Légumes Récolte de semences Semis Truc du jour

Peut-on utiliser les semences de tomates du supermarché?

Tomate de supermarché avec émoji montrant le doute, puis main tenant des semences de tomatel

Ill.: pure-flavor.com, Dictionary.com & brooklynfarmgirl.com, montage: jardinierparesseux.com

Question: Puis-je récolter les semences des tomates que j’achète au supermarché et les utiliser pour cultiver mes propres tomates?

Thomas Ng

Réponse: Oui, vous pouvez, mais est-ce que c’est une bonne idée? Ça, c’est moins certain!

Les tomates F1 sont identiques; les tomates F2 sont variables.
Toutes sortes de traits inattendus peuvent apparaître dans la deuxième génération (F2) lorsque vous semez les semences d’une tomate de supermarché (F1). Photo: freepngimg.com et Simply Fresh Fruitmply Fresh Fruit

La plupart des tomates vendues au supermarché sont des hybrides F1 (de première génération), c’est-à-dire qu’elles ont été développées à partir d’un croisement contrôlé entre deux lignées de tomates différentes. Les producteurs de semences de grande culture préfèrent des tomates hybrides parce qu’elles combinent souvent une foule de traits souhaitables — meilleure résistance aux maladies, croissance plus rapide, durée de conservation améliorée, maturation plus uniforme, etc. — et en plus, ils profitent de la «vigueur hybride», sorte de gain net de productivité qui vient du croisement de deux lignées non apparentées. Cependant, les tomates cultivées à partir de semences prélevées d’un hybride F1 (la tomate de supermarché), appelées hybrides F2 (de deuxième génération), résultent du croisement d’une plante F1 avec son propre pollen et montreront un mélange variable de caractères — et pas nécessairement les meilleurs! — venant des deux lignées parentales. De plus, elles ne profitent plus de la vigueur hybride. Comme résultat, les fruits obtenus peuvent se présenter sous presque n’importe quelles forme, taille, couleur ou saveur.

En outre, les tomates de supermarché ont été développées pour offrir une bonne durée de conservation (ce qui est bien, autant pour la vente au supermarché que pour le potager familial), mais aussi pour avoir la capacité à bien tolérer le transport sur de longues distances… ce qui n’est pas si souhaitable dans une tomate de potager. Les tomates de supermarché ont donc souvent une peau coriace et une texture plutôt dure, adaptées au transport. C’est essentiellement le contraire de la tomate que vous voudriez probablement pour votre jardin, soit une tomate juteuse à la peau mince et à la chair qui fond dans la bouche. 

Aussi, le goût des tomates de supermarché n’est pas un facteur majeur dans leur sélection. Même, la plupart possèdent un gène de maturation uniforme qui fait que le fruit mûrit également, mais au coût d’un goût diminué. Les gens se plaignent depuis longtemps que les tomates de supermarché sont fades et sans saveur: maintenant, vous savez pourquoi. Comme je suppose que vous préféreriez une tomate délicieuse à une tomate au goût de carton, c’est un autre point contre l’idée de faire un semis en utilisant les semences de tomates de supermarché.

Enfin, un dernier point: les tomates de supermarché ont généralement été développées pour la culture en serre ou, si elles sont achetées en hiver, pour la culture en plein air dans un climat tropical. Elles ne sont pas nécessairement de bonnes plantes pour le potager domestique, un milieu très différent, notamment dans un climat frais aux étés courts.

Tomates ancestrales au supermarché

Tomates cerises ancestrales «mystère» en barquette.
Tomates ancestrales vendues au supermarché: oui, elles seront fidèles au type, mais fidèles à quel type, exactement? Car, sans nom de cultivar, le jardinier ne sait rien de ces tomates mystères. Photo: lifeinthelittle.com

Certains supermarchés proposent maintenant des variétés de tomates ancestrales, habituellement en mélange. Les variétés ne sont généralement pas nommées (le directeur du rayon des fruits et légumes de mon supermarché local les appelle «tomates ancestrales mystères»), mais quand même, c’est un pas en avant pour les amateurs de bonnes tomates.

Les tomates ancestrales (on dit aussi anciennes et patrimoniales) ne sont jamais des hybrides F1, mais plutôt des variétés stables, non hybrides, qui sont fidèles au type à partir de semences: c’est-à-dire qu’elles donneront des tomates identiques dans la prochaine génération… et à chaque génération par la suite. En général, ces tomates ont été choisies pour leur bon goût, entre autres critères, et certainement pas pour leur adaptabilité au transport sur de longues distances.

Même si vous trouvez au supermarché une tomate ancestrale que vous pouvez utiliser pour la récolte de semences, vous ne savez toujours pas grand-chose à son sujet. Est-elle déterminée, demandant peu de tuteurage, ou indéterminée, avec une tige haute nécessitant un tuteurage important ou une cage à tomates? S’agit-il d’une tomate précoce ou tardive? De table, de sandwich ou de dessert? Vous ne pouvez pas deviner ces traits tout simplement en regardant le fruit. C’est le genre d’information fort utile que vous n’obtenez que quand vous achetez un sachet de semences de tomates où les détails de la variété sont clairement indiqués sur l’étiquette.

Comment récolter des semences

Supposons que vous avez décidé de récolter des semences de tomate de supermarché, comment le faire? Ce n’est pas que ce soit particulièrement compliqué, mais la récolte des semences d’un fruit humide comme une tomate est un peu différente de celle d’une capsule de semences sèches comme on trouve chez un pavot, un radis ou un zinnia.

Sachez que vous pouvez simplement retirer les semences du fruit à la cuillère, les nettoyer grossièrement avec une serviette en papier et les laisser sécher à l’air pendant une nuit, pour les semer ensuite… mais vous obtiendrez de meilleurs résultats si vous laissez la gaine gélatineuse entourant la semence se décomposer, une action appelée fermentation. Elle a l’avantage de supprimer les inhibiteurs de germination présents dans la gaine, permettant une germination plus rapide et une croissance plus précoce et robuste. Il y a aussi des indications que la fermentation pourrait également aider à prévenir certaines maladies transmises par les semences.

Voici comment procéder pour la fermentation:

1. Coupez la tomate en deux.

Cuillère qui ramasse les semences d’une tomate rouge.
Pour la récolte, il suffit de retirer à la cuillère des semences d’une tomate coupée. PennLive.com.com

2. Vous verrez de nombreuses semences entourées de pulpe dans les cavités du fruit. Avec une cuillère, retirez-en suffisamment pour répondre à vos besoins.

3. Déposez les semences et la pulpe dans un verre, un bocal ou un petit bol.

4. Ajoutez suffisamment d’eau pour tout couvrir.

5. Vous pouvez recouvrir le récipient avec un chiffon ou un essuie-tout pour contrôler l’odeur de la fermentation et en barrer l’accès aux drosophiles. 

6. Placez le récipient dans un endroit relativement chaud et à l’abri du soleil intense où la fermentation pourra avoir lieu.

Avec le temps, une moisissure se formera sur la surface alors que les semences commenceront à couler au fond de la solution. Photo: Rural Sprout

7. Au cours des 3 à 5 prochains jours, la pulpe commencera à se décomposer et les semences à s’en séparer, s’enfonçant au fond. Une moisissure brune ou blanche à odeur légèrement désagréable se formera sur le dessus. Entre les deux, il y aura une couche de liquide translucide.

Fourchette qui retire la croûte de moisissure du liquide.
Retirez la moisissure avec une fourchette. Photo: The Spruce

8. Lorsque la moisissure recouvrira à peu près la surface, les semences seront prêtes. Retirez la moisissure avec une fourchette.

9. Ajoutez de l’eau et remuez ou secouez bien, puis laissez reposer pendant quelques minutes.

10. Les semences viables couleront au fond, de sorte que vous pourrez ensuite soigneusement évacuer les liquides et les solides de la partie supérieure. (Ils peuvent aller dans le composteur.)

Rincer les semences de tomates dans une passoire.
Venez les semences dans une passoire et lavez-les. Photo: The Spruce

11. Versez les semences dans une passoire et rincez à l’eau courante pour les nettoyer. Frottez-les doucement contre le treillis pour éliminer toute chaire qui y colle.

Semences de tomates séchant sur une assiette.
Séchez les semences avant de les conserver. Photo: gardenbetty.com

12. Étendez les semences sur une surface dure et lisse — assiette, papier ciré, plateau, etc. — et placez-les dans en endroit chaud et sec afin qu’elles puissent sécher.

13. Secouez légèrement les semences tous les jours pour qu’elles sèchent uniformément et pour éviter qu’elles ne s’agglutinent.

14. Après une semaine à 10 jours, les semences devraient être parfaitement sèches. Vous pourrez alors conserver les semences dans une enveloppe en papier ou un flacon de pilules jusqu’à ce qu’il soit temps de les semer. Elles se conservent 3 à 4 ans, même davantage si vous les gardez au frais.

Le semis

Plants de tomates dans des godets de tourbe.
Quand il est temps de semer les graines que vous avez récoltées, suivez simplement les instructions données ici. Photo: diynetwork.com

Vous avez maintenant des semences en main qu’il faut bien sûr semer. Procédez environ 6 à 8 semaines avant la date du dernier gel… et certainement pas plus tôt. (L’erreur numéro un des jardiniers débutants avec la culture des tomates à partir de semences est de les démarrer trop tôt.) 

Maintenant, suivez les étapes expliquées dans l’article Comment semer des tomates: un guide pour les néophytes.


Alors, pouvez-vous récolter et semer les semences de tomates achetées en magasin? Bien sûr! Devriez-vous le faire? C’est à vous de décider, mais personnellement, je préfère bien connaître les variétés de tomates que je sème, donc je commence toujours par des semences d’origine connue achetées ou échangées. Puis, une fois que j’ai en main une lignée non hybride que j’aime, je la ressème d’année en année.

Semer des tomates de supermarché? Non, pas pour moi!

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

12 comments on “Peut-on utiliser les semences de tomates du supermarché?

  1. Giselle Loiselle

    Bonjour JP, À la suite de ces informations je suis comme vous et préfère avoir mes semences mais la plupart des tomates vendues en épicerie ne seraient-elles pas bloquées? venant de l’ère terminator?

  2. Nathalie Hamel

    j’ai juste récupéré mes graines de tomates heirloom, sans les fermenter ni rien. Pensez-vous qu’elles vont pousser?

  3. Geneviève

    J’étale simplement le plus possible les graines récoltées d’une tomate sur un carré d’essuie-tout (en plusieurs épaisseurs) , je pose le tout sur du journal pour absorber l’humidité . Quand l’essuie-tout est bien sec, je le replie et le range dans une boîte jusqu’au semis au printemps. J’étale le papier sur une couche de terre dans un bac et je recouvre d’un peu te terre. Les tomates lèvent très bien . Simple et efficace !

  4. L’hiver dernier, j’ai un petit plant de tomates qui a poussé tout seul dans le pot d’une plante d’intérieur qui trône dans la salle à manger. Ne me demandez pas comment il s’est retrouvé là, mais l’origine probable pointe vers une graine de tomates d’épicerie! Au printemps, je l’ai transplanté dans un grand pot que j’ai placé au soleil sur le patio. Et surprise, nous avons eu une récolte abondante de grosses tomates-cerises, juteuses et savoureuses! Comme quoi parfois le hasard fait bien les choses!

  5. Bonjour,

    Avez-vous un livre où vous traitez de la façon de produire et de récolter (avec trucs et astuces) nos propres semences à partir des différents légumes de nos jardins ? Sinon, ça serait peut-être une idée pour votre prochain livre! 🙂 Je n’ai pas l’impression qu’il en existe beaucoup sur le marché. Je sais que vous traitez du sujet à la page 78 de votre livre Les Semis, mais à lire le présente article, il me semble que nous pouvons étendre beaucoup plus sur le sujet, mais peut-être pas suffisamment pour en faire un livre…

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :