Plantes alpines et de rocaille Truc du jour Vivaces

La vivace qui n’arrête pas de fleurir

Fausse-fumeterre blanche: la plante vivace qui n’arrête pas de fleurir. Photo: Michel Descamps, Sysbio

Plus je vieillis, plus j’apprécie les plantes qui fleurissent pendant toute la belle saison. Oui, j’ai cultivé et je cultive encore beaucoup de plantes ayant une période de floraison de 2 ou 3 semaines et j’aime essayer de les assortir avec d’autres plantes ayant des périodes de floraison différentes afin que mon jardin soit toujours en pleine floraison tout au long de la saison de croissance. Cependant, vous ne pouvez tout simplement pas battre une plante qui fleurit pendant 3 mois et plus pour donner à votre jardin une base solide de couleur continue. Mais il n’y a pas beaucoup de plantes qui fleurissent vraiment du printemps à l’automne.

Quelques plantes à floraison prolongée

Bien sûr, il existe beaucoup d’annuelles dont la période de floraison est incroyablement longue, mais leur floraison va de l’été à l’automne. Elles ne fleurissent pas au printemps. Pire encore, il faut les remplacer chaque année. Je cultive encore de nombreux types d’annuelles, mais je préfère les plantes plus permanentes. 

Un arbuste Daphne × transatlantica recouvert de fleurs blanches.
Daphne × transatlantica (ici le cultivar ‘Blafra’ Eternal Fragrance) est l’arbuste à la plus longue floraison que je connaisse, mais la fausse-fumeterre blanche le bat haut la main. Photo: WBLA_Corky. Flickr

Il n’y a pas de bulbes ni d’arbres à floraison perpétuelle (du moins pas pour les climats tempérés) et peu d’arbustes à floraison durable, bien que le daphné transatlantique (Daphne × transatlantica) ait une très, très longue période de floraison. (Lisez L’arbuste qui n’arrête pas de fleurir! pour en savoir davantage.) Presque autant que la plante qui est le sujet de cet article. Je le déclasse seulement, dans le fond, pour des raisons personnelles : il n’est pas solidement rustique dans mon jardin dans la zone de rusticité 4 et est souvent ravagé par un hiver trop froid.

Parmi les plantes à floraison prolongée, donc, il y a surtout des vivaces herbacées.

Le géranium Rozanne fleurit tout l’été et jusqu’en automne avec des fleurs violettes.
Le géranium ‘Gerwat’ Rozanne™ a une floraison extrêmement longue, mais pas aussi longue que que celle de la fausse-fumeterre blanche. Photo: Geraniumplantlust.com

Maintenant, si vous interrogez la plupart des jardiniers au sujet des plantes vivaces à floraison durable, ils mentionneront les gaillardes, les coréopsis, quelques géraniums (Geranium ‘Gerwat’ Rozanne™ notamment), quelques hémérocalles et peut-être des mauves et des népétas. Ce sont toutes de superbes plantes à floraison estivale qui se prolonge jusqu’à l’automne, mais… où est leur floraison printanière? Il n’y en a pas.

L’hellébore (Helleborus spp.) est l’une des rares plantes vivaces à floraison printanière prolongée, mais bien qu’elle commence à fleurir très tôt dans la saison, même les meilleurs cultivars arrêtent de fleurir au début de l’été. En fait, je n’ai trouvé qu’une seule famille de plantes qui comprenne des plantes vivaces qui fleurissent du printemps à l’automne, soit la famille des Fumariacées, la famille des cœurs saignants.

Dicentra ‘Luxuriant’ avec des feuilles découpées bleu-vert et des fleurs roses abondantes.
Certains cœurs saignants, comme ce Dicentra ‘Luxuriant’, fleurissent abondamment au printemps, mais leur floraison estivale est moins fiable. Photo: gardengallery.ca

Les meilleurs clones du cœur saignant du Pacifique (Dicentra formosa) et du cœur saignant à feuilles de fougère (D. eximia), plus les hybrides entre les deux espèces comme D. ‘Luxuriant’, D. ‘Adrian Bloom’ et D. ‘Aurora’, ont une floraison remarquablement longue. Ils fleurissent massivement à la fin de mai ou au début de juin, puis sporadiquement tout au long de l’été et jusqu’au milieu de l’automne, du moins dans les régions aux étés frais. Par contre, leur floraison estivale n’est pas fiable.

Fausse-fumeterre jaune avec des feuilles bleu-vert profondément coupées et des fleurs jaunes.
La deuxième vivace à floraison la plus longue est peut-être la fausse-fumeterre jaune (Pseudofumaria lutea). Photo: plantsam.com

Mieux encore, il y a la fausse-fumeterre jaune, Pseudofumaria lutea, anciennement Corydalis lutea. Elle commence à fleurir quelques semaines plus tôt que ses parents, les cœurs saignants, et continue tout aussi longtemps, jusqu’en octobre. Mais elle n’arrive tout de même pas à faire concurrence à une parente à la floraison encore plus prolongée : la fausse-fumeterre blanche.

La floraison la plus durable

Les feuilles finement coupées et les nombreuses fleurs donnent une douce élégance à la fausse-fumeterre blanche.
La fausse-fumeterre blanche (Pseudofumaria alba) fleurit souvent du printemps jusqu’aux neiges, même à l’année sous un climat approprié. Photo: Andrea Moro, Wikimedia Commons

La fausse-fumeterre blanche (Pseudofumaria alba, anciennement Corydalis ochroleuca et Fumaria alba) a la plus longue floraison de tous les végétaux dans mon jardin. Elle commence en même temps que les narcisses et les tulipes de mi-saison, fleurit sans arrêt tout l’été et continue jusqu’en octobre sans la moindre pause.

Novembre peut être un mois incertain où je vis, avec des nuits glaciales et les premières neiges, mais elle continue à fleurir malgré ces contretemps: les fleurs ne semblent même pas endommagées par les nuits sous zéro, même après un jour ou deux sous 10 cm de neige! Ce qui arrête la floraison, finalement, est lorsque le sol gèle ou qu’une neige durable, celle qui durera jusqu’au printemps, s’installe. Cette neige durable arrive généralement entre la mi à la fin novembre chez moi, mettant définitivement fin à sa floraison pour l’année, mais il y a des années où elle arrive tard et alors la plante demeure encore en fleurs en décembre. Oui, décembre! 

On m’a dit que cette plante fleurit 12 mois par an dans des climats où les hivers ne comprennent jamais plus que des gelées modérées. 7 et même 8 mois de floraison en climat froid, 12 mois en climat plus doux? Ça, c’est une plante à floraison prolongée!

Nouveau genre

La fasse-fumeterre blanche est encore très souvent vendue sous le nom corydale crème ou corydale jaunâtre (Corydalis ochroleuca), mais elle et sa cousine, la fausse-fumeterre jaune (Pseudofumaria lutea), anciennement appelée corydale jaune (Corydalis lutea), ont récemment étaient placées dans leur propre genre : Pseudofumaria, pour des raisons génétiques. Oui, elles ressemblent aux corydales (Corydalis spp.), mais sont davantage apparentées aux fumeterres (Fumaria spp.), mais les spécialistes prétendent qu’elles diffèrent d’elles aussi. D’où le nouveau genre Pseudofumaria (fausse-fumeterre).

Il faut de la fraîcheur

Cela dit, la fausse-fumeterre blanche n’est pas un bon choix pour les climats où les étés sont torrides et secs. Originaire des forêts montagneuses du sud-est de l’Europe, elle aime une certaine fraîcheur en tout moment. Sa résistance au froid est excellente (zones de rusticité 3 à 8), mais sa résistance à la chaleur, pas autant. En zone 8, notamment, un été chaud et sec peut même la forcer à entrer en dormance estivale. Elle repoussera et refleurira alors avec le retour de la fraîcheur à l’automne, mais alors seulement modestement.

Les feuilles de cette plante sont semi-persistantes. Dans mon climat très froid, elles restent vertes jusqu’à l’arrivée de la neige, mais quand cette dernière fond au printemps, on peut voir que les feuilles se sont fanées et, d’ailleurs, presque complètement décomposées. Dans les climats plus doux, cependant, les feuilles sont présentes toute l’année.

Un effet apaisant

La floraison est longue, certes, mais attrayante aussi. Non pas que la floraison de la fausse-fumeterre blanche soit à couper le souffle (les fleurs sont trop petites et leurs grappes trop éparpillées pour cela), mais elles sont jolies en tout temps, offrant des touffes de blanc crème ici et là qui aident à intégrer les différentes parties de l’aménagement.

Gros plan de fleurs blanches de corydalis.
Bien que les fleurs semblent blanc crème de loin, de près, on voit qu’elles sont blanches et jaunes avec des marques vertes distinctes. Photo: srgc.org.uk

Les fleurs sont portées densément sur de courts épis élevés juste au-dessus du feuillage et paraissent blanc crème de loin. De près, vous pouvez voir leur forme inhabituelle: tubulaire, mais s’ouvrant à la pointe pour révéler un peu de jaune à l’extrémité, tandis qu’il y a une tache verte à l’extérieur de la fleur et un éperon blanc arrondi à l’arrière. Lorsqu’un épi se fatigue, d’autres prennent la relève et ce manège se poursuit jusqu’à ce que le sol gèle ou que la neige s’installe. 

Le feuillage découpé gris-vert aussi est attrayant. Photo: Ewen Cameron, Wikimedia Commons

Le feuillage est également attrayant: finement coupé, en forme de fougère et gris-vert un peu givré, mettant parfaitement en valeur les fleurs. Tel que mentionné, il est présent presque toute l’année.

La plante est de taille petite à moyenne, d’environ 15 à 45 cm de hauteur et à peu près de la même largeur.

Aucun entretien

Un autre avantage de cette plante est qu’elle s’adapte à presque toutes les conditions et n’exige aucun entretien.

Elle pousse mieux à la mi-ombre, voire à l’ombre dans les emplacements où elle reçoit un peu de soleil printanier, mais tolère très bien le soleil aussi. Seulement dans les régions aux étés chauds et secs doit-on penser à la planter dans un endroit protégé des rayons trop forts.

N’importe quel sol fera son affaire tant qu’il est bien drainé, même un sol alcalin. Elle prospère à l’ombre sèche: ce sol plein de racines d’arbres où si peu de plantes se portent bien. 

Elle ne nécessite ni taille, ni tuteurage, ni aucune autre attention spéciale, et ne semble pas avoir de problèmes d’insectes ou de maladies. Même les cerfs, les lapins et les mammifères qui s’attaquent parfois aux autres plantes de jardin la laissent tranquille. Il suffit de la planter et de la laisser vivre sa vie, tout simplement. Et cela inclut de lui permettre de se naturaliser.

Fausse-fumette blanche naturalisée avec des plantes de lierre.
La fausse-fumeterre blanche se naturalise facilement, se mélangeant avec les autres plantes du secteur. Photo: dryades.units.it

Il faut savoir que cette plante se ressème spontanément et relativement abondamment. Non pas que ce soit une de ces plantes envahissantes qui écrase ses voisines, toutefois. C’est plutôt une plante qui surgit ici et là, remplissant plutôt les espaces vides de l’aménagement. Si vous aimez les plantations formelles où chaque plante reste à un emplacement désigné, ne plantez pas la fausse-fumeterre blanche: elle est trop insoumise. C’est cependant une plante que vous adorerez si vous aimez les parterres mixtes à l’anglaise ou les sous-bois et rocailles où les plantes se naturalisent. 

La fausse-fumeterre blanche installée dans une paroi rocheuse
La fausse-fumeterre blanche semble aimer les roches et se ressèmera spontanément dans la moindre fissure d’une paroi rocheuse. Photo: specialplants.net

Vous découvrirez que cette plante a une prédilection pour les rochers et les rocailles. Chez moi, par exemple, elle s’est installée toute seule dans un mur de soutènement. Et tant mieux! Planter dans des parois rocheuses est tellement difficile que j’adore les plantes qui s’y ressèment d’elles-mêmes.

Et il est important que la fausse-fumeterre blanche se ressème, car elle ne vit pas très longtemps. Il paraît qu’une plante individuelle vit rarement plus de 2 ou 3 ans … mais cela ne paraît pas, car il y a toujours des remplaçantes qui poussent environ aux mêmes endroits.

Notez que cette plante ne peut être multipliée que par semences : elle ne se divise pas à la base. Les graines fraîches germent mieux… mais, dans le fond, vous n’avez pas besoin de penser à cela, car la plante se ressèmera sans votre aide. La meilleure façon de partager des plantes avec un ami est donc de lui déterrer et offrir quelques bébés que vous aurez en trop.

Où la trouver

Maintenant le vrai inconvénient: la fausse-fumeterre blanche est difficile à trouver dans le commerce. Cela me surprend toujours, car souvent la pépinière a cette plante bien en vue dans son jardin de démonstration, mais ne semble jamais prendre la peine de la mettre en pot. 

À défaut de pouvoir trouver des plantes, on peut obtenir des semences de compagnies se spécialisant dans les semences de vivaces, comme Jelitto (Jelitto EuropeJelitto Amérique).

Alors voilà: une vivace qui est presque toujours en fleurs, mais qui est peu connue des jardiniers. Essayez-la et vous verrez comme elle est facile à cultiver!

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

20 comments on “La vivace qui n’arrête pas de fleurir

  1. Louise tournesol

    Est-ce que le semis fait au printemps à l’interieur produira des fleurs dès la 1ère année? Merci!

    • Non. D’ailleurs, il faut une combinaison de conditions chaudes et froides pour stimuler la germination. Idéalement, vous le sèmerez l’été ou tôt à l’automne en vue d’une germination au printemps de l’année suivante.

  2. Alain Mallette

    Les semences de fausse-fumeterre blanches ne sont pas les plus faciles à faire germer selon mon expérience. J’ai essayé une fois de façon traditionnelle au printemps sans succès(semence de Jelitto), je n’ai probablement pas été assez patient(alternance de périodes chaud/froid, etc). J’ai commandé de Jelitto l’automne dernier et j’ai semé directement à l’extérieur dans des interstices de murets, je verrai ce printemps si l’hiver à l’extérieur améliorera le taux de germination…(J’espère au moins une germination pour me permettre ensuite de propager cette plante).

    J’aimerais beaucoup cultiver cette plante dans mon jardin, si tu as des suggestions pour améliorer la réussite de la germination de cette plante, indique moi le. (Il y a, bien sur, l’adresse d’un jardin où, avec l’accord du jardinier j’irais chercher quelques semences en saison pour les semer directement chez moi…)

    À bientôt

    • Dominique Paré

      Mon expérience ressemble à celle de M. Malette : j’ai commandé des graines de fausses-fumeterre jaunes (de chez Chiltern Seeds) et je les ai laissé dans une couche froide au printemps, mais j’ai perdu le fil et les pots ont éventuellement manqué d’eau, je n’ai eu aucune germination 🙁 Cette année j’ai semé les 7 graines restantes en deux pots, et je vais faire alterner 7 semaines de chaleur, 7 semaines de froid (frigo) puis si la température le permet, 7 semaines de fraîcheur (13 à 15 degrés), puis retour au frigo si toujours aucune germination. Je serais aussi bien intéressée aussi à des suggestions pour augmenter mes chances de succès!

      Quand même, j’espère que votre article tellement élogieux à propos de la fausse-fumeterre encouragera les pépinières québécoises à nous les offrir! À ce stade-ci, si je pouvais les trouver déjà poussées, la paresseuse en moi l’emporterait et je me précipiterais pour les acheter!!

      Bonne journée à tous!

      Dominique Paré

    • J’ai cultivé cette plante par semences de Jelitto, mais il y a très longtemps. Le semis à l’intérieur semblaient compliquée, mais, en résumé, il fallait un traitement au chaud (relativement) d’abord, puis froid, puis modéré (les graines germent a une température relativement frâiche). J’ai jugé cela trop compliquée, donc j’ai fait un semis en août en plein air. Au printemps suivant, seulement une faible germination… mais assez pour mes besoins, puisque la plante se ressème. (Une seule plante m’aurait suffit.) La surprise était la 2e printemps: je pense que toutes les graines restant ont germé.

  3. Bonjour,

    Ce qui suit pourra peut-être servir à d’autres sur ce blogue.

    J’ai suivi le lien donné dans l’article pour Jelitto Amérique et, une fois sur la page de la Fausse-fumeterre blanche, j’ai vu que les prix étaient en dollars (US). Cela dit, en tout temps, on peut avoir les prix en $US, même si on arrive sur une fiche qui donne les prix en Euros – il suffit simplement de modifier le petit onglet en haut de l’écran et changer la devise (on a quatre possibilités au choix, soit : GPB / livre sterling, CHF / franc suisse, Euro et Dollar US).

    Je voulais connaître les frais d’expédition car, en suivant le lien de l’onglet « Shipping and Charges », qui est au bas des écrans, les coûts de transport sont donnés en Euros seulement. Et, sur cette page, il n’y a pas de possibilité d’avoir les prix en $.

    Pour en avoir le coeur net et savoir comment ça fonctionne en général, j’ai donc envoyé un courriel. Le courriel pour US et Canada est maryv@jelitto.com, sinon, par défaut (car cette information pour le courriel nord-américain n’apparaît pas systématiquement, suivant les quelques tests que j’ai faits ce matin) le courriel est info@jelitto.com. On peut aussi passer par le formulaire de contact prédéfini qui renvoie à cette dernière adresse courriel.

    On m’a répondu presque immédiatement, ce qui est tout à leur honneur – je cite la réponse en traduction libre : « Les frais d’expédition sont également en euros. Lorsque vous passez une commande avec une carte de crédit, votre carte est débitée en euros. Toutes les conversions de taux de change sont à titre approximatif FYI [pour votre information]. Cette semaine, le XR Euro en USD est de 1,2099. Prenez donc le montant en euros x 1,2099 pour obtenir le montant en USD. »

    Et ensuite, il faut convertir tout ça en $CND.

    Le site Chiltern Seeds, que mentionne Dominique Paré, plus haut dans ce blogue, est également outre-mer, en Grande-Bretagne, et les prix sont affichés en livres sterling. Je n’ai pas vu là d’outil de conversion, mais je n’ai pas exploré ce site.

    Ça revient donc quand même assez cher, en bout de ligne. Espérons qu’un grainetier nord-américain, et idéalement canadien, le offrira bientôt en ligne. Bien intéressante à connaître, cela dit.

    Bonne saison avec Mars qui commence dans trois dodos !!

    Michèle L.

    • Merci pour toute cette recherche! J’ai déjà commandé chez Jelitto, mais par récemment. Ce n’était pas compliqué, mais je ne me souviens plus des détails. Chiltern, normalement une de mes sources préférées de semences inhabituelles, est en Angleterre et subit présentement les affres du Brexit. Essentiellement, ils n’expédient plus à l’extérieur du Royaume Uni tant que tout n’est pas clarifié. C’est pour cela que je ne les ai pas mentionné comme source dans l’article.

      Voici l’avis qu’ils publient sur leur site:

      Unfortunately, we have stopped accepting orders from Northern Ireland and countries outside of the UK. Further clarity is needed regarding the situation post Brexit and should it become clear that we can send orders overseas again, rest assured we will!

  4. Nathalie Combe

    Bonjour, habitant en bord de Mèditerranée, j’ai un polygale à feuilles de myrte qui fleurit toute l’année sans aucune interruption. Intéressant pour mettre un peu de couleur au jardin en plein hiver.
    Cordialement, Nathalie

    • J’ai déjà vu cet arbuste en fleurs en voyage, en France, mais aussi en Afrique du Sud et en Australie, et il est spectaculaire! Merci de l’avoir suggéré… aux lecteurs de climats doux seulement, bien sûr! Il est presque tropical.

  5. J’ai une plante vivace (ancienne) qui est également une championne de la floraison. Erodium guttatum fleurit chez moi (Haute Belgique hiver à -15° voir plus) de avril à novembre. Elle se bouture très facilement mais n’est pas facile à trouver.

    • Intéressant! Mais pourquoi sont les plantes les plus performantes et faciles les plus difficiles à trouver sur le marché?

      • Parce que justement comme pour beaucoup de choses, le « jetable » est plus rentable que le durable ! Enfin c’est moi qui le pense hé hé hé ! Merci encore pour tous vos conseils. Je lis actuellement votre livre sur le potager. Enfin un livre avec des infos plus proche de mon climat. En Belgique, je suis plus proche de votre climat que celui de la France d’où viennent la plupart des livres de jardinage. Et à chaque fois je dois me dire ah oui ça ok mais au sud de la Loire…
        Si vous voulez un bout, je peux essayer de vous envoyer une bouture.

  6. Intéressant que mon livre soit plus pratique pour votre climat que les livres européens! Théoriquement, il est illégal d’envoyer des boutures de l’Europe au Canada.

    • Ah bon j’ignorais. Mais en ce qui concerne vos livres. Tous les livres en français viennent d’édition en France. Mais le climat belge est assez différent de la France et surtout du centre ou du sud de la France. Les éditeurs vont donc créer des ouvrages qui conviennent pour la majorité de la France et non les zones plus froides. Comme j’habite en plus sur les hauteurs de la Belgique vous avons des hivers parfois rigoureux (-20° et gel jusque mi-mai) Et donc vos conseils sont souvent plus proche de mon mode de culture que les livres édités en France ou la moyenne des températures est bien plus clémente. Mais il existe peut être des ouvrages dans d’autres langues mais que je ne parle pas (un défaut oui d’accord) mais les livres en français c’est les éditions en France qui détiennent le pouvoir de décision ! Heureusement qu’il y a les blogs pour contrecarrer tout ça ! Merci

      • Intéressant! Effectivement, -20° et gel jusque mi-mai, ça ressemble drôlement à la situation ici. Il faudrait que je dise à mon éditeur de pousser davantage la vente de mes livres en Bélgique!

  7. Gilles Brunet

    Salut Larry, en ce qui concerne la speudofumaria alba dans sa description on parle d’une vivace de vie courte mais non pour la lutea (jaune). Peut-être que les centres jardins ne veulent pas la commander à cause de cette description. Personne ne semble la connaitre dans les centre jardin mais plein de monde est au courant que tu en as parlé dans ton blog. Je crois avoir trouver un endroit pour avoir des plants au Québec mais je continue mes vérifications avant de donner l’info.

  8. Gilles Brunet

    J’ai contacter Vivace Corbeil par courriel car impossible par téléphone.C’est le seul endroit ou j’ai vu la speudofumaria alba et lujtea sur leur site web. J’ai demandé la disponibilité, le prix et le transport, on m’a répondu qu’il serait ouvert seulement le 1 mai et de les contactez à ce moment là. Il y a p.e. un endroit ou l’on peu acheter des semences de cette plantes.

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :