Maladies des plantes

Les maladies foliaires : moins globalement invasives qu’on ne le pense

Taches noires sur une feuille de pommier.

J’entends régulièrement les jardiniers s’inquiéter des maladies foliaires qui attaquent leurs plantes: blanc (oïdium), tache noire, mildiou, etc. Leur crainte principale semble être que la maladie s’étende d’une plante à tout ce qu’ils cultivent. D’où cette croyance qu’il faut traiter rapidement ou même éliminer la plante malade avant que la maladie ne se généralise.

Évidemment, cela est plutôt vrai si vous cultivez d’autres plantes de la même espèce : oui, il y a une bonne chance qu’une maladie qui attaque un plant de pomme de terre s’étende sur d’autres plants de pomme de terre… mais pas aux fuchsias, aux pommiers, aux tagètes ou à d’autres plantes qui ne sont pas apparentées.

C’est que la plupart des maladies foliaires sont spécifiques: elles ont une plante hôte et n’iront que sur cette plante ou, parfois, sur des plantes génétiquement similaires.

La maladie du blanc

Prenez la maladie du blanc par exemple.

Feuille de courge atteinte du blanc.
La souche de blanc visible sur cette courge (Podosphaera xanthii, syn. P. fusca) ne s’attaque qu’à d’autres courges. Photo: Pedros, Wikimedia Commons

Le blanc, aussi appelé oïdium, n’est pas une maladie, mais une série de maladies fongiques dans une vaste gamme de genres : OidiumErysipheSphaerothecaUncinulaPodosphaeraLeveillula, etc. Chacun de ces genres contient plusieurs espèces et même chaque espèce de blanc se décline en plusieurs souches. Chaque souche (et il en a des milliers!) a son hôte préféré. Ce que toutes ces maladies ont en commun est que, à un moment donné de leur développement, le feuillage de la plante atteinte se couvre de ce qui semble être une poudre blanche (en fait, des sporanges, l’étape ultime de la maladie). Mais ce sont des maladies néanmoins différentes.

Donc, quand votre phlox est atteint de blanc, vous avez peut-être à craindre que la maladie s’étende éventuellement à d’autres phlox, mais pas aux monardes, aux lilas, aux tomates, aux courges, etc. Chacune de ces plantes peut être touchée par sa propre forme de blanc, mais pas par le blanc d’une autre espèce.

Traiter ou ne pas traiter

Savoir ce détail peut énormément influencer votre façon de réagir.

Feuille de physocarpe 'Diabolo' atteinte du blanc.
Le physocarpe ‘Diabolo’ est parfois atteint de blanc… mais pas son sosie un peu plus petit, ‘Summer Wine’. Photo: ask2.extension.org

Si vous ne cultivez qu’un seul physocarpe et qu’il montre des symptômes de blanc, vous n’avez même pas nécessairement à réagir. La maladie n’ira pas plus loin et n’est, de toute façon, qu’esthétique : elle ne mine pas la santé de la plante. S’il fait un peu de blanc en fin de saison, qu’est-ce que cela change vraiment à votre vie? Du moins, c’est mon attitude envers les maladies peu nuisibles. J’apprends à les tolérer, tout simplement.

Vous tenez à traiter quand même? Voici un billet sur les traitements maison contre le blanc.

Les autres maladies

Et il en va de même pour presque toutes les maladies foliaires. La tache noire du rosier (Marssonina rosae) ne s’attaque qu’aux rosiers, par exemple; le mildiou de la tomate (Phytophthora infestans), qu’aux tomates (mais il y a une autre souche de Phytophthora infestans qui infeste les pommes de terre), la tavelure (Venturia inaequalis) qu’aux pommiers et pommetiers, et la liste continue.

Même dans le compost

Personnellement, je ne me gêne pas pour mettre des «feuilles malades» dans le compost. D’abord, le compostage détruit la plupart des spores de maladie, mais même si quelques spores devaient échapper à la destruction causée par la décomposition, les chances que ce compost soit utilisé au pied d’une plante sensible à cette souche particulière de maladie sont réellement minimes.

Variétés résistantes

D’ailleurs, on peut éviter la majorité des maladies foliaires en plantant des variétés résistantes. Il existe des phlox résistants au blanc, des rosiers résistants à la tache noire, des tomates résistantes au mildiou, des pommiers résistants à la tavelure, etc. Quand on cherche un peu, on trouve assez facilement des variétés résistantes… et non, ce ne sont pas des OGM! Ce sont des résistances trouvées naturellement chez ces végétaux, mais mises en valeur par la sélection.

Quand vient le temps de choisir une variété à planter, il suffit d’opter pour une variété résistante plutôt qu’une variété susceptible. C’est ce que je fais depuis de nombreuses années et ainsi je peux jardinier dans la paix la plus totale.

Article adapté d’un billet originalement publié dans ce blogue le 25 avril 2016.

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

6 comments on “Les maladies foliaires : moins globalement invasives qu’on ne le pense

  1. Hélène

    Bonjour, Alors, le ligularia Rocket, été 2020, feuilles atteintes au centre et au rebord. Les taches sont brunes et de plus en plus grandes. ???

  2. Quand semer le gazon et quels plante à fleur vivaces pour dehors

  3. Guylaine

    J’élimine le nodule noir (une maladie plus sérieuse) sur mes cerisiers sauvages en taillant les branches malades. Est-ce que ce champignon sera détruit au compostage?

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :