Noël

La légende du poinsettia

Photo: Scott Bauer, USDA

Le poinsettia (Euphorbia pulcherimma) est acutellement assurément le principal symbole floral de Noël dans tout l’hémisphère nord, mais il n’en a pas toujours été ainsi. En fait, jusqu’aux années 1960, le poinsettia était à peu près inconnu du grand public.

Pourtant, le poinsettia était dans un plus lointain passé un puissant symbole de pureté chez les Aztèques du Mexique, où la plante poussait à l’état sauvage. Il symbolisait le sang des guerriers morts au combat, et était utilisé dans les cérémonies reliées aux sacrifices humains ainsi que dans la médecine et les teintures. 

Ils appelaient la plante cuetlaxochitl, «la fleur aux pétales de cuir».

Le dernier empereur des Aztèques, Montezuma, fit amener des caravanes de tiges de poinsettias dans sa capitale, Teotihuacan, située dans les montagnes non loin de la ville actuelle de Mexico, car la plante tropicale, intolérante aux températures basses, ne pouvait être cultivée dans cette région en raison des hivers trop frais.

Lorsque les missionnaires franciscains sont arrivés avec les conquistadors espagnols dans le but de convertir les peuples païens du Mexique au christianisme au début du XVIe siècle, ils ont d’abord eu une vision très négative de cette plante «païenne», qui pour eux évoquait le symbolisme de l’ancienne religion, et ont essayé de bannir sa culture. Cependant, à la fin du siècle suivant est née une légende sur le poinsettia qui était tout à fait conforme à leurs objectifs. Ainsi, au XVIIe siècle, la plante était tant acceptée que les frères franciscains ont commencé à incorporer des poinsettias dans leurs célébrations de Noël. 

Aujourd’hui, le poinsettia est autant un symbole de Noël au Mexique que le sapin de Noël dans les régions plus septentrionales.

Voici la légende en question:

Pepita et le poinsettia

Pepita les bras pleins de fleurs de poinsettia

Pepita fut une jeune fille indienne qui vivait dans un petit village mexicain. Ses parents étaient de pauvres agriculteurs à peine capables de nourrir leur famille. Quand, à l’approche de Noël, ses parents tombèrent tous deux malades, c’est à Pepita, l’aînée âgée d’à peine 9 ans, de s’occuper de son petit frère et de sa petite sœur… ainsi que des champs à entretenir.

Dans le village, une crèche fut installée dans l’église pour les célébrations de Noël et chacun sedevait apporter un cadeau spécial à déposer devant l’Enfant Jésus lors de la traditionnelle procession de la veille de Noël, où tout le village allait à l’église, bougies à la main, chantant des cantiques.

Pepita eut du mal à préparer un cadeau approprié. Elle essaya de tisser une couverture colorée pour le bébé, comme elle avait vu faire sa mère, mais elle était trop inexpérimentée et les fils se sont emmêlés. Sa tentative de coudre des bottines en cuir pour le bébé échoua également, car elle ne fut pas assez forte pour pousser l’aiguille à travers le cuir.

Pepita fut alors au désespoir!

Procession des villageois vers l'église

Alors que la procession commença, la pauvre Pepita regardait de loin, pleurant, n’ayant rien à apporter.

Soudain, un homme étrange apparut devant elle.

«Pepita», dit-il, «j’ai un message pour toi. Tes parents iront bientôt mieux. Tu dois emmener ton petit frère et ta petite sœur à l’église pour célébrer avec les autres villageois.»

Mais Pepita se mit à pleurer encore plus fort.

«Pourquoi pleures-tu, petite fille?» demanda doucement l’homme.

«Je suis triste parce que je n’ai rien à donner à l’enfant Jésus», répondit-elle.

«Ne t’inquiète pas pour ça, mon enfant. Quoi que tu donnes, le bébé Jésus l’aimera, car ce sera un cadeau venu du cœur.» Et avec cela, il ouvrit son manteau, révélant des ailes cachées, et s’envola dans le ciel.

Pepita, stupéfaite par la rencontre, chercha autour d’elle pour voir ce qu’elle pouvait apporter. Tout ce qu’elle put voir, c’étaient des arbustes très ordinaires munis de quelques rares feuilles vertes, alors elle récolta une brassée de branches, rassembla son frère et sa sœur et descendit à l’église.

Pepita les bras pleins de branches sans fleurs

Quand elle pénétra dans l’édifice, où les bougies furent allumées et les gens chantaient solennellement, les villageois furent choqués de voir arriver Pepita avec ses branches presque nues. «Mais quelle idée! Imaginez apporter au bébé Jésus une brassée de mauvaises herbes!» marmonnèrent-ils.

Mais alors que Pepita avançait vers la crèche, un silence tomba soudain dans l’église. Puis les gens ont commencé à chuchoter, puis à crier et à applaudir. «C’est un miracle!» s’exclamèrent-ils.

Pepita les bras pleins de fleurs de poinsettia. Les villageois sont ébahis.

Pepita, surprise, regarda dans ses bras. Chaque branche était maintenant coiffée d’une énorme fleur rouge vif.

Mais le rouge ne fut pas que dans les bras de Pepita. Quand les villageois quittèrent l’église après la messe, les collines furent presque rouges de fleurs. Tous les arbustes autour du village en étaient en couverts. 

Ainsi, le simple cadeau de Pepita fut le plus apprécié de tous.

Pepita et sa mère guérie.

Et quand elle revint à la maison, elle découvrit ses parents debout et complètement rétablis. C’est alors qu’elle réalisa que l’homme étrange était un ange.

Depuis lors, chaque année, dans les semaines précédant Noël, les collines du Mexique se couvrent de fleurs d’un rouge ardent qui symbolise le sang du Christ alors que les bractées en forme d’étoile incarnent l’étoile de Bethléem. Dans tout le Mexique, on appelle désormais le poinsettia «flor de la Noche Buena»: fleur de veille de Noël.

Joyeux Noël à tous!

Illustrations de Fabian Negrin, tirées du livre The Miracle of the First Poinsettia:
A Mexican Christmas Story de Joanna Oppenheim

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

20 comments on “La légende du poinsettia

  1. Joli conte de Noël 😉 Merci Jardinier paresseux et très belle journée (un peu magique quoiqu’on vive)

  2. Lise Ranger

    Joyeux Noël, Jardinier Paresseux, et merci pour cette légende du poinsettia. Passez une très belle journée! 😉

  3. Eveline Nicole

    Belle légende ..merci…et pour toute cette chronique toujours intéressante et instructive…bon temps des fêtes à vous et votre famille…paresseux un peu..🎅🤣

  4. Céline Chamberland

    Merci pour ce conte jardinier pas si paresseux en embellissant chacun de nos matins, Joyeux Noël

  5. Paresseux!!paresseux!!! genre!! une chronique par jour!! c’est nous les paresseux qui faisons rien !!qu’à lire!!!
    Très cordialement!! passez de bonnes fêtes!!

  6. Côté madeleine

    Beau temps des fêtes Larry
    Très beau conte de Noël
    En espérant ce revoir en 2021

  7. pauline gagnon

    Passez de Belles Fêtes M. Larry et merci pour vos chroniques, toujours intéressantes.

  8. Merci Larry pour cette magnifique légende qui égaie notre Noël 2020!! . Et je suis d’accord avec le commentaire de Laurent ci-dessus. Le  »Jardinier paresseux » n’est pas du tout paresseux, mais au contraire super actif, à publier chaque jour pour notre plus grand plaisir. Meilleurs voeux pour un très joyeux Noël à vous et à toute votre famille!

  9. Merci pour tous vos articles toujours très inspirés !
    C est un plaisir de vous lire

    Passez de bonnes fêtes !

  10. Lise Blais

    Joyeux Noël et un gros merci pour vos articles si intéressants; prenez soin de vous !

Répondre à Céline Chamberland Annuler la réponse.

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :