Légumes Semis Truc du jour

Un calendrier de semis pour assurer le succès

Semis poussant dans des plateaux et des pots sur un rebord de

Démarrer les semis à l’intérieur leur donne une longueur d’avance sur la saison de croissance. Photo: rhs.org.uk

Démarrage des graines à l’intérieur

Pour réussir la culture de légumes et de fleurs dans le jardin estival, un bon échéancier est essentiel. Si vous démarrez vos semis à l’intérieur trop tôt, ils dépasseront l’espace que vous avez alloué pour leur développement et deviendront étiolés et faibles. Si vous attendez trop longtemps, cela retardera la récolte. 

Cela dit, si votre espace de culture en intérieur est limité, il est préférable de faire le semis un peu en retard que trop tôt. Au moins, les jeunes plants retardataires pourront récupérer et reprendre leur vitesse de croisière sous les journées chaudes et ensoleillées de la fin du printemps dans un espace extérieur protégé. Cela les aidera à «s’endurcir» afin qu’ils prospèrent dans votre jardin le moment venu.

Germination de semis dans des plateaux.

Étape 1: Rassemblez les fournitures

Assurez-vous d’être prêt à faire vos semis le moment venu. Vous aurez besoin de:

  • Une lampe de culture DEL ou fluorescente
  • Terreau pour semis
  • Pots et multicellules pour semis
  • Plateaux étanches
  • Engrais soluble
  • Vaporisateur
  • Semences

Un tapis chauffant, pour stimuler une germination rapide, et un ventilateur, pour améliorer la circulation d’air, peuvent également être utiles,

Étape 2: Trouvez la date moyenne de dernier gel pour votre localité

Vous pouvez le faire en vérifiant auprès de votre jardinerie, de votre société d’horticulture ou d’un fournisseur de semences. Au Canada et aux États-Unis, vous trouverez également cette information en entrant votre code postal dans l’espace «Search» de The Old Farmer’s Almanac.

Préparez-vous au succès

  • Choisissez un terreau de qualité. Les mélanges préparés spécifiquement pour les semis sont généralement fabriqués avec de la tourbe de sphaigne ou de la fibre de coco moulues combinées avec de la perlite ou de la vermiculite.
  • Utilisez des semences fraîches. Si vous avez le moindre doute sur la fraîcheur de vos graines, faites un test de germination avant de les semer. Certaines graines, comme les oignons, le persil et le panais, doivent être achetées fraîches chaque année.
  • Les contenants de semis doivent avoir des trous de drainage. Que vous ayez acheté des pots et des multicellules spécifiquement pour vos semences ou que vous utilisiez des pots du yogourt ou d’autres contenants recyclés, il est essentiel qu’ils s’égouttent bien.
  • Un pulvérisateur aidera à humidifier en douceur le terreau des très jeunes semis, car ils sont encore fragiles lorsqu’ils émergent du sol. Une fois que leurs racines seront établies, vous pourrez les arroser en versant de l’eau dans leur plateau.
  • Utilisez un engrais soluble avec parcimonie. Une fois que les vraies feuilles émergeront, il sera temps de commencer à appliquer une dose hebdomadaire d’engrais dilué à la moitié de la concentration recommandée.
  • Un tapis chauffant accélérera la germination. Après la germination, cette chaleur de fond n’est plus nécessaire.


Étape 3: Commencez par les semis de saison fraîche

Plusieurs légumes, comme les salades, le brocoli, le kale (chou frisé) et le bok choy, tolèrent le froid. On peut alors les démarrer à l’intérieur pour gagner de l’avance sur la saison, puis les transplanter à l’extérieur lorsque les nuits sont encore froides, même légèrement au-dessous de zéro. Pour déterminer quand semer les graines de ces cultures à l’intérieur, comptez à rebours à partir de la date moyenne du dernier gel pour votre région. La plupart prennent environ 6 semaines pour atteindre une taille suffisante pour le repiquage. Les oignons et des poireaux poussent plus lentement: donnez-leur environ 8 semaines.

Étape 4: Démarrez les cultures de saison chaude par la suite

Démarrez les tomates, les poivrons, les aubergines, le basilic et les fleurs annuelles faciles à semer comme les œillets d’Inde 6 à 8 semaines avant la date de repiquage. Il est important d’attendre que les nuits demeurent fidèlement au-dessus de 10 °C avant de transplanter les cultures de saison chaude au jardin. N’oubliez pas que la date de repiquage est habituellement jusqu’à 2 semaines après la date moyenne du dernier gel. Planter trop tôt peut endommager vos semis.

Étape 5: Variétés à semer directement en pleine terre

Il existe de nombreuses semences qu’on peut semer directement dans le jardin. Faites-le à peu près au moment où vos plants de saison fraîche sont prêts à être repiqués en pleine terre.

Certains, comme les salades, peuvent être semés à l’intérieur pour leur donner une longueur d’avance, mais aussi à l’extérieur une fois que le sol s’est réchauffé. Cela prolongera la récolte, vous offrant des verdures tendres fraîches du jardin pendant une plus longue saison. La liste des plantes à semer en pleine terre comprend:

  • Légumes racines
  • Roquette, laitue et autres salades
  • Haricots verts
  • Melons
  • Courges
  • Pois
  • Concombres
  • Zinnias
  • Cosmos
  • Tournesols
  • Capucines
  • Pavots annuels

Calendrier de semences

Voici un petit calendrier de semences pour vous aider à mieux planifier vos semis intérieurs.

CultureDate de semisTemps du semis au repiquageDate de repiquage sécuritaire
Oignon, poireau10 sem. avant date du dernier gel8 semaines2 sem. avant date du dernier gel
Chou8 sem. avant date du dernier gel4-6 semaines2-4 sem. avant date du dernier gel
Kale6-8 sem. avant date du dernier gel4-6 semaines2-4 sem. avant date du dernier gel
Brocoli6-8 sem. avant date du dernier gel4-6 semaines2-3 sem. avant date du dernier gel
Chou-fleur6-8 sem. avant date du dernier gel4-6 semaines2-3 sem. avant date du dernier gel
Persil6-8 sem. avant date du dernier gel8 semainesDate du dernier gel
Poivron4-6 sem. avant date du dernier gel6-8 semainesAprès date du dernier gel: nuits à 10 °C +
Aubergine4-6 sem. avant date du dernier gel6-8 semainesAprès date du dernier gel: nuits à 10 °C +
Fleurs annuelles4-6 sem. avant date du dernier gel6 semainesAprès date du dernier gel: nuits à 10 °C +
Basilic4-6 sem. avant date du dernier gel6 semainesAprès date du dernier gel: nuits à 10 °C +
Tomate4-6 sem. avant date du dernier gel6 semainesAprès date du dernier gel: nuits à 10 °C +
Laitue et autres salades4-6 sem. avant date du dernier gel3-4 semaines2-3 sem. avant date du dernier gel

Texte traduit et adapté d’un communiqué de presse de la Home Garden Seed Association.

Photos fournies par la Home Garden Seed Association, sauf indication contraire.

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

13 comments on “Un calendrier de semis pour assurer le succès

  1. Geraldine

    Merci ces informations sont très intéressantes pour semer au bon moment.
    Pourriez-vous en dire plus sur les caractéristiques des lampes de cultures qui conviennent et pour quelle surface (Nombre de kelvin et lumen) ?. Il s’en vend beaucoup, tubes led blanc , d’autres avec bleu/rouge. Difficile de s’y retrouver et de savoir ce qui fonctionne pour démarrer des semis et les maintenir un peu à l’intérieur en attendant de pouvoir les repiquer.
    J’évite autant que possible les semis en extérieur car ils se font dévorer par les limaces et escargots.

    • Faisons un résumé rapide: la qualité de la lumière aura peu d’importance, car les semis n’y seront pas longtemps. (Elle aura plus d’importance pour les plantes qui pousseront sous les lampes toute l’année.) Je suggère toute lampe DEL à lumière blanche (les lampes bleu/rouge tendent à donner des plants étiolés, même si, en fait, elles sont en santé. Aussi, il est difficile de voir les petits détails de la culture sous ses lampes agaçantes pour les yeux.

  2. L’écoumène, un grainier d’ici, propose un calendrier adapté à ici, en français et très complet. Une référence à ajouter à vos articles que je vous recommande!

  3. bruno perron

    J’utilise l’eau recyclé de l’aquarium a ma fille pour « engraisser » les semis le temps voulu, voyez-vous une contre indication a cette pratique?

    • Seulement dans le cas des légumes que vous mangerez immédiatement, à cause de la possibilité de contamination. Une fois à l’extérieur, la pluie viendra nettoyer les semis et ce problème disparaîtra. Autrement, cette eau est sûrement riche en minéraux et bénéfique aux plantes.

  4. Nathalie Campagna

    Je me suis acheté une mini serre d’intérieur et je me demandais s’il faut tout de même mettre un dôme sur nos contenants à l’intérieur de la serre.
    Merci beaucoup !

    • Diane Dorval

      Oui

    • Je le mettrais, surtout s’il n’y a qu’un ou deux plateaux de semis à la fois, sinon l’humidité pourrait être un peu diffusée et il n’est pas certain que la mini serre conservera le surplus de température nécessaire à la germination.

  5. Johanne Dubé

    Bonjour à vous, je ne comprends pas le principe d’utiliser des lumières à Del, en sachant qu’elles ne dégage pas de chaleur…

    • Très peu, mais sous un dôme, la chaleur demeure relativement stable. Parfois, il faut ajouter un tapis chauffant pour les semences récalcitantes. C’est plutôt la fiabilité de l’éclairage qui est la force des DEL.

  6. Olivier

    Bonjour.

    merci de ces rappels forts utiles en cette période.

    Réaliser des semis est une activité « magique ». Depuis mon enfance, je reste émerveillé et ému par le chemin parcouru par un semis de graines parfois minuscules jusqu’à une plante épanouie. Quelle satisfaction ! L’expérience de nouvelles graines est toujours également passionnante (cette année, j’ai réalisé pour la première fois le semis notamment de piments Biquinho, de sauges bleues interspecific F1 et de graines de tomates qu’on m’a offertes et dont je ne connais pas le nom). Que de promesses !

    Ma petite expérience m’amène a vous rejoindre sur le rôle du ventilateur. J’ai remarqué qu’un brassage ou un renouvellement d’air (par ventilateur ou aération en ce qui me concerne) semble permettre de réduire le risque de « fonte du semis ». Me confirmez-vous, s’il-vous-plaît ?

    Bonne journée.
    Olivier (sud de la France)

    • Oui, un peu. C’est un facteur bien secondaire, par contre. Aussi, trop de mouvement d’air peut assécher les semis, donc il faut un utiliser un ventilateur avec attention.

Répondre à Marie Annuler la réponse.

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :