Annuelles Multiplication des végétaux Plantes d'intérieur Truc du jour

De nouveaux pélargoniums à partir de boutures

Boutures de pélargonium enracinées dans des gobelets en plastique transparent.

Photo: mariakaynova, gardeningknowhow.com

Les pélargoniums, également appelés géraniums, sont des plantes de jardin populaires, cultivées principalement à l’extérieur comme annuelles. En effet, le très populaire pélargonium zonal ou géranium des jardins (Pelargonium × hortorum) est l’une des plantes à massif les plus largement cultivées au monde. Et on les cultive à l’intérieur aussi, surtout pendant les mois d’hiver.

Pélargoniums zonaux de différentes couleurs dans un grand pot blanc.
Un assortiment de pélargoniums zonaux (Pelargonium × hortorum). Photo: stokeseeds.co

Bien sûr, en plus du pélargonium zonal, il existe de nombreux autres pélargoniums, y compris les pélargoniums lierre (P. peltatum), les pélargoniums royaux (P. domesticum) et toute une série de pélargoniums à senteur, comme le pélargonium à senteur de rose (P. graveolens).

Très souvent, on démarre les pélargoniums à partir de semences, mais beaucoup de variétés ne sont pas fidèles au type, notamment les variétés patrimoniales, et il faut les multiplier par boutures de tige. Certains ont été multipliés de cette façon depuis des générations! 

Cela dit, les pélargoniums ne sont pas les plantes les plus faciles à bouturer et le taux de succès est habituellement relativement bas: 70%, 80%, etc. Il peut donc être intéressant de savoir comment leur donner les meilleures chances de survie possible et ainsi obtenir un maximum de plantes contre un minimum d’efforts.

💡 Conseil pratique: Quand vous bouturez des pélargoniums, préparez toujours quelques boutures supplémentaires pour compenser les tiges qui, finalement, pourriront plutôt que de s’enraciner: environ un tiers de plus que le nombre de boutures désiré. Si jamais elles s’enracinent toutes, vous pouvez sûrement trouver un autre jardinier prêt à prendre vos surplus!

On peut envoyer et recevoir des boutures de pélargonium par la poste? 

Il s’agit d’entourer l’extrémité de la bouture d’un morceau de papier essuie-tout légèrement humide et de recouvrir le papier de pellicule de plastique ou d’un papier d’aluminium pour qu’il tienne en place, laissant les feuilles à l’air libre. Ensuite, postez la bouture dans une petite boîte ou même tout simplement dans une enveloppe à bulle. Évidemment, il faut le faire à une saison où il n’y a pas de risque de gel ni de surchauffe et utiliser une méthode d’expédition qui prendra moins de 10 jours. Ainsi, vous pouvez envoyer les boutures de vos pélargoniums préférés à un ami de l’autre côté du pays… et obtenir de beaux petits spécimens en retour!

Mythes sur le bouturage de pélargonium

Les pélargoniums ont une très longue histoire en horticulture, beaucoup plus que la plupart des plantes ornementales que nous cultivons. Déjà en 1780, il y avait des pépinières en Angleterre qui se spécialisaient dans leur culture! Mon père cultivait des pélargoniums (sous le nom géranium) et probablement son père avant lui. Ainsi, il y a une très longue tradition derrière leur multiplication… et cela a donné un certain lot de croyances populaires qui ont toujours cours, mais qui sont en fait erronées.

Aucune de ces pratiques présentées ne nuit très sérieusement au bouturage de cette plante (les boutures s’enracineront probablement même si vous les mettez en pratique), mais pourquoi gaspiller des efforts sur des méthodes qui ne donnent pas de résultat probant?

Fausse croyance 1. Il faut laisser sécher l’extrémité de la bouture à l’air libre pendant 2 ou 3 jours avant de l’empoter.

Bien que cela ait été longtemps considéré comme la bonne méthode à appliquer (mon père l’a toujours fait, notamment), il s’avère que cette pratique ralentit l’enracinement et augmente également le risque de pourriture.

Boutures de pélargonium avec une longue tige, placées sur une table de bois.
Ces boutures sont juste un peu trop longues et peuvent être plus lentes à s’enraciner. Photo: Jardinage au 58 Nord

Fausse croyance 2. Les boutures de pélargonium doivent mesurer de 10 à 20 cm de long.

En fait, les tiges plus jeunes, d’environ 7,5 cm de long, s’enracinent plus facilement. Les parties plus anciennes deviennent ligneuses et moins réactives.

Plateau avec boutures de pélargonium à l'air libre et d'autres boutres scellées dans un sac de plastique transparent.
La plupart des boutures s’enracinent mieux lorsqu’elles sont recouvertes d’un dôme transparent ou d’un sac en plastique, mais le pélargonium fait exception à cette règle. Photo: gardenersworld.com

Fausse croyance 3. Il faut couvrir les boutures de pélargonium avec un dôme ou un sac en plastique transparent pour maintenir un niveau d’humidité élevé.

La plupart des autres boutures profitent en effet grandement d’une culture à l’étouffée pendant l’enracinement, mais pas les pélargoniums. Ils sont mal adaptés à l’atmosphère très humide qu’on y trouve et peuvent pourrir ou moisir.

Fausse croyance 4. En prélevant une bouture de tige de pélargonium, il faut faire la coupe à un angle de 45 °.

En fait, une coupe en ligne droite (à un angle de 90 °) est préférable: elle laisse la plus petite plaie possible, alors qu’une blessure est toujours une surface potentielle de pourriture. La différence est toutefois mineure: tout angle entre 45 et 90° est quand même acceptable.

Vous pouvez enraciner des pélargoniums dans l’eau, mais cette technique n’est pas recommandée. Photo: gardenerspath.com

Fausse croyance 5. On peut faire enraciner les boutures de pélargonium dans l’eau.

En fait, cette croyance n’est pas tout à fait fausse. Vous pouvez faire enraciner les boutures dans l’eau, mais, d’abord, cela ajoute une étape supplémentaire au bouturage, car vous devez de toute façon les replanter dans un pot par la suite.

Cependant, le vrai problème est que le taux de réussite des pélargoniums enracinés dans l’eau est plus faible que pour ceux bouturés dans du terreau et le risque de pourriture aussi est plus grand. De plus, lorsque vous mettez en pot les plantes bouturées dans l’eau, elles réagissent souvent mal au changement et prennent alors du temps à récupérer. Pourquoi alors réduire la chance de succès avec une technique moins performante quand il existe une méthode facile à appliquer qui donne de résultats concluants?

Le bouturage d’un pélargonium étape par étape

Voici ce qu’il faut faire pour réussir vos boutures de pélargonium:

💡 Conseil pratique: Les pélargoniums ne sont jamais complètement dormants, de sorte qu’on peut les bouturer à n’importe quelle saison. Cela dit, ils s’enracinent mieux sous une bonne chaleur et sous l’influence des jours longs, de sorte que le taux de réussite diminue considérablement pendant les mois d’hiver. Le meilleur moment pour les faire enraciner est donc entre le début du printemps et le début de l’automne.

1. Commencez par une plante adulte saine. Arrosez-la la veille du bouturage: vous voudrez que les tiges et les feuilles soient bien hydratées avant de commencer le bouturage. 

2. Préparez aussi un espace de travail et ayez les éléments suivants à portée de main:

  • Terreau pour plantes d’intérieur
  • Perlite ou sable (facultatif)
  • Arrosoir
  • Seau ou bol
  • Cuiller ou autre petit outil de plantation
  • Sécateur ou couteau tranchant
  • Alcool isopropylique (alcool à friction)
  • Stylo ou crayon
  • Hormone d’enracinement
  • Plateau étanche
  • Tapis chauffant pour semis (facultatif)
  • Pots

💡 Conseil pratique: les pots recyclés, les contenants de yogourt, les gobelets en plastique, etc. sont parfaits pour les boutures de pélargonium, mais ils doivent être propres. Les pots peuvent être individuels — un diamètre de 6,5 à 7,5 cm conviendra — ou encore, utilisez un pot ou plateau de plus grande dimension et bouturez plusieurs tiges ensemble, les espaçant de 5 cm environ. Si le récipient n’a pas de trou de drainage, percez-en un au fond.

3. Préparez le mélange de plantation. Un terreau commercial pour plantes d’intérieur conviendrait très bien, mais certains jardiniers trouvent que les boutures de pélargonium réussissent mieux dans un mélange plus aéré que d’habitude, alors n’hésitez pas à ajouter environ ¼ de perlite ou de sable au terreau de base.

Illustration. Seau rempli de terreau, un arrosoir jaune y verse de l'eau, une cuilleur brasse la terre.
Commencez par humidifier le terreau.

4. Versez du terreau dans un bol ou un seau propre, puis ajoutez de l’eau tiède et mélangez bien. Vous voudrez que le mélange soit légèrement humide, mais pas détrempé, de la texture d’une éponge essorée.

5. Préparez assez de pots pour le nombre de boutures que vous désirez produire, versant le terreau dans les pots. Nivelez-le avec la cuiller, en laissant un espace de 1,5 cm libre de terre sur le dessus pour faciliter l’arrosage plus tard.

6. Étudiez la plante mère pour décider quelles tiges prélever: il y a probablement plusieurs branches et chacune est une bouture potentielle. En effet, vous pouvez rabattre un pélargonium à un moignon de 2 cm et il repoussera! Vous constaterez que les boutures des jeunes tiges vertes s’enracineront mieux que les plus anciennes qui ont commencé à devenir ligneuses.

7. Avant de couper, essuyez votre sécateur ou couteau avec un chiffon imbibé d’alcool afin de le stériliser. Les pélargoniums sont très sujets aux virus et ils se transmettent facilement par outils contaminés.

💡 Conseil pratique

Tige de pélargonium avec des flèches pointant vers les nœuds des feuilles.
Photo: flowerpatchfarmhouse.com

Qu’est-ce qu’un nœud? C’est le point sur une tige où une feuille est, ou a déjà été, fixée. Chez la plupart des plantes, y compris les géraniums, c’est à partir de ce nœud que la plante produit non seulement de nouvelles pousses et fleurs, mais aussi des racines. Lorsque vous enterrez un nœud dans le terreau, il y a d’excellentes chances qu’il s’enracine.

Ciseaux faisant une coupe dans une tige de pélargonium juste au-dessus d’un nœud de feuille.
Prenez une bouture de tige, en faisant la coupe juste au-dessus d’un nœud de feuille. Photo: gardenerspath.com

8. Coupez la tige à une longueur d’environ 7 cm, en faisant la coupe juste au-dessus d’un nœud (joint de feuille) à un angle d’environ 90°. La bouture formera peu à peu un cal sur la blessure: cela fait partie de son effort de cicatrisation. Cependant, c’est aussi la raison pour laquelle il ne faut pas couper juste en dessous d’un nœud, car, en se formant, le tissu sec du cal peut engouffrer le nœud, ce qui l’empêchera alors de produire des racines..

9. Nettoyez l’outil de coupe à l’alcool pour la stériliser en vue du prélèvement suivant.

Bouture de pélargonium montrant où retirer la tige florale et les stipules.
Retirez toute tige florale ainsi que toutes les feuilles et stipules qui seront recouvertes de terreau. Photo: 101gardentips.com

10. Nettoyez la bouture, enlevez les tiges florales (vous voudrez que vos boutures concentrent leur énergie sur la formation de nouvelles racines, pas sur la floraison!), les feuilles jaunissantes ou endommagées, etc. Retirez également les stipules (minuscules folioles secondaires triangulaires) qui sont attachées aux nœuds.

Bouteille d’hormone d’enracinement à côté d’une bouture de pélargonium.
Appliquez une hormone d’enracinement. Photo: todayshomeowner.com

11. Appliquez un peu d’hormone d’enracinement sur la partie inférieure de la tige avec un coton-tige. Elle favorise un meilleur enracinement, surtout si deux nœuds ou plus seront recouverts de terreau. Curieusement, dans le cas des boutures très courtes, ayant un seul nœud qui sera couvert de terreau, l’enracinement procédera plus rapidement si vous n’appliquez pas d’hormone.

Main qui pince la pointe d’un pélargonium panaché.
Pincez l’extrémité de la bouture pour stimuler une meilleure ramification future. Photo: Vernon Geranium Nursery

12. Pincez la pointe de la bouture, c’est-à-dire supprimez le bourgeon à son extrémité. Vous pouvez le faire avec votre pouce et votre index ou un sécateur. Cela aidera à diriger l’énergie de la bouture à l’enracinement plutôt qu’au développement de la tige. De plus, le pinçage stimulera une meilleure ramification plus tard, donnant à la nouvelle plante une apparence plus dense et fournie et une floraison améliorée.

💡 Conseil pratique: alors que les jardiniers amateurs prennent traditionnellement des boutures à la fin de l’hiver (fin février et mars) afin d’avoir un approvisionnement abondant de pélargoniums pour le jardin estival, n’oubliez pas de prendre aussi des boutures à la fin de l’été ou au début de l’automne, boutures que vous conserverez à l’intérieur pendant l’hiver. Les boutures prennent moins de place à l’intérieur que les plantes matures — et sont plus faciles à nettoyer en vue de la rentrée! —, mais elles seront quand même suffisamment bien développées à la fin de l’automne pour offrir une floraison réconfortante sur votre rebord de fenêtre ensoleillée pendant l’hiver.

13. Percez un trou dans le terreau, au centre du pot, avec le stylo ou le crayon. N’utilisez pas votre doigt à cette fin, car il peut contaminer le terreau.

Illustration montrant comment insérer une bouture dans un pot de terre.
Insérez la bouture dans le pot de terreau humide. Photo: geraniumpage.com et netclipart.com

14. Insérez la bouture dans le trou, vous assurant qu’au moins un nœud sur la tige sera couvert de terreau.

15. Tassez légèrement le terreau autour de la tige pour que la bouture tienne debout, mais sans trop comprimer le substrat. 

16. Placez les pots sur un plateau (vous ne voudrez pas que l’eau dégoutte sur votre tapis, non?)

Jeunes boutures, pas encore fleuries, dans une petite serre.
Placez les boutures à un endroit chaud et bien éclairé. Photo: gardeningknowhow.com

17. Placez le plateau dans un endroit chaud et bien éclairé, probablement sur un rebord de fenêtre ou sous une lampe de culture. Évitez toutefois le plein soleil de l’après-midi pour l’instant. Une bonne chaleur constante est très bénéfique; ainsi, placer le plateau sur un tapis chauffant peut les aider à démarrer plus rapidement.

18. Ayez les boutures à l’œil et arrosez légèrement au besoin. Il ne faut pas qu’elles s’assèchent complètement.

19. Après 4 à 8 semaines, attendez-vous à voir apparaître une nouvelle pousse à partir du nœud supérieur et peut-être aussi ailleurs sur le jeune plant, signe que l’enracinement a réussi. Ou encore, vous remarquerez peut-être d’abord une racine blanche ou deux qui sort du trou de drainage. Une autre option pour voir si la bouture est bien enracinée consiste à essayer de tirer légèrement sur elle: si elle résiste, vous saurez qu’elle a commencé à produire des racines.

Bouture avec beaucoup de racines placée dans une main.
Bouture bien enracinée prête à être placée dans un pot plus grand. Photo: Vernon Geranium Nursery

20. Lorsque vos boutures seront bien enracinées, vous voudrez probablement rempoter celles que vous avez démarrées en pot ou plateau commun, chacune dans leur propre pot.

Trois fenêtres avec des plantes d’intérieur dont des pélargoniums, certains en fleur.
Souvent, les pélargoniums bouturés commencent déjà à fleurir en seulement 7 à 9 semaines. Photo: agardenforthehouse.com

21. Placez les boutures enracinées en plein soleil… et bientôt vous devriez commencer à voir les premières fleurs!

À partir de ce moment, il suffit de traiter vos pélargoniums comme des plantes adultes: les rempotant à mesure qu’ils grandissent, les déplaçant dans la plate-bande ou sur le balcon en été, les arrosant et fertilisant régulièrement, etc.

Tant que vous pouvez leur offrir du soleil et un arrosage routinier au moment où le terreau commence à sécher, vous trouverez les pélargoniums faciles à cultiver.

Espérons que toutes vos nouvelles boutures vous apporteront beaucoup de fleurs!

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

13 comments on “De nouveaux pélargoniums à partir de boutures

  1. dorisbruxelles

    Yep, parfait, comme d’habitude! Mais moi ça me démange: je vais commencer dès maintenant et je verrai bien ;o)

  2. Denise B.

    Enfin, je vais pouvoir régénérer mon pélargonium citronnelle. J’ai essayé tellement de fois de faire tiger dans l’eau
    sans succès et mes plantes -mères sont vieilles, en forme mais vieilles. Génial !
    Denise B. Québec, Qc

  3. Est-il préférable de faire de nouvelles boutures ou de garder nos vieux pélargonium de 4 ou 5 ans?

    • Un vieux pélargonium régulièrement taillée est très ramifié et difficile à battre. S’il est « tout croche », un jeune qu’on peut mieux former serait un meilleur choix.

  4. Viviane Haeberlé

    Je suis un peu traumatisée par la photo de la bouture bien enracinée.. jamais mes boutures n’ont montré autant de racines! Doit-on attendre que les mottes de nos boutures ressemblent à cette photo avant de les rempoter?

    • Notez que le pot utilisé était réellement très petit, ce qui concentre les racines plus que la normale. Non, il n’est pas nécessaire d’attendre une telle densité.

  5. Juliette au balcon

    Tellement complet et génial votre article! J’avais tendance à mettre mes boutures dans l’eau mais effectivement, ça ne fonctionne pas bien avec les géraniums. J’ai quand même réussi à multiplier un cultivar très florifère d’un beau rose Kennedy  qui fleurit presque toute l’année sur les rebords de fenêtres et au balcon, sauf en novembre et décembre.

  6. Jacques Mercier

    Je fais ces boutures depuis au moin 6 ans. Je prend toujours le plan bouturé à l’automne. J’ai toujours eu de bons résultats sauf cette année: mes 23 boutures sont mortes. Une seule a fonctionné. Est-ce qu’il y a une limite au bouturage (la bouture du plant qui était une bouture du plant de la bouture….etc)?
    Merci

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :