Bacs et balconnières Rosiers

Rosier At Last: symbole de la libération de la COVID-19?

Enfin, 2020 est terminée! Après une année dominée par des nouvelles de la COVID-19 ainsi que des restrictions et des souffrances que son arrivée nous a imposées, nous sommes tous prêts à tourner la page et à commencer l’année 2021. Et pourquoi pas avec une plante emblématique? J’en ai une à proposer: le rosier At Last® («enfin»), au nom si évocateur. 

Oui, enfin l’année 2020 est terminée, enfin la vaccination est commencée, enfin nous allons retourner peu à peu à un semblant de vie normale.

Plantez ce rosier bien en vue sur votre terrain cette année pour exprimer votre refus de plier l’échine devant le monstre, pour que ses fleurs abondantes et parfumées vous rappellent à vous et aux passants que nous allons — enfin! — gagner! 

Derrière le nom

Regardez cette courte vidéo pour avoir une meilleure idée de la valeur ornementale du rosier At Last.

Que ce rosier s’appelle At Last n’a en fait rien à voir avec la crise de la COVID-19. Le sobriquet vient du fait qu’il était considéré comme un triomphe de l’hybridation au moment de son lancement en 2018, car il réunissait 5 caractéristiques que les jardiniers recherchaient depuis longtemps dans un seul rosier:

  • Grandes fleurs doubles magnifiquement formées.
  • Saison de floraison extrêmement longue, avec des fleurs présentes de la fin du printemps jusqu’au gel.
  • Entretien minimal et facile.
  • Excellente résistance aux maladies.
  • Et surtout, un parfum enivrant et délicieux, quelque chose qui manque si souvent chez les autres rosiers modernes.

Le rosier At Last est officiellement de type floribunda, une catégorie de rosiers buissons remontants qui comprend des variétés portant des grappes de fleurs (plutôt qu’une fleur unique comme un rosier thé hybride). Cependant, les pépiniéristes — et ils ont bien raison de le faire, quant à moi! — le présentent plutôt comme un «rosier paysager», une catégorie officieuse qui regroupe des rosiers de taille modeste, mais munis d’une constitution de fer, des durs de durs qui poussent presque malgré l’inattention du jardinier. 

Ces rosiers proviennent en grande partie de croisements entre des rosiers floribundas — mignons, mais de nature un peu frêle — avec des rosiers arbustifs beaucoup plus résistants. Pour vous donner une idée du groupe, parmi les rosiers paysagers, on trouve les populaires séries Knockout, Oso Easy et Flower Carpet, tous des rosiers résistants à presque toute épreuve… sauf au froid extrême.

Avec le rosier At Last, les jardiniers vont pouvoir s’exclamer: «Enfin, uni rosier parfumé facile à cultiver!»

Une description

La fleur orange double du rosier At Last

At Last® combine toute la romance et la beauté d’un rosier de thé parfumé aux pétales abondants avec la commodité d’un rosier paysager résistant à la négligence et aux maladies. Aucun traitement fongicide n’est nécessaire pour profiter d’un spectacle continuel de grandes fleurs suavement parfumées qui commencent leur épanouissement orange abricot foncé pour pâlir à rose clair, et ce, sans arrêt de la fin du printemps jusqu’au gel. Aucune taille pointilleuse n’est non plus nécessaire.

Un beau feuillage brillant et un port vigoureux et arrondi en font le choix idéal pour une utilisation en massif ou en plate-bande. Attendez-vous à ce qu’At Last atteigne 75 à 90 cm de hauteur et de diamètre, remplissant densément son petit coin de plate-bande.

Son histoire

‘Horcogjil’ (At Last® est son nom commercial) a été développé par la rosiériste anglaise Heather Horner de Stansted Mountfitchet en Grande-Bretagne. Il est issu d’une pollinisation croisée entre un rosier hybride (le rosier anglais ‘Laura Ford’ avec le rosier arbustif ‘Goldbusch’) en tant que parent de semence et le rosier floribunda Frilly Jilly (‘Horjilly’) en tant que parent pollinique.

La culture du rosier At Last

Rosier At Last (fleurs orange) utilisé comme haie
Vous pouvez même planter At Last comme haie!

Ce rosier facile d’entretien défie les attentes conventionnelles de ce dont un rosier a besoin pour réussir sur votre terrain.

Donnez à ce rosier ultra robuste le plein soleil — un ombrage léger est acceptable, mais réduira l’abondance de la floraison — dans une terre de jardin moyennement humide, légèrement acide et bien drainée. Arrosez abondamment et régulièrement, de préférence le matin, en évitant de mouiller le feuillage en ce faisant.

Une bonne circulation de l’air favorise une croissance vigoureuse et saine. Un bon paillis tout au long de l’été aidera à retenir l’humidité, à garder les racines au frais et à décourager les mauvaises herbes.

Plante de rosier d’At Last (fleurs orange) dans un parterre de fleurs.
Taillez juste au-dessus d’un gros bourgeon. Photo: Amanda Jarrett, thegardenwebsite.com

At Last fleurit sur le bois de l’année, donc pour lui donner une belle apparence, rabattez-le d’environ un tiers au début du printemps, au moment où les nouveaux bourgeons à feuilles commencent à émerger des tiges. Coupez juste au-dessus d’un gros bourgeon épais, car ce type de bourgeon produit une tige particulièrement vigoureuse. Vous pouvez également le fertiliser à ce moment avec l’engrais granulaire à dissolution lente de votre choix.

Au cours de l’été, vous pouvez supprimer les fleurs fanées si vous voulez, mais même si on les laisse sur la plante, At Last maintiendra sa floraison constante.

Enfin, At Last est résistant au froid dans les zones de rusticité 6 à 9. Autrement dit, il s’adaptera parfaitement aux hivers européens jusqu’en Scandinavie, mais aura besoin d’un épais paillis en guise de protection hivernale presque partout au Canada.

Où le trouver?

Le rosier At Last est disponible dans les meilleures jardineries presque partout au monde.

Sauf autre mention, photos offertes par Proven Winners

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

18 comments on “Rosier At Last: symbole de la libération de la COVID-19?

  1. Johanne Chapdelaine

    Bonjour j’ai un rosier qui ressemble beaucoup à ce rosier At Last mais sa fait plusieurs années que je l’ai plus de 5 ans .
    Est ce que s’est le même ou j’ai une autre variété j’ai perdue le nom du rosier .
    Merci pour votre blog toujours très intéressant et Bonne Année.
    Johanne

    • Denis Samson

      Peut-être est-ce un rosier Agnès qui porte des fleurs semblables, elles aussi très parfumées, mais pendant seulement deux semaines très tôt au printemps. J’en ai eu un qui a duré une dizaine d’années, mais qui est mort en raison d’attaques répétées de diverses bestioles autres que les scarabées japonais.

    • Difficile à dire. L’identification des rosiers est compliquée.

  2. Description qui fait rêver…pour le jour où le scarabée japonais sera vaincu! J’ai arraché mes rosiers il y a 2 ans, je n’en pouvais plus de les voir bouffés par ces bibites dégoûtantes.

    • Marie-Bella

      C’est vrai que ces méchantes bibites font bien du ravage dans nos rosiers. Par contre, l’été dernier, j’ai noté une réelle diminution de leur présence. Mes rosiers n’ont pas été dévastés.

    • À Québec, nous n’avons pas encore de scarabées!

  3. Bonjour.
    Depuis le 2018, y a t-il d’autres cultivars semblables, réunissant 5 caractéristiques, apparus ou proches d’apparaître ?
    Tout est parfait, sauf que  » At Last » n’est pas dans ma palette.
    Merci.

  4. Emmanuelle Baudry

    Ce rosier a l’air merveilleux. Je n’ai pas l’impression qu’il soit disponible en France, j’espère qu’il arrivera bientôt!

  5. Dominique

    II me fait penser à mon Westerland de chez Kordes ,un increvable qui résiste à tout !
    je n’ai jamais vu non plus At Last en France .
    Bonne journée !

  6. Johanne Girard

    Sur sa fiche, les détaillants indique 5-9 comme zone de rusticité! Peut-il survivre dans la région de Québec 4B?!?

  7. Marcelle Lapointe

    Je veut acheté des racines de rosier rampant de rouleur rouge, avant on avait des cataloguée mais je ne sais plus où les trouver.

  8. Ce rosier m’a déçu énormément… peu ou pas d’odeur, fleurs (coupées ou non) qui ne durent pas longtemps, sujet à la tache noire… il y’a de bien meilleurs rosiers sur le marché.

    • Évidemment, chaque plante réagit différemment selon les conditions: il est parfaitement possible qu’une plante pousser à merveille à endroit existe et présente de feuilles malades et une floraison abrégée ailleurs. Quant au parfum… on a chacun des goûts différents! Il est bien de présenter les 2 côtés de la médaille.

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :