À chaque mois sa plante Plantes d'intérieur Plantes semi-aquatiques Truc du jour

À chaque mois sa plante, septembre 2021: la plante ombrelle

Plante ombrelle dans un décor blanc

Par Larry Hodgson

La plante ombrelle ou papyrus à feuilles alternes (Cyperus alternifolius, syn. C. involucratus) est une plante d’intérieur assez populaire, mais n’est quand même pas une plante d’intérieur typique, car c’est une plante semi-aquatique qui doit toujours avoir des racines plongées dans l’eau. D’ailleurs, si vous essayez de traiter cette plante comme un dieffenbachia, une violette africaine ou un hibiscus, l’arrosant seulement quand le terreau est sec au toucher, vous allez sûrement la tuer! 

Cela dit, cette plante curieuse n’est pas difficile à cultiver, seulement… inhabituelle dans ses besoins! Vous découvrirez assez rapidement comment lui faire plaisir dans l’article qui suit!

Description

Cyperus alternifolius ‘Gracilis’ dans un pot noir.
La plante ombrelle (ici le cultivar ‘Gracilis’) peut se transformer assez prestement en un petit arbre d’intérieur. Photo: Maja Dumat, Flickr

La plante ombrelle est d’apparence assez originale. On peut dire que, grâce à ses longues et minces tiges vertes, elle ressemble à une graminée, mais les feuilles linéaires vertes ne poussent pas à partir de la base de la plante, mais en «verticille» au sommet de la tige, comme les rayons d’une roue. On comprend facilement le sens du nom commun plante ombrelle, car elles rappellent les baleines d’un parapluie.

La plante forme une touffe dense de tiges cylindriques (une façon de reconnaître cette espèce, car la plupart des autres souchets (nom commun pour les Cyperus) ont des tiges triangulaires) qui peuvent atteindre 1,2 à 2 m de hauteur. Chacune est surmontée du verticille susmentionné composé de 10 à 25 feuilles graminiformes et quelque peu tombantes de 10 à 30 cm de long.

Fleurs de plante ombrelle
Fleurs de plante ombrelle. Photo: Ksarasola, Wikimedia Commons

De courtes tiges florales jaune-vert devenant éventuellement marron apparaissent au-dessus du verticille pendant les mois d’été. Les fleurs ne sont pas très voyantes, mais ajoutent néanmoins de l’intérêt à la plante. Elles finissent par libérer de petites graines qui peuvent germer dans des pots à proximité.

La plante ombrelle se divise abondamment à la base, de sorte que la petite touffe d’origine peut se développer et ainsi remplir entièrement son pot.

Origine

Cette plante semi-aquatique poussait à l’origine à l’état sauvage dans une grande partie de l’Afrique tropicale et dans la péninsule arabique dans les zones humides d’eau douce, le long des rivières, dans les fossés, etc. Elle s’est depuis naturalisée dans de nombreux pays tropicaux du monde entier. Sa répartition dans les climats plus tempérés est limitée, car elle ne résiste pas au gel dans ces régions et ne peut donc y être utilisée que comme annuelle.

Le nom de genre Cyperus vient du grec ancien « kúpeiros » pour souchet, tandis qu’alternifolius est le mot latin pour « à feuilles alternes ». Le genre contient plus de 700 espèces distribuées à travers le monde à l’exception de l’Antarctique, certaines espèces étant tropicales et d’autres, tempérées.

Variétés

L’espèce d’origine (C. alternifolius) est en fait rarement cultivée comme plante d’intérieur, bien qu’elle soit fréquente en plein air dans les climats tropicaux. C’est qu’elle devient un peu trop massive pour être placée sur la plupart des rebords de fenêtre !

Plante ombrelle naine (C. alternifolius ‘Gracilis’): La plante que vous voyez habituellement en pépinière et dans les maisons et identifiée sous le nom C. alternifolius est presque toujours cette variété de plus petite taille, soit d’environ 45 à 90 cm de hauteur, avec un verticille aux feuilles moins nombreuses et plus étroites. Elle est fidèle au type à partir de semences.

Herbe à chat zumula dans un pot blanc.
Herbe à chat Zumula (C. alternifolius ‘Zumula’). Photo: Burpee

Herbe à chat Zumula (C. alternifolius ‘Zumula’): Ce cultivar encore plus nain (il atteint rarement plus de 20 cm de haut) est vendu comme herbe à chat. Bien sûr, d’autres plantes aussi sont vendues sous ce nom, notamment l’avoine (Avena sativa), mais ce sont des plantes de courte durée qui doivent être resemées fréquemment. ‘Zumula’ étant pérenne, elle repoussera quand un chat mâche ses feuilles et peut d’ailleurs vivre indéfiniment, tant qu’on lui donne de bonnes conditions de culture. 

Plante ombrelle panachée aux feuilles rayées de blanc et de vert.
Plante ombrelle panachée (Cyperus alternifolius ‘Variegatus’). Photo: Anyut2020, Wikimedia Commons

Plante ombrelle panachée (C. alternifolius ‘Variegatus’): C’est une variété de taille modeste, généralement d’environ 45 à 90 cm de hauteur, bien que dans des conditions vraiment tropicales, elle puisse atteindre beaucoup plus. Elle produit des striures blanches sur la tige et les bractées, une apparence qui peut être assez frappante. La coloration est toutefois inégale : certaines tiges sont beaucoup plus panachées que d’autres. Aussi, la plante ombrelle panachée a tendance à retourner à la forme entièrement verte : on appelle ce type de mutation une réversion. Il est important de supprimer toute tige entièrement verte, sinon la partie toute verte viendra à dominer la touffe et à éliminer les parties panachées. 

Cette forme n’est pas fidèle au type par semences et même les boutures donnent généralement soit des plantes toutes vertes, soit des plantes albinos sans vert du tout. Ainsi, on ne peut multiplier la plante ombrelle panachée que par division.

Souchet diffus
Le souchet diffus (Cyperus albostriatus) se distingue des autres par les feuilles à sa base. Photo: Maja Dumat, Flickr

Souchet diffus (C. albostriatus, parfois vendu sous le nom de C. diffusus, une plante similaire): Il s’agit d’une espèce très différente à bien des égards: plus courte (la variété habituellement observée en culture est en fait le cultivar ‘Nanus’, d’environ 30 cm de hauteur), avec des feuilles plus larges, une tige triangulaire (pas cylindrique comme C. alternifolius) et des feuilles vertes à la base des tiges, pas seulement à la tête. 

C’est une plante beaucoup mieux adaptée à la vie terrestre que la plante ombrelle habituelle et vous pourriez la faire pousser dans un pot avec une soucoupe, comme une plante d’intérieur typique… sans toutefois la laisser sécher complètement. En effet, gardez le souchet diffus relativement humide en tout temps. N’immergez jamais la couronne complètement, non plus : c’est plus une plante de milieu humide qu’une plante semi-aquatique. On multiplie le souchet diffus surtout par division, car habituellement les boutures de tige ne prennent pas.

Souchet diffus panaché (C. albostriatus ‘Variegatus’): Il s’agit d’une version panachée de la plante précédente et est probablement la plante ombrelle panachée la plus largement disponible. La panachure est plus crème que blanche et a tendance à se fondre un peu dans le vert. Pour ces raisons, sa coloration n’est pas aussi frappante que celle de la plante ombrelle panachée où les striures très blanches sont habituellement très nettes.

Plante de papyrus
Papyrus (Cyperus papyrus). Photo: Maja Dumat, Flickr.

Papyrus ou papyrus d’Égypte (C. papyrus): Le papyrus n’est pas une très bonne plante d’intérieur. D’un côté, il est trop gros, atteignant 1,5 à 2,5 m dans la maison et jusqu’à 5 m en plein air sous les tropiques, et de plus, il ne se comporte pas bien à l’intérieur de toute façon, ayant tendance à se dégrader lentement plutôt que de profiter. Il préfère le plein soleil, difficile à donner à l’intérieur pendant l’hiver et aussi, une certaine fraîcheur à cette saison. Cela dit, rien ne vous empêche d’essayer.

Le papyrus produit des rhizomes rampants épais et des tiges triangulaires tout aussi grosses, chacune portant une touffe considérable de rayons filiformes (les vraies feuilles sont peu nombreuses et difficiles à voir) formant un grand bouquet arrondi plutôt qu’un verticille au sommet. On dirait un plumeau vert!

Cyperus papyrus est la plante utilisée par les Égyptiens pour produire l’un des premiers papiers au monde: le papyrus !

Il existe des variétés plus petites de cette plante, comme ‘Little Tut’, mais toutes sont vraiment beaucoup plus heureuses à l’extérieur qu’à l’intérieur et se cultivent mieux comme vivaces dans les climats tropicaux ou comme annuelles dans les climats tempérés.

Le papyrus peut pousser comme une plante terrestre ou semi-aquatique, mais si vous le cultivez dans un pot, il est préférable de le laisser tremper dans l’eau en tout temps, car il ne tolérera pas le dessèchement complet. Si vous parvenez à garder le vôtre vivant à l’intérieur pendant l’hiver, vous pouvez le multiplier par division au printemps ou à l’été.

Papyrus nain
Papyrus nain (Cyperus haspan). Photo: serrepoland.pl

Papyrus nain (C. haspan): Cette espèce, avec ses tiges triangulaires et sa coiffe de rayons filiformes, ressemble en effet à un papyrus plus court (30-75 cm) et moins dense avec de minuscules fleurs vertes virant au brun au bout des rayons. Un trait révélateur est que chaque ombelle présente une ou deux bractées en forme de feuille qui déborde de la touffe de rayons minces. Le papyrus nain fait une plante d’intérieur très raisonnable et peut être cultivé un peu comme C. alternifolius.

Envahissante en plein air ?

Plante ombrelle sauvage.
La plupart des espèces de Cyperus (ci-dessus: C. alternifolius) peuvent devenir envahissantes lorsqu’elles sont plantées en plein air dans un climat doux. Photo: JMK, Wikimedia Commons

Comme cet article traite des plantes d’intérieur, le risque d’envahissement sérieux est nul, mais au cas où vous planteriez l’une de ces plantes à l’extérieur dans un climat doux (la plupart ne pousseront que dans une région tropicale), sachez que toutes les espèces de Cyperus décrites ici sont potentiellement au moins un peu envahissantes. En fait, la plupart sont maintenant bien établies en tant que plantes naturalisées bien au-delà de leur aire de répartition d’origine, et ce, dans divers pays du monde.

Culture de la plante ombrelle 

La plante ombrelle n’est pas une plante difficile à cultiver à l’intérieur, mais ce n’est certainement pas votre plante d’intérieur typique, non plus. Voici ce qu’il faut savoir pour avoir du succès.

Plante ombrelle dans un jardin aquatique avec des poissons.
La plante ombrelle est très à l’aise dans un jardin d’eau, car il est alors certain qu’elle ne manquera jamais d’humidité. Notez que la couronne de ce spécimen est sous l’eau, ce qui est parfaitement convenable. Photo: greensnap.jp

Arrosage: C’est l’arrosage qui fait toute la différence avec cette plante. Théoriquement, vous pouvez l’arroser comme n’importe quelle autre plante d’intérieur, en plaçant son pot dans une soucoupe et en arrosant lorsque le sol est sec au toucher, mais la plante ombrelle utilise l’eau si rapidement qu’elle peut passer de « juste un peu sèche » à « morte » en quelques heures seulement. Vous n’aurez jamais vu une plante «boire» aussi rapidement !

Ainsi, le jardinier avisé lui donnera un traitement différent: c’est-à-dire la laisser tremper constamment dans l’eau. Ce serait un anathème pour 99% des autres plantes d’intérieur, mais il doit y avoir une exception à chaque règle, n’est-ce pas ? Eh bien, cette plante en est une !

Vous pouvez placer votre plante ombrelle dans une soucoupe ordinaire en vous assurant de toujours la garder remplie d’eau, mais l’eau risque de se vider si vite que vous aurez besoin d’arroser plus d’une fois par jour. Puis-je alors vous suggérer une autre méthode moins risquée? 

Placez tout simplement son pot de culture (le pot avec des trous de drainage dans lequel vous cultivez réellement la plante) dans un cache-pot au moins 10 cm plus large que le pot de culture, puis remplissez le cache-pot avec de l’eau presque jusqu’au bord. Après cette inondation, il vous suffira de combler le cache-pot avant que le niveau d’eau ne tombe à presque rien. De cette façon, vous devriez pouvoir arroser seulement une fois par semaine environ, et souvent encore moins fréquemment l’hiver.

Notez que, comme la plante ombrelle est semi-aquatique, elle poussera même quand sa couronne est entièrement recouverte de jusqu’à 15 cm d’eau, ce qui peut être le cas si votre cache-pot est très profond.

Changez l’eau environ deux fois par an pour éviter l’accumulation de sels minéraux dans l’eau.

Astuce: La plante ombrelle est un excellent choix pour les personnes qui ont tendance à trop arroser leurs plantes d’intérieur. Il est presque impossible de trop arroser ce végétal! Chaque fois que vous passez devant et constatez que le niveau de l’eau a baissé, même légèrement, vous pouvez ajouter plus d’eau si le cœur vous en dit !

Vous pouvez également faire pousser la plante ombrelle dans un jardin aquatique intérieur, à condition qu’elle reçoive suffisamment de lumière. Elle cohabitera parfaitement avec les poissons, par exemple.

Éclairage: Une lumière intense à moyenne avec au moins quelques heures de soleil par jour donnera de bons résultats. Le plein soleil d’une serre n’est pas trop pour cette plante avide de lumière. Elle s’étiolera, avec des tiges faibles qui ne tiennent pas debout, si la lumière est trop faible.

Humidité: La plante ombrelle tolérera un air assez sec, mais cela peut entraîner le brunissement des pointes des feuilles et éventuellement provoquer une infestation de tétranyques (araignées rouges). D’ailleurs, l’air ne sera jamais trop humide à son goût : elle tolère facilement toute l’humidité que vous pouvez lui donner, soit une humidité relative de 70 %, 80 % ou même plus !

Astuce: Cette plante est un humidificateur d’air naturel, buvant de l’eau comme un poisson, puis libérant le gros de cette eau à l’air sous forme de transpiration. Si vous avez assez de plantes ombrelles dans une pièce, vous n’aurez pas besoin d’un humidificateur!

Engrais: Un engrais tout usage appliqué à faible dose (peut-être un quart du taux recommandé) suffira à la garder verte. Trop d’engrais, par contre, aura tendance à produire des tiges souples et à stimuler les tétranyques.

Vous pouvez ajouter de l’engrais liquide directement à l’eau, appliquer un engrais granulaire au terreau ou insérer des comprimés de nénuphar dans le terreau. N’appliquez l’engrais que pendant la principale saison de croissance, soit du début du printemps à l’automne.

Température: La plante ombrelle est parfaitement adaptée aux températures ambiantes de nos demeures, mais craint le froid. Essayez de maintenir une température supérieure à 13°C en tout temps.

Nettoyage: Il peut y avoir passablement de nettoyage à accomplir sur cette plante pousse-vite.

Supprimez au sécateur les vieilles tiges jaunissantes, les pointes brunes des feuilles et les dommages causés par les chats. Une fois que vous avez coupé la plupart des pointes des feuilles d’une tige donnée et qu’elle n’est plus attrayante, supprimez-la également. Si la plante entière est devenue un fouillis total, mélangeant tiges vertes, jaunes et brunes (et cela peut facilement arriver si vous ne gardez pas le contrôle), rabattez le tout à 1 ou 2 cm de la base et elle repoussera rapidement avec un feuillage vert et frais.

Cette plante produit une quantité faramineuse de racines, bien plus qu’elle ne pourrai jamais utiliser, et si vous la laissez se déchaîner, elle remplira votre cache-pot d’une masse impénétrable de ces longs filaments rougeâtres à extrémité blanche. Il est préférable de retirer son pot de culture de l’eau tous les 4 à 6 mois et de rabattre les racines sévèrement. Ne vous inquiétez pas! Elles seront remplacées bien assez tôt !

Il est parfois nécessaire de faire un peu de désherbage dans les pots des plantes d’intérieur à proximité, car les graines de la plante ombrelle ont tendance à y germer. Si vous voyez des petites plantes ressemblant à de petites graminées qui paraissent au printemps, ce sont probablement des bébés plante ombrelle. Ils font rarement long feu, toutefois, car les conditions dans les pots des autres plantes d’intérieur conviennent rarement à long terme aux plantes ombrelles.

Rempotage: Calculez le diamètre que vous souhaitez que votre plante ait à maturité et plantez votre plante ombrelle dans un pot de cette taille: elle le comblera jusqu’au bord de ses nombreuses tiges, car la touffe grandit régulièrement. Tous les 4 ou 5 ans environ, divisez la plante et rempotez-la.

Utilisez n’importe quel terreau avec cette plante. Après le rempotage, vous devrez attendre quelques semaines que les racines s’installent et maintiennent le terreau en place avant de plonger la couronne sous l’eau, sinon il aura tendance à flotter. Ou recouvrez le terreau d’un paillis de galets ou de billes d’argile pour maintenir le terreau en place.

Rempotez dans un pot lourd, comme de la terre cuite, ou ce n’est pas seulement le terreau qui peut commencer à flotter, mais toute la plante !

Vous pouvez faire enraciner les boutures dans l’eau ou dans du terreau. Ici, on voit un jeune plant qui ressort d’une bouture faite dans l’eau. Photo: LucaLuca, Wikipédia Commons

Multiplication: Pour l’amateur de plantes d’intérieur, le principal moyen pour multiplier la plante ombrelle dans la maison est de bouturer l’extrémité de la tige. Coupez le verticille au sommet d’une tige en laissant environ un moignon d’environ 2 à 10 cm et placez-le à la verticale, à l’envers* ou sur le côté dans un verre d’eau ou encore, pressez-le dans un terreau détrempé. Certaines personnes raccourcissent les feuilles à environ 2 à 3 cm de longueur avant d’insérer la bouture dans son milieu d’enracinement, mais ce n’est vraiment pas nécessaire. Les racines apparaîtront en une semaine environ, puis les jeunes plants quelques semaines plus tard. Vous pouvez les planter tout de suite dans leur futur pot de culture.

*Une rumeur circule selon laquelle les boutures de la plante ombrelle ne s’enracineront que lorsqu’elles sont placées à l’envers. Quel non-sens!

Fait surprenant: Les tiges de plante ombrelle sont souvent brisées par le vent, la pluie, les oiseaux ou les animaux dans la nature et en se penchant, finissent par toucher l’eau qui les entoure. Elles commencent alors à prendre racine, formant de nouvelles plantes. Soit ces bébés s’enracinent sur place, soit ils se libèrent de la plante mère et partent à la flotte pour former une nouvelle colonie ailleurs. C’est le principal mode de propagation de la plante ombrelle dans la nature!

La division est rapide et facile aussi. Enlevez la plante de son pot (il vous faudra sûrement couper des racines pour pouvoir le faire), puis sectionnez ou sciez la motte en 2, 3 ou 4 segments ou plus, coupant de haut en bas. Il suffit d’empoter les touffes qui en résultent pour créer une nouvelle plante.

La plante ombrelle se multiplie facilement par semences aussi et des sachets de graines sont disponibles auprès de certaines sociétés semencières, notamment sur Internet. Sinon, vous pouvez récolter les graines sur vos propres plantes à la fin de l’automne. Il suffit de les semer à la surface du terreau et de le garder très, très humide.

Toute forme de multiplication (bouturage, division ou semis) ira plus vite au printemps ou en été. Vous devrez peut-être fournir de la chaleur de fond et de la lumière artificielle pour la réussir au cœur de l’hiver.

Chat blanc se cachant parmi des plantes.
Les chats adorent mâcher des feuilles ressemblant à de l’herbe, dont celles de la plante ombrelle. Photo: Joanbanjo, Wikimedia Commons

Ravageurs et maladies: Dans de nombreux foyers, le pire ennemi de la plante ombrelle est le minou. On sait que les chats aiment bien grignoter de l’herbe en plein air et ils semblent trouver que cette plante est un excellente substitut. Cela ne nuit pas à votre chat et la plupart des vétérinaires disent même que c’est bon pour sa santé. Bien sûr, mâcher trop de feuilles en peu de temps peut provoquer des vomissements… ce qui ne semble pas déranger autant Minou que vous!

Les dégâts causés à la plante sont strictement esthétiques et vous pouvez les supprimer au sécateur… ou simplement laisser votre animal s’amuser: pour les chats, grignoter les feuilles est un remède sûr contre l’ennui! Ou déplacez la plante dans un endroit où le chat ne peut pas l’atteindre. (Bonne chance avec cela!)

Les tétranyques (araignées rouges) peuvent proliférer sur la plante quand l’air est sec, donc surtout pendant l’hiver, ce qui provoque le dessèchement des tiges et des feuilles et éventuellement l’apparition de toiles translucides ressemblant à celles des véritables araignées. Pour supprimer ces bestioles, apportez la plante à l’évier et rincez les tiges et les bractées pour les faire tomber. Vous devrez répéter hebdomadairement pendant un certain temps.

D’autres insectes (pucerons, cochenilles farineuses, cochenilles à carapace, etc.) peuvent aussi apparaître, mais ne sont pas plus attirés par les plantes ombrelles que par les autres plantes d’intérieur. Vous pouvez utiliser un savon insecticide, de l’huile de neem ou un autre pesticide doux pour les contrôler.


La plante ombrelle : une charmante plante d’intérieur aux habitudes inhabituelles. Vous ne trouvez pas qu’elle paraîtra tout simplement ravissante dans votre décor?

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

8 comments on “À chaque mois sa plante, septembre 2021: la plante ombrelle

  1. Bonjour, j’adore recevoir mon info-lettre à chaque jour, c’est un pur plaisir. C’est si intéressant de lire toutes ces informations décrites simplement et clairement. Merci !!

  2. Très intéressant comme à tous les jours. Je vais essayer de me procurer un zumula pour mon chat.
    Merciiiiii!

  3. berubedenis

    Étant nouveau sur le site je tiens à vous remercier pour la qualité de celui-ci et ça suscite chez moi un désir plus grand de continuer à rester en contact avec la nature.

  4. Manon Laroche

    Bonjour,
    Comme il est mentionné que cette plante agit comme un humidificateur, y a-t-il des plantes qui peuvent agir à l’inverse, c’est-à-dire, comme déshumidificateur?
    Merci

  5. Carmen Martinez

    Cet article tombe pile… Nous avons un bassin d’eau depuis 2 ans et nous adorons ce type de plantes. Nous avons, entre autres, le cyperus Prince Tut… oui il est grand. Avec vos conseils, nous allons tenter l’expérience de la garder à l’intérieur dès cet automne. Merci de vos conseils.

Répondre à berubedenis Annuler la réponse.

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :