Catégories

Recherche

Nos collaborateurs

Compostez-vous ? Des conseils pour réussir votre compost

Un spécialiste de la Virginia Cooperative Extension explique les choses à faire et à ne pas faire en matière de compostage

Par Devon Johnson

Le compostage est un excellent moyen d’utiliser les déchets alimentaires ménagers et d’augmenter la productivité du jardin. Malheureusement, de nombreux jardiniers font des erreurs en produisant leur compost, erreurs qui peuvent entraîner des problèmes comme un compost qui ne se décompose pas ou qui attire les rongeurs.

Greg Evanylo, spécialiste de Virginia Cooperative Extension et professeur à la School of Plant and Environmental Sciences, recommande aux jardiniers amateurs de mettre en œuvre ces bonnes pratiques en matière de compost :

  • Assurez-vous que le tas de compost soit gros. Si l’espace est un problème, réduisez la surface du tas en créant un bac à compost. Plus votre tas sera gros, plus il générera de chaleur. La taille moyenne d’un tas de compost devrait être d’environ un mètre cube.
  • Assurez-vous de retourner votre tas régulièrement pour y faire pénétrer de l’oxygène. Sans suffisamment d’oxygène, les microbes les plus bénéfiques mourront de faim et le tas sombrera dans l’anaérobie, ce qui ralentira le processus. Le retournement garantit également que tous les déchets sont répartis uniformément.
  • Assurez-vous de surveiller le taux d’humidité. Pour se faire, effectuez un test de compression : ramassez une poignée de compost et pressez-la. Est-ce que de l’eau s’en écoule? Si c’est le cas, le compost est trop humide. Lorsqu’il est pressé et qu’aucune eau n’en sort, mais que le compost colle ensemble, le niveau d’humidité est parfait.

«Ce que les jardiniers essaient finalement de réaliser avec le compostage, c’est le développement d’un amendement du sol qui améliorera les propriétés de leur sol pour le jardinage», a déclaré Evanylo.

Selon Evanylo, le compost est utile pour améliorer la santé du sol, stimuler les populations microbiennes bénéfiques, recycler les nutriments et augmenter la matière organique du sol.

Le compostage est également bon pour l’environnement. Les déchets organiques qui vont dans les décharges sont convertis en méthane, un puissant gaz à effet de serre qui contribue au changement climatique. Lorsque les restes de nourriture sont recyclés dans un tas de compost, les déchets sont conservés hors de la décharge.

Composter : à faire et à ne pas faire :

À FAIRE

  • Avoir un ratio de matières brunes/vertes de 2:1. Par exemple, deux parts de feuilles sèches (brunes) pour une part de déchets alimentaires (vertes).
  • Avoir une distribution granulométrique moyenne: quelques gros morceaux, d’autres petits, mais surtout des morceaux de taille moyenne.
  • Surveillez le taux d’humidité ! Arrosez le compost au besoin, mais pas trop souvent ni trop abondamment; faites un test de compression pour vérifier.
  • Enterrez les déchets alimentaires frais et couvrez-les de matières brunes pour éviter les problèmes d’insectes et de rongeurs.

À NE PAS FAIRE

  • Composter du bois traité ou des produits chimiques (peinture, huiles industrielles, etc.).
  • Inoculer le compost ! Les microbes sont naturellement présents.
  • Composter les viandes, les produits laitiers ou les déchets d’animaux.
  • Composter les plantes malades si le tas atteint moins de 55-65 °C.

Article traduit et adapté d’un communiqué de presse par la Virginia Cooperative Extension à Virginia State University, Petersburg, Virginia.

Étiquettes + Compostage, Trucs de compostage, Compostage: conseils


commentaire sur "Compostez-vous ? Des conseils pour réussir votre compost"

  1. Denise B. , Québec, QC dit :

    Dernier item à ne pas faire: composter les plantes malades …
    On le fait ou non ex tomates et autres atteints de mildiou etc ???
    J’en suis perturbée. ?
    J’aimerais vraiment votre réponse svp.

    • Bon: l’article est une traduction d’un texte par un expert… mais même les experts divergent d’opinion. Personnellement, sans dire que je suis un expert en compostage, je mets les feuilles et tiges malades dans le compost. Je calcule que le risque que les spores de maladie X survivent au compostage (elles ne le font pas toujours) ET aboutissent au pied de la plante sensible à cette maladie est minime.

    • Denise B. , Québec, QC dit :

      J’ai trouvé ma réponse à la suite de votre article. Je vais continuer comme on le fait déjà.
      À bientôt.

    • Jessy Bois dit :

      Seulement déconseillé “si le tas atteint moins de 55-65 °C.”

  2. Den dit :

    Que pensez-vous du nouvel appareil Tero, qui prend les déchets alimentaires pour en faire de l’engrais?

  3. Jean Cormier dit :

    Comme matière brune, est-ce que je peux mettre du gazon coupé et séché au préalable ?

  4. Lamia Amor dit :

    Je n’ai pas accès à un jardin et fais du bokashi avec mes déchets de cuisine. Connaissez-vous cette méthode et la recommandez-vous comme méthode de pré-compostage pour des gens qui habitent en appartement ?

  5. J.J. dit :

    Une des raisons principales qui a décidé la municipalité de ma ville à installer des composteurs dans les quartiers est de faire baisser la quantité de déchets “noirs”(sacs et bacs), à incinérer ou à enfouir.

    La diminution du volume des ordures ménagères permet de faire des économies sur les dépenses de collecte et constitue une action favorable à notre environnement, tout en constituant un apport de compost utilisé par les particuliers et les services “espaces verts”.

  6. Anonyme dit :

    Que pensez-vous des sacs “smart pot” pour le compostage ? J’ai essayé et jusqu’à présent c’est un succès !

  7. A gagnon dit :

    J’ai lu un article qui parlait de mettre les cheveux coupés dans le compostage. Vrai ou faux et si oui pourquoi. Merci

  8. Geneviève dit :

    Je ne suis pas une jardinière paresseuse mais je souffre du dos. J’ai 2 gros tas de déchets du jardin alimentés une année après l’autre essentiellement par les coupes de vivaces (les poules mangent les déchets du potager) .Je ne fais rien d’autre. Ni retournement, ni arrosage . Après 2 ans, le compost est décomposé au 3/4 et je l’étale en automne. Au printemps, mes vivaces et arbustes se développent d’une façon remarquable et très vite on ne voit plus la terre.

  9. Anonyme dit :

    J’ai mis de mon propre compost au pieds de rosiers sauvages que j’ai planté sur une pente très apique devant ma maison et quelle surprise de voir un potager improvisé par Dame Nature.
    J’ai des cantaloups qui poussent en grande quantité et de gros plants de tomates qui regorgent eux aussi de tomates.
    Est-ce un phénomène commun? J’ai deux composteurs et j’alterne. C’était du compost provenant du premier composteur.?

  10. Pascale dit :

    J’ai également des plants de tomates, des cantaloups et même des palmiers dattiers qui poussent dans mon compost. Parfois, je repique ce qui en sort et ça fonctionne!

    C’est le comble de la paresse! 🙂

  11. André Bouchard dit :

    Quant à moi je ne composte que les feuilles et les mauvaises herbes que je passe dans ma tondeuse dechiqueteuse à l’automne. Cependant je les incorpore au sol de mes plates-bandes et au printemps le travail est fait. Y’a pas plus paresseux ?

  12. Francine ross dit :

    Bonjour, est-ce-que nous pouvons composter des copeaux de tremble ou de merisier?

    • J..J. dit :

      S’ils ne sont pas trop gros, non traités et mélangés à d’autres déchets, aucun problème.
      On peut également les utiliser dans la confection d’une “lasagne”.

      • Zohra zohra dit :

        Bonjour j aime le jardinage depuis mon enfance je passe la plupart de mon temps dans mon jardin c est très beau et c est calme avec les plantes

  13. Roady dit :

    Merci pour cette article intéressant. Deux questions svp : j’ai tjr entendu du que les feuilles de chêne liège étaient proscrite dans le composteur. Est ce le cas ?
    Deuxième chose, quand vous parler de granulométrie et de taille moyenne, à quoi cela corresponds en réalité ?
    Merci

  14. Apollinaire Bagwarhekone dit :

    Quelle substrat utiliser pour le greffage et le bouturage des fruitiers ?

  15. Anonyme dit :

    Bjr, pour j’ai une méthode qui demande un peu de place,quand je commence un tas de composte une fois arrivé à la fin de l’année je n’y touche plus avant trois ans. A ce terme j’ai un terreau fin prêt pour le jardin et le rempotage

  16. bourquin dominique dit :

    Je ne réponds pas beaucoup pour le moment mais je lis avec attention vos commentaires
    Je séche en ce moment les cynorrodon pour les consommer en hiver rammollis dans l’eau froide le veille
    JE SAIS QUE L4ON PEUT AUSSI UTILISER LES GRAINS R2DUITS EN POUDRE mais je ne sais plus leurs bienfaits

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :