Légumes Nomenclature horticole

Quelle est la différence entre un navet et un rutabaga ?

Comparaison entre un navet et un rutabaga.

Par Larry Hodgson

Question: J’ai lu avec intérêt votre article Des navets sans «bulbe», qui m’a encore fait réfléchir à quelque chose que je n’ai jamais bien compris. Quelle est la différence entre un navet et un rutabaga ? Les deux se ressemblent drôlement !

Marc Osselin

Réponse: Ces deux membres de la famille des choux sont en fait des plantes différentes, bien qu’elles aient beaucoup en commun, y compris non seulement la plupart de leurs gènes, mais aussi une racine pivotante épaissie et souvent arrondie et des feuilles comestibles.

2 navets
Un navet typique: petit, rond et blanc avec un sommet violet. Photo : thebittenword, Wikimedia Commons

Le navet (Brassica rapa rapa), aussi appelé rabiole, est une sélection à racine épaisse de la moutarde sauvage (B. rapa), une plante eurasiatique très variable et largement distribuée à partir de laquelle les humains ont développé toute une gamme de légumes différents au cours des millénaires, y compris le bok choy (B. rapa chinensis), la moutarde des champs (B. rapa oleifera) et le chou chinois (B. rapa pekinensis).

On pense que la forme avec une racine pivotante comestible (le navet) a été développée il y a plus de 2 000 ans et était connue des Grecs et des Romains. Essentiellement, à travers des générations de sélection, des formes à racines épaisses ont été développées et cultivées, à la fois pour la consommation humaine et comme fourrage pour le bétail.

Rutabaga coupé en bâtonnets.
Rutabaga en préparation pour la cuisson. Photo : Joanna Alderson, Flickr

Le rutabaga (Brassica napus napobrassica) serait apparu en Europe à la fin du Moyen Âge (bien que la première référence imprimée à son sujet n’apparaisse qu’en 1620), résultat d’un croisement illicite entre le chou (Brassica oleracea), une espèce différente, mais étroitement apparentée, et le navet (B. rapa rapa).

Il s’agit d’un croisement inhabituel, car les plantes mères ont un nombre de chromosomes différents (n* = 9 chromosomes pour le chou et n = 10 pour le navet) et cela entraîne généralement la stérilité, mais la plante hybride produit spontanément des graines polyploïdes (n = 19 chromosomes), ce qui donne une plante reproductible par semences.

*n indique le nombre de chromosomes haploïdes de la plante.

Les agriculteurs ont reconnu la valeur du rutabaga à grosse racine et ont commencé à le cultiver, en particulier en Scandinavie. Il a été introduit dans le reste de l’Europe à partir de la Suède à la fin du 18e siècle, d’où son nom: rutabaga vient du terme suédois rotabagge pour boule (bagge) et racine (rot). Pour la même raison, ce légume est également connu sous le nom de chou suédois dans de nombreuses régions. On l’appelle aussi chou-navet, navet fourrager, navet jaune et chou de Siam, bien que la plante ne vienne pas de la Thaïlande (autrefois le Siam).

Comment distinguer les deux légumes

  • Les navets sont généralement beaucoup plus petits que les rutabagas.
  • Typiquement, les navets ont une chair blanche et les rutabagas ont une chair jaune, à tel point que, au Canada français, les navets sont souvent appelés navets blancs et les rutabagas, navets jaunes. Cependant, il existe des variétés à chair blanche, jaune, orange et rouge chez les deux légumes.
  • Les navets vus dans votre supermarché local ont généralement une peau blanche ou une peau blanche avec un sommet violet, tandis que les rutabagas ont généralement une peau jaune avec un sommet violet. Les deux viennent cependant avec un épiderme dans une large gamme d’autres couleurs.
  • La peau des navets est lisse et fine et il n’est pas absolument nécessaire de la peler. Les rutabagas ont une peau plus épaisse et plus rugueuse que vous retirez habituellement.
  • Les rutabagas vendus dans les supermarchés ont souvent été trempés dans de la cire pour les conserver, ce qui n’est pas le cas des navets.
Feuilles de rutabaga
Feuilles de rutabaga. Photo : bonnieplants.com
  • Les feuilles de rutabaga sont lisses, cireuses et vert bleuâtre comme les feuilles de chou; les feuilles de navet sont vertes, un peu rugueuses et couvertes de poils raides clairsemés.
  • Les feuilles de navet se forment directement du haut de la racine: il n’y a pas de tige apparente au moment de la récolte. Les rutabagas forment, au fil du temps, une tige courte et épaisse au-dessus de la racine.
  • Les feuilles des deux sont comestibles. D’ailleurs, certains navets, comme le cultivar ‘Seven Top’, sont cultivés strictement pour leurs fanes comestibles.
  • La racine de rutabaga est toujours plus ou moins ronde, mais il existe des variétés de navet à racine longue ressemblant à des carottes. Aussi, certains navets, comme le ‘Seven Top’ susmentionné, ne produisent aucune racine épaissie.
  • Les navets sont des légumes à croissance rapide et doivent être récoltés lorsqu’ils sont encore assez petits et tendres, généralement à moins de 10 cm de diamètre, sinon ils deviennent ligneux et non comestibles. Vous pouvez faire deux productions ou plus par an dans la plupart des régions. Les rutabagas sont beaucoup plus lents à mûrir et sont généralement semés une seule fois, au printemps, en vue d’une récolte tardive à l’automne.
  • On peut cultiver le navet dans presque toute région, même dans les tropiques, à condition de le semer, dans ce dernier cas, pendant les mois les plus frais. Le rutabaga a besoin d’une longue saison de croissance dans des conditions assez fraîches et ne se porte donc bien que dans les climats plus frais.
  • En ce qui concerne le goût, le navet a un goût plus intense que le rutabaga, un peu amer ou piquant rappelant vaguement celui du radis, surtout lorsqu’il est consommé cru. Le rutabaga a un goût plus doux et plus sucré que le navet.

Si vous avez besoin de les distinguer dans le simple but d’acheter des légumes au supermarché, il vous suffit probablement de vous rappeler que les navets sont petits et que les rutabagas sont gros! 

25 comments on “Quelle est la différence entre un navet et un rutabaga ?

  1. Est-il possible de repiquer des plants de Rutabaga Laurentian?

  2. Est ce que la rabiole du supermarché est le navet (blanc) que vous avez décrit?

  3. Je suis une retraitée d’un certain âge… Mes parents et mes grands-parents ont toujours nommé NAVET ce que vous appelé RABIOLE…. et bien sûr, il en est de même pour moi, mes enfants et petits-enfants. Et je crois que nous sommes très nombreux à faire cette erreur. D’où viendrait-elle? Intriguant…

  4. A la lecture de l’article je viens de comprendre pourquoi mon père appelle aussi le rutabaga , choutiame! C’est fort probablement une déformation du nom chou de Siam! Merci de nous ‘cultiver’ ! ; ))

  5. Pourquoi mes tomates ont des taches noire en dessous

  6. Anonyme @ Est-il possible de repiquer des plants de Rutabaga Laurentian?
    Je ne connais pas la variété Laurantian, qui doit être québécoise, mais d’une façon générale, les rutabagas se repiquent, c’est même recommandé.

    Le rutabaga, comme le topinambour, éveille de mauvais souvenirs en France, car pendant l’occupation on en trouvait facilement. Mais comme il n’y avait rien pour les assaisonner, pas d' »habillage », comme on dit chez nous, ce n’était pas une nourriture très appréciée.
    En fait ave un bon accompagnement c’est un délicieux légume

    Bon, maintenant, pour « semer la panique », je vais citer le chou rave, qui tient du navet et du rutabaga et qui est excellent lui aussi.

  7. Merci très instructif!! Mais alors si le petit est le n’a et et le gros le rutabaga qu’est qu’un raviole ?? Je croyais que c’était le petit ???

  8. Mario Vandal

    Ma grand-mere appelait les rutabaga, chou de siam..

    Pour ma part, je pensais que c’etait un nom amerindien!
    Mervi pour les précisions!

  9. c’est la premiere année que je sème des rabioles et malheur à la cueillette ils sont tous attaqués presque immangeable que se passe t-il, jattends vos conseils avec impatience

    merci

    • Huguette, vous avez reçu la visite de la mouche qui engendre les vers du navet. Une calamité contre laquelle il n’ya vraiment qu’une solution, un voile de culture comme suggère le Jardinier paresseux pour la mouche de la carotte. Il faut bien isoler les semis en fixant le voile contre le sol. Les mouches sont diaboliques et vont profiter du moindre interstices pour venir pondre leurs oeufs.

  10. Très intéressant topo sur ces deux légumes. Sur le goût du rutabaga et la désaffection des français vis à vis de ce légume qui leur rappelerait la guerre, j’ai une petite explication personnelle. Je trouve que le rutabaga en France n’a pas du tout le goût délicieusement sucré du rutabaga cultivé au Québec et dont ma mère fabriquait de délicieuses purées dans mon enfance.
    Depuis que je vis en France où il est revenu à la mode je le trouve insipide de même d’ailleurs que le navet boule d’or, un navet jaune qui n’a pas du tout le goût percutant du navet blanc.
    Différence de terroir sans doute dont parlait déjà Jacques Puisais qui avait été étonné par la richesse aromatique des légumes racines au Québec. Il faudrait peut-être y ajouter l’effet du gel qui augmente les sucres dans beaucoup de fruits et légumes, les kiwis et les brassicas en particulier.

    • Intéressant!

    • janpigo@ Différence de terroir sans doute….et peut être aussi d’habitude. je n’ai jamais eu la chance de déguster les légumes québécois, et je me satisfais des miens, en particulier des « boules d’or » que je trouve bons (n’en ayant jamais consommé d’autres).
      Quant aux rutabagas à la mauvaise réputation, les céleris, poireaux et autres haricots (surtout quand ils étaient habités par des charançons, « cussons » en langue régionale) servis à table sans assaisonnement, ils ne fournissaient pas une nourriture vraiment délicieuse.

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :