Agriculture urbaine Légumes

Un potager maison pour les ainés : pour la table et la communauté

Par Suzie Wilson

De nos jours, de nombreuses ainées adoptent l’idée de cultiver des légumes pour elles-mêmes, leurs amis et leurs voisins. Si vous ne savez pas par où commencer, où vous pourriez partager vos récoltes maison avec d’autres ou même quoi faire avec vos aliments frais, le site web Jardinier paresseux présente plusieurs ressources pour vous aider.

Votre premier potager

On dit que les meilleurs experts commencent en tant que débutants, et c’est tout aussi vrai avec le jardinage, quel que soit votre âge ! Vous pensez peut-être que vous n’avez pas la main verte, mais la vérité est qu’un peu de recherche vous dira tout ce que vous devez savoir sur les plantes comestibles, leurs besoins et ce qu’implique leur entretien.

  • Vous envisagez probablement de cultiver les légumes que vous aimez manger le plus, mais au-delà de cela, vous devriez comparer les légumes pour savoir ce qui vaut la peine d’être cultivé dans votre situation. Par exemple, différentes plantes prennent des temps différents pour commencer à produire, et certaines cessent de pousser par temps chaud.
  • Les plantes ont également des exigences d’espacement à respecter. Même si vous commencez par une jeune plante plutôt qu’une graine, vous devez laisser de l’espace pour son développement en plante adulte. 
  • Une fois que vous avez sélectionné des plantes et un espace, lisez Un potager avec un minimum d’efforts pour savoir comment vous devez préparer le sol afin de répondre aux besoins nutritionnels de vos plantes.
  • Il est également important de savoir quand vos légumes seront prêts à être récoltés. De cette façon, vous ne ferez pas la récolte trop tôt ni trop tard !
  • Au-delà de la production de légumes, réfléchissez à la manière dont votre jardin peut contribuer à votre maison et à votre cuisine. Par exemple, vous pouvez faire pousser des fines herbes pour compléter vos recettes et faire du compost avec vos déchets de cuisine.

Assez pour partager

Tomates cerises.
Même un petit jardin peut fournir suffisamment de légumes à partager ! Photo : Dan Gold, Unsplash

Étant donné que les légumes ont une durée de conservation limitée, vous pourriez avoir l’impression qu’un potager n’est qu’un coup d’épée dans l’eau, ne fournissant qu’une journée ou deux de repas pour beaucoup de travail. Cependant, il existe un éventail incroyable de choses que vous pouvez faire avec les légumes que vous cultivez et vous serez surpris de voir combien un potager sain produira. En fait, il y a de fortes chances que vous aurez beaucoup de légumes exédentaires à partager avec d’autres qui en ont besoin.

  • Si vous décidez de faire pousser des fines herbes, vous pouvez non seulement les couper pour votre repas du soir, mais aussi les conserver en les séchant à l’air ou en utilisant un déshydrateur.
  • Vous savez probablement qu’il existe des légumes congelés, mais vous ne réalisez peut-être pas à quel point il est facile de les congeler vous-même. Il existe cependant quelques astuces, comme les blanchir d’abord.
  • Beaucoup de gens dans notre société ont du mal à mettre de la nourriture sur leur table. Heureusement, vous pouvez faire don de vos produits frais aux banques alimentaires, aux soupes populaires et à d’autres organisations alimentaires.

Cuisinez votre récolte

Préparation des tomates dans une cuisine.
Il existe toutes sortes de façons de cuisiner les légumes. Photo : Louis Hansel, Unsplash

L’un des aspects les plus importants de la culture de votre propre nourriture est, bien sûr, de la manger ! Il existe de nombreuses options, non seulement pour vos produits frais, mais aussi pour approvisionner votre garde-manger, qui sont parfaites pour les personnes âgées qui cherchent à rester en bonne santé. 

Voici quelques options saines pour transformer la générosité de votre jardin en de délicieux repas :

  • La salade est un incontournable du potager, mais l’exploration de diverses recettes de salades peut vous inspirer au-delà des salades de tous les jours.
  • Il peut être intéressant d’explorer les produits disponibles dans les marchés d’agriculteurs locaux. Cela peut vous donner une idée de ce que vous aimeriez faire pousser à la maison.
  • Cuisiner avec des herbes fraîches est un peu différent de l’utilisation d’herbes séchées. Leur goût est un peu moins intense et il faut alors en utiliser un peu plus. Quelques recherches peuvent vous aider à savoir les employer efficacement.
  • Les banques alimentaires n’acceptent pas les conserves maison, mais vous pouvez en offrir en cadeau à des amis, des membres de la famille et des voisins. Étiquetez le contenu et préparez un panier que vous pouvez partager avec quelqu’un que vous aimez ou un voisin qui pourrait avoir du mal à nourrir sa famille.

Une bonne planification est la clé d’un premier potager réussi. Dans votre propre arrière-cour, vous pouvez cultiver suffisamment de légumes pour nourrir votre famille, remplir votre garde-manger de conserves et partager avec votre communauté. Et en plus, si vous décidez de mettre votre maison en vente, vous risquez d’attirer l’attention de personnes qui souhaitent une maison avec jardin intégré ! De votre table à la communauté, ces ressources vous guideront vers une aventure de jardinage gratifiante.

Article traduit de l’anglais par Larry Hodgson.

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

10 comments on “Un potager maison pour les ainés : pour la table et la communauté

  1. Céline baillargeon

    spotted lanternfly : invasion d’insectes nuisibles dans le jardin de mon garçon au Connecticut. Découverte faite à son retour après une semaine de vacances.
    Sommes-nous à risque d’en retrouver ici plus au nord un jour ?
    Merci!

  2. Nous avons un grand terrain dans la cour de un condo avec 16 condos et nous voudrions faire des potagers communautaires: quel système vous recommandé ?

    Nous sommes prés d ‘ un boisé et le terrain est très bien aménagé et préférons des bacs surélevés pour se protéger des marmottes, chats, écureuils et bin sur les chiens. c’est correct ?

    Avez d’autres solutions à recommander ?

  3. SuzanneMacDonald

    Je ne sais pas quand récolter mes tomates elles sont très rouges mais dures et ne s’enlèvent pas facilement de la tige, Aussi question sur l’arrosage doit-on seulement arroser la terre et à tout les jours ou non avec les dernières canicules j’ai arrosé abondamment tout les jours. Merci beaucoup de vos bons conseils.

    • Les tomates continueront à mûrir une fois cueillies. Mieux vaut donc les cueillir un peu tôt, avant qu’elles n’aient l’occasion de pourrir. Mieux vaut également les arroser abondamment une ou deux fois par semaine qu’un peu tous les jours; vous pourrez aussi, au moment de les planter, installer des ollas à côté et les arroser en remplissant les ollas, ça marche bien.

  4. Curieuse cette idée que les herbe séchées ont plus de goût que les fraîches. Peut-être vrai pour le thym et la sarriette. Certainement faux pour le romarin, l’estragon, le basilic et la coriandre. Au lieu de les sécher, je les congèle en les laissant libres dans une boîte, et mieux encore je fabrique des pestos que je congèle en cubes. Les saveurs se conservent ainsi pendant des mois et même plus. Pour la coriandre, un truc formidable: cueillez les graines encore vertes, leurs goût est assez proche des feuilles fraîches et elles se conservent congelées ad vitam… Les graines de coriandre séchées ont un goût intéressant mais complètement différent.

  5. Denise B. , Québec, QC

    Pour un jardin peu profond, je suggère des semis de carottes « boules », petites, rondes et délicieuses.
    Aussi, les carottes nantaises seront parfaites en plus d’être récoltées précoces. Mes 2 variétés fétiches.
    Bonne découverte. 😉

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :