Plantes d'intérieur

Le rhaphidophora: pas le monstera qu’on prétend!

Rhapidophora à quatre graines (Rhaphidophora tetrasperma). Photo: greeneryunlimited.co

On l’appelle parfois mini-monstera ou monstera minima, mais ce n’est vraiment pas un monstera, c’est-à-dire un membre du genre Monstera, surtout connu pour le monstera délicieux (M. deliciosa). Il s’est également vendu pendant quelques années sous le nom de Philodendron ‘Ginny’, mais ce n’est pas non plus un philodendron.

Trois plantes à feuilles trouées: 2 monsteras et un rhapidophora
Comparaison de trois plantes d’intérieur aux feuilles trouées. Monstera adansonii (à gauche), Monstera deliciosa (au centre) et Rhapidophora tetrasperma (à droite). Photos: ohiotropics.com, google.com et GardenBeast

Il s’agit en fait du rhapidophora à quatre graines (Rhaphidophora tetrasperma), un membre de la famille des Aracées comme les monsteras et les philodendrons, mais originaire de Malaisie et de Thaïlande, alors que les monsteras et les philodendrons sont originaires des tropiques du Nouveau Monde. Il est beaucoup plus étroitement apparenté à une autre plante d’intérieur commune, le pothos (Epipremnum spp.), dont la plupart des espèces sont également originaires d’Asie tropicale.

Le nom rhapidophora signifie «qui porte des aiguilles», une référence aux cristaux d’oxalate de calcium en forme d’aiguille (appelés raphides) qui rendent la consommation de toute partie de la plante douloureuse et quelque peu toxique, une protection, bien sûr, contre les prédateurs.

Des feuilles très variables

Jeune rhapidophora aux feuilles plaquées contre le tronc.
Jeune rhapidophora poussant à plat contre un tronc. Photo: hortlog.blogspot.com

Le rhapidophora change radicalement de forme et de port au cours de sa vie. 

Après la germination au sol de la forêt tropicale humide, il commence à grimper sur un tronc d’arbre à l’aide de ses racines aériennes. À ce stade, les feuilles sont cordiformes, sans pétiole et placées en deux rangs serrés de chaque côté de la tige, chacune posée l’une sur l’autre à la manière de bardeaux couvrant un mur (on l’appelle alors «shingle plant» ou plante à bardeaux en anglais). 

Il peut monter très haut sur l’arbre — au moins 30 m! —, mais en faisant son ascension, il reçoit de plus en plus de soleil. Alors la feuille s’agrandit et se décolle du tronc, portée maintenant par un pétiole. La feuille se place alors en angle, attrapant plus le soleil. Des fenestrations et des coupures se forment alors dans les feuilles qui prennent la forme qu’on connaît. Il est alors au stade subadulte, le stade auquel on vend cette plante en jardinerie.

rhapidophora adulte dans une jungle.
Rhaphidophora tetrasperma adulte dans la forêt du Jardin botanique de Singapour, avec ces grandes feuilles pennées. Viabnsite.ga

Mais plus la plante approche la cime de l’arbre, et donc le soleil tropical, plus les feuilles agrandissent et se découpent. Éventuellement, elles peuvent atteindre plus de 30 cm de longueur et ne sont plus seulement irrégulièrement découpées, mais carrément pennées, comme les frondes d’une fougère. C’est seulement à ce stade que la plante fleurit… et il est donc peu probable qu’elle fleurisse chez vous. Mais vous ne manquez pas grand-chose: l’inflorescence se compose uniquement d’un mince épi vert (le spadice) et d’une spathe enroulée verdâtre.

rhapidophora panaché jaune et vert
Ce rhapidophora panaché s’est vendu à 6 500$ NZ aux enchères en août 2010. Photo: gardenbeast.com

Il existe une version panachée à feuilles vert et jaune, encore très chère. Alors, achetez-en une, multipliez-la (si facile à faire) et vendez les plantes produites. Avec les profits, vous pourriez rapidement rembourser votre hypothèque!

Facile à cultiver

rhapidophora très jeune, sans perforations
Plante juvénile ne présentant pas encore de perforations foliaires. Photo: clorofila.shop

Si le rhapidophora est devenu populaire si rapidement, ce n’est pas seulement à cause de ses feuilles inhabituelles et attrayantes, mais aussi parce qu’il est facile à cultiver. Il suffit de le planter dans n’importe quel terreau bien drainé (certains jardiniers utilisent un mélange pour orchidées, mais il pousse parfaitement dans un sol commercial pour plantes d’intérieur aussi) et de lui donner un éclairage moyen à vif avec un peu de soleil quotidien. Il peut même tolérer l’ombre, mais alors, les feuilles perdent leurs belles perforations et il retourne à une forme plus juvénile. C’est le genre de plante que vous pouvez bien faire pousser en retrait de la fenêtre dans la plupart des pièces. 

Arrosez-le bien lorsque le sol est sec au toucher (il ne tolérera pas une sécheresse prolongée) et conservez-le à température ambiante. Il n’apprécie pas le froid et ne sera pleinement rustique en plein air que dans des climats vraiment tropicaux (zones de rusticité 10b à 12).

Étant donné sa croissance si rapide, il pourrait avoir besoin d’un rempotage annuel, surtout les premières années.

Une fertilisation légère avec l’engrais de votre choix, et ce, pendant la saison de croissance du printemps à l’été, lui conviendra très bien. Il est préférable de ne pas fertiliser à la fin de l’automne et en hiver pour éviter de stimuler une croissance faiblarde hors saison. 

Malgré qu’il soit originaire de la forêt tropicale humide, où l’humidité ambiante dépasse souvent 90%, le rhapidophora est étonnamment résistant à l’air sec et poussera sans trop se plaindre à une humidité relative aussi faible que 30%, bien qu’il réussisse tout de même mieux si vous pouvez maintenir une humidité de 50% ou plus. À cause de sa tolérance à une très forte humidité, c’est une plante intéressante pour la culture en terrarium, mais seulement si vous la taillez fréquemment pour garder sa croissance effrénée sous contrôle.

rhapidophora haut et mince, sur un tuteur.
Si l’on ne le taille jamais, le rhapidophora offre une croissance un peu trop dégarnie. Photo: plantsbybenny, reddit.com

Le rhapidophora pousse rapidement… mais pas très densément. Laissé seul, il produira une seule tige qui ira du plancher au plafond, mais seulement partiellement couverte de feuilles, un effet rarement très intéressant. Ce n’est pas dans sa nature de se ramifier… mais on peut l’obliger à le faire. 

D’abord, rabattez sa tige chaque fois qu’elle commence à paraître trop dégarnie, puis coupez-la en sections, chacune avec au moins 2 nœuds. Bouturez-les à l’étouffée dans un pot de terreau humide (elles reprennent facilement!) et plantez-les dans le pot d’origine. Ainsi, la plante se densifiera. De plus, ce qui reste de la tige que vous avez raccourci produira bientôt une nouvelle tige ou deux. Bientôt, vous aurez une potée pleine et attrayante!

Votre rhapidophora aura l’air plus beau si vous lui offrez un treillis, un obélisque ou un autre support sur lequel grimper. Il vous faudra l’y fixer si c’est un grillage, mais il s’accrochera tout seul à une plaque d’écorce, un tuteur de mousse ou même au mur de votre salon grâce à ses racines aériennes adhérentes.

Il a également fière allure dans un panier suspendu, mais à mesure que les tiges retombent, les feuilles deviennent de plus en plus petites et perdent leurs perforations. Il finit alors par ressembler à un philodendron chétif. C’est seulement quand les tiges rampent ou grimpent qu’elles conservent leurs perforations. Pour comprendre pourquoi, lisez Les plantes grimpantes aiment grimper.

Ravageurs et maladies

Les parasites habituels des plantes d’intérieur peuvent théoriquement s’attaquer au rhaphidophora — tétranyques, cochenilles farineuses, cochenilles à carapace, etc. —, mais en fait, c’est une plante peut attrayante pour les parasites et il y a rarement des problèmes de ce type. La pourriture causée par un arrosage excessif ou la culture dans un pot sans trou de drainage est l’une des rares maladies qui semblent l’affecter. Oui, il faut un terreau qui reste relativement humide, mais il ne faut pas le noyer non plus.

Un peu toxique

Comme la plupart des Aracées, cette plante est un peu toxique et la mastication entrainera une sensation instantanée de brûlure douloureuse à cause des raphides mentionnées ci-dessus. Cela met fin rapidement à l’attaque et normalement il n’y a pas d’autre conséquence que des lèvres ou une langue un peu irritées, mais, malgré cela, il est toujours préférable de garder cette plante (et toutes les Aracées) hors de la portée des enfants et des animaux domestiques.

Où le trouver?

Il y a quelques années à peine, cette plante était rare et coûtait très cher, mais elle est si couramment disponible aujourd’hui que son prix baisse sérieusement… ou du moins, il devrait baisser. Certaines boutiques ne semblent pas avoir entendu la nouvelle et la vendent encore à des prix exorbitants. À vous, donc, de faire un peu de recherche pour trouver des plantes de qualité à un prix raisonnable.

rhapidophoras dans une jardinerie
 Le rhapidophora était autrefois une plante rare, mais on le trouve maintenant facilement dans les jardineries locales. Photo:
Knollwood Garden Center

Vous trouverez maintenant cette plante dans la plupart des jardineries ou, sinon, jetez un œil en ligne. Normalement, vous ne devriez avoir aucun mal à la trouver, que ce soit localement ou en vente par correspondance.

__________________________

Le rhapidophora: plus qu’une fantaisie passagère, elle a ce qu’il faut pour être une plante d’intérieur attrayante et durable. À vous de l’essayer maintenant.

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

3 comments on “Le rhaphidophora: pas le monstera qu’on prétend!

  1. Joanna Janik

    Bonjour,

    Quelle bonne coïncidence votre billet a propos de rhapidophora !
    J’ai toujours considéré cette plante comme assez facile d’entretien et pourtant celle chez ma fille est en très mauvais état : elle a les feuilles qui noircissent et devient de plus en plus dégarnie. Les jeunes feuilles apparaissent, tiennent un petit moment et commence à noircir. Sur le rebord du pot (en terre) est apparu un espèce de dépôt blanchâtre.
    Pourtant elle fait attention aux arrosages et la plante est placée de façon à avoir une bonne lumière, mais n’est pas exposée au soleil.
    J’ai fait quelques photos, mais je ne sais pas comment vous les faire parvenir.
    Auriez-vous un conseil à me donner ?
    Merci beaucoup !

    Bien à vous,
    lectrice assidue, Joanna

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :