Fleurs sauvages Insectes bénéfiques Pelouse

Conservation de la nature Canada vous invite à laisser votre pelouse pousser en mai

Bourdon qui visite une pelouse riche en trèfle.

Retarder cette corvée peut aider la nature  

Pour beaucoup de gens, prendre soin des espaces verts autour de la maison a eu l’effet d’un baume au cœur pendant la pandémie. Pour appuyer la biodiversité, Conservation de la nature Canada (CNC) nous invite à patienter avant de nous attaquer à l’une de vos corvées printanières en renonçant à tondre la pelouse en mai. 

Lancé au Royaume-Uni et maintenant en plein essor au Canada et aux États-Unis, le mouvement No Mow May (en mai, laissez pousser!) invite la population à venir en aide aux pollinisateurs et aux autres espèces qui vivent dans les espaces verts qui nous entourent. La perte et la dégradation des habitats étant la cause principale du déclin des espèces sauvages, CNC, un organisme à but non lucratif voué à la conservation des milieux naturels, estime que laisser la tondeuse dans la remise en mai peut être bénéfique pour la nature.  

Les pissenlits nourrissent les abeilles, les syrphes et d’autres pollinsateurs. Pourquoi alors ne pas les laisser jouer leur rôle? Photo: Jensen Edwards, Conservation de la Nature Canada

« Quand on pense aux gestes qui peuvent être posés dans d’innombrables arrière-cours pour améliorer les habitats des pollinisateurs indigènes tels que les abeilles, certaines espèces d’oiseaux et d’autres animaux qui aident ainsi les plantes à se reproduire, on s’aperçoit que tout cela peut avoir de grands bienfaits pour la nature et la qualité de nos écosystèmes urbains », affirme Claude Drolet, chargé de projets à CNC. « En laissant pousser les fleurs sur votre pelouse, y compris les pissenlits, vous pouvez fournir une importante source de nectar et de pollen aux abeilles sauvages, aux papillons et aux autres insectes pollinisateurs. » 

Pelouse avec violettes et pissenlits
Pelouse en fleurs en mai. Photo: http://www.forestwander.com

Les abeilles et les papillons sont les insectes pollinisateurs les plus connus, tandis que d’autres, comme les papillons de nuit, les mouches, les coléoptères et les fourmis, ont aussi un rôle important à jouer. Ces dernières années, nous avons constaté un déclin massif de certaines populations de pollinisateurs en raison des changements climatiques, de la perte d’habitat (y compris la disparition de plantes indigènes) et de l’utilisation de pesticides. Pourtant, de nombreux fruits que nous achetons ou que nous cultivons dans nos jardins, notamment les fraises, les pommes et les melons, ne pourraient pas pousser sans l’aide des pollinisateurs sauvages. 

Tondeuse que coupe un gazon.
On peut attendre que la floraison soit terminée et les pollinisateurs partis avant de tondre la pelouse. Photo: spring-green.com

Si vous devez absolument tondre votre pelouse, CNC vous suggère d’attendre le plus longtemps possible avant de le faire au printemps et de passer la tondeuse moins souvent et plus lentement pour permettre aux insectes, aux grenouilles et aux autres espèces sauvages de se mettre à l’abri. Vous pouvez aussi pratiquer la « tonte par rotation » pour donner aux plantes à fleurs le temps de s’épanouir à certains endroits sur votre pelouse. Une étude menée au Royaume-Uni (en anglais) a par ailleurs révélé qu’en changeant la fréquence de tonte et en permettant aux plantes de fleurir, on pouvait créer suffisamment de nectar pour alimenter dix fois plus de pollinisateurs. Il est aussi recommandé de tondre votre pelouse toutes les quatre semaines (selon sa vitesse de croissance), ce qui permet à un plus grand nombre de fleurs d’y pousser.  

Selon Claude Drolet, prendre des mesures pour accroître la diversité de votre pelouse est important pour la nature urbaine, puisque les surfaces gazonnées figurent parmi les plus grands espaces verts de nos villes et villages. Au Canada, on estime à 6,2 millions le nombre de pelouses. Appuyer la nature dans nos arrière-cours est aussi un excellent moyen d’en apprendre plus sur la flore et la faune qui nous entourent.  

Cet article est dérivé d’un communiqué de presse offert par Conservation de la nature Canada (CNC), le chef de file en conservation de terres privées au Canada et organisme sans but lucratif qui œuvre à la protection de nos milieux naturels les plus précieux et des espèces qu’ils abritent. Depuis 1962, CNC et ses partenaires ont contribué à la protection de 14  millions d’hectares (35  millions d’acres) d’un océan à l’autre et à l’autre, dont près de 48 000 au Québec. Pour en savoir plus : conservationdelanature.ca.

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

24 comments on “Conservation de la nature Canada vous invite à laisser votre pelouse pousser en mai

  1. Denise B. Québec, Qc

    Absolument génial, aucun problème pour nous. On a besoin des polinisateurs pour nos jardins, déjà qu’ils sont malmenés avec les produits chimiques utilisés dans nos voisinages…

  2. Josiane

    Auparavant je tondais la pelouse chez moi 2 fois / année en été. j’aime la voir venir en fleur avec toute les variété et je sais que ceci aide les polinisateurs. Jusqu’à temps que de mes chiens aille une tique. La tique aime bien se réfugier dans les herbes hautes…… Ceci m’a déchirer. Maintenant je tond la pelouse 1 fois / mois….

    • Vous ne traitez pas vos chiens pour les tiques? C’est aussi une bonne solution que je me doute que vous connaissez déjà 😉

      • Josiane

        Il y a beaucoup de controverse d’opinion au sujet de quoi mettre ou donner à nos chiens pour les tiques. Je préfère l’option de tondre 1 fois / mois ce qui est un entre deux que j’ai trouvé entre tondre tout les semaines comme la plupart de gens. Ca laisse ainsi le temps d’avoir des fleurs. Ainsi je peux ne pas utiliser de produit sur mon chien. Je laisse pousser plus la partie façade de ma maison là ou mon chien n’a pas accès.

      • Francine Paquette

        Ma soeur avait un chien qui s’est fait piquer par une tique, elle a dû lui donner des remèdes pendant un an avant qu’il ne revienne en bonne santé, si vous aimez votre chien donnez lui un traitement contre les puces et les tiques que vous achèterez chez un vétérinaire, Pour la santé de votre chien. Et pour le gazon, je ne le tonds pas avant le 20 mai. Il y a des pissenlits qui me disent que le printemps est arrivé et comme l’article le dit, ça nourrit les pollinisateurs. J’avais des nids de guêpes mais je crois qu’elles sont mortes car mon voisin a fait traiter son gazon!! Cette année, je commence à voir des taons que je laisse butiner les fleurs.

  3. Marie-Pierre Sylvestre

    Quelle belle idée. Ce serait super s’ils avaient une affiche qu’on pouvait mettre sur la pelouse pour expliquer le geste et possiblement convaincre d’autres de l’essayer.

  4. Monique Boivin

    Excellente idée, Marie-Pierre ! J’y pensais justement.

  5. Corinne

    Bonjour,

    Merci monsieur Hodgson. Je suppose qu’en plus vous avez fait la traduction, car je n’ai pas trouvé la version française sur CNC.

    Dans un autre blog vous parliez de ces jardiniers pressés de ne plus voir la neige sur leur terrain et la pelletaient dans la rue, au risque en plus d’endommager leurs plants qui commencent à pousser.

    Cette année, mardi 23 mars magnifique soleil, 12⁰C, je pensais avec angoisse à la venue du beau temps avec ses concerts de « shampouineuses » à gazon 3 à 4 jours/semaine, surtout après la pluie, quand le sol est bien mou, au ras des racines avec des lames mal aiguisées, chaque semaine, pendant 4 à six mois.

    Il a plu un peu le mercredi, mais il restait de la neige. Jeudi 25 mars, soleil, 13⁰C, j’entends un bruit épouvantable dehors. C’était un des voisins qui essayait de passer la souffleuse sur ses plates-bandes …

  6. Corinne

    … j’ai oublié la conclusion : depuis début avril, les « shampouineuses » à gazon, qui piaffaient d’impatience dans le fond de leur garage, sont déjà toutes sorties, jusqu’à 3 fois pour certaines.

    « Shampouineuses », car on les passe au moins dix fois au même endroit, comme pour bien nettoyer un tapis en profondeur. Alors comme les terrains sont plus grands à la campagne, c’est des heures de plaisir !

    • janpigo

      Qu’entendez-vous par shampouineuse à gazon? Voulez-vous dire robot tondeuse?

      J’en ai un qui tond ma pelouse comme un terrain de golfe, sans faire de bruit et sans émanation de c02.
      Pas très écolo? Mon gazon fourmille de fleurs, pâquerettes, violettes, pissenlits, ajugas qui se sont adaptées à la situation et gardent un profil bas en poussant plus ras que les lames. Alors les petits sermons sur la conservation, moi je veux bien, mais ce serait plutôt du côté des désherbants qu’il faudrait peut-être se tourner.

  7. Girardin Michel

    Profitant de la période des élections municipales au NB nous avons encouragé les candidates et candidats à prendre position sur ces questions (tonte retardée des pelouses, usages abusifs d’insecticides, arrêté municipal en interdisant l’usage en zone urbaine, etc) et les résultats sont tangibles. Le principal soucis d’un politicien étant sa ré-élection, c’est la meilleure période pour semer les bonnes idées !

  8. Suzanne

    Je ne tond pas tout de suite la pelouse, mais je dois dire que je sors deux fois par jour cueuillir un beau pissenlit pour notre lapin. Il les aime bien frais. Je n’ai jamais vu pousser les pissenlits avec autant de plaisir.

      • Mathilde Tissier

        Excellente initiative de retarder la tonte et de laisser pousser des fleurs ! Attention toutefois aux compagnies qui cherchent à faire la promotion du pissenlit en Amérique du Nord. C’est une plante introduite ici, et même si c’est « mieux que rien » ce n’est définitivement pas la plante la plus adaptée aux pollinisateurs indigènes. Elle a un intérêt pour l’abeille à miel, mais nous avons plus de 300 autres espèces d’abeilles au Québec, qui elles, ne sont pas favorablement affectées par cette plante. Son pollen est TRÈS carencé en certains nutriments essentiels, causant des troubles comportementaux et reproducteurs chez les bourdons par exemple, ces pollinisateurs sauvages si importants au Québec. En bref : ne pas supprimer les pissenlits, mais ne pas en faire la promotion non plus… 🙂 Des fleurs, buissons, arbustes ou arbres indigènes seront bien plus favorables à nos pollinisateurs ! Merci de cet article !

  9. Ping : Conservation de la nature Canada vous invite à laisser votre pelouse pousser en mai — Jardinier paresseux – formefacebouche

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :