Fines herbes Truc du jour

Persil: herbe de l’année 2021

Persil frisé dans un pot texturé.

Persil frisé. Photo: shop-plants.com

Par Larry Hodgson

L’International Herb Association a déclaré le persil herbe de l’année 2021 et personne ne peut nier qu’il s’agit d’un excellent choix. Il est d’ailleurs l’une des herbes condimentaires les plus cultivées au monde.

Le persil est riche en vitamines (A, C, K et plusieurs des vitamines B), en minéraux (potassium, fer, cuivre, manganèse, etc.) et en antioxydants, il est utilisé de diverses manières en cuisine — comme garniture, dans les plats de viande, soupes et ragoûts, etc. — ainsi qu’en médecine (comme rafraîchisseur d’haleine, pour traiter les infections de la vessie et les troubles gastro-intestinaux, etc.) et il est attrayant et peut alors servir dans la plate-bande et l’aménagement paysager. C’est presque l’herbe aromatique parfaite!

Qu’est-ce que le persil?

Persil en fleur avec des ombelles de petites fleurs jaunes.
Persil frisé en fleurs. Photo: H. Zell, Wikimedia Commons

Le nom botanique du persil est Petroselinum crispum, l’une des trois espèces de son petit genre. C’est un membre des Apiacées (famille de la carotte), dont les membres sont souvent appelés ombellifères. C’est normalement une plante bisannuelle, mais il peut se comporter comme annuelle dans les climats doux. L’aire naturelle du persil est la Méditerranée centrale et orientale, mais il a été introduit dans d’autres régions sur cinq continents où il s’est parfois naturalisé.

Une photo de persil plat et une autre de persil frisé.
Persil plat (à gauche); persil frisé (à droite). Photo: Apartment Therapy

La plante elle-même est assez basse, formant la première année une rosette d’environ 30 à 38 cm de haut et 30 cm de large. Elle est composée de feuilles tripennées vert foncé qui dégagent une odeur caractéristique quand on les froisse. Le persil grandit considérablement lors de sa floraison la deuxième année, atteignant jusqu’à 80 cm, et est alors surmonté d’ombelles de minuscules fleurs jaune verdâtre devenant blanches. 

La forme originale, maintenant appelée persil plat, persil italien ou persil de Naples (P. crispum neapolitanum) a, comme son nom l’indique, des feuilles plates, tandis que sa sélection généralement jugée plus attrayante, le persil frisé (P. crispum crispum), offre des feuilles fortement et densément découpées. On dit souvent que le persil plat a un goût plus intense, mais des dégustations à l’aveugle confirment que même les grands chefs n’arrivent pas à faire la différence!

Persil tubéreux avec une grosse racine blanche.
Racine de persil tubéreux. Photo: Markus Hagenlocher, Wikimedia Commons

Il existe aussi d’autres formes de persil, notamment le persil tubéreux ou persil de Hambourg (P. crispum tuberosum), cultivé pour son épaisse racine blanche comestible, populaire en Europe centrale.

Le nom Petroselinum vient du grec ancien petra (roche) et selinon (céleri) et signifie alors céleri des roches, le céleri (Apium graveolens) étant un proche parent. Le nom petroselinum a évolué au fil du temps pour devenir persil en français.

Histoire du persil

Le persil n’a pas toujours été aussi apprécié qu’aujourd’hui.

Les Grecs l’associaient à la mort et n’en utilisaient pas en cuisine, mais plutôt comme décoration lors des rites mortuaires et aussi pour ornementer les tombes. D’après la légende grecque, le héros Archemore (son nom signifie «précurseur de la mort») a été piqué par un serpent et là où son sang a coulé sur le sol un plant de persil a poussé. Malgré ce point de vue lugubre, les Grecs utilisaient quand même le persil à des fins médicinales.

Les Romains ont adopté des Grecs à la fois la culture du persil et leurs croyances funèbres, donc il y fut encore longtemps associé à la mort. Toutefois, les Romains sont graduellement venus à le voir sous un meilleur jour. Par exemple, il a été utilisé lors de leurs repas comme garniture à mâcher, car son odeur fraîche masque celle de l’ail sur l’haleine… et nous en faisons encore la même utilisation aujourd’hui. Les Romains croyaient également que porter une couronne de persil prévenait l’intoxication et éloignait les mauvais esprits. On croit que ce sont les Romains qui introduisirent le persil dans tout leur empire.

Le persil n’a été vraiment adopté comme plante condimentaire qu’au Moyen Âge. Charlemagne (768 à 814), notamment, l’appréciait beaucoup et le faisait cultiver dans son potager. Malgré tout, les croyances et les superstitions négatives sur le persil continuent de circuler jusqu’aujourd’hui dans certaines régions. Par exemple, plusieurs croient encore que repiquer du persil porte malheur.

Superstitions ou non, le persil est maintenant abondamment cultivé comme herbe condimentaire et même comme légume dans une grande partie du monde.

Comment cultiver du persil

La plupart des jardiniers débutants commencent par l’achat d’une plante de persil en pot. Si c’est le cas, il suffit de la repiquer dans le jardin ou dans une jardinière et de l’entretenir comme toute autre plante repiquée, mais on peut également le cultiver à partir de semences. Voici comment faire :

Main tenant des semences de persil.
Les semences de persil germent lentement. Photo: alwosta.tn

Les graines de persil ont la réputation d’être très lentes à germer, prenant souvent de 4 à 6 semaines. Une croyance veut que les graines se rendent 9 fois au diable avant de germer… et que les graines qui ne germent pas sont celles qu’il garde pour lui!

Pour améliorer la germination, essayez de faire tremper les graines pendant 12 à 36 heures, en changeant l’eau deux ou trois fois: cela permet d’éliminer les furanocoumarines présentes dans son enveloppe qui retardent la germination. De plus, si vous semez du persil à l’intérieur, fournir une chaleur de fond par un tapis chauffant aidera à accélérer la germination. À l’extérieur, recouvrir le lit de semence avec une toile flottante peut aider à stimuler une germination un peu plus rapide.

Vous pouvez démarrer un semis de persil à l’extérieur ou à l’intérieur. 

À l’extérieur, semez au printemps vers la date du dernier gel, en couvrant les semences de 1 à 3 mm de terre, soit juste assez pour empêcher qu’elles soient exposées au soleil et donc au risque de dessèchement. 

Le semis à l’intérieur se fait environ 6 à 8 semaines avant la dernière date de gel. Les graines germent mieux à des températures de 22 à 30 °C, mais lèveront toujours, bien que plus lentement, dans un sol plus frais.

Astuce: La graine de persil ne se conserve pas très longtemps. Même après un an, le taux de germination aura probablement diminué de façon notable. Cependant, si vous conservez les semences restantes au frais et au sec, vous pouvez probablement allonger leur viabilité à 2 ou 3 ans.

Le persil pousse mieux dans un sol riche, légèrement acide à neutre, légèrement humide et bien drainé. Il préfère le plein soleil dans les régions septentrionales, tout en tolérant la mi-ombre. Dans le Sud, où les étés sont souvent torrides, il réussirait mieux à la mi-ombre. 

Normalement, on laisse 20 à 30 cm d’espacement entre les plants, mais si l’espace est limité, vous pouvez le semer un peu plus serré, à 10 cm d’espacement.

Jardin de fines herbes en pot avec du persil
Le persil peut facilement partager un contenant avec d’autres herbes condimentaires. Photo: yakimaherald.com

Le persil pousse très bien en pot, seul ou en mélange avec d’autres fines herbes. Ainsi, vous pouvez facilement le cultiver sur une terrasse ou un balcon. Les plantes en pot seront bientôt à court de minéraux, toutefois, lessivés par la pluie et les arrosages, et auront besoin d’une fertilisation légère avec l’engrais de votre choix au cours de l’été.

Gardez le persil uniformément humide, arrosant en cas de sécheresse. Vous pouvez récolter les feuilles à tout moment de l’été ou de l’automne, jusqu’au gel, soit au besoin pour une utilisation fraîche, soit toutes en même temps en vue de la conservation (on peut les sécher ou les congeler). À noter que le pétiole (tige de la feuille) a un goût plus prononcé que le limbe : vous pouvez l’inclure ou non en cuisine selon vos préférences.

Les femmes enceintes peuvent consommer une quantité normale de persil, mais doivent éviter toute utilisation intensive, car il peut provoquer l’avortement ou démarrer le flux menstruel.

Normalement, nous cultivons le persil comme annuelle. On récolte les dernières feuilles à l’approche du gel et on arrache la plante, voilà tout. (Si vous avez une serre froide ou couche froide où les températures remontent à plus de zéro le jour, cependant, le persil continuera souvent à pousser pendant une grande partie de l’hiver, bien que lentement.)

Et si on laisse le persil en pleine terre?

Eh bien, même si on le cultive souvent comme annuelle, le persil est en fait une bisannuelle. Normalement, il survivra à l’hiver si on le laisse dans le jardin, même dans les climats froids, jusque’à la zone de rusticité 3. Dans ce cas, il repoussera la deuxième année et montera rapidement à la floraison. Le goût des feuilles deviendra alors beaucoup plus intense et amer la deuxième année et leur texture plus coriace, ainsi elles ne sont plus considérées comestibles. Cependant, si vous coupez la tige florale dès qu’elle apparaît au printemps, vous pouvez souvent forcer la plante à faire une deuxième saison de production de feuilles.

Si vous laissez le persil fleurir, il attirera beaucoup de pollinisateurs dans le jardin, y compris les abeilles et les syrphes, tandis que les oiseaux granivores comme les chardonnerets se régaleront des graines à l’automne. Après la production de semences, le persil, en tant que bisannuelle, meurt, son rôle joué.

Astuce

Touffe de semis de persil très serrés qu'on a coupée en deux en vue d’une division.
Divisez et rempotez individuellement les plants de persil trop serrés afin de les sauver. Photo: homegrownherbgarden.com

On vend souvent de petits pots remplis de semis de persil — parfois 15 ou plus! — au supermarché au printemps, mais le taux d’échec est terrible. Avec tant de plants qui poussent dans un si petit pot, la concurrence pour les ressources (eau, lumière, engrais, etc.) est féroce, alors il n’y a pas de place pour le développement futur et les plants commencent à se dégrader rapidement. 

Lorsque vous rapportez une telle potée à la maison, divisez et rempotez attentivement les plants sans tarder, en donnant à chacun son propre pot de 10 à 15 cm de diamètre. Maintenant qu’ils ont assez espace pour se développer, les semis reprendront une croissance normale et donneront une belle récolte… et il vous restera probablement assez de plants supplémentaires pour offrir des plantes-cadeaux à tous vos amis!

Du persil à l’intérieur l’hiver?

Vous pouvez également rentrer des pots de persil à l’intérieur pour l’hiver. Il faut dire que le persil fait une piètre plante d’intérieur, trouvant l’air trop chaud et trop sec et l’éclairage insuffisant, et croît alors lentement et faiblement, mais il peut produire quelques feuilles et ainsi permettre une certaine récolte. Pour le meilleur résultat possible, offrez à la plante un éclairage artificiel intense, une forte humidité (60% et plus) et des températures fraîches. 

Méfiez-vous des insectes nuisibles (aleurodes, thrips, araignées rouges, etc.) pendant que la plante est à l’intérieur l’hiver: ils semblent sentir que la plante est dans un état de grande détresse et l’envahissent, y proliférant rapidement.

Insectes et maladies

En plein air, le persil est rarement gravement endommagé par les insectes et les maladies et toute infestation naissante peut généralement être facilement contrôlée avec des pesticides biologiques classiques, comme une pulvérisation de savon insecticide.

Il peut toutefois parfois être nécessaire d’offrir une certaine protection contre les limaces aux petits semis au début de la saison (des appâts anti-limace, par exemple). Quand les feuilles prennent une certaine maturité, elles leur résistent bien.

Une autre exception à noter est le papillon du céleri, trouvé en Amérique du Nord, principalement à l’est des montagnes Rocheuses. Cette chenille bariolée est la larve du magnifique papillon du céleri (Papilio polyxenes), qui, malgré son nom, préfère le persil au céleri. Elle peut gravement endommager les plantes de persil, dénudant rapidement la plante de ses feuilles. Les jardiniers déplacent souvent la chenille sur un hôte alternatif, la carotte sauvage (Daucus carota). De cette façon, ils peuvent profiter de la beauté du papillon sans voir tout leur persil disparaître!

Où trouver du persil?

Étalage de fines herbes dans un marché public
Vous trouverez du persil partout où l’on vend des herbes condimentaires. Photo: .marchespublics-mtl.com

Au printemps, des plants de persil sont largement disponibles en jardinerie et dans les marchés publics, même dans les supermarchés et les grandes surfaces, tandis que les semences sont proposées à la fois en jardinerie et par une large gamme de fournisseurs de semences en ligne.

Vous ne devriez avoir aucun mal à trouver du persil pour cultiver en célébration de son rôle d’herbe de l’année 2021!

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

2 comments on “Persil: herbe de l’année 2021

  1. Michèle TREMBLAY

    Bonjour
    Vos articles sont toujours aussi intéressants.
    J’aimerais connaître votre avis sur un fertilisant dont je fais un mélange pour mes plantes intérieures. Je mélange du Mac de café avec des pelures de bananes et des coquilles d’oeuf, Serait il possible de l’utiliser dans mon potager.

    Merci de me répondre

    • Les plantes d’intérieur ne profiteront pas beaucoup de votre mélange. Les matériaux organiques doivent être décomposés avant d’être disponibles aux plantes et il y a peu de décomposition à l’intérieur. Et le marc de café est toxique à plusieurs plantes tant qu’il n’est pas décomposé.

      Au jardin, c’est moins un problème, mais toutefois, c’est toujours mieux de mettre les déchets de cuisine dans le composteur et de les utiliser après décomposition. Ainsi les plantes en profiteront au maximum.

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d bloggers like this: