Nomenclature horticole

Quand les plantes portent des noms de vedettes

Par Larry Hodgson

Il existe une longue tradition de donner aux plantes un nom scientifique qui honore une personne importante. Un tel nom s’appelle un patronyme et est toujours latinisé. Par exemple, le nom Begonia est la version latinisée du nom de famille de Michel Bégon (1638-1710), intendant français de Saint-Domingue et gouverneur du Canada. Chaque fois que vous utilisez le nom bégonia, vous faites un peu honneur à cet homme illustre.

Dans le passé, ces titres honorifiques étaient donnés en grande partie soit à d’autres botanistes ou collectionneurs de plantes (Linnaea à Linné, le père de la taxonomie, Rudbeckia aux botanistes suédois Olof Rudbeck père et fils, Berberis darwinii au naturaliste Charles Darwin, etc.) ou encore à des mécènes de la recherche scientifique, comme Michel Bégon. Autre exemple: le genre Clivia porte le nom de Lady Charlotte Clive, mécène de longue date de l’exploration botanique.

D’autres plantes, cependant, ont hérité leur nom de personnes célèbres qui avaient peu à voir avec l’horticulture.

Nymphea géant, feuilles et une fleur rose.
Le nymphéa géant Victoria amazonica est nommé en l’honneur de la reine Victoria. Photo: Dick Culbert, Wikimedia Commons

Je ne sais pas si la reine Victoria, honorée maintes fois de patronymes, dont Victoria, un genre de nymphéa, et Agave victoriae-reginae, entre autres, s’intéressait particulièrement à la botanique, mais elle était certainement une personne réputée. Et même si George Washington adorait jardiner, si le genre de palmiers Washingtonia a été nommé d’après lui, c’était pour l’honorer pour son rôle de premier président des États-Unis, et non pour son passe-temps de gentleman-farmer.

Noms de cultivars : pas les mêmes règles, pas les mêmes résultats

Bien sûr, il existe également des noms de cultivars (noms donnés à des plantes cultivées, principalement des hybrides). Ce sont les noms qui suivent le nom botanique et qui sont entourés de guillemets simples. Par exemple, le nom Cosmos bipinnatus ‘Sensation’ est composé du nom botanique Cosmos bipinnatus et du nom de cultivar ‘Sensation’. 

Rosa ‘Queen Elizabeth’
Rosa ‘Queen Elizabeth’ est un rosier grandiflora. Photo : Arashiyama, Wikimedia Commons

Alors, il y a aussi une longue tradition d’honorer les personnes vivantes ou mortes en donnant leur nom à une plante en tant que nom de cultivar. On pense bien sûr à la pivoine ‘Sarah Bernhardt’, tout comme au rosier ‘Queen Elizabeth’*, à la laîche Carex caryophyllea ‘The Beatles’ et à l’orchidée Rhyncattleanthe Memoria Luciano Pavarotti. Et saviez-vous qu’Elizabeth Taylor, Yves Saint Laurent, Catherine Deneuve et Félix Leclerc ne sont que quelques exemples des nombreuses célébrités qui partagent désormais leur nom avec celui d’un rosier hybride ?

*Notez que les noms de cultivars ne se traduisent pas. Comme un nom humain, le nom reste le même dans toutes les langues, et cela, pour éviter toute confusion. Il serait incorrect alors d’appeler le rosier ‘Queen Elizabeth’ ‘Reine Élisabeth’.

L’avantage d’un nom de cultivar en tant qu’honorifique est que vous n’avez pas besoin de le latiniser, ce qui le rend plus facilement reconnaissable que le nom botanique latinisé souvent obscur. Et elizabethtayloriae n’est pas le nom le plus sexy au monde, n’est-ce pas ?

Aussi, alors qu’il faut une description botanique précise, généralement préparée par un taxonomiste ou par le botaniste qui a découvert la plante, et une publication dans une revue scientifique officielle pour doter une plante d’un nom latin qui sera accepté, n’importe qui peut donner à une plante un nom de cultivar. Si vous semez des graines de phlox et que vous trouvez une variante particulièrement attrayante parmi les semis, vous pouvez multiplier ce phlox et le nommer selon votre star préférée, par exemple ‘Bob l’éponge’. Aucune description latine ennuyeuse n’est nécessaire !

Clématite ‘Prince Charles’
La clématite ‘Prince Charles’ est certes assez jolie, mais la plupart des cultivars lancés chaque année disparaissent assez rapidement du marché. Photo; cultivar413, Wikimedia Commons

L’inconvénient d’honorer quelqu’un avec un nom de cultivar, cependant, est que la plupart des cultivars ont une durée de vie plutôt courte. La majorité des nouvelles plantes disparaissent tout simplement du marché au bout de quelques années sans faire sensation. Pensez-y: combien des cultivars qui ont fait fureur dans les jardins d’il y a un siècle cultivons-nous encore ? Seulement une poignée. Et je parie qu’on ne cultivera pas très longtemps toutes les introductions des dernières années comme la clématite ‘Prince Charles’ ou l’iris barbu ‘Cher’.

Un nom scientifique, par contre, est éternel. Même si l’espèce s’éteint, le nom botanique sera toujours noté dans les annales de la science. D’ailleurs, quand on trouve une espèce végétale fossilisée, disparue depuis peut-être 10 ou 20 millions d’années, on lui donne quand même un nom botanique et il demeure très utile aux chercheurs.

Patronymes modernes

De nos jours, la tendance à honorer les célébrités sans lien spécifique avec la botanique, mais qui ont une grande notoriété publique, avec un nom scientifique semble augmenter. Stars, icônes de la mode, bientôt sûrement les influenceurs des médias sociaux, etc. sont sujets à voir leur identité ainsi intronisée. Ce sont des noms qui, théoriquement, survivront longtemps au lauréat.

Voici quelques exemples:

Deux pièges de la plante carnivore Nepenthes attenboroughii.
Népenthès d’Attenborough (Nepenthes attenboroughii). Photo : Alastair S. Robinson, Wikimedia Commons

Blakea attenboroughii, un arbre équatorien, Nepenthes attenboroughii, une plante carnivore tropicale, et Hieracium attenboroughii, une petite fleur sauvage britannique, ont tous été nommés d’après le naturaliste et présentateur de télévision britannique, David Attenborough… et il a plus d’une douzaine d’espèces animales nommées pour lui aussi! Il faut dire qu’il est très respecté dans le domaine!

Caloplaca obamae : un lichen du nom de l’ancien président américain Barack Obama.

Clusia goscinnyi : un arbre brésilien commémorant l’auteur et éditeur de bande dessinée français René Goscinny, notamment connu pour les séries Astérix et Lucky Luke.

Cortinarius jonimitchelliae : un champignon honorant l’auteure-compositrice-interprète canadienne Joni Mitchell.

Corynopuntia guccinii : un cactus nommé en l’honneur de l’auteur-compositeur-interprète et auteur italien Francesco Guccini.

Dudleya hendrixii : cette succulente de la Basse Californie commémore le musicien américain Jimi Hendrix.

Gaga marginalis
L’une des «fougères de Lady Gaga» : Gaga marginalis. Photo : Gaga marginata, Nicolás Ramírez, Wikimedia Commons

Gaga : un genre de 19 espèces de fougères nommé en l’honneur de la chanteuse-compositrice-interprète pop américaine Lady Gaga. L’une des espèces est Gaga monstraparva dont l’épithète signifie «petits monstres», le nom Gaga appelle affectueusement ses admirateurs.

Genlisea hawkingii : une plante carnivore du Brésil dont le nom honore Stephen Hawking, le scientifique britannique. 

Ipomoea kahloae : une espèce de gloire du matin qui rend hommage à l’artiste mexicaine Frida Kahlo.

Japewiella dollypartoniana : un lichen commémorant la chanteuse américaine Dolly Parton.

Macrocarpaeae dies-viridis : un arbuste équatorien. Le sens de son nom est un peu plus obscur que les autres cités ici : l’épithète dies-viridis, du latin dies pour jour (day) et viridis pour vert (green), honore le groupe punk rock américain Green Day.

Maxillaria gorbatschowii : une orchidée bolivienne dont le nom commémore le nom de Mikhaïl Gorbatchev, l’homme politique russe.

Cactus d'einstein, piquant, avec une fleur orange.
Le cactus d’Einstein (Rebutia einsteinii). Photo : Otakar Sida, Wikimedia Commons

Rebutia einsteinii : un cactus qui honore le scientifique de renommée mondiale Albert Einstein.

Et plus à venir

Et ce n’est probablement que le début, car il y a tellement de plantes à identifier! Certaines sources estiment que plus d’un quart des quelque 400 000 espèces végétales de notre planète n’ont pas encore été officiellement décrites. Aussi, on sent que les scientifiques modernes sont un peu moins cou raide que leurs prédécesseurs, plus ouverts à un brin d’imagination dans la nomenclature. 

Que diriez-vous de Celinedionia imalivei comme nom botanique pour une nouvelle plante découverte au Québec qui aurait le potentiel de devenir une vedette? Trouvez la plante et je vous offre le nom gratis!

Si vous devenez une célébrité, vous pouvez peut-être voir une plante obscure, voire éteinte, porter votre nom ! Ne serait-ce pas quelque chose ?

11 comments on “Quand les plantes portent des noms de vedettes

  1. Très bons exemples dans cet article. Pendant le premier printemps de la pandémie, je me suis procuré le rosier hommage à Oscar Peterson réalisé par les hybrideurs de la série explorateur, Claude Richer-Leclerc et Campbell Davidson. Il n’a pas cessé de m’éblouir. Merci!

  2. Le rosier Louis de Funès ne rend pas seulement hommage à ce grand artiste qui nous a fait beaucoup rire et parfois émus, mais aussi à l’amateur passionné de jardins et plus particulièrement de roses.
    Parmi mes rosiers j’ai encore un Christophe Colomb, un Paul McCartney et un Cardinal de Richelieu.
    Malheureusement Eddy Mitchell, Henri Salvador et Édith Piaf n’ont pas duré longtemps. mon terrain n’a pas l’air favorable aux chanteurs(à part les Beatles).

    Parmi les rosiers célèbres, on compte Madame Meilland, qui fut mis à l’abri aux USA au moment de l’invasion allemande de 1940.
    Il ressortit sous le nom de « Peace » et c’est sous cette appellation qu’il apparut à la première séance de l’ONU en janvier 1946 où une rose portant ce nom fut offerte à chacun des membres participants.

  3. Juliette au balcon

    Cher Monsieur Hodgson,
    S’il y a quelqu’un dont le nom a de bonnes chances de baptiser plusieurs plantes, c’est bien vous! Vous avez sûrement depuis le temps que vous êtes jardinier élaborer bien des cultivars. Mais comme le nom des cultivars s’évapore vite dans la nature, il vous faudrait un vrai nom latin scientifique. Si vous aviez le choix, à quel arbre, plante, fleur ou vivace aimeriez-vous qu’on donne votre nom? Soyez généreux comme toujours, donnez-nous plusieurs exemples. En d’autres mots, quel arbre, arbuste, vivace et annuelle préférez-vous?

  4. Juliedanslejardin

    Celinedionia imalivei: C’est génial! 😀

  5. Josette Lacoursière

    Cher Monsieur Hodgson,
    En 2018, j’ai fait concevoir l’IRIS PAULINE MAROIS par Madame Gisèle Lebrun en l’honneur de la seule femme première Ministre du Québec dont on a voulu tuer la victoire et l’existence. Elle a oeuvré pour la dignité de la femme.
    En 2021, j’ai fait concevoir l’HÉMÉROCALLE ESTELLE LACOURSIÈRE par Les Vivaces Nordiques en l’honneur de la grande botaniste (Soeur Verte), professeur dévouée, auteur de livres, conférencière, chercheuse émérite.

  6. Jean Denis Brisson

    Merci à Larry pour ce sujet intéressant et immense. Deux conférences sur les 5 prévues furent données sur le sujet en 2019 à la Fac. des sciences de l’agriculture… de l’Univ. Laval dans le cadre des dîners botaniques. Les Power points ont disponibles à: https://www.fsaa.ulaval.ca/fileadmin/FSAA_Fichiers/Faculte/Conferences/DinersBotaniques/H19/Ces_plantes_les_honorent1.pdf ; et https://www.fsaa.ulaval.ca/fileadmin/FSAA_Fichiers/Faculte/Conferences/DinersBotaniques/H19/Ces_plantes_les_honorent_-_partie_2a.pdf .
    Les conférences devraient recommencer à l’hiver de 2022 pour la suite.

  7. Jean Denis Brisson

    Merci Lary pour cet intéressant sujet qui fut présenté 2 fois (sur le 5 prévus) lors des dîners botaniques à la Fac. sciences. agriculture de l’Univ. Laval en 2019 (reprise prévue en 2022). Ces conférences et une bonne centaine sur divers sujet sont disponibles sur le site de la FSAA

    https://www.fsaa.ulaval.ca/fileadmin/FSAA_Fichiers/Faculte/Conferences/DinersBotaniques/H19/Ces_plantes_les_honorent1.pdf
    https://www.fsaa.ulaval.ca/fileadmin/FSAA_Fichiers/Faculte/Conferences/DinersBotaniques/H19/Ces_plantes_les_honorent1.pdfhttps://www.fsaa.ulaval.ca/fileadmin/FSAA_Fichiers/Faculte/Conferences/DinersBotaniques/H19/Ces_plantes_les_honorent_-_partie_2a.pdf

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d bloggers like this: