Insectes nuisibles Mythes horticoles Truc du jour

Mythe horticole: une vaporisation à l’alcool pour contrôler les mouches du terreau

Vaporiser de l’alcool isopropylique sur vos plantes est plus susceptible d’irriter vos yeux que de tuer les mouches du terreau! Photo: kiwicare.co.nz

Je pensais que tout avait été dit sur les mouches du terreau (sciarides), mais non. De nos jours, les idées les plus farfelues sur le contrôle des ennemis de nos plantes prolifèrent comme des champignons sur Internet. Le mythe le plus récent semble être sur le contrôle des mouches du terreau au moyen de l’alcool isopropylique (alcool à friction).

C’est une lectrice de mon blogue qui m’a mis la puce à l’oreille. Elle voulait savoir si le «traitement à l’alcool à friction» fonctionnait vraiment sur les mouches du terreau. J’ai bien sûr présumé que le traitement faisait référence à l’idée d’arroser un terreau infesté avec une solution d’alcool et d’eau, mais quand j’ai vérifié en ligne, j’ai trouvé qu’il y avait non seulement un site, mais des dizaines, tous copiant le même texte presque mot pour mot et tous prétendant qu’il était possible de contrôler les mouches du terreau ou sciarides (de minuscules mouches noires) en pulvérisant une solution d’alcool isopropylique et d’eau sur les feuilles des plantes.

Sur les feuilles? Voyons! Comment cela pourrait-il faire le moindrement de bien?

Mouches noires collées sur un piège jaune
On peut voir les mouches du terreau en détail quand elles sont collées sur un piège jaune. Photo: greeneryunlimited.co

Les mouches de terreau adultes peuvent parfois atterrir sur les feuilles, mais sont tout aussi susceptibles de se poser sur les rebords de fenêtres, les murs, le terreau, les meubles ou, en fait, à peu près n’importe quelle surface. La plupart du temps, on les voit plutôt au vol quand elles passent devant notre visage (elles sont attirées par le CO2 que dégage notre souffle) et ainsi nous agacent. Les chances d’en attraper même une en vaporisant un produit sur une feuille sont plutôt minces. Et l’alcool à friction n’a aucun effet résiduel, donc si l’insecte n’est pas sur la feuille lorsque vous pulvérisez, cela ne fonctionnera pas.

L’article suggère en outre que si vous en voyez au vol, vous pouvez également les vaporiser avec la même solution et ainsi les éradiquer.

Brillant! Car habituellement, on ne voit ces mouches que lorsqu’elles nous passent en pleine face… et il n’est pas sage de vaporiser l’alcool isopropylique près du visage. Si ce produit entre en contact avec les yeux, ça va chauffer! Il pourrait même endommager les yeux. Si jamais vous suivez bêtement ce conseil et recevez de l’alcool dans les yeux, rincez abondamment à l’eau. Et en cas d’irritation persistante, consultez un médecin.

N’est-ce pas que sont sympathiques ces traitements maison où vous vous retrouvez à l’hôpital?

Apprenez à les ignorer

Je dois admettre que j’adopte une approche assez laisser-faire vis-à-vis des mouches du terreau. S’il y en a une qui se met à voleter devant mon visage, oui, je l’écrase si je peux, mais autrement, je laisse plutôt la nature suivre son cours. C’est que, dans un environnement domestique (la situation serait différente dans une serre humide), elles ont tendance à disparaître toutes seules après 2 ou 3 semaines. Certes, elles reviennent occasionnellement des mois plus tard… mais disparaissent à nouveau après peu de temps. 

Investir beaucoup de temps ou de dépenses dans leur contrôle ne vaut tout simplement pas la peine… du moins, de mon point de vue de jardinier paresseux.

Et cela est d’autant plus vrai du fait qu’elles sont en grande partie inoffensives pour nos plantes d’intérieur de toute façon.

Un insecte qui cause rarement des dégâts

Femme qui lit sans être dérangée par une mouche volante.

Tout d’abord, il faut comprendre que les adultes qui viennent nous déranger ne mangent pas. Elles ne nous mordent ni ne nous piquent et ne mangent pas nos plantes non plus. Tout au plus boivent-ils un peu d’eau ou de nectar de fleur s’ils en trouvent. (Certaines espèces sont même des pollinisateurs bénéfiques!) Si les adultes volètent un peu partout, c’est qu’ils sont à la recherche de la terre humide où pondre leurs œufs, voilà tout! 

Quant aux larves, ce sont de minuscules asticots blancs ou translucides, sans pattes et à tête noire, trouvées près de la surface du terreau de nos plantes. Elles mangent principalement des champignons et des algues microscopiques, des déchets végétaux. Leurs déjections sont riches en minéraux et donc bénéfiques pour nos plantes. C’est vrai que les larves peuvent parfois grignoter les racines des plantes, mais elle les font généralement seulement avec les racines en état de pourriture ou de décomposition. Est-ce que leur perte est un si grand dérangement?

Ainsi, il est vraiment possible de vivre avec les mouches du terreau.

Ill.: Pngkey.com & Blaise Sewell, The Noun Project

Des traitements efficaces

Mais si vous tenez quand même à les contrôler, voici quelques possibilités:

  • Pièges collants jaunes;
  • Laissez sécher la couche superficielle du terreau avant d’arroser à nouveau;
  • Recouvrez le terreau d’une couche de sable ou de gravier fin;
  • Cultivez des plantes carnivores (les grassettes [Pinguicula spp.] sont particulièrement efficaces à cet égard);
  • Pièges à insectes lumineux;
  • Écrasez des pastilles de Bti (Bacillus thuringiensis israelensis) de type MosquitoDunk et mélangez-les au sol des plantes d’intérieur;
  • Appliquez des nématodes bénéfiques tels que Steinernema feltiae ou d’acariens prédateurs tels que Stratiolaelaps scimitus;
  • Arrosez le sol avec une solution de savon insecticide ou de neem.

Des informations détaillées

Pour plus d’informations sur le contrôle des mouches du terreau, lisez Contrôlez les mouches du terreau.

Méfiez-vous des sources peu fiables

Et ne suivez surtout pas les conseils obtenus n’importe où sur Facebook ou sur Internet sans confirmer leur efficacité au préalable. Visitez plutôt un site horticole auquel vous faites confiance.

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

2 comments on “Mythe horticole: une vaporisation à l’alcool pour contrôler les mouches du terreau

  1. Gilles Brunet

    LES SCARIDES SONT DÉTESTABLE SURTOUT LORSQUE JE BOIE UN VERRE DE SCOTCH, ELLE CE DÉPOSE DANS MON VERRE ET ENSUITE QUAND JE BOIE ELLE ATTÉRISSE DANS MA BOUCHE. C’EST UNE MAUVAISE FAÇON DE MASSACRER UN VERRE DE SCOTCH.

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :