Aménagement paysager Truc du jour

10 suggestions pour un aménagement réussi

Landscaping in front of suburban home

On peut créer soi-même un aménagement qui en mettra plein la vue.

Par Mathieu et Larry Hodgson

Vous songez à faire ou à parfaire votre aménagement paysager vous-même? C’est le choix de la majorité des propriétaires. D’ailleurs, les plus beaux aménagements sont presque toujours le fruit du travail de leurs propriétaires. Aussi, le prix est alors imbattable : vous ne payez que pour les matériaux et les végétaux.

Mais d’abord, quelques contre-indications. Si vous avez un terrain très accidenté, des problèmes d’accumulation d’eau, que vous voulez aménager les berges d’un cours d’eau ou avez d’autres situations complexes, il pourrait être judicieux de contacter un paysagiste ou un architecte-paysagiste certifié. Dans certains cas même, un ingénieur doit être consulté!

En plus de l’économie réalisée, bien des propriétaires éprouvent un réel plaisir à réaliser leur aménagement eux-mêmes et sont d’autant plus fiers des résultats. Aussi, ils peuvent échelonner les travaux sur plusieurs années, au gré de leur énergie et de leur budget. Il est aussi possible de confier une partie des travaux à un paysagiste certifié dans le cas de travaux plus complexes (tels les murs de soutènement de plus de 60 cm) et d’exécuter le reste des travaux soi-même. Il faut connaître ses limites!

Les règles essentielles d’un aménagement réussi :

Escalier bien solide et à niveau.
Pensez sécurité d’abord. Par exemple, un escalier doit être large, robuste et parfaitement de niveau. Photo: swensongranite.com
  1. Pensez d’abord «sécurité» et «accès» (allées, escaliers, éclairage, etc.). Une fois ces «nécessités» installées, vous pourrez procéder aux plantations majeures.
Hamac dans l'arrière-cour.
Dans votre aménagement, vous pouvez même avoir une chambre à coucher avec un hamac. Ill.: Claire Tourigny
  1. Dessinez votre terrain à grands coups d’éléments structurants : clôtures, haies, arbres, arbustes, murets, etc. Pensez à diviser le terrain en sections : coin de repos, terrasse, etc., utilisant des végétaux pour créer les divisions. Les concepteurs de jardins utilisent souvent l’idée de « pièces » extérieures. Ainsi, on peut aménager un salon, une cuisine, une salle à manger et même une « chambre à coucher » extérieure avec un hamac.
  2. Réfléchissez à la façon dont vous utilisez votre terrain et à comment vous aimeriez l’utiliser. Est-ce que vous recevez souvent des amis ou de la famille ou préférez-vous vous blottir confortablement sur un sofa avec votre amoureux(se)? Peut-être que le potager est votre priorité. Aussi, n’oubliez pas le côté pratique des choses : rangement, bac à ordures, barbecue! Il est important de songer à l’emplacement de ces éléments dans votre aménagement plutôt que de réaliser après coup qu’ils n’y ont pas leur place. Enfin, identifiez des endroits problématiques sur votre terrain : des objets qui trainent, de l’accumulation d’eau, des éléments repoussants à cacher, et réglez ces situations en priorité.
Illustration d'un homme qui montre comment planter par taches de couleur.
Pour créer de l’harmonie, plantez par taches de couleur, puis répétez les taches! Ill.: Claire Tourigny
  1. Répétez-vous! Choisissez une palette limitée de matériaux, de plantes et de couleurs: les belles associations seront d’autant plus faciles à réaliser. Pensez aussi répéter la couleur de la maison ailleurs sur le terrain pour assurer une belle intégration. Dans les plates-bandes, plantez par taches de couleurs : trois ou quatre vivaces identiques ensemble, 10 à 15 annuelles, etc. Cela crée plus d’impact que des couleurs éparses. Ensuite, répétez ces taches. Trois taches de la vivace X, cinq de la vivace Y, etc. Cela donnera un effet d’harmonie.
  2. Assurez-vous d’une floraison constante. Notez la période de floraison de chaque plante que vous pensez utiliser. Si vous remarquez un trou dans la floraison, trouvez des variétés pour le combler. Il y a aussi certaines plantes qui offrent une floraison prolongée et qui sont alors très utiles lorsque l’espace est trop limité pour installer une grande variété de végétaux.
Ill. montrant des plantes placées par ordre de hauteur.
En général, plantez par ordre de hauteur. Ill.: Claire Tourigny
  1. Plantez par ordre de hauteur, les petites plantes en avant, les grandes en arrière… mais brisez cette règle de temps en temps. Cela donnera du «mouvement» à l’aménagement.
  2. Essayez d’équilibrer les éléments de votre aménagement. Vous pouvez carrément utiliser la symétrie en répétant les mêmes éléments ou vous servir de la forme des plantes ou de leur couleur, par exemple, pour équilibrer votre jardin. 
  3. La couleur des fleurs n’est pas la seule façon d’insérer de la variété dans votre jardin. Vous pouvez aussi utiliser la forme, la texture et le feuillage.
  4. Même s’il est important de varier les plaisirs, la simplicité est plus importante encore. Éliminez ce qui n’est pas nécessaire, limitez vos choix de matériaux, répétez-vous pour créer une impression d’unité dans votre aménagement.
Sentier courbée dans un jardin, donnant un air de mystère à l'ensemble.
Pour ajouter une note de mystère, assurez-vous que tout le jardin n’est pas visible au premier coup d’œil. Photo: twobuttonsdeep.com
  1.  Ajoutez du mystère à votre jardin! Plutôt que de créer un sentier droit, dessinez des courbes pour qu’on ne voie pas le point d’arrivée. Installez un «écran» d’arbustes ou de bois pour cacher un jardin d’ombre ou un espace de repos. Bref, assurez-vous qu’on ne voie pas tout votre jardin au premier coup d’œil, mais qu’on puisse plutôt le découvrir.

Dessinez votre propre plan d’aménagement paysager

Il n’est pas difficile de faire son propre plan d’aménagement.

Ill. montrant une femme qui découpe des idées d'aménagement dans des magazines.
Découpez des idées d’aménagement dans des magazines. Ill.: Josée Fortin

Commencez par ramasser des idées, découpant les images qui vous plaisent dans des revues et les assemblant par thème (jardin d’ombre, entrée principale, etc.). Assoyez-vous en famille et prenez des décisions définitives, combinant deux idées s’il le faut.

Pour transférer ces idées sur papier, trouvez le certificat de localisation de votre terrain (fourni à l’achat de la maison) et faites-le agrandir. Puis, recouvrez ce plan de papier-calque et dessinez chaque idée sur une feuille indépendante. Si un dessin ne fonctionne pas, réessayez-le dans différentes positions. Quand tout s’accordera, vous pourrez redessiner le tout sur le plan de base.

Il peut être utile de marquer les éléments principaux de l’aménagement sur le terrain à l’aide de piquets et de corde pour mieux visualiser vos plans.

Aménagement paysager dessiné par un logiciel.
Il existe des logiciels d’aménagement paysager pour vous aider à dessiner votre plan. Ill.:: boiteachansons.blogspot.com

Il existe aussi des logiciels d’aménagement paysager qui peuvent vous aider à dessiner votre plan. Entrez d’abord les dimensions du terrain et de la maison. Ces logiciels intègrent une panoplie de plantes virtuelles que vous pouvez sélectionner pour voir l’effet que cela créerait dans la vraie vie. Dans certains logiciels, vous pouvez même voir la progression des plantes au cours des années et ainsi éviter le problème des arbres et des conifères qui bouchent des vues ou nuisent aux fils électriques en mûrissant.


Réaliser votre propre aménagement paysager? Pourquoi pas!

Illustrations tirées des livres Les 1500 trucs du jardinier paresseux et Jardinier sans se ruiner.

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

13 comments on “10 suggestions pour un aménagement réussi

  1. julie rodrigue

    j’ai un aménagement à 2 mètres de ma maison qui entoure un sorbier.
    je vois des centaines de fourmis charpentiers qui montent et descendent de l’arbre. Dois-je intervenir? j’ai peur pour l’arbre et pour ma maison?

  2. Véronique Lafleur

    Bonjour Monsieur Hodgson,

    Je suis une fidèle de votre blogue quotidien, qui est toujours un baume parmi la horde de mise à jour de mauvaises nouvelles des quotidiens qui inondent mon in-box au même moment!

    Cela dit, j’aimerais partager un inconfort: votre utilisation du mot « réussi »: Un aménagement réussi. Réussir ses semences…. Nous voilà envahis par a société d’hyperperformance ici aussi. C’est tout le contraire de votre philosophie du paresseux! On jardine parce qu’on aime ça. Un point, c’est tout.

    Si on pense à « réussir » des semences, sans doute qu’on a besoin de lire des livres de psychopop sur le lâcher-prise ou sur l’importance de ralentir, non ?

    Food for thought.

    Véronique

    • Marc Leclerc

      Madame Lafleur,

      Êtes-vous réellement en train de vous plaindre de l’utilisation du mot réussi??? Je ne pense pas que le fait de prodiguer des conseils pour bien  »réussir » sa plate-bande fasse tomber qui que ce soit dans l’anxiété de performance.

      C’est au contraire dans la philosophie du jardinier paresseux de tenter de bien faire les choses afin de ne pas avoir à recommencer. Il en est de même pour la  »réussite » de semences sans laquelle nous ne mangerions pas à notre faim…

      Je déplore de voir que les apôtres de la rectitude sévissent maintenant jusque sur les blogues d’horticulture. Sachez que personnellement je trouve votre commentaire vexatoire et qui plus est il n’apporte aucune valeur ajoutée au blogue de M. Hodgson, tout comme mon commentaire d’ailleurs 😉

      Parlons jardinage si vous le voulez bien!

  3. Jeanne d'Arc Dulac

    d accord avec vous , c’est une pèteuse de broue

  4. Ingrid lombard

    Voyons, voyons! Calmez-vous tous!
    Nous sommes au jardin, pensons zen fleuri…laissez les recriminations ou autres negative thoughts aux soi-disant philosophes torturés, s’il vous plait.
    Ne soufflez pas des nuages sur notre ciel bleu… 🤫

  5. Corinne

    C’est très inspirant, surtout la photo du petit sentier sinueux, merci!

  6. ryndam1962

    si vous n’etes pas bien sur le site allez voir ailleur c’est le conseil le plus intelligent que je puisse vous faire

  7. . » Nous voilà envahis par a société d’hyperperformance ici aussi.  »

    Je ne vois pas où est la l’hyperperformance dans le constat que l’on a RÉUSSI quelque chose qui vous fait plaisir.

    Même en étant paresseux, on s’applique toujours, parfois en vain, et lorsque l’on est parvenu à élaborer quelque chose qui vous réjouit, pourquoi ne pas s’en féliciter, surtout que souvent « o l’est d’hasard », comme on disait chez nous.

    Il ne faut pas donner au mot réussite l’importance qu’il n’a pas, ça ne se mesure pas forcément au son des fanfares, mais à une joie intérieure, un contentement que l’on ressent.

    « Il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour persévérer. » Guillaume d’Orange

  8. Ping : 10 raisons d’engager un paysagiste certifié pour votre aménagement – Jardinier paresseux

Répondre à Véronique Lafleur Annuler la réponse.

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :