Annuelles Bisannuelles Truc du jour Vivaces

À la découverte des sauges

Exemples de différentes sauges. Dans le sens horaire à partir du coin supérieur gauche: Salvia officinalis, Salvia nemorosa ‘New Dimension’, Salvia guaranitica ‘Black and Blue’ et Salvia argentea, photos: White Flower Farm & Rotary Botanical Gardens

Peu de plantes peuvent se vanter d’offrir autant de variété que les sauges (Salvia spp.). Annuelles, bisannuelles et vivaces, même arbustes, rustiques ou gélives, presque inodores ou aromatiques, ornementales ou condimentaires, tout est là. On les cultive autant pour leurs belles fleurs voyantes que pour leur superbe feuillage, leur arôme séduisant et parfois leurs utilisations médicinales ou même hallucinogènes. Sans doute que vous avez déjà des sauges dans votre jardin… même si vous ne le saviez pas!

Portrait d’un vaste genre

Le genre Salvia est presque cosmopolite, avec des représentants sur tous les continents sauf l’Australie et l’Antarctique. Le nom vient du latin «salvere» (sauver), pour la sauge officinale (Salvia officinalis) qui possèdent des vertus médicinales. La plupart des espèces sont tropicales ou subtropicales — on les traite souvent comme annuelles en climat tempéré — mais il existe aussi des vivaces et des bisannuelles bien rustiques. 

Les sauges ont des fleurs à deux lèvres, souvent avec un calice de couleur contrastante. Ici la sauge interspécifique ‘Amistad’. Photo: fairweathers.co.uk.

Les Salvia, malgré leur grande variété de formes, ont plusieurs traits en commun. Comme les autres plantes de la famille des Lamiacées, elles ont des tiges quadrangulaires (c.-à-d. carrées en coupe transversale) et portent des fleurs à 2 lèvres, généralement en épis assez hauts. 

Un trait des plus originaux est que le calice de la fleur (son enveloppe extérieure), qui est vert chez la plupart des plantes, est souvent très coloré. D’autres encore ont des bractées colorées. Cela explique l’apparente longévité des fleurs des sauges: la véritable fleur tombe après une ou deux semaines, mais le calice ou la bractée colorée persiste, prolongeant l’impact de la floraison. 

Abeille visitant une fleur de sauge. Notez les étamines qui ont basculé pour poser du pollen sur son corps. Photo: Gideon Pisanty, Wikimedia Commons

Une curiosité des sauges est leur fleur «mobile»: les étamines agissent à la manière d’un levier. Quand un pollinisateur pénètre la fleur, le levier se trouve actionné et les étamines baissent subitement, collant le pollen sur le visiteur. Ce mécanisme semble généraliste, fonctionnant aussi bien sur les insectes de toutes sortes (abeilles, syrphes, coléoptères, etc.) que les oiseaux pollinisateurs. Les colibris sont généralement très friands des sauges.

La plupart ont un feuillage aromatique, souvent d’ailleurs agréablement parfumé. Pour certaines espèces, cependant, les opinions divergent quant à sa qualité. Il faut frotter le feuillage pour le sentir: si l’odeur d’une variété ne vous plaît pas, n’y touchez plus!

Avec autant d’espèces (près de 1000!), il est impossible de toutes vous les présenter ici. Voyons alors seulement les groupes principaux aux effets décoratifs ou utiles.

La sauge originale

Sauge officinale (Salvia officinalis). Photo: Amazon.com

Évidemment, il faudrait commencer avec la plante qui a donné son nom au genre Salvia, la célèbre sauge officinale (S. officinalis), habituellement appelée tout simplement sauge dans le langage de tous les jours. On pourrait que c’est la «mère de toutes les sauges».

«Qui a de la sauge dans son jardin, n’a pas besoin d’un médecin»
Dicton provençal

Elle a une longue histoire d’utilisation comme plante médicinale et servait à traiter une foule de maladies. Le nom sauge dérive d’ailleurs du nom que les Romains donnèrent à la plante, soit «salvia». Ainsi, elle est littéralement la «plante qui sauve».

La sauge était traditionnellement associée à l’immortalité et à la longévité. Au XVIIIe siècle, les gens fumaient même les feuilles de sauge à la manière d’une cigarette pour guérir le mal de gorge et l’asthme.

Fleurs de la sauge officinale (Salvia officinalis). Photo: plantsoftheworldonline.org

De nos jours, cependant, on considère davantage la sauge officinale comme une herbe aromatique. C’est un sous-arbrisseau très ornemental de 50 cm de hauteur par environ 60 cm de diamètre, avec un feuillage persistant joliment velouté, grisâtre et suavement parfumé au toucher. Elle produit des épis de petites fleurs violettes très décoratives et atteint alors jusqu’à 75 cm de hauteur. Par contre, la sauge ne fleurit fidèlement qu’à partir de la deuxième année de culture. 

Il lui faut le plein soleil et un sol bien drainé, plutôt pauvre. Elle tolère très bien la sécheresse une fois bien établie. Solidement rustique dans les jardins européens, elle n’est pas aussi fiable au Canada. Adaptées aux zones de rusticité 5 à 9, il vaut toujours mieux la protéger d’un épais paillis l’hiver.  

Sauge officinale tricolore (Salvia officinalis ‘Tricolor’). Photo: letsgoplanting.co.uk

Ses cultivars à feuillage plus colorés, comme ‘Purpurascens’ (gris pourpré), ‘Tricolor’ (gris-vert, blanc et rose), ‘Berggarten’ (feuilles grisâtres arrondies) et ‘Aurea’ (vert tendre ourlé de jaune) sont encore moins rustiques que l’espèce et doivent normalement hiverner dans la maison au Canada. 

On peut récolter les feuilles de sauge, utilisées dans les soupes et les sauces, ainsi qu’avec les viandes, etc., en toute saison. 

Les sauges annuelles 

Mais toutes les sauges ne sont pas des fines herbes ou des plantes médicinales: plusieurs sauges populaires sont utilisées plutôt comme plantes ornementales. C’est notamment le cas des sauges annuelles.

La sauge éclatante (Salvia splendens) fut longtemps la sauge des jardins ornementaux. Photo: personal.psu.edu

Il n’y a pas si longtemps, la seule sauge annuelle connue de la plupart des jardiniers était la sauge éclatanteS. splendens, qu’on appelait d’ailleurs tout simplement salvia. L’espèce botanique est une grande plante de 1,2 m (même 8 m dans son milieu naturel, les jungles du Brésil!), mais les cultivars modernes sont généralement plus compacts, certains mesurant seulement 20 cm. C’est en fait une vivace tropicale, mais cultivée comme annuelle en région tempérée.

La série naine de sauges ‘Sizzler’ offre une vaste gamme de couleurs. Photo: Kings Seeds

Les feuilles larges et dentées, vert très sombre, mettent en valeur un épi dense et large de fleurs tubulaires qui sont rouge flamboyant chez l’espèce et de diverses teintes de rouge, rose, blanc, pourpre et orange saumoné chez les cultivars. Habituellement, le calice persistant est de la même couleur que la fleur, mais parfois il est de couleur contrastante, comme chez ‘Sangria’ (fleurs rouges, calice vert lime). Parmi les séries les plus populaires nous retrouvons ‘Sizzler’ et ‘Salsa’, deux lignées naines (environ 40 cm de hauteur) offrant une gamme complète de couleurs.

 Sauge écarlate (Salvia coccinea) ‘Lady in Red’. Photo: Beds and Borders

La sauge écarlate (S. coccinea) a un port nettement plus aéré que la sauge éclatante, avec des fleurs plus petites réunies en verticilles bien séparés sur l’épi, ce qui lui confère une allure étagée. Cette plante est annuelle et meurt à la fin de la saison.

La série Summer Jewel de sauge écarlate. Photo: Park Seed

La fleur à lèvre inférieure bien développée est rouge, rose, blanche ou bicolore; le calice habituellement vert. Les feuilles triangulaires sont vert moyen. La plupart des cultivars mesurent entre 30 et 60 cm de hauteur par 20 à 25 cm de diamètre. Le cultivar classique est ‘Lady in Red’, aux fleurs rouge écarlate, mais il y en a beaucoup d’autres, dont la série Summer Jewel de 35 à 50 cm offrant quatre couleurs, ‘Summer Jewel Lavender’ (lavande), ‘Summer Jewel Pink’ (rose), ‘Summer Jewel White’ (blanc) et ‘Summer Jewel Red’ (rouge), chaque variété étant une gagnante Sélections All-America.

La très populaire sauge farineuse (Salvia farinacea) ‘Victoria’. Photo: Benary

La sauge farineuse (S. farinacea) est ainsi appelée parce que le calice bleu ou blanc de la fleur semble légèrement poudrée de farine, un effet qui met en valeur les petites fleurs violettes, bleues ou blanches portées sur l’épi étroit. Les feuilles lancéolées sont gris-vert. Dimensions: 30 à 60 cm × 20 à 25 cm. Si vous voulez essayer de la conserver d’une année à l’autre, vous pouvez la rentrer pour l’hiver et l’utiliser comme plante d’intérieur. 

S. farinacea ‘Victoria’, bleu-violet, 45 à 50 cm de hauteur, est le cultivar le plus populaire, mais il existe de nombreuses autres variétés, incluant plusieurs séries offrant un mélange de coloris dans la gamme des violets, bleus, blancs et bicolores, comme Cathedral (30 à 45 cm) et Unplugged (45 à 60 cm). 

La sauge ‘Indigo Spires’ est un exemple du nombre croissant de sauges interspécifiques. Photo: Les Exceptionnelles

Il existe aussi un nombre croissant de sauges interspécifiques qui sont vendues en pépinière comme sauges ornementales annuelles. Elles résultent de croisements entre deux espèces de sauges différentes (le sens du mot «interspécifique») et partagent alors les traits de leurs parents. Inévitablement, ces sauges sont stériles, ne produisant pas de semences viables, et sont alors reproduites par multiplication végétative (bouturage ou culture in vitro). On peut les conserver à l’intérieur l’hiver pour une deuxième saison de couleur l’été suivant si l’on ne tient pas à acheter de nouvelles plantes chaque printemps.

Un groupe de ces sauges interspécifiques est celui qui comprend les croisements entre la sauge farineuse (décrite ci-dessus) et S. longispicata. Elle donne une plante plus haute et à floraison très durable dans la même gamme de couleurs que la sauge farineuse: divers bleus et violets. De cette catégorie, les plus populaires sont S. × ‘Indigo Spires’, aux épis de petites fleurs denses de couleur violette (45 à 90 cm × 60 à 90 cm) et S. × Mystic Spires Improved (‘Balsalmispim’), aux fleurs bleu foncé intense (60 à 90 cm × 60 à 90 cm), gagnante d’un prix Les Exceptionnelles en 2018. Comme mentionné, il faut multiplier ses plantes végétativement.

Sauge interspécifique Rockin’ Fuchsia. Photo: Proven Winners

Un autre exemple de sauge interspécifique est celui de la série S. × Rockin’ (Rockin’ Fuchsia, Rockin’ Deep Purple, etc.) qui semble être, d’après l’apparence des calices noirâtres des fleurs, un hybride impliquant la sauge guarani (décrite plus dans la deuxième partie de cet article). Par contre, les hybrideurs gardent le plus grand secret sur ses origines! Les plantes aux larges feuilles luisantes et aux épis dressés atteignent 60 à 90 cm × 60 à 75 cm et fleurissent tout l’été. Encore, les sauges S. × Rockin’ sont des plantes stériles reproduites par bouturage.

Il y a beaucoup d’autres sauges interspécifiques.

Chez la sauge hormin (Salvia viridis), les petites fleurs blanches sont insignifiantes, mais les bractées au-dessus sont très colorées. Ici, la série ‘Marble Arch’. Photo: Amazon.com.

La sauge hormin (S. viridis, syn. S. horminum) vient de la région méditerranéenne et du Moyen-Orient. C’est une véritable annuelle (elle meurt à la fin de la saison, peu importe le climat). Elle est à croissance très rapide, alors on la sème directement au jardin tôt au printemps ou même l’automne précédent (les graines sont résistantes aux froids extrêmes). On peut aussi la semer à l’intérieur 4 semaines avant le dernier gel pour assurer une floraison plus hâtive.

La sauge hormin est très différente des autres sauges annuelles présentées ici. Chez cette plante curieuse, les fleurs blanches sont petites et insignifiantes, mais les feuilles supérieures, appelées bractées, changent de couleur à la floraison et deviennent alors son attrait principal. Elles sont habituellement pourpres, rouges, roses ou blanches, souvent avec des nervures contrastantes. La tige sèche bien et se conserve plusieurs années dans les arrangements. 

C’est la seule sauge annuelle couramment cultivée qui se ressème dans les régions tempérées. S. viridis ‘Marble Arch’ (60 cm), offerte en mélange et en couleurs séparées, est la lignée la plus connue.

À l’exception de la sauge hormin, rarement offerte en jardinerie autrement que sous forme de sachets de semences, les sauges annuelles sont facilement disponibles en caissette au printemps partout où l’on vend des annuelles. On peut aussi semer soi-même les graines des variétés offertes en sachet dans la maison 6 à 8 semaines avant le dernier gel (10 à 12 semaines avant le dernier gel pour la sauge farineuse, à croissance plus lente). Ne couvrez pas les graines de terreau, mais pressez-les seulement dans le substrat: elles ont besoin de lumière pour germer. 

En plate-bande, toutes ces sauges aiment le soleil et tolèrent une ombre légère. Elles préfèrent les sols riches à moyennement riches avec une humidité moyenne ou des sols plutôt secs, sauf la sauge éclatante qui tolère moins la sécheresse. La sauge hormin, faisant toujours l’exception à la règle, pousse mieux dans un sol pauvre et même sec. 

Les sauges vivaces 

Dans le vaste genre des sauges, il y a aussi des plantes herbacées pérennes adaptées aux climats tempérés: des vivaces, quoi! D’ailleurs, certaines sont très populaires dans nos plates-bandes.

Sauge des bois ‘Ostfriesland’ (Salvia nemorosa ‘Ostfriesland’). Photo: hauenstein-rafz.ch

La plus courante des sauges de ce groupe est la sauge des bois, souvent appelée tout simplement sauge vivace. Il s’agit en fait de trois espèces très similaires — la véritable sauge des bois (S. nemorosa) et deux espèces hybrides: S. × superba et S. × sylvestris. Elles sont tellement similaires que même un botaniste aurait de la difficulté à les distinguer! D’ailleurs, S. nemorosa, appelé la sauge des bois même si, dans son aire naturelle en Europe et Asie, on la trouve habituellement dans les prés ou, à la limite, seulement à l’orée des bois, serait parmi les parents des deux autres espèces. 

La sauge superbe forme une touffe dense d’environ 45 cm de diamètre, composée de nombreuses tiges dressées portant des feuilles vert moyen plutôt lancéolées. Elles sont aromatiques si on les froisse (certaines personnes aiment l’odeur, d’autres pas). Les tiges sont coiffées de minces épis floraux chargés de fleurs minuscules. Les fleurs se présentent surtout dans les teintes particulièrement vives de bleu et de violet, mais il existe aussi des cultivars à fleurs rouges, roses, blanches et bicolores. Le calice est habituellement de couleur similaire aux fleurs. Les plantes fleurissent très longtemps, de juin à août, et refleuriront à l’automne si on les rabat après la première floraison. Zones de rusticité 4 à 8.

Il existe des dizaines de cultivars de sauge vivace, dont S. nemorosa ‘Ostfriesland’ (‘East Friesland’) de 75 cm aux fleurs violet foncé et aux calices roses à pourpres. Un tuteur est parfois nécessaire pour ce cultivar et d’autres de taille similaire. S. nemorosa ‘Caradonna’ est similaire à ‘Ostfriesland’, mais ses tiges plus robustes de 60-75 cm sont de couleur pourpre foncé, ce qui met les fleurs bleu violet vif en valeur.

S. × sylvestris‘Mainacht’ (‘May Night’) de 60 cm, aux fleurs violettes et aux bractées presque noires, a été nommé Vivace de l’année 1997 par la Perennial Plant Association. Photo: plantersbarn.ca

Il y a une profusion de variétés plus récentes dans cette catégorie, dont la série Color Spires qui offre toute la gamme des couleurs sur des plantes de taille moyenne (45-50 cm).

Sauge des bois naine (Salvia nemorosa)‘Profusion Pink’. Photo: Proven Winners

Parmi les variétés naines, S. × sylvestris ‘Blauhügel’ (‘Blue Hill’), à fleurs bleu-violet, et sa variante à fleurs blanches, S. × sylvestris ‘Schneehügel’ (‘Snow Hill’) sont justement populaires. Elles atteignent environ 40 à 50 cm de hauteur et n’ont jamais besoin de tuteur. S. nemorosa ‘Marcus’, encore plus court (30 cm), à fleurs bleu violet très foncé est également couramment offert alors que la série naine Profusion (35 à 40 cm) offre toute la gamme des couleurs: bleus, violets, roses, rouges, blancs, etc. 

Sauge des prés (Salvia pratensis). Photo: Wolfgang Stuppy, RBG

La sauge des prés (S. pratensis), d’Eurasie et du nord de l’Afrique, devient de plus en plus populaire dans nos jardins. Ses fleurs, marquées surtout par une longue lèvre supérieure très arquée, sont plus grosses que celles de la plupart des autres sauges vivaces et viennent dans différentes teintes de bleu, violet, rose, rouge et blanc. Les grandes feuilles, surtout concentrées dans la rosette au pied de la plante et à la base de la tige, sont en forme de cœur allongée. Un peu dentées et ondulées sur le bord, elles sont légèrement aromatiques. 

Sauge des prés (Salvia pratensis) Fashionista® ‘Moulin Rouge’. Photo: White Flower Farm

La forme sauvage peut atteindre 1 à 1,5 m de hauteur, mais la plupart des cultivars sont plus petites. ‘Indigo’ (bleu violet foncé, 75 cm) et ‘Rosea’ (rose moyen, 75 cm) sont populaires. La série Fashionista® (‘Lipstick’, ‘Moulin Rouge’, ‘Ballerina Pink’, etc.) est encore plus compacte: 55 à 60 cm de hauteur. Zones de rusticité 4 à 8. 

Sauge verticillée (S. verticillata) ‘Purple Rain’. Photo: pflanzenheld.de

La sauge verticillée (S. verticillata) est moins connue que la sauge des bois, mais tout aussi intéressante. Ses feuilles duveteuses et aromatiques sont coiffées d’épis dressés de fleurs violettes. Les fleurs sont regroupées en verticilles globulaires bien espacés sur une tige bordeaux, donnant un effet de pagode. Elles sont de couleur violette, tout comme les calices: ainsi, même quand les fleurs tombent, la «floraison» continue! Comme chez la sauge des bois, si l’on supprime les épis fanés, la plante refleurira à l’automne. L’espèce, de 90 cm, peut necésiter un tuteur. Le cultivar ‘Purple Rain’, de 60 cm × 45 cm, aux tiges plus solides et aux feuilles de couleur vert lumineux, est la plus populaire des sauges verticillées. Zones de rusticité 3 à 8.

Sauge russe (Salvia yangii). Photo: landscaping-gardendesign-paving-construction-surrey-london.co.uk

La sauge russe porte le nom «sauge» depuis longtemps, mais fut depuis longtemps identifiée par le nom botanique Perovskia atriplicifolia, donc, n’était par classée parmi les sauges (genre Salvia). Eh bien, elle est maintenant devenue une «véritable sauge», s’appelant désormais S. yangii, un changement taxonomique datant de 2017. La plante a le port d’allure assez arbustive, mais un comportement de vivace, car elle meurt au sol tous les ans. 

Gros plan des fleurs de la sauge russe. Photo: Rational Observer, Wikimedia Commons

Les tiges blanc argenté poussent vers le haut et l’extérieur, ce qui donne un port évasé. Les feuilles aromatiques sont gris-vert et très découpées, ce qui est inhabituel chez les sauges (la plupart ont des feuilles entières). À la mi-été, la plante se couvre de petites fleurs tubulaires bleu-violet aux calices duveteux. L’effet d’ensemble des deux donne une coloration violet pâle argenté des plus agréables. Dimensions: 60-120 cm × 60-90 cm. 

Cultivez la sauge russe (qui, en fait, ne vient pas de la Russie, mais des steppes de l’Asie centrale, de l’Afghanistan à la Chine) au plein soleil. Elle tolère difficilement la moindre ombre, se penchant toujours vers le soleil le plus intense. Il lui faut un sol bien drainé, même pauvre, et plutôt sec. Zones de rusticité: 3 à 8. 

La forme sauvage de la sauge à feuilles de lyre (Salvia lyrata) est rarement cultivée. On la considère plutôt comme une mauvaise herbe. Photo: ukrbin.com

La sauge à feuilles de lyre (S. lyrata), native du centre des États-Unis, est peu cultivée sous sa forme normale, car on la considère comme non seulement peu attrayante, mais aussi très envahissante. Elle a cependant donné plusieurs cultivars à feuillage pourpre qui sont populaires. 

Chez la sauge à feuilles de lyre (Salvia lyrata), ce sont les cultivars à feuillage pourpre foncé, comme ‘Purple Knockout’, qui sont habituellement cultivés. Photo: Crysta Guzman, txsmartscape.com

Les cultivars forment une rosette assez aplatie de feuilles en forme de violon qui sont vert foncé au printemps et pourpre foncé luisant à partir de la mi-été. Ces feuilles colorées constituent leur attrait principal. Les minces tiges florales dressées, pourpres aussi, portent de petites fleurs violettes ou blanches relativement insignifiantes. 

Les différents cultivars, comme ‘Purple Volcano’, ‘Purple Prince’, ‘Purple Knockout’, etc. se ressemblent au point où il n’est pas important de les distinguer: toute sauge à feuilles de lyre pourpre satisfera vos attentes. 

Dimensions: 20 à 25 cm × 25 cm. Zones de rusticité 4 à 9. 

⚠️ Attention: cette sauge se ressème parfois trop abondamment et peut envahir les gazons à proximité! our la garder sous contrôle, supprimez les tiges florales avant la montée.

La sauge glutineuse (Salvia glutinosa) est la meilleure sauge pour les emplacements ombragés. Photo: ukrbin.com

La sauge glutineuse (S. glutinosa) ressort de la foule par ses fleurs jaune pâle, sa floraison tardive et sa grande tolérance à l’ombre. C’est une plante de sous-bois à floraison automnale (septembre à novembre) de 60 à 90 cm × 45 à 90 cm et convient aux zones de rusticité 3 à 8. 

Je donne d’autres détails sur cette plante et quelques autres espèces tolérantes de l’ombre dans l’article La sauge qui fleurit à l’ombre

Les sauges vivaces sont de culture facile. Elles ont besoin de soleil ou d’une ombre légère, sauf la sauge glutineuse, une plante de sous-bois. Toutes préfèrent un sol plutôt pauvre et sec; les sols lourds ou détrempés sont à éviter. On peut multiplier certaines lignées par semences, mais en général on utilise les boutures de tige ou la division pour les sauges vivaces, car elles sont rarement fidèles au type par semences. La sauge glutineuse et les variétés pourpres de la sauge à feuilles de lyre, par contre, se multiplient facilement à partir de semences.

Les sauges bisannuelles 

Les sauges bisannuelles ont deux stades de croissance très différents: la première année, elles forment une rosette large et aplatie, attrayante par son feuillage. La deuxième année, elles poussent davantage en hauteur et la floraison prime. La plante meurt après la production de graines, donc à l’automne de la deuxième année, et le cycle recommence: il suffit de récolter les semences avant l’hiver et de les ressemer au printemps.

La sauge argentée (Salvia argentea) est surtout cultivée pour la belle rosette de grandes feuilles qu’elle forme la première année. Photo: moldimluxv.com

La plus connue des sauges bisannuelles ornementales est sans doute la sauge argentée (S. argentea). La première année, elle forme une rosette d’environ 25 cm de hauteur et 60 cm de diamètre composée de paires de grandes feuilles triangulaires et dentées, fortement couvertes de poils blancs. Les nouvelles feuilles paraissent blanc pur, mais deviennent plutôt gris argenté à maturité. La deuxième année, la plante monte en hauteur de 60 à 90 cm, avec des feuilles plus petites et plus espacées portées sur une tige bien ramifiée. Les fleurs blanches ou blanches et mauves se succèdent de juin à septembre. 

Sauge argentée en fleurs la deuxième année. Photo: plantmaster.com

Malgré cette belle floraison, beaucoup de jardiniers croient à tort que cette plante est une annuelle et l’arrachent à la fin de la première saison pour en ressemer d’autres au printemps suivant. Il est bien plus logique de laisser la plante hiverner. Au printemps, si vous voulez empêcher la floraison et maintenir uniquement une belle rosette basse, coupez la tige florale dès qu’elle apparaît. Cela forcera la plante à produire une ou deux nouvelles rosettes supplémentaires et repoussera la floraison à l’année suivante. D’ailleurs, si vous coupez toujours la tige florale, vous pouvez convertir cette bisannuelle en une vivace… du moins, pendant 3 à 5 ans. Éventuellement, toutefois, la plante finit par disparaître: il y a une limite à pousser une plante à dépasser ses limites normales! Zones de rusticité 3 à 9.

La sauge d’Éthiopie (S. aethiopis) est similaire à la sauge argentée, mais aux feuilles plus profondément dentées. Photo: botanische-spaziergaenge.at

La sauge d’Éthiopie (Salvia aethiopis), qui, en fait, ne vient pas d’Éthiopie, mais de l’Europe et de l’Asie centrale, est très semblable à la sauge argentée par son apparence générale et les dimensions de sa rosette, sauf que ses feuilles, plus arrondies et plus profondément dentées, sont peut-être un peu moins duveteuses, plutôt grises qu’argentées. La deuxième année, si on la laisse fleurir, elle produit des tiges de 60 à 120 cm de fleurs blanches parfois teintées de jaune pâle. Zones de rusticité 3 à 9. 

⚠️ Attention: cette sauge peut devenir une mauvaise herbe dans les climats arides! Pour la garder sous contrôle, supprimez les tiges florales avant la montée.

Autres sauges

Il existe encore beaucoup d’autres sauges de grand intérêt pour nos jardins: sauges mexicaines, sauges médicinales, sauges aromatiques et même une sauge céréalière. Pour en apprendre plus sur ces plantes fascinantes, lisez la suite de cet article dans le blogue À la découverte des sauges (2e partie).

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

18 comments on “À la découverte des sauges

  1. Linda Pilon

    Vraiment très intéressant!
    Pour ma part, j’achète des plants de Salvia Rockin’ Deep Purple a chaque année et j’ai eu droit à un semis spontané l’été dernier.

  2. Dominique

    Quel article passionnant !
    J’ai longtemps hésité à planter ces belles dans ma terre lourde et finalement je me suis décidée et j’en ai planté plusieurs, en pot ou en terre .
    Je les aime toutes mais mes préférées sont salvia amistad (qui se bouture avec une facilité déconcertante )et salvia uliginosa d’un bleu incroyable !(je n’ai pas encore essayé les boutures )
    A demain pour la suite !

  3. Monique D. Boulay

    J’aime beaucoup les sauges, cependant les limaces aussi les aiment. J’aimerais bien un jour découvrir un moyen d’éradiquer ces bestioles, car elles se délectent trop des mes fleurs.

  4. Thérèse Houde

    Il paraît que les abeilles aiment bien la sauge

  5. Très intéressant. Les sauges se plaisent bien dans mon sol drainé. Merci pour cet article qui m’en apprend toujours plus. J’aimerais avoir votre recul sur les sauges dites bien rustiques. Au plaisir de vous lire.
    Pascale

  6. Moi, je suis bien content de vous revoir assoupi dans votre chaise. On dirait que la photo est encore meilleure qu’avant!
    👍🏼

  7. Ping : À la découverte des sauges (2e partie) – Jardinier paresseux

  8. Je ne pensais pas qu’il y en avait autant!
    J’ai de l’officielle pourpre, et une sauge d’ornement qui résiste au gel c’est tout ce que j’en sais, je chercherai un jour si j’ai préserver l’étiquette mais j’en doute 😅

  9. officinale*
    préservé*
    🙄

  10. Denise Gilbert. Quebec

    J’ai planter un plan de sauge n’émergea il y a trois ans et il a envahi toute ma plante bande de fleurs,il a de gros rhizomes qui fait mourrir mes autres plantes. Comment éliminer cette plante?

  11. Suzanne Trudeau

    Nous avons acheté une barquette de laitues variées. Quelle ne fut pas notre surprise de voir pousser un plus gros plant, vert et rouge au goût très puissant, à grandes feuilles bosselées. Même les animaux qui bouffent notre potager n’En veulent pas.
    Selon mon application, ce qui se rapproche le plus est Salvia lyrata. Cependant la nôtre n’est pas uniquement rouge. Qu’est-ce que cela peut-être?

Répondre à Jardinier paresseux Annuler la réponse.

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :