Potager Truc du jour

Un potager neuf avec un minimum d’efforts

Illustration d'un potager surélevé

Par Larry Hodgson

Voici un truc que je partage avec les jardiniers amateurs depuis presque 40 ans. Je pense très honnêtement que c’est moi qui ai introduit cette méthode au Québec, mais l’idée originale n’est pas la mienne; elle vient d’un article que j’ai lu dans le défunt journal américain Organic Gardening. 

Voici alors comment faire pour démarrer un potager au sol de la façon la plus paresseuse possible :

Le premier secret d’une culture de légumes facile et productive consiste à jardiner dans un sol riche, meuble et libre de mauvaises herbes. La méthode suivante vous permettra de commencer à zéro dans un espace où il n’y a jamais eu de potager auparavant, mais peut-être une pelouse, un champ ou un pré. Le but va être d’effacer d’un trait toute plante qui était là auparavant pour commencer avec un potager vierge prêt à planter et complètement libre de végétaux qui pourraient concurrencer les légumes que vous cultiverez. 

Étape par étape

  1. Fauchez ou tondez les plantes qui sont sur place si elles sont plus hautes que 10 cm. N’enlevez pas les déchets coupés : laissez-les au sol. Ils serviront à enrichir le sol. 
Illustration montrant la pose d'une barrière de papier journal sur un gazon.
Couvrez l’emplacement d’une barrière décomposable.
  1. Recouvrez tout l’emplacement de 7 à 10 feuilles de papier journal*, de carton non ciré, de papier kraft, de toile de coco en rouleau ou autre, en veillant à ce que les feuilles se chevauchent de façon à créer une barrière temporaire entre toutes les plantes qui étaient là auparavant — qu’on peut désormais appeler mauvaises herbes puisque vous n’en voulez plus — et le nouveau potager. Si vous le faites par une journée venteuse, trempez le papier dans un seau d’eau avant de l’appliquer pour qu’il ne parte pas au vent

*Non, l’encre couleur du papier journal n’est pas toxique. Explications ici.

Attention! Vous ne voulez pas une barrière permanente, comme une toile géoxtextile, mais toujours une barrière qui se décomposera avec le temps, ce qui permettre éventuellement aux racines de vos légumes de descendre dans la terre d’origine.

Illustration montrant la pose d'un cadre de bois sur une barrière de papier journal.
Placez un cadre sur la barrière.
  1. Encadrez votre nouveau potager avec des planches (des planches de 25 ou de 30 cm conviennent parfaitement), de préférence faites d’un bois résistant à la pourriture comme le mélèze, le cèdre ou la pruche. Parmi les autres produits qui pourraient servir de cadre, il y a les rondins, les madriers, les madriers de bois plastique, les blocs de béton, les bordures de béton, les roches, les briques, etc.

Évitez toutefois les divers types de bois traité : ces produits sont tous toxiques à un degré ou à un autre, et voulez-vous vraiment risquer d’empoisonner vos légumes? Les traverses de chemin de fer traitées à la créosote ne sont pas mieux : la créosote aussi est toxique pour les plantes. 

Remplissage du cadre de bois de bonne terre.
Remplissez le cadre de terre.
  1. Remplissez maintenant le cadre de terre de première qualité, la versant sur le papier journal. Demandez à cet effet à votre jardinerie ou fournisseur de terre local sa meilleure terre pour un potager, sans doute un mélange de terres et de composts conçu de façon à présenter une bonne structure et un fort taux de matière organique (environ 5 %). La structure est importante pour que la planche ne s’affaisse pas trop avec le temps et pour favoriser en permanence une bonne circulation d’air et d’eau ainsi que le passage des racines. La matière organique, de son côté, aide à mieux retenir l’eau, à structurer la terre et à fournir, par sa décomposition, des minéraux sur une longue période. Son pH (niveau d’acidité et d’alcalinité) aurait aussi été déterminé d’avance par le fournisseur pour être au niveau qui convient le mieux aux légumes, soit entre 6,0 et 6,9. 
Rateau qui égalise la terre.
Égalisez la terre avec un râteau.
  1. Égalisez la terre versée dans la planche surélevée avec un râteau. 
Repiquage d'un jeune légume.
Plantez ou semez dans la terre fraîchement posée.
  1. Plantez ou semez (non, il n’y a pas d’attente à respecter : vous pouvez installer le potager et le planter dans la même journée.)
  2. Arrosez bien.
  3. Et pour empêcher les mauvaises herbes de revenir par graines (apportées par le vent, les oiseaux, etc.), quand les semis seront suffisamment hauts pour le dépasser, paillez bien avec 7 à 10 cm de paillis décomposable. 

Sans lumière, les graminées et mauvaises herbes sous la barrière mourront et se convertiront en compost. Et le papier ou le carton disparaîtra avec le temps, normalement dans environ un an (2 dans pour la toile de coco), laissant libre place aux racines des légumes plantés dans le potager au-dessus.

C’est réellement aussi facile que cela. Il ne faut qu’une heure environ pour installer une planche de culture surélevée de cette manière.

Vous pouvez aussi écouter mon émission de télévision sur le sujet sur le site Dans mon jardin avec Larry Hodgson.




Texte tiré en bonne partie du livre Potager du jardinier paresseux. Illustrations de Claire Tourigny du même livre.

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

29 comments on “Un potager neuf avec un minimum d’efforts

  1. Bonjour, votre méthode me plaît bien, parce qu’elle va diamétralement à l’encontre de la morale de la fable de La Fontaine Le Laboureur et ses enfants: « Travaillez, prenez de la peine, c’est le fonds qui manque le moins » (le s est important). Ben non, le travail, si on peut l’alléger, faut pas surtout pas se priver!

  2. Laurent

    Bonjour; Un grand merci pour cette piqure de rappel!! j’utilise votre méthode depuis 12 ans avec un franc succès et à l’étonnement permanent de mes congénères avoisinants!! tout le monde me dit « c’est génial » mais peu passent à l’acte!!! en ce qui me concerne dans les derniers bacs que j’ai construit j’ai intercalé du bois de forêt déjà bien décomposé ,ça accélère le processus!! Encore merci, très cordialement.

  3. Hélène

    J’ai utilisé cette méthode pour convertir toute la devanture de ma maison en platebandes! Terminé le gazon 😀

  4. André Kirouac

    Bonjour, je planifie de planter des bulbes à l’automne prochain. Il y a un endroit où je prévoyais enlever le gazon (environ 100 pi.car.). Est ce que je peux suivre cette méthode pour éviter d’enlever le gazon? Je pourrais ajouter 3 à 4 po. de terre par dessus le carton, mais pas de planches. Après environ une semaine, je pourrais planter mes bulbes (pivoine, lis, tulipes et crocus).
    Merci
    André

  5. Isabelle

    Bonjour, si j’ai lu votre article après avoir malheureusement déjà fabriqué un bac en bois traité pour y planter mes légumes, avez vous une suggestion avant d’y placer ma terre?

  6. Josée Moreau

    Merci beaucoup pour ces bons conseils. Je m’y mets aujourd’hui. Est-il trop tôt pour transplanter et semer au potager? Je suis dans la région de Lanaudière. Merci

  7. Karine

    Bonjour,
    Merci pour les explications.
    C’est une super méthode mais le plus difficile est de trouver de la bonne terre 🙁
    Les vendeurs font payer le prix fort pour de la terre qui mérite plutôt la dénomination de gravats.
    Impossible de trouver cette matière première de bonne qualité, même en y laissant 2 reins !
    Au revoir le potager tant espéré …

    • Ne désespérez pas ! Il est possible de faire soi-même un mélange tout à fait convenable. Personnellement, je fais 1/3 terre à jardin, 1/3 compost et 1/3 mousse de sphaigne et j’obtiens de très bons résultats. Pour certaines plantes, j’ajoute aussi un peu de sable (exemple, bleuets, carottes, légumes racines).

      • Karine

        Bonjour,
        Merci de partager votre expérience. Je vais donc essayer de mettre en pratique la « recette » 🙂
        Cordialement.

  8. Hélène Gosselin

    Bonjour ,je suis débutante et j’aimerais savoir si avez vous des conseils à me donner pour savoir quel légumes font bon ménage ,un genre de tableau qui me dirait quoi planter près de quoi et ceux qui ne font pas bon ménage.
    Merci .

  9. Layrol

    Tous mes bacs sont recouvert a l interieur d un plastic gaufré que j ai visse avec des vis de 15mm.ce plastic est celui utilisé par les macons lorsqu ils coulent des fondations.gaufre cote bois pour laisser passer l air.c plastique est un polyurethane DUR qui est compatible alimentaire ( selon google).
    Chez casto ,leroy merlin…j en suis ravi depuis 10 ans.

  10. Catherine

    Mon potager est miné de galeries, et beaucoup de plants se font manger les racines en plus j ai énormément de limaces qui ne donnent aucune chance à la moindre jeune feuille, je suis désespérée !

  11. Sylvia

    Est-ce que quelqu’ un d’entre vous a utilisé de la jute ( en remplacement du papier journal, carton) pour couvrir le sol? J’en ai un rouleau dans mon garage qui ne sert pas… je me demande si ça se décomposerait assez rapidement pour permettre aux racines de plantes de s’établir? Merci!

  12. Est-ce que cette méthode est aussi efficace lorsque notre sol est très argileux? Ça m’intéresse vraiment et je pense que je vais essayer.

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :