Psychologie du jardinier Truc du jour

Le «backyarding» et votre personnalité

Infographie montrant les différents types de personnalité du jardinier

Le «backyarding» — la tendance à utiliser l’arrière-cour pour tout, du télétravail à l’entraînement et de la détente aux activités de loisirs, comme si la cour était une pièce de la maison égale à toute autre — est très à la mode ces temps-ci. On voit le terme partout dans les médias! Afin de profiter de cette tendance et de développer un espace extérieur adapté à vos besoins, il est important d’identifier le rôle que vous souhaitez voir jouer à votre arrière-cour dans la santé et le bonheur de votre famille.

«Comment créer un espace extérieur sur mesure? Tout d’abord, vous devez identifier votre type de personnalité en ce qui concerne le «backyarding», explique Kris Kiser, président et chef de la direction de l’Outdoor Power Equipment Institute (OPEI) et de la Fondation TurfMutt. Ensuite, gardez cette idée en tête alors que vous travaillez à développer votre arrière-cour.»

Voici quelques-uns des types de personnalité dans le «backyarding». Lequels vous représentent?

• Paysagiste expert

Illustration montrant un environnementaliste

Votre cour rend les voisins verts de jalousie. Vous savez comment maintenir un aménagement paysager vivant en bon état tout au long de l’année et vous disposez des derniers outils horticoles motorisés pour faciliter même les gros travaux. Votre idée d’un bon moment? Passer le week-end à faire des travaux de jardinage. Vous aimez le sentiment d’accomplissement que procure le fait de travailler dans votre cour et vos amis peuvent compter sur vous pour obtenir des conseils sur leurs propres aménagements vivants.

• Écologiste

Illustration montrant un amoureux de la nature

Vous savez que la nature commence chez vous et que les petits efforts écologiques que vous faites dans votre cour peuvent avoir un impact réel sur les changements climatiques. Un peu comme le célèbre Robin, vous assistez avec plaisir le Batman de votre cour, dame Nature, dans son effort pour capter et filtrer l’eau de pluie, produire de l’oxygène et absorber du carbone, entre autres superpouvoirs.

• Amoureux de la nature

Illustration montrant un horticulteur assidu

Pas de visionnements en rafale d’émissions Netflix pour vous. Vous êtes abonné aux postes de nature et préférez passer votre temps libre à observer les oiseaux, les chauves-souris, les papillons et les autres animaux sauvages qui comptent sur votre jardin pour se nourrir et se loger. Vous cultivez un paysage vivant qui soutient une riche biodiversité animalière avec une source d’eau, des plantes à fleurs pour nourrir les abeilles et les papillons, des arbres et des arbustes pour la nidification des oiseaux et des fruitiers et plantes à graines pour nourrir vos invités.

• Horticulteur

Illustration montrant un horticulteur

La carte des zones de rusticité des végétaux est mise en signet dans votre navigateur web, car pour vous, mettre la bonne plante au bon endroit est la règle d’or de l’aménagement paysager vivant. Avant même de penser à enfoncer une pelle dans la terre, vous prenez en considération l’emplacement, l’entretien, l’ensoleillement et les besoins en eau de la plante, ainsi que votre zone de rusticité. Que chaque plante ait tout ce qu’il lui faut pour être heureuse est ce qu’il y a de plus important pour vous.

• Créateur d’aire de jeu pour enfants

Illustration montrant un ami des animaux de compagnie

Vous savez que l’endroit le plus sûr pour vos enfants est votre propre arrière-cour et vous travaillez dur pour créer une aire d’amusement en plein air qu’ils ne voudront plus jamais quitter. Une zone plane au gazon robuste pour les sports et pour planter une tente? C’est fait! Une cabane dans les arbres? C’est fait! Une tyrolienne fixée en toute sécurité entre les arbres du jardin? C’est fait! Un potager surélevé où les jeunes peuvent aider à cultiver les repas de la famille? C’est fait!! Une aire de jeu naturelle, comme une parcelle de sable bordée de rochers et de sièges faits en bois rond? C’est fait aussi! Votre but? Amuser et stimuler… et vous le faites si bien!

• Ami des animaux de compagnie

Vous vous concentrez sur Toutou et Mistigri et vous vous inspirez des besoins de vos amis à quatre pattes pour savoir comment aménager votre arrière-cour. Vous avez semé un gazon extrarobuste qui peut résister aux jeux des animaux de compagnie et vous utilisez des végétaux au feuillage doux pour créer une barrière naturelle entre les zones «interdites» et le reste de la pelouse. Les arbres et les arbustes sont stratégiquement plantés pour offrir de l’ombre et vous avez même mis en place un plan d’eau peu profond pour aider votre toutou à se rafraîchir par temps chaud. Et vous choisissez les plantes avec attention afin d’éloigner toute plante toxique du terrain.

• Hôte exemplaire

Illustration montrant un hôte exemplaire

Votre arrière-cour était le point chaud du quartier bien avant que la pandémie ne rende cette tendance chic. Événements familiaux, anniversaires, remises de diplômes, réunions, barbecues — tout en maintenant une distance sociale appropriée, bien sûr! — votre cour est LE lieu de rassemblement de tout le quartier. Votre arrière-cour est conçue pour être superbement conviviale avec des meubles de patio, un foyer, des jeux en plein air, de nombreux sièges, un superbe éclairage d’ambiance et peut-être même une cuisine en plein air.

• Maître zen

Prendre tranquillement votre café du matin sur le balcon pendant que les oiseaux vous chantent une sérénade. Méditer à l’ombre d’un arbre. Déstresser en vous balançant dans un hamac d’arrière-cour. Faire une pause dans votre journée bien remplie pour sentir le soleil sur votre visage et la brise dans vos cheveux. L’arrière-cour est votre espace sacré pour le repos, la détente et le ressourcement. Vous savez que passer du temps à l’extérieur est bon pour votre santé et votre bien-être, et que, grâce à votre arrière-cour, ces avantages ne sont qu’à quelques pas.

Article préparé par la Fondation TurfMutt et traduit de l’anglais par www.jardinierparesseux.com. Pour en savoir plus sur la création de l’arrière-cour de vos rêves, visitez TurfMutt.com.

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

10 comments on “Le «backyarding» et votre personnalité

  1. France Fontaine

    Et vous, quel est votre style???

  2. Juliette au balcon

    Je suis un mélange d’amoureuse de la nature, d’horticultrice, de maître zen et d’écologiste (jamais de pesticides dans mes plantes). Mon petit espace est surchargé de végétaux, de fleurs que je regarde pousser avec dévotion. J’y accueille monarques, belles-dames, abeilles et la visite furtive d’un colibri de temps à autre.
    Je suis axée paix et contemplation plutôt qu’action-réaction. Si bien que parmi toutes les catégories, celle qui me semble moins désirable comme voisin est le paysagiste expert qui possède tous les outils motorisés (vroom vroom!) et qui ne travaille que le week-end, de bonne heure il va sans dire, lorsque ses semblables aimeraient bien dormir. 😏

  3. Dominic François

    Je déplore vôtre anglicisme parisien et si cela devient une habitude, je me désabonnerais

    • En fait, c’est un anglicisme québécois. Le terme est abondamment utilisé au Québec. Il ne semble pas avoir d’équivalent français encore.

      • B. Fournier

        Je suis entièrement d’accord avec Dominic François. Je suis québécoise de plusieurs générations (1700 et quelques) et n’ai jamais entendu cet anglicisme au Québec. J’aménage et jardine ma cour depuis des décennies. Idem pour tous mes amiEs pratiquant le JARDINAGE/OCCUPATION DE COUR ARRIÈRE. Voilà deux termes (JARDINAGE ET OCCUPATION) très québécois pouvant parfaitement traduire l’anglais parisien utilisé en entête de votre article.
        Bonne journée à vous! 🌲

  4. Béatrice M.

    Monsieur Larry, merci pour cet article au français des plus poétiques 😉 Tout en comprenant le léger choc subi par cet abonné, je signale que ledit mot se trouve entre guillemets, élégante façon bien sûr d’atténuer cet emprunt à l’anglais… qu’on peut par ailleurs rapprocher de « cocooning » n’est-ce pas? Ainsi, groupe, pourquoi ne pas en profiter pour tenter de créer un néologisme, qui pourrait passer à l’histoire? Je propose d’emblée l’hortusatrium, le vivatrium, la jardinance, la jardicour – ahahah!

    • Juliette au balcon

      Génial Béatrice M! J’aime beaucoup la jardinance et la jardicour mais pour rebondir sur l’idée du cocooning, pourquoi pas le « cocon cour arrière » ou « l’extension édenique extérieure » ou le « Club Med côté jardin »?
      Nan, sans doute trop long! Qui dit mieux?

  5. Lise Blais

    Même style de jardinière que Juliette au balcon, merci Jardinier paresseux et même avis que Beatrice M ……

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :