Haies Truc du jour Vivaces

Pourquoi pas une haie de vivaces?

Par Larry Hodgson

Autrefois, on délimitait souvent les terrains non pas avec des arbustes, mais avec des vivaces… et l’idée est aussi géniale aujourd’hui qu’à la fin du XIXe siècle, alors qu’elle était à la mode. 

L’entretien d’une haie de vivaces est minimal, voire presque nul, surtout si vous paillez son pied pour empêcher l’invasion des mauvaises herbes. Et les vivaces offrent l’avantage de mourir jusqu’au sol à la fin de chaque saison, ce qui les met à l’abri des intempéries hivernales. Ainsi, on peut facilement installer une haie de vivaces le long d’un chemin où des arbustes ou des conifères auraient été déchiquetés par les jets de neige lancés par la souffleuse.

Pour convenir à une haie, la vivace doit avoir une certaine hauteur, être bien fournie de haut en bas, résister au vent sans tuteur, avoir un beau feuillage (pour une haie, c’est plus important que la floraison!), avoir une longue saison d’intérêt et être bien adaptée, bien sûr, à vos conditions de culture.

Voici 50 vivaces qui font d’excellentes haies.

  1. Acanthe (Acanthus spp.) zones 4 à 9, selon l’espèce
  2. Aralie (Aralia spp.) zones 3 à 5, selon l’espèce
  3. Asclépiade (Asclepias spp.) zones 3 à 10, selon l’espèce
L’asperge fait une excellente haie vivace. Photo: Sassy Gardener, Flickr
  1. Asperge (Asparagus officinalis) zone 2
  2. Aster (Aster spp.) zone 4
  3. Aunée (Inula helenium) zone 3
  4. Aurone (Artemisia abrotanum) zone 3
  5. Baptisia ou faux indigotier (Baptisia australis) zone 4
  6. Barbe de bouc (Aruncus dioicus) zone 3
  7. Barbon à balais (Schizachyrium scoparium) zone 3
  8. Barbon de Gérard (Andropogon gerardii) zone 3
  9. Boltonie (Boltonia asteroides) zone 3
Calamagrostride ‘Karl Foerster’. Photo: http://www.jardinierparesseux.com
  1. Calamagrostide (Calamagrostis × acutiflora ‘Karl Foerster’) zone 4
  2. Chardon bleu (Echinops ritro) zone 3
  3. Cimicifuge ou cierge d’argent (Cimicifuga spp., maintenant Actaea spp.) zone 3
  4. Eupatoire (Eupatorium spp.) zone 3
  5. Filipendule, reine-des-prés (Filipendula spp.) zone 3
  6. Fougère plume d’autruche (Matteuccia struthiopteris) zone 3
  7. Fraxinelle (Dictamnus albus) zone 4
  8. Hélianthe (Helianthus ‘Lemon Queen’) zone 4
  9. Hémérocalle (Hemerocallis spp.) zone 3
Hibiscus ‘Evening Rose’. Photo: perennialresource.com
  1. Hibiscus vivace (Hibiscus moscheutos) zone 5
  2. Hosta (Hosta spp.) zone 3
  3. Ketmie des marais (Hibiscus moscheutos) zone 5
  4. Kirengeshoma à feuilles palmées (Kirengeshoma palmata) zone 4
Lavande papillon (Lavandula stoechas). Photo: joochiatflorist.com
  1. Lavande (Lavandula spp.) zones 4 à 8, selon l’espèce
  2. Lavatère vivace (Lavatera thuringiaca, maintenant Malva thuringiaca) zone 4
  3. Liatride (Liatris spp.) zone 3
  4. Macleaya (Macleaya spp.) zone 3
  5. Miscanthus (Miscanthus spp.) zones 4 à 6
  6. Molinie élevée (Molinia arundinacea) zone 4
  7. Népéta (Nepeta spp.) zones 3 à 5, selon l’espèce
  8. Panic raide (Panicum virgatum) zone 4
  9. Phlox paniculé (Phlox paniculata) zone 3
  10. Pigamon (Thalictrum spp.) zones 2 à 6, selon l’espèce
Pivoine. Photo: peonysenvy.com
  1. Pivoine des jardins (Paeonia lactiflora) zone 3
  2. Renouée polymorphe (Persicaria polymorpha, syn. Polygonum polymorphum) zone 3
  3. Rhubarbe (Rheum spp.) zone 3
  4. Rodgersia (Rodgersia spp.) zone 4
  5. Rudbeckie ‘Goldsturm’ (Rudbeckia fulgida sullivantii ‘Goldsturm’) zone 3
  6. Rudbeckie laciniée (Rudbeckia laciniata ‘Goldquelle’) zone 3
  7. Sauge russe (Perovskia atriplicifolia, maintenant Salvia yangii) zone 4b
  8. Sédum des jardins (Sedum spectabile, maintenant Hylotelephium spectabile) zone 3
  9. Séné américain (Senna marilandica) zone 4b
  10. Sidalcée (Sidalcea spp.) zone 4
  11. Silphium (Silphium spp.) zone 3
  12. Tritome (Kniphofia spp.) zones 5 à 8, selon l’espèce
  13. Vernonia (Vernonia noveboracensis) zone 4
  14. Véronicastre (Veronicastrum spp.) zone 3
  15. Yucca filamenteux (Yucca filamentosa) zone 6

Adapté d’un billet paru dans ce blogue le 26 avril 2016.

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

34 comments on “Pourquoi pas une haie de vivaces?

  1. France

    J’étais justement en train de chercher quoi mettre entre mon entrée et celle des voisins! Merci pour le choix des plantes, ça me laisse tout plein d’idées !

  2. Lyne Dionne

    Excellente idée …pour l’avoir vue chez ma mère …une haie de hosto géants ..,c’est magnifique!

  3. Bainvelzweig bernadette

    Je découvre votre blog. Pouvez-vous me dire à quoi correspondent les zones. (j’habite au sud de Lyon en France).

  4. Chantal Pellerin

    Merci beaucoup pour les bonnes idées! Des heures de plaisir en vue pour étudier tout ça!!!

  5. Christine Bruneau

    J’adore l’idée d’un haie de vivace. J’habite en montagne et beaucoup de chevreuils se promènent dans notre coin. Que me recommendez-vous?

    • Renouée polymorphée les chevreuils n,y touchent pas. et très peu aux diverses sortes d’hémérocales. Oublier les hostas .

  6. France Gaudry

    J’aimerais faire une haie de vivaces le long de mon terrain mais qui est déjà délimité par une rangée de pins sylvestre et de saules pleureurs. Qu’est ce qui pourrait survive à mi-ombre et avec de grosses racines à proximité. Merci, j’apprécie beaucoup vos articles.

  7. Hélène Deshaies

    J’ai des souvenirs de ma petite enfance, ma grand-maman avait des asperges tout le long de l’entrée entre eux et le voisin; avec mes yeux d’enfant, elles étaient féériques ces asperges avec leur foliage si délicat et léger. À cette époque, on ne savait pas que c’était comestible, c’était simplement joli en décoration et demandait très peu d’entretien. Aujourd’hui, je mange les asperges de mon potager et j’en laisse aller quelques-unes en hauteur pour la décoration 😉

    • Johanne Bouchard

      J’ai également les asperges de mes parents sur mon terrain mais malheureusement je suis entrain de les perdre à cause des mauvaises herbes (chiendent). Je me demande vraiment comment le sauver. Peut-être quelqu’un aurait une réponse ? Bonne journée.

      • J’ai le même problème! Le chiendent a envahi mes plants d’asperges! J’ai lu que la phacélie pouvait venir à bout du chiendent… mais peut-être qu’elle détruira aussi les plants d’asperges… En tout cas, je vais semer de la phacélie cette année dans mes rangs d’asperges, on verra bien!

    • Belle histoire!

  8. Monique Tremblay

    Merci pour tous les bons les bons conseils et suggestions .J’ai cherché l’ornithogale dans plusieurs pépinières et je n’ai pas trouvé avez vous quelques suggestions d’endroits ?
    Merci beaucoup de votre attention.
    P.s Je demeure à St -Eustache..
    Monique Tremblay

    • Passion Jardins produit l’ornithogale à ombelles, qui est vendue chez plusieurs marchands de Laval. En 2014, une étude de l’Université Laval a toutefois classé l’ornithogalum umbellatum parmi les plantes nuisibles du Québec.

  9. Johanne Bouchard

    Merci, vraiment intéressant toutes ses possibilités faites à partir de plantes vivaces. Je pensais justement rapprocher mes rhubarbes pour profiter de la beauté de la plante. Bonne journée ! 🙂

  10. Louise Ranger

    Votre article tombe à point. J’habite dans les Laurentides zoné 3. J’ai des abeilles et des cerfs. Que me conseillez-vous comme vivace pour une haie? Merci beaucoup

  11. i. juhasz

    Peut-on vous envoyer des photos que vous pourriez utiliser, ou pas, pour vos articles?
    (Sans passer par un réseau social.)

  12. Hélène Bernier

    Excellente idée. Je pensais justement à mettre une haie car de mon solarium, j’ai une vue désagréable sur le garage blanc de mon voisin. Cependant, creuser sur le turf est pratiquement impossible. Est-ce qu’une vivace serait plus facile à planter? Je vis en zone 4 (Milleret). Auriez-vous une suggestion? A l’autre extrémité, nous avons une haie de chèvrefeuille, mais il faut la rabattre à chaque année. Votre idée de vivace me plaît davantage. Merci pour vos chroniques que j’aime beaucoup.

  13. Karine

    Prenez bien soin de vous.
    Souvent, les réponses aux questions qui vous étaient adressées se trouvaient déjà sur votre site, mais bcp de gens ne cherchent pas…Et je n’en revenais pas de la rapidité à laquelle vous répondiez. Vous avez pris la bonne décision de vous arrêter. Je vais continuer à visiter régulièrement votre site, car c’est le meilleur !
    Fermez votre ordinateur et aller faire une sieste dehors 🙂

  14. Josée Lange

    Bonjour, je dois remplacer ma haie de cèdres devant la maison. +/- 6 pieds de haut et 35 pieds de large. J’habite près des chevreuils et elle est maintenant très dégarnie… Je cherche évidemment qqch qui grandira vite, mais aussi qui reste assez opaque pendant l’hiver afin de conserver mon intimité. Est-ce que c’est possible? Merci!

  15. Jean DUCATEL

    Bonjour
    il y a quelques années, j’avais acheté un petit coin de terrain sur lequel passait un petit ruisseau. Je connaissait cette endroit depuis que je suis gosse, c’était un terrain privé mais le proprio nous laissaient jouer et patauger dans le ruisseau. À cette époque, (année 60/70) nos jeux étaient bien différents de ceux des gosses de maintenant et je me souvient encore de cette bonne odeur de Reine des prés, Quand le propriétaire est décédé, les héritiers ont laissé le terrain à l’abandon et quand j’ai racheté il y a quelques années, le ruisseau n’existait quasiment plus, mais surtout, la Reine des prés avait été remplacé par cette saloperie de renoué. J’ai réussi à bien curer le ruisseau et il est de nouveau comme dans mon enfance. J’ai aussi réussi en persévérant à me débarrasser de le renoué et balsamine qui avaient tout envahis et j’aimerais replanter de la Reine des prés. Et donc, j’aimerais savoir comment faire pour récupérer de la semence, puis la mettre en culture et la replanter. Surtout que la Reine des prés est une plante médicinal alors que la renoué est du poison d’après ce que l’on ma dit. J’aimerais avoir des conseils sur comment récolter les semences de la Reine des prés, à quel époque de l’année, comment la mettre en culture, à quel époque le faire et comment la replanter

    merci

Répondre à Jardinier paresseux Annuler la réponse.

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :