Botanique Orchidées Plantes d'intérieur

15 faits fascinants sur les orchidées

Mélange de phalaenopsis de couleurs différentes.

Les orchidées phalaenopsis, appelées parfois orchidées papillon, sont actuellement les orchidées les plus populairement cultivées. Photo: chipandchristianna.com

Nombreux jardiniers cultivent des orchidées comme plantes d’intérieur, mais que savons-nous vraiment d’elles? Voici quelques faits fascinants sur ce groupe de plantes si populaire.

Illustration de plusieurs fleurs d'orchidée différentes.
Illustration de la diversité des fleurs d’orchidée. Ill.: Ernst Haeckel, Kunstformen de Nature, 1899
  1. La famille des orchidées (Orchidacées) est, avec la famille des Astéracées*, la plus vaste du monde végétal, contenant quelque 28 000 espèces réparties en 763 genres. Il y a quatre fois plus d’espèces d’orchidées sur notre planète que d’espèces de mammifères!

*Laquelle des deux familles est en fait la plus grande est discutable, car nous vivons une période de grand brassage taxonomique des végétaux et la définition des espèces est donc en fluctuation. 

  1. Les orchidées sont à la fois très anciennes et très modernes. Elles sont parmi les plus vieilles plantes à fleurs connues, la plus ancienne remontant à il y a environ 112 millions d’années, au Crétacé inférieur, lorsque les dinosaures dominaient la Terre. Il y a 64 millions d’années, elles ont développé des pollinies et il y a 35 millions d’années, beaucoup sont devenues épiphytes. Cependant, les orchidées continuent d’évoluer même aujourd’hui et environ 20 nouvelles espèces sont décrites chaque année.
Carte montrant la répartition mondiale des orchidées
Les orchidées se trouvent partout dans le monde. Ill.: Dalton Holland Baptista, Wikimedia Commons
  1. Les orchidées ne sont pas seulement tropicales, comme on pourrait le croire, étant donné la popularité actuelle des orchidées d’origine tropicale comme plantes d’intérieur, mais sont trouvées partout dans le monde, de l’Équateur jusqu’au-delà du cercle polaire arctique. Et aussi dans la plupart des environnements, des climats arides aux jungles tropicales. On les trouve sur tous les continents, sauf l’Antarctique.
  1. Les fleurs d’orchidées sont de durée variable. Certaines ne durent que quelques heures (celles des Sobralia spp, par exemple, survivent à peine une journée) tandis que d’autres persistent pendant des mois (c’est le cas de nombreux hybrides de Phalaenopsis). La durée de vie moyenne d’une fleur d’orchidée est probablement d’environ 2 à 4 semaines.
La plus grande orchidée du monde avec un homme debout à proximité pour fins de comparaison.
La plus grande orchidée du monde: l’orchidée géante (Grammatophyllum speciosum). Photo: Schuiteman, http://www.nationaalherbarium.nl
  1. La plus grande orchidée du monde est l’orchidée géante, aussi appelée orchidée tigre ou orchidée canne à sucre, Grammatophyllum speciosum. Elle peut mesurer jusqu’à 7,5 m de haut et peser jusqu’à 2 tonnes, portant des milliers de fleurs abondamment tachetées à la fois. Malgré sa taille, elle pousse principalement sous forme d’épiphyte, dans les branches des arbres de la forêt des îles d’Asie du Sud-Est.
La plus petite orchidée du monde avec un doigt pour comparer sa taille.
Platystele jungermannioides en pleine floraison n’est pas beaucoup plus grosse qu’un ongle. Photo: Wiki Orchidées
  1. La plus petite orchidée du monde est, officiellement, Platystele jungermannioides des forêts de nuages du Mexique, du Guatemala, du Costa Rica et du Panama. La plante elle-même est d’environ la taille d’un sou, y compris les feuilles, les racines et les fleurs. Une orchidée encore plus petite a récemment été découverte en Équateur, mais elle n’a pas encore été officiellement décrite.
Gousse d’orchidée ouverte.
Les graines d’orchidées ne sont pas plus grosses que la poussière. Photo: Blue Sky Channel
  1. Les orchidées ont les plus petites graines du monde, pas plus grosses qu’un grain de poussière. Celles de l’espèce néo-calédonienne Anoectochilus imitans seraient les plus petites de toutes, mesurant à peine 0,05 mm de diamètre. Une seule capsule de graines de certaines espèces peut contenir jusqu’à 4 millions de graines! Cette taille très réduite résulte en grande partie du fait que les graines d’orchidées, contrairement aux autres graines, sont dépourvues de réserves alimentaires. Très légères, elles sont transportées par les courants d’air. Pour germer, la plupart doivent d’abord former une relation mycorhizienne (symbiotique) avec un champignon qui leur fournira les nutriments dont elles ont besoin pour se développer. 
Vanillier avec fleurs fraîches et séchées.
Le vanillier est la seule orchidée utilisée dans l’alimentation humaine. gulleygreenhouse.com
  1. La seule orchidée utilisée dans l’alimentation humaine est le vanillier (Vanilla planifolia et autres), une espèce grimpante dont les gousses aromatiques sont comestibles. Ses gousses sont récoltées immatures et spécialement traitées pour qu’elles produisent l’arôme de vanille bien connu. La vanille est la deuxième épice la plus chère au monde après le safran.
Serre remplie d’orchidées phalaenopsis.
Les phalaenopsis ou orchidées papillon (Phalaneopsis spp.) sont les orchidées les plus cultivées au monde. Photo: richmond.com
  1. Les orchidées papillon (espèces et hybrides de Phalaenopsis) sont actuellement les plantes d’intérieur les plus largement cultivées au monde, remplaçant désormais la populaire plante de Noël, le poinsettia (Euphorbia pulcherrima), en haut du palmarès, avec des ventes en augmentation chaque année. Les phalaenopsis sont produits par millions sur plusieurs continents et ensuite distribués à travers le monde. Ainsi, le phalaenopsis que vous achetez dans votre jardinerie locale vient peut-être de la Thaïlande, de Taïwan ou des Pays-Bas. Il paraît qu’il y a même désormais un phalaenopsis en Antarctique (bien au chaud à l’intérieur, bien sûr), cultivé par un scientifique vivant dans une station de recherche.
Tubercules jumelés d’une espèce d’Orchis.
Le terme «orchidée» vient du mot grec pour testicule à cause la forme des tubercules jumelés des espèces du genre Orchis, orchidées terrestres eurasiatiques. Photo: planthumor.com
  1. Le nom orchidée vient des orchidées Orchis (Orchis mascula et autres) et dérive du mot grec ancien orchis signifiant «testicule», et ce, en raison de la forme des tubercules souterrains, toujours jumelés, des orchidées de ce genre eurasiatique. Ce nom leur fut donné par Théophraste. Le terme «orchidée», une forme abrégée du nom de la famille, Orchidacées, n’a été introduit qu’en 1845.
Fleur d’orchidée montrant les pétales, les sépales, la colonne et la lèvre
Fleur d’orchidée montrant les pétales, les sépales, le labelle et la colonne. Photo: mycobotaniqueugine.over-blog.com 
  1. Les fleurs d’orchidées sont assez inhabituelles. Alors qu’elles ont les 6 tépales typiques communs à la plupart des autres monocotylédones, soit 3 pétales et 3 sépales, l’un des pétales est fortement modifié. Appelé le labelle (ou la lèvre), il diffère des autres pétales à la fois par sa forme et généralement aussi par sa couleur. Il sert notamment à attirer les insectes pollinisateurs et à les diriger vers la colonne de la fleur où les organes sexuels sont concentrés.
  1. La colonne au centre de la fleur est également presque unique. C’est une fusion de l’étamine, partie mâle, où le pollen est fabriqué, et du stigmate, partie femelle, qui reçoit le pollen. Sur la plupart des autres fleurs, ces deux organes sont séparés, mais ils sont plutôt regroupés en un seul organe chez les orchidées.
Abeille avec pollinie collée sur le dos.
Abeille tropicale avec une pollinie collée sur le dos. Photo: Mindy Lighthipe-Artiste
  1. Le pollen des orchidées n’est pas exposé librement sur l’anthère à l’extrémité de l’étamine comme chez la plupart des fleurs, mais est condensé en une masse dense et collante appelée pollinie. Lorsqu’un insecte visite une fleur d’orchidée, la pollinie est généralement collée à son corps et l’insecte la transporte ensuite jusqu’à la fleur d’une autre orchidée de la même espèce où elle est captée et peut alors féconder la fleur, conduisant à la production de graines.
Orchidées vanda aux racines épaisses.
Les orchidées épiphytes (ici, des vandas) ont généralement des racines épaisses recouvertes de velamen absorbant. Photo: plantedshack.com
  1. Les racines d’orchidées peuvent aussi être assez spéciales, en particulier dans le cas des orchidées épiphytes (celles qui poussent sur les arbres). Elles sont aériennes et s’étendent dans toutes les directions, se fixant finalement aux branches et à l’écorce dans la nature. Elles sont très épaisses et recouvertes d’un épiderme spongieux blanchâtre à brunâtre appelé velamen dont le rôle est d’absorber et de retenir l’humidité. Lorsqu’elles sont humidifiées, ces racines présentent souvent une coloration verdâtre due à la présence de chlorophylle et réalisent alors une certaine photosynthèse. En effet, certaines orchidées n’ont même pas de feuilles et réalisent la photosynthèse uniquement à travers leurs racines photosynthétiques.
Illustration d’orchidées sympodiales et monopodiales.
Monopodial et sympodial: les deux modes de croissance des orchidées. Photo: orquidealeza.blogspot.com
  1. Les orchidées sont classées en deux groupes. Celles qui poussent vers le haut à partir d’une seule tige, comme les Phalaenopsis et les Vanda, sont dites monopodiales (mono pour seul et pod pour pied). La majorité, cependant, poussent latéralement le long d’un rhizome rampant et éventuellement ramifié et sont dites sympodiales (sym pour plusieurs et pod pour pieds). Ce groupe comprend les genres CattleyaCymbidiumDendrobium et Oncidium. De nombreuses orchidées sympodiales tropicales produisent des tiges en forme de bulbe appelées pseudobulbes. Chaque pseudobulbe ne fleurit qu’une seule fois, puis est remplacé par d’autres pseudobulbes qui fleuriront à leur tour. Les pseudobulbes anciens, même sans feuilles, demeurent utiles pendant quelques années, servant de réservoir d’énergie et d’eau pour l’ensemble de la plante. Les orchidées monopodiales sont généralement multipliées par boutures de tige, à moins qu’elles ne produisent un keiki (bébé) qui peut être découpé et enraciné séparément. Les orchidées sympodiales sont principalement multipliées par division.

Voilà: les orchidées, autrefois rares et coûteuses, réservées aux élites, sont actuellement produites en masse et vendues à prix populaire, ce qui leur a permis de devenir une «plante de tous les jours». Mais cela ne veut pas dire qu’elles n’ont pas leurs petits secrets fascinants!

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

23 comments on “15 faits fascinants sur les orchidées

  1. Je suis émerveillé !

  2. Autre fait intéressant: Les orchidées sont dans le règne végétale, la famille de plantes qui serait la plus évoluée au niveau de la florescence.

  3. Quel bel article intéressant, bien documenté et vulgarisateur. Plantes fascinantes et magnifiques! Merci!

  4. À chaque lecture de vos articles , je me sens privilégiée ( et aussi un peu plus cultivée😅)
    Merci beaucoup Larry !
    Gratitude,
    Marie-Claude

  5. J’ai reçu 2 mini orchidées,il y en a une qui est seulement dans un très petit pot avec de la mousse, et l’autre dans un pot un peu plus grand avec mousse et ecorse de bois,est-ce que je dois les changer de pot et le mettre dans de l’écorce seulement pour pas les perdre ,.comme ça m’est déjà arrivé .
    Merci

  6. Superbe la photo de cette abeille tropicale!

  7. Juliette au balcon

    Encore un article fascinant !
    Superbes photos!

  8. Suzanne Bissonnette

    Encore une fois merci pour vos articles toujours si intéressants. Les sujets sont abordés sous un angle peu commun et tellement instructifs.

  9. Je n’ai qu’une chose à dire et la voici : WOW !!!

  10. Tous ces faits sont fascinants. Ils rendent encore plus passionnant l’observation des orchidées du Jardin botanique de Montréal :
    Orchidées en fleurs
    https://bit.ly/3brkfBo
    Merci pour vos explications !
    Claude Trudel

Répondre à lesespritsardents Annuler la réponse.

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :