à 15 ou 18 cm, sinon cela pourrait donner une couche de rognures trop épaisse qui pourrait étouffer les jeunes feuilles.

4.    Désherbez votre pelouse

Ne laissez pas votre belle pelouse se faire envahir par les mauvaises herbes disgracieuses. À l’aide d’une truelle, déterrez les pissenlits, les chardons et autres mauvaises herbes communes. En éliminant les mauvaises herbes, vous les empêchez de rivaliser avec votre gazon pour les minéraux essentiels.

Autrefois, il y avait des herbicides dits «de pelouse» qu’on pouvait appliquer à la grandeur du gazon et qui tuaient les mauvaises herbes à feuilles larges, mais dans la plupart des régions, ils ont été retirés du marché à cause des dommages environnementaux qu’ils peuvent provoquer et de leur dangerosité pour les humains. Les compagnies d’entretien de pelouse en appliquent encore, toutefois. Si vous utilisez un tel service et que vous avez de jeunes enfants ou des animaux domestiques, ne leur permettez pas d’aller sur la pelouse pendant au moins 2 ou 3 jours pour éviter tout empoisonnement.

5.    Réparez les zones faibles

Gardez un œil sur les zones moins fournies de la pelouse. Vous devrez ratisser ces zones pour éliminer le gazon mort, les mousses et mauvaises herbes et ensuite ressemer des semences de gazon. Cela peut initialement donner une apparence un peu inégale à la pelouse, mais l’harmonie reviendra avec le temps et le gazon sera plus sain et plus heureux grâce à vos interventions.

6.    Définissez la bordure de votre pelouse

Coupe-bordure en demi-lune qui découpe une bordure de gazon.
Coupe-bordure à l’œuvre. Photo: http://www.leevalley.com

Pour une finition particulièrement impressionnante, vous pouvez également envisager de délimiter votre pelouse. Tout ce dont vous aurez besoin, c’est d’un coupe-bordure en demi-lune pour créer une ligne uniforme autour du périmètre du jardin ainsi que d’une paire de cisailles à long manche qui peut couper toute herbe trop haute dans les endroits que votre tondeuse à gazon ne peut pas atteindre.

7.    Protégez votre pelouse

Peu importe à quel point vous êtes bon en entretien de pelouse, vous devez vous rappeler que votre pelouse est vivante et exposée aux éléments. À ce titre, il sera nécessaire de protéger votre pelouse ainsi que de l’entretenir. Cela est particulièrement vrai si vous avez des animaux de compagnie enclins à creuser dans le jardin ou à uriner sur l’herbe.

Si votre chien fait régulièrement pipi sur la pelouse, essayez de diluer la zone dès que possible avec de l’eau pour éviter des dommages durables. Il peut être utile d’aérer votre pelouse et de lui faire un terreautage au compost au moins une fois par an, surtout si le sol est naturellement lourd. Cela lui permettra de respirer et empêchera le sol de trop se compacter.

Article traduit et adapté de l’américain par Larry Hodgson.

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

24 comments on “7 conseils d’entretien de la pelouse pour néophytes 

  1. Truc de jardinage: pour avoir des bordures vraiment bien taillées et belles, je fais affuter mon coupe-bordure une fois l’an dans un endroit comme Loutec. Le travail est facilité et le résultat est nettement meilleur. Ma demie-lune reste en bonne condition et les retouches de coupe sont aisées.

  2. Carpentier Pierre

    L’utilisation des pesticides, quelqu’ils soient, est déconseillé pour le gazon, la culture de légumes ou encore pour les plantes et arbres. Il est prouvé qu’un environnement empreint de pesticides est néfaste pour la vie humaine et animale.

    Il y a tout ce qu’il faut pour une culture biologique qui vous assurera un environnement sains pour vous même et les autres.

    De plus, le concept de mauvaises herbes est à bannir; il faut plutôt parler de plantes adventices qui se dit « d’une plante étrangère à la flore indigène d’un territoire, et qui n’a pas été intentionnellement semée » selon Usito, dictionnaire électronique québécois. Malgré que les adventices sont utiles pour les insectes, on peut retirer celles qui nous gênent.

    Bonne horticulture biologique, naturel et rationnel.

    Pierre Carpentier
    Gatineau

  3. Cismondi Marie-Claude

    Pas de pelouse chez nous région de Blois en France ! Trop gourmande en différentes choses pour être belle, et restrictions drastiques d’arrosage en été pour ménager les nappes phréatiques bien trop sollicitées et qui ont de plus en plus de difficultés à retrouver un niveau correct. Nous laissons pousser ce qui vient : magnifiques tapis de fleurs de différentes couleurs au printemps, du trèfle pour le bonheur des abeilles, ensuite, selon la pluviosité, des graminées et des adventives, ou un dessèchement plus ou moins prononcé (la tondeuse au repos !). Et tous le voisinage fait de même, nous comparons nos surfaces jaunies ! Et tout repart avec les pluies d’automne !

  4. Christiane Poulin

    Je trouve un peu dommage un tel article dans vos lettres quotidiennes car la tendance est plutôt de laisser un peu la nature tranquille et encourager la biodiversité dans nos milieux donc l’ajout de pesticides ne fait qu’apporter un déséquilibre et tuer les insectes pouvant être utiles.
    On dirait une annonce de compagnie qui ne nous apporte pas vraiment d’informations pertinentes.
    Merci quand même.

  5. Louise Labrosse

    je ne pense pas qu’encourager le concept de pelouse soit écologique et je suis surprise de voir un tel article ici. Ce serait plutôt à bannir, avec son excès d’engrais chimiques et d’arrosage. Nous nous efforçons d’en enlever à chaque année et de la remplacer par une parcelle de jardin (écologique), du trèfle, un engrais vert…

    • Parfois j’accepte des articles d’auteurs moins à cheval sur le jardinage écologique que moi. Cela stimule les réactions et enseigne les lecteurs.

  6. Fertilisez .
    Vous indiquez à la mi-automne: pouvez-vous préciser.
    Merci

  7. Pierre Martel

    Fertilisez :
    Vous indiquez à la  »mi-automne ». Pouvez-vous préciser s’il vous plaît.
    Merci

  8. En ce qui me concerne, je trouve qu’une pelouse de graminées seulement est contre nature. La nature cherche toujours à reprendre ses droits et la nature, c’est la biodiversité. Je sème du trèfle blanc et j’ai de jolies violettes et autres fleurs au printemps qui favorisent les polinisateurs. Les feuilles déchiquetées à l’automne constituent le seul engrais et je n’arrose pas (je conserve cela pour le potager). Que de perte de temps et de ressources!

    • Anonyme : Nous faisons exactement la même chose chez nous!

    • Lucie Labelle

      Je fais exactement comme vous, c’est terminé pour moi de me battre pour avoir une pelouse qui ressemble à un tapis de salon et j’adore, car au printemps je constate qu’il y a plein de jeunes abeilles qui butinent les pissenlits et différentes herbes qui poussent sur mon terrain, ça c’est du bonheur pour moi.

  9. Un peu « old school » cet article sur la pelouse. L’auteure ne développe pas non plus sur le type de graminées en fonction des besoins et de l’énergie nécessaire à leur accorder (ex: pâturin du Kentucky, gourmand en eau et engrais) ainsi que les alternatives plus saines (que l’on connaît maintenant bien grâce à notre Jardinier Paresseux!). De mon côté, j’apprécie le trèfle (dont le maintenant fameux « Pipolina ») qui a limité mes tontes à 4 depuis le début de l’été. Et je prends maintenant soin de mes « mauvaises herbes » qui sont en majorité des plantes à usage médicinal (pissenlit, plantain (pour un formidable onguent contre les piqûres d’insectes!), lierre terrestre, pulmonaire, etc.).

  10. Je suis très surprise de lire que les compagnies d’entretien de pelouse utilisent ces herbicides qui sont interdits au Québec depuis les années 90. C’est fort inquiétant pour la santé de tous. Cela vaut-il la peine de s’empoisonner pour tuer quelques pissenlits, plantains et un peu de trèfle??

    • Ils utilisent le dicamba. Je ne comprends pas pourquoi le gouvernement a fait cette exception.

      • Louise.m.

        Bah! Le lobying de ces grosses compagnies qui les fabriquent 🤑🤑🤑🤑🤑 est plus fort que les êtres vivants sur cette planète ☹️

  11. Je suis paysagiste. J’ai lancé ma carrière en Californie du sud et je me suis spécialisée dès le début en plantes indigènes. Je suis là pour prendre la défense de la pelouse, qu’il est si à la mode de maudire aujourd’hui. Il est bien vrai que, dans certaines régions, entrenir une pelouse coûte beaucoup en eau, en engrais, et en energie pour l’entretenir. Ce n’est pas un bon choix pour tout le monde. Mais il y a des régions (là où je me trouve maintenant, par exemple, ayant quitté la côte ouest) où une pelouse n’a besoin que de l’eau qui tombe en pluie, et on peut la fertiliser principalement avec sa propre tonte. Et si vous avez des enfants ou que vous aimez jouer au badminton ou au pétanque chez vous, il n’y a rien de mieux qu’une pelouse, car c’est une surface agréable et résistante, et qui est tout de même beaucoup plus écologique qu’une surface dûre en pierre ou en béton. En plus, si on y laisse pousser un peu de trèfle, ça nourrit les abeilles. La pelouse a bien sa place–ce n’est pas parce qu’elle n’est pas toujours la bonne solution, qu’elle ne l’est jamais!

Répondre à Pierre Martel Annuler la réponse.

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :