Une arche de Noé dans ma cour

Par défaut

Illustration: Jean Morin Illustration

Pendant presque 25 ans, j’ai eu le plaisir d’écrire le mot de la fin du défunt magazine de jardinage québécois Fleurs, plantes et jardins. Je suis récemment tombé sur un de ces textes (le billet du numéro d’automne 2008) et j’ai pensé le ressusciter ici comme article de blogue pour les nostalgiques de la revue. Je ne sais même pas si j’ai légalement le droit de le réutiliser. Probablement pas. Mais je tente ma chance! Si je finis ma vie en prison, au moins cela aurait été pour une bonne cause!

Larry Hodgson
Le jardinier paresseux

Une arche de Noé dans ma cour

Je suis nul en aménagement paysager. Vraiment nul. J’ai beau apprendre par cœur toutes les règles de l’art — penser harmonie des couleurs et marier les structures — je n’arrive pas à les suivre. C’est que, voyez-vous, je suis d’abord et avant tout un collectionneur. Comme un philatéliste qui tient à avoir tous les timbres-poste du monde ou un numismate qui a un exemplaire de chaque pièce de monnaie jamais produite, je veux posséder un exemplaire de chaque plante du monde. Celles que je ne peux cultiver dans mon jardin extérieur, je les ai dans ma maison. Comment voulez-vous faire un beau jardin avec ça? 

N’oubliez pas qu’il y a quelque 350 000 espèces végétales sur cette planète. Je pense que j’en ai environ 331 231 sur mon terrain actuellement. Disons que l’espace commence à manquer. 

Mes intentions étaient toutefois bonnes. Sous la jungle de végétation disparate qui recouvre mon terrain, il y a de solides sentiers qui sillonnent joliment des ornements de jardin, même une maison relativement coquette… Sauf qu’on ne voit rien de cela. L’autre jour, je me suis égaré dans ce fouillis en rentrant après une conférence et la Sûreté du Québec ne m’a retrouvé que trois jours plus tard. Heureusement, je n’ai manqué de rien, car je mélange librement légumes et arbres fruitiers parmi les plantes ornementales, ce qui fait qu’il y a toujours de quoi manger sur mon terrain.

Manie quand tu nous tiens 

J’ai déjà essayé de me guérir. J’ai suivi un jour un cours intensif d’aménagement paysager avec John Brookes, le célèbre architecte paysager anglais, l’un des plus réputés au monde. J’ai appris à faire un plan, à respecter les proportions et même à limiter le choix des végétaux. Pourtant, le premier plan que j’ai présenté au maitre, il l’a trouvé «un peu chargé». Je lui ai donc présenté un plan tout neuf. Même remarque. Exaspéré devant mes efforts d’inclure dans mon projet toutes mes plantes ou à tout le moins mes 1 700 plantes préférées, M. Brookes m’a finalement dit: «Écoutez, vous êtes censé préparer le plan d’un terrain privé, pas celui d’un jardin botanique!»

Merci M. Brookes! Car jusqu’à ce moment, je pensais que je voulais apprendre à créer un bel aménagement chez moi mais, en fait, cela ne m’intéressait nullement. Il avait raison, je voulais créer un jardin botanique et vivre dedans. 

Depuis, je n’essaie même plus de me contrôler. Je reviens de mes escapades l’auto remplie de plantes disparates que j’insère, tant bien que mal, dans ma jungle. C’est un fouillis, c’est vrai, mais quel merveilleux fouillis! 

20 réflexions sur “Une arche de Noé dans ma cour

  1. Hello le paresseux,

    331 231 ! 😲

    On veut des photos, ou même, une vidéo ! et ce à différentes periodes de floraison ^^

    Non mais ca doit être magnifique, quand je serai grand, je ferai ça ! (peu de chance, j’ai déjà 41 ans…)

    Willy

  2. dorisbruxelles

    Génial! Et le directeur de la prison sera ravi de vous voir arriver: en 2 jours vous réussirez à le persuader de créer un potager. Le seul problème c’est qu’il risque de vous garder…

  3. Bruno Cossette

    Je fais la même chose, je suis pareil. Toujours plus de de plantes dans mon jardin. pour moi, je pense que c’est une maladie dont je ne guérirai pas.

  4. Juliette au balcon

    Quelle bonne idée d’avoir ressuscité cet article drôle mais je vous rassure: vous n’êtes pas tout seul dans votre genre! Par exemple, J’ai la fâcheuse tendance à ne pas me contenter d’une fougère, je veux posséder un exemplaire de chaque fougère disponible dans les jardineries! Idem pour les Phalaenopsis: il m’en faut une de toutes les couleurs et comme vous le savez, la gamme est vaste! Le problème, c’est que je n’ai pas de jardin, ni de cour, juste un balcon et quelques rebords de fenêtres bien éclairés. L’été, il y a tant de plantes et de fleurs au balcon, que j’ai du mal à y circuler. À cette fâcheuse tendance, s’ajoute celle de vouloir faire des bébés de mes plantes préférées! Vous dire la joie que j’ai de voir des petites pousses vertes émerger de terre!

    Mais j’ai réglé en partie mon problème en devenant guide bénévole au Jardin botanique de Montréal. Et j’attends impatiemment sa réouverture complète.

  5. Claude Desautels

    C’est bien vrai ! Quelle a été notre déception lorsque nous sommes rapidement passés en face de chez vous ! Nous nous sommes convaincus que nous avions la mauvaise adresse. La surprise est que nous ne savions pas qu’il y en avait autant à l’intérieur. Votre conjointe sera canonisée…

  6. Cynthia

    Aha, ha, ha. Cet article d’aujourd’hui m’a bien fait rire. Je me suis reconnue! Je suis contente de ne pas être isolée dans ma manie des plantes, sachant que d’autres sont attaqués par cette même obsession délicieuse. De mon côté, mon attention se porte, entre autres, sur les annuelles : je voudrais les essayer toutes, dans toutes les variétés et couleurs! Au fil des années, mon potager a été peu à peu envahi par des massifs d’annuelles, qui se ressèment allègrement. Si bien que j’ai du déplacer certains légumes vers d’autres endroits de mon terrain, pour mieux profiter des fleurs…
    Quel que soit l’endroit, tout devient magnifique avec de la verdure et des fleurs.
    J’attendrai avec impatience la prochaine saison de jardinage pour voir des photos de votre jardin  »Arche de Noé ». 🙂

  7. Monique Lussier

    Pour avoir eu le bonheur de visiter et la maison et le jardin de Larry, je dois vous dire qu’il n’exagère en rien. Mais je dois aussi vous dire qu’en voyant chez lui le très beau Géranium Rozanne, le discentra Spectabilis et le lobelia vivace qui se ressème allègrement je n’ai jamais regretté de m’être procuré ces vivaces. Je suis contente de voir que tu gardes ton enthousiasme si contagieuse et des projets plein la tête.

  8. Maude Laflamme

    Je dois avouer que votre manie est contagieuse! Je vous lis depuis des années, et j’ai envie d’acheter toutes les plantes dont vous parlez!
    Conseil à ceux de notre espèce : ne payez pas un paysagiste pour faire la devanture de votre maison en pensant que ce sera harmonieux ainsi. J’ai un peu gâché son travail en ajoutant, au fil des ans, plein de plantes dans les trous qu’il avait laissés! (De l’espace autrement perdu, si vous voulez mon avis…)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.