Conifères Taille des végétaux Tuteurage

Une nouvelle flèche pour les conifères étêtés

Conifère dont la flèche est jaune.

Par Larry Hodgson

Il arrive parfois que, suite à un accident quelconque (ou à une taille mal avisée), un conifère au port pyramidal comme un sapin (Abies), une épinette/épicéa (Picea), un pin (Pinus) ou un mélèze (Larix), perde sa flèche, soit sa branche terminale verticale. Or, sa symétrie est alors en jeu, car c’est la dominance de la flèche qui donne à l’arbre son port étagé si symétrique. 

Pin à la flèche brisée.
Ce pin a perdu sa tête à la suite d’un accident et risque de produire des flèches multiples. Photo: extension.umn.edu

Heureusement qu’on peut lui en donner une autre. Et il y a deux façons pour ce faire.

Sapin avec quatre flèches.
Ce sapin produit 4 flèches. Il ne faut en conserver qu’une seule. Photo: jardinierparesseux.com

Dans la première technique, commencez par laisser l’arbre repousser de lui-même. Normalement, comme la plupart des conifères à développement étagé produisent de nouvelles pousses seulement au printemps, il faudra attendre au printemps prochain. Typiquement, le conifère produira alors non pas une seule flèche, mais deux ou plus. Or, si l’arbre a une double ou triple tête, au revoir la symétrie! Ou parfois ce sont des branches secondaires près du sommet qui commencent à pousser à la verticale et qui donc deviendront des flèches. Encore, il y en a habituellement plus d’une.

Dans les deux cas, vous n’avez qu’à supprimer toute flèche supplémentaire pour n’en laisser qu’une seule. La dominance apicale sera ainsi rétablie et le conifère reprendra alors sa croissance symétrique habituelle.

Branche fixée sur un tuteur pour devenir une flèche.
On peut choisir une branche existante et la tuteurer pour former une flèche. Ill.: Claire Tourigny, tirée du livre Les 1500 trucs du jardinier paresseux

L’autre méthode consiste à être proactif. Donc, dès que vous vous rendez compte du problème (que la flèche est morte, brisée ou absente), choisissez une branche secondaire et dirigez-la vers le haut. Vous pouvez le faire en utilisant des attaches pour la fixer au chicot (ce qu’il reste de la flèche)… s’il reste un chicot, du moins. Sinon fixez un petit tuteur sur le tronc et attachez-y la branche secondaire, la tenant droite.

Quand la tige se sera raidie dans sa nouvelle position, 3 à 8 mois plus tard, enlevez tout simplement le tuteur. L’arbre reprendra alors sa forme si attrayante.

Billet adapté d’un article paru dans ce blogue le 12 juillet, 2015.

12 comments on “Une nouvelle flèche pour les conifères étêtés

  1. J’ai un picéa Baby Blue planté l’an dernier qui lui a des branches sèches dans le bas de sa robe. Je lui ai mis du compost forestier à sa base. Dois-je couper les branches sèches du bas où vont-elles produire des épines dans les années à venir?

  2. Normand Beauregard

    Bonjour,
    À l’inverse, je dois étêter des cèdres qui n’ont jamais été taillés. En conséquences, ils commencent à s’éclaircir et j’aimerais les aider à se densifier. Ma question, puis-je tailler assez sévèrement la tête, ou suis-je mieux de couper progressivement la tête sur quelques années?

    • Notez que le thuya (cèdre) appartient à une autre type de conifère: sa croissance n’est pas étagée et il n’est pas importance de maintenir une seule flèche. Vous pouvez tailler la tête, mais seulement en restant dans le « vert ». Il y a des infos ici: Des navets sans «bulbe»
      Question: Cette année, mes navets n’ont produit de véritable bulbe, mais seulement une racine relativement mince avec beaucoup de petites racines, un peu comme une carotte poilue. Que dois-je faire pour corriger la situation la prochaine fois?
      Jessica
      Réponse: Le navet (Brassica rapa) est un légume à croissance rapide, habituellement récolté 35 à 60 jours après le semis. Il est cultivé surtout pour sa racine enflée apparentée à un bulbe, ainsi quand il ne produit que des racines fibreuses, c’est évidemment une grosse déception.
      Plusieurs facteurs peuvent expliquer pourquoi vos plantes n’ont pas formé une belle racine globulaire. En voici quelques-uns :
      Sol trop riche en azote : Un sol trop riche en azote, notamment à la suite d’une application abondante de fumier frais ou de compost riche, tend à produire une abondance de feuillage, mais une racine sous-développée. Si vous appliquez un tel produit, attendez la deuxième année avant d’y semer des navets. Ou encore, faites l’application à l’automne, ainsi il y aura moins d’azote dans le sol au printemps au moment du semis.
      Sol trop chaud : Le navet, comme la plupart des légumes racines, préfère un sol plutôt frais. Alors, une canicule importante et prolongée, surtout au début de l’été, peut nuire à la formation d’une racine dodue. D’ailleurs, souvent le navet monte en graine quand il est exposé à trop de chaleur.
      Pour essayer d’éviter ce problème, semez-le tôt au printemps, environ 2 ou 3 semaines avant la date du dernier gel, pour qu’il puisse profiter d’un sol est encore assez frais, puis paillez-les abondamment quand les semis dépassent 5 cm de hauteur. Le paillis aidera à garder le sol frais et humide.
      Une autre possibilité est faire le contraire et de semer plus tard : beaucoup plus tard! À la fin de l’été ou au début de l’automne, en vue d’une récolte tardive, juste avant que le sol gèle.
      Arrosage insuffisant : Le navet préfère une terre toujours légèrement humide. Si on lui fait subir de la sécheresse, surtout dès le début de la saison, cela peut nuire à la formation d’une belle racine épaisse.
      Sol trop lourd : Le navet préfère un sol meuble. Dans un sol trop lourd, dense ou rocailleux, la racine peut ne pas bien se développer. Souvent, il réussit mieux dans une plate-bande surélevée remplie de terre de qualité.
      Plants repiqués : Le navet tolère difficilement le repiquage. Le moindre dommage à la racine pivot initiale peut anéantir la production d’une racine ronde. Normalement, donc, on ne doit pas semer ce légume à l’intérieur, mais plutôt directement au jardin.
      Navets longs : Je ne pense pas que ce soit votre cas, mais il faut savoir que tous les navets n’ont pas des racines «rondes». Certaines variétés donnent une racine longue, comme une carotte, mais plus épaisse. Souvent, ce détail est illustré sur le sachet pour éviter toute confusion. Il s’agit de choisir en conséquence de la forme désirée quand vous achetez vos semences.
      Bon succès avec votre prochaine culture de navets!

  3. Yolaine Caron

    Bonjour M. Hodgson, j’ai plusieurs petits érables qui poussent librement sur une parcelle de terrain et qui ont 2 têtes. Je prévoyais faire la même chose car on m’avait dit que les feuillus doivent avoir une seule flèche, notamment pour éviter qu’ils fendent au sommet. Est-ce une bonne idée de les tailler pour favoriser une seule flèche? Merci à vous!

  4. Merci de l’info, nous avons un pin qui a perdu sa flèche il y a environ 3 ans mais il mesure plus de 30 ou 40 pieds, je n’ai pas vraiment de souci pour la forme de l’arbre vu qu.il est à maturité ?

    • Les pins perdent souvent leur symétrie pyramidale à maturité et paraissent très généralement très bien ainsi. Pour les sapins et les épinettes, par contre, c’est moins le cas.

  5. Marie-D Girard

    Bonjour, j’ai une épinette fat albert qui a eu la flèche coupée par je ne sais quoi (peut-être tordeuse du bourgeon de l’épinette) . Je suis intervenue rapidement car la flèche était encore accrochée à l’arbre . C’est un truc que j’ai fait souvent mais je ne pensais pas réussir sur cet arbre qu’en même assez gros (environ 10-15 pieds) . J’ai utilisé un bas de nylon pour replacer la flèche. Cela ne blesse pas l’arbre et je n’ai pas eu besoin de l’enlever car le bas se désagrège lui même avec le temps. Mon arbre atteint maintenant plus de 25 pieds et a une magnifique flèche. C’est vraiment un truc que j’adore lorsque l’on a des branches importantes de brisées. Je l’ai même déjà fait sur un pommetier pleureur ouvert en deux par la neige lors d’un hiver difficile.

  6. Hélène

    J’ai un chicot du canada, sa flèche était croche , j’ai essayer de mettre un tuteur pour redresser, mais la tête n’as pas aimer cela et a sécher j’ai du la couper maintenant plus de tête cela fait un y j’ai peur de redresser que cela fasse mourir encore la branche, comment puis je faire?

    • C’était probablement un facteur indépendant: si la flèche était croche, elle avait peut être un défaut. Il n’y a aucune raison de penser qu’une branche saine réagirait de cette façon.

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :