Couvre-sols Fines herbes Truc du jour Vivaces

Le gaillet odorant: plus qu’un couvre-sol

Le gaillet odorant est attrayant, à croissance rapide et facile à cultiver. Photo: vanberkumnurserycom

Nom botanique : Galium odoratum, syn. Asperula odorata 
Noms communs: gaillet odorant, aspérule odorante, petit muguet, reine-des-bois, herbe de la vierge, thé suisse ou belle-étoile
Famille: Rubiacées
Hauteur: 15-20 cm, rarement 30 cm
Étendue: presque illimitée
Espacement à la plantation : 25 cm
Exposition : mi-ombre, ombre. Aussi au soleil sous les climats frais.
Sol: tout sol d’acide à alcalin, de préférence humide.
Floraison: mai ou juin
Résistance au piétinement: nulle
Zones de rusticité: 3 à 8

Gaillets odorants avec fleurs blanches près d'une roche
Le gaillet odorant fleurit entre deux saisons: printemps et été. Photo: Hajotthu, Wikimedia Commons

Le gaillet odorant est un de mes couvre-sols préférés. J’aime la façon dont il forme un beau tapis égal même dans les secteurs les plus ombragés et reste vert jusqu’à l’arrivée des neiges. Pourtant, son utilisation comme plante tapissante ornementale est relativement récente. D’ailleurs, en jardinerie, on le trouve généralement non pas parmi les plantes couvre-sol, mais plutôt dans le rayon des fines herbes… ce qui doit mystifier certains acheteurs, car on l’utilise rarement comme plante aromatique de nos jours!

Cette plante est probablement encore plus connue sous le nom d’aspérule odorante, de son ancienne dénomination Asperula odorata, mais les taxonomistes le place maintenant dans le genre Galium. D’ailleurs, c’est en fait un retour aux sources pour ce nom, car c’est Linné qui lui donna à l’origine le nom Galium odoratum au 18e siècle. 

Maintenant que le nom G. odoratum semble largement accepté des botanistes, il serait peut-être sage que nous changions nos habitudes vernaculaires!

Carte montrant la distribution du gaillet odorant en Eurasie.
Distribution naturelle du gaillet odorant. Ill.::plantsoftheworldonline.org

Origine: Le gaillet odorant est une petite vivace des milieux ombragés ou humides, courant un peu partout en Eurasie tempérée de l’Espagne et l’Irlande jusqu’au Japon, et aussi présente en Algérie. On le trouve parfois échappé de la culture de façon bien locale aux États-Unis et au Canada. 

Le nom «gaillet» viendrait du grec gala (lait), d’après la croyance que certaines espèces de gaillet servait autrefois à cailler le lait.

La légende veut que Marie ait garni la crèche du bébé Jésus avec du gaillet odorant, d’où le surnom herbe à la vierge.

Illustration botanique d'un gaillet odorant, montrant ses différentes parties.
Chaque plante porte une tige, plusieurs verticilles de feuilles étroites et, en saison, un petit bouquet terminal de fleurs blanches. Elle joint d’autres par un rhizome rampant souterrain. Ill.: Flora Batava, Wikimedia Commons

Description : Le gaillet odorant est une petite plante toute simple. Une plante se compose d’une tige dressée, de plusieurs niveaux de feuilles étroites vert foncé verticillées (fixées sur la tige comme des rayons de roue) et, à la fin du printemps ou au début de l’été, selon le climat, d’un bouquet de petites fleurs blanches à 4 pétales légèrement parfumées. 

Du moins, c’est ce qu’on voit au-dessus du sol. Dans la terre, il se joint à toute une colonie d’autres plantes par une série de rhizomes qui courent à l’horizontale juste sous la surface. Ce sont ces rhizomes qui produisent ce tapis dense qui est son trait principal. 

Tapis de gaillet odorant après la floraison, avec seulement des feuilles.
Même sans fleurs, le gaillet odorant fait un très joli effet tapissant. littleprinceplants.com

La plante fait un tapis très dense et très égal, réellement très beau. D’ailleurs, il faut vraiment cultiver cette plante en masse pour en apprécier son apparence: même sans fleurs, un tapis de gaillets odorants est tout à fait charmant. 

Le feuillage est semi-persistant: sous les climats doux, il se maintient tout l’hiver. En climat froid, il perdure jusqu’aux neiges et repousse très tôt et très joliment au printemps. 

Les feuilles et, à un moindre degré, les fleurs, dégagent une odeur de foin fraîchement coupé quand on les froisse.

💰 Conseil économique

Pot de Gaillets odorants sans fleurs
Chaque pot contient plusieurs plantes. Photo: littleprinceplants.com

Comme chaque tige porte des racines à sa base, si vous achetez un pot de gaillets odorants avec plusieurs tiges, comme c’est habituellement le cas, vous avez déjà 5 à 10 plantes pour lancer toute une colonie! Divisez-les à la plantation et le coût de votre couvre-sol vient de baisser considérablement.

Culture : Préférez un emplacement mi-ombragé à ombragé, de préférence riche et humide, mais en fait, la plante s’adapte à presque tout, sauf aux endroits très secs où il peut entrer en dormance en plein été. On peut aussi le cultiver au plein soleil dans les régions aux étés relativement frais ou des emplacements au sol humide. C’est toutefois une plante de climat tempéré et n’est pas adaptée aux conditions tropicales.

Gaillets odorants avec fleurs blanches entre des roches
Le gaillet odorant remplit facilement et rapidement les espaces entre les pierres. Photo: paramountnursery.ca

Attention, cette plante court beaucoup et densément, formant un tapis de verdure qui peut avancer, tel un rouleau compresseur, de 45 cm ou plus par année quand les conditions sont bonnes. Il faut une barrière pour l’empêcher d’aller trop loin, mais pas nécessairement un mur de brique! Une simple bordure de gazon en plastique de 15 cm, qu’on laisse dépasser du sol de 2,5 cm, suffira. Si jamais vous le plantez sans barrière et qu’il «saute la clôture», il est heureusement facile à contrôler par le fauchage ou l’arrachage. Elle ne tolère pas la tonte basse (et donc n’envahit pas les gazons). Et il ne faut pas trop la déranger non plus: le piétinement et le sarclage mènent rapidement à sa perte.

Autrement que des arrosages en période de sécheresse, cette plante n’a besoin d’aucun entretien, même pas de fertilisation.

Une seule verticille de feuilles de gaillet odorant
Les feuilles poussent en verticille. Photo: needpix.com

Récolte : Pour les fins culinaires, aromatiques ou médicinales, on récolte habituellement le gaillet odorant pendant ou juste avant la floraison, quand son goût un peu amer et son arôme sont à leur plus intenses. Ne coupez pas des pans entiers au sol, car cela entravera la capacité de ce couvre-sol de faire de la photosynthèse, laissant des espaces vides pendant tout l’été dans votre tapis de verdure. Au lieu de cela, ne prélevez qu’une tige sur 4 ou 5. Alors l’effet de la récolte sera à peine perceptible et d’ailleurs, les plantes voisines encore intactes seront capable remplir le vide avec de nouvelles plantes issues de rhizomes très rapidement.

On peut utiliser le gaillet odorant frais ou séché, mais comme il noircit vite, il faut le sécher rapidement, normalement par petits paquets suspendus dans un emplacement aéré et à l’abri du soleil et de la pluie.

Multiplication : Par division au printemps ou à l’automne, ou par boutures de tiges après la floraison. Aussi par semences qui germent sans traitement spécial. Les graines portent de minuscules crochets et sont dispersées en collant à la fourrure des animaux.

Utilisations horticoles : C’est un excellent couvre-sol pour les milieux forestiers et ombragés, tolérant très bien l’ombre sèche au pied des arbres caducs. Le gaillet odorant est toutefois probablement trop envahissant pour les plates-bandes très ordonnées. 

Utilisations médicinales : L’odeur agréable de foin coupé que dégage le gaillet odorant vient de la coumarine qui a plusieurs propriétés médicinales. On l’utilise notamment dans les traitements antispasmodiques, cardiaques, diurétiques et sédatifs. 

Deux verres de Maitrank avec tranches d'orange et fleurs de gaillet odorant en arrière plan
Verres de Maitrank. Photo: ridremont.be

Utilisations culinaires : Le gaillet odorant peut s’employer frais ou séché pour parfumer des gâteaux, des biscuits, des gelées et aussi des boissons, alcoolisées ou non. Entre autres, on l’utilise pour aromatiser le vin blanc, une boisson apéritive populaire en Allemagne et certaines parties de la Belgique et du Luxembourg sous divers noms, dont Maitrank ou vin de mai, puisque c’est dans ce mois qu’on le prépare en faisant macérer des tiges dans le vin.

Autres utilisations : Autrefois, on utilisait le gaillet odorant pour bourrer les coussins et les matelas et également comme herbe à joncher, c’est-à-dire, à répandre sur les planchers en terre battue pour cacher les odeurs désagréables. En effet, malgré son nom, le gaillet odorant frais n’est pas tant odoriférant! C’est quand elle est séchée qu’elle dégage davantage son odeur de foin si agréable. Elle sert également à aromatiser les potpourris, les sachets et à protéger les vêtements des mites.

Gaillets odorants avec fleurs blanches formant un tapis autour de 2 hostas.
Le gaillet remplit joliment les espaces entre les vivaces et les arbustes sans nuire à leur croissance. Photo: Paul2032, garden.org

Associations : Le gaillet odorant est un superbe couvre-sol pour les petits bulbes du printemps, comme les scilles de Sibérie (Scilla siberica) et les crocus (Crocus spp.), car elle repousse juste au moment où leur floraison se termine, cachant leur feuillage jaunissant. Et elle met très bien les vivaces de hauteur moyenne à grande en valeur, les entourant sans les étouffer. Ou encore, libérez-la dans une forêt pour obtenir un fond de scène vert qui, de plus, absorbera sans peine les feuilles tombées. On peut également cultiver le gaillet odorant dans les interstices des sentiers et des terrasses. 

💡 Truc pratique: Le gaillet odorant a la réputation de bien pousser sous les noyers (Juglans spp.)réputés hostiles à beaucoup d’autres végétaux. 

Problèmes : Peu fréquents. Son odeur, que nous jugeons agréable, est en fait un répulsif naturel et repousse plusieurs insectes. Aussi, les mammifères herbivores, comme les cerfs, les lièvres et les lapins, ne semblent pas non plus l’apprécier.

Autres gaillets : Le genre Galium (gaillet) comprend plus de 700 plantes, mais attention, plusieurs sont des mauvaises herbes!

Où le trouver ? En saison, dans presque toutes les jardineries. Beaucoup de pépinières se spécialisant dans la vente par correspondance de vivaces, de couvre-sols ou de plants de fines herbes en offrent aussi.

______________________

Le gaillet odorant: un outil de plus pour l’aménagement à entretien réduit!

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

6 comments on “Le gaillet odorant: plus qu’un couvre-sol

  1. Guertin Tremblay

    Bonjour!
    Pensez-vous que cette plante peut « repousser » les tiques ?
    Merci!

    • Peu probable. Il vient d’Europe où les tiques sont beaucoup plus courants dans la forêt que chez nous. Et je ne vois rien sur le sujet sur Internet. Repousser des mites de vêtements avec une plante séchée très concentrée et des tiques dans la nature avec une plante plus diluée: ce n’est pas vraiment la même chose.

  2. Christine

    Bonjour, chaque année, je fais ma réserve de Maitrank grâce à cette plante. Le plus souvent avec un vin blanc luxembourgeois (Rivaner), mais parfois aussi avec un Pinot noir rosé. Les Fêtes du Maitrank se déroulent chaque année lors du quatrième week-end du mois de mai à Arlon (Belgique). Un énorme merci, Monsieur Hodgson, pour tous vos articles et ceux sur les sauges m’ont donné encore plus l’envie d’accroître ma collection. Belle journée et au plaisir de vous lire.

  3. Nathalie

    J’ai une petite question de novice. J’aimerais remplacer le gazon par des plantes couvre-sols sur une partie de mon terrain. Puisque la plupart des couvre-sols se propagent par les racines et non par des graines, est-ce que je peux mettre du paillis entre les plants, pour éviter que des mauvaises herbes viennent s’y installer en attendant que les couvre-sols se répandent? Ou si le paillis empêchera les plants de se propager?

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :