Arbres

Arbres qui résistent aux inondations

La capacité des arbres à s’adapter aux inondations varie d’une espèce à l’autre. Photo: James Brooks, Wikimedia Commons

Étant donné les perturbations climatiques mondiales de l’époque actuelle, les inondations sont plus fréquentes que jamais… et se produisent à des saisons où elles ne se sont jamais produites auparavant. Bien que j’espère que votre maison est construite dans une zone bien sûre, loin de toute rivière en furie ou de tout lac qui déborde, une partie de votre propriété se trouve peut-être dans une zone inondable.

Le lac ou la rivière à proximité est probablement bordé d’arbres, car ils y sont souvent cultivés pour aider à prévenir l’érosion et, en outre, il n’est pas toujours possible de faire du jardinage intensif sur une rive en pente. De plus, les arbres ont simplement fière allure près de n’importe quel plan d’eau.

Alors, comment les inondations affectent-elles ces arbres?

Les racines écopent

Être sous l’eau pendant de longues périodes n’est pas bon pour les racines des arbres. Elles ont besoin d’oxygène qu’elles obtiennent généralement de l’air emmagasiné dans de minuscules espaces entre les particules du sol. Mais lorsque le sol est inondé, ces espaces d’air se remplissent d’eau et l’oxygène en est chassé. Les racines sont alors placées dans un état d’anaérobie: elles ne peuvent pas obtenir l’oxygène dont elles ont besoin pour respirer. 

Quand les racines trempent constamment dans l’eau, cela peut entraîner de nombreux problèmes, comme une accumulation de composés toxiques dans l’arbre et une réduction de l’absorption de nutriments, mais ce qui est surtout à craindre est la mort des racines. D’abord ce sont les radicelles, petites et faciles à remplacer, qui meurent, puis des racines de taille moyenne, puis des racines encore plus importantes. Et quand trop de racines meurent, l’arbre n’est plus capable de les remplacer.

Dame Nature a fourni à certains arbres des adaptations aux inondations. Certains ont des lenticelles (petites ouvertures) sur le tronc qui laissent entrer de l’air, d’autres ont des tissus spéciaux très aérés, appelés aérenchymes, qui permettent au gaz absorbé par les feuilles de descendre jusqu’aux racines et, finalement, d’autres ont la capacité de produire rapidement des racines adventives. Enfin, il y a d’autres mécanismes à l’œuvre que nous ne comprenons pas nécessairement très bien.

Le résultat que beaucoup d’arbres peuvent tolérer une semaine ou deux d’inondation, surtout lorsqu’elle survient tôt au printemps pendant les arbres sont encore dormants. D’autres, comme le peuplier deltoïde (Populus deltoides et des espèces apparentées), poussent tout naturellement dans les plaines inondables et peuvent tolérer des mois d’inondation, paraissant souvent encore feuillus et parfaitement à l’aise au milieu dans une mare d’eau lorsque la crue est lente à se résorber.

Arbres tolérants aux inondations

Grand érable argenté dans un parc
L’érable argenté (Acer saccharinum) est un exemple d’arbre très tolérant aux inondations. Photo: tennesseewholesalenursery.com

Voici quelques exemples d’arbres naturellement adaptés aux inondations… et que vous voudrez peut-être envisager de planter dans des zones sujettes aux débordements d’eau. Tous sont capables de survivre aux inondations ou aux sols saturés pendant 30 à 120 jours consécutifs pendant la saison de croissance.

  • Aulne (Alnus spp.) 
  • Bouleau noir (Betula nigra)
  • Caryer d’eau (Carya aquatica)
  • Catalpa (Catalpa spp.)
  • Chêne d’eau (Quercus nigra)
  • Chêne lyre (Quercus lyrata)
  • Cyprès chauve (Taxodium distichum)
  • Épinette noire, épicéa noir (Picea mariana)
  • Érable à Giguère, érable négundo (Acer négundo)
  • Érable argenté (Acer saccharinum)
  • Érable rouge (Acer rubrum)
  • Frêne rouge (Fraxinus pennsylvanica)
  • Liquidambar ou copalme d’Amérique (Liquidambar styraciflua)
  • Mélèze d’Amérique (Larix laricina)
  • Merisier à grappes (Prunus padus)
  • Métaséquoia (Metasequoia glyptostroboides)
  • Micocoulier (Celtis spp.)
  • Orme ailé (Ulmus alata)
  • Pacanier (Carya illinoensis)
  • Peuplier baumier (Populus balsamifera)
  • Peuplier deltoïde (Populus deltoides et espèces apparentées)
  • Peuplier noir (Populus nigra)
  • Plaqueminier de Virginie (Diospyros virginiana)
  • Platane (Platanus spp.)
  • Sapin argenté (Abies alba)
  • Saule (Salix spp.) 
  • Tupélo d’eau (Nyssa aquatica)

Arbres modérément tolérants aux inondations

Gros plan de feuilles et d'un gland de chêne à gros fruits
Le chêne à gros fruits (Quercus macrocarpa) est l’une des espèces de chêne qui tolèrent une inondation d’une certaine durée. Photo: USDA

Ces arbres toléreront une inondation de jusqu’à 30 jours pendant la saison de croissance active. Ne les plantez à proximité d’un plan d’eau que si toute inondation est susceptible d’être de courte durée.

  • Amélanchier (Amelanchier spp.)
  • Arbre à neige (Chionanthus spp.)
  • Arbre à perruque (Cotinus spp.)
  • Bouleau à papier (Betula papyrifera)
  • Bouleau jaune (Betula alleghaniensis)
  • Caryer lacinié (Carya laciniosa)
  • Châtaignier (Castanea sativa et autres)
  • Chêne à gros fruits (Quercus macrocarpa)
  • Chêne bicolore (Quercus bicolor)
  • Chêne des marais (Quercus palustris)
  • Chêne pédonculé (Quercus robur)
  • Chêne saule (Quercus phellos)
  • Chêne-châtaignier des marais (Quercus michauxii)
  • Érable à sucre (Acer saccharum)
  • Érable champêtre (Acer campestre)
  • Févier (Gleditsia triacanthos)
  • Frêne blanc (Fraxinus americana)
  • Frêne européen (Fraxinus excelsior)
  • Houx américain (Ilex opaca)
  • Marronnier (Aesculus spp.)
  • Nerprun cathartique (Rhamnus cathartica)
  • Noyer noir (Juglans nigra)
  • Orme champêtre (Ulmus minor)
  • Orme d’Amérique (Ulmus americanus)
  • Orme de Chine (Ulmus parvifolia)
  • Orme rouge (Ulmus rubra)
  • Ostryer (Ostrya spp.)
  • Peuplier blanc (Populus alba)
  • Peuplier faux-tremble (Populus tremuloides)
  • Pin à l’encens (Pinus taeda)
  • Prunier (Prunus spp.)
  • Sapin baumier (Abies balsamea)
  • Thuya ou cèdre (Thuja spp.)
  • Tilleul à petites feuilles (Tilia cordata)
  • Tremble commun (Populus tremula)
  • Tupélo, gommier noir (Nyssa sylvatica)

Arbres intolérants aux inondations

Grand ginkgo dans un parc
Le ginkgo (Ginkgo biloba) a la réputation de résister à tout… mais ne tolérera pas très longtemps un sol inondé. Photo: Ginkgotree, Wikimedia Commons

Les arbres suivants, en grande partie les espèces que l’on trouve normalement dans les hautes terres à l’état sauvage, peuvent être endommagés par seulement quelques jours d’inondation s’ils surviennent pendant la saison de croissance. Même en dormance, plus d’une semaine de saturation peut carrément les tuer.

Évitez de planter les arbres suivants dans les zones où les inondations sont même une lointaine possibilité.

  • Andromède en arbre (Oxydendrum arboretum)
  • Arbre aux cloches d’argent (Halesia carolina)
  • Aubépine (Crataegus spp.)
  • Carya ovale (Carya ovata)
  • Caryer glabre (Carya glabra)
  • Cerisier (Prunus spp., sauf Prunus padus)
  • Chêne blanc (Quercus alba)
  • Chêne écarlate (Quercus coccineus)
  • Chêne noir (Quercus velutina)
  • Chêne rouge (Quercus rubra)
  • Chicot du Canada (Gymnocladus dioicus)
  • Cornouiller à fleurs d’Amérique (Cornus florida)
  • Cornouiller du Japon (Cornus kousa)
  • Épinettes, épicéas (Picea spp., sauf P. mariana)
  • Érable à écorce de papier (Acer griseum)
  • Érable de l’Amour (Acer ginnala)
  • Érable de Norvège, érable plane (Acer platanoides)
  • Érable du Japon (Acer palmatum)
  • Gainier (Cercis spp.)
  • Genévrier (Juniperus spp.)
  • Ginkgo (Ginkgo biloba)
  • Hêtre (Fagus spp.)
  • Lilas d’Inde (Lagerstroemia indica)
  • Magnolia (Magnolia spp.)
  • Noyer cendré (Juglans cinerea)
  • Orme de Sibérie (Ulmus pumila)
  • Orme liège (Ulmus thomasii)
  • Pin (Pinus spp., sauf P. taeda
  • Poirier (Pyrus spp.)
  • Pommier, pommetier (Malus spp.)
  • Pruche, tsuga (Tsuga spp.)
  • Robinier faux acacia (Robinia pseudacacia)
  • Sassafras (Sassafras albidum)
  • Savonnier (Koelreuteria paniculata)
  • Sorbier, cormier (Sorbus spp.)
  • Tilleul d’Amérique (Tilia americana)
  • Tulipier (Liriodendron spp.)
  • Virgilier jaune (Cladastris lutea)

Comment aider les arbres après une inondation?

Il n’y a pas grand-chose que vous puissiez faire pour aider un arbre après une inondation, sinon d’attendre. Si une nouvelle croissance saine apparaît, tout va probablement bien. Si la nouvelle croissance est faible ou chlorotique et que l’arbre ne se rétablit pas dans l’année qui suit l’inondation, il serait peut-être sage de le faire évaluer par un arboriculteur professionnel.

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

14 comments on “Arbres qui résistent aux inondations

  1. Berthonneau jocelyne

    Bonjour votre article sur les arbres tolérants aux inondations m’a particulièrement intéressée pourriez- vous faire la même chose pour les arbustes merci

  2. Gérard Émond

    Et notre fameux saule lui qui est supposé adorer l’eau

  3. Très intéressant! Merci pour ce généreux partage. 🧞‍♂️

  4. Jardinière débutante

    Bonjour,
    Bravo pour votre site, une mine d’infos !!!
    Nous venons de nous installer et avons la chance d’avoir un quai au bord de l’eau. Celui-ci est inondé une ou deux fois par an, pendant une huitaine de jours. Le quai est « troué » avec un carré de pleine terre (env. 1m2) dans lequel nous souhaiterions planter un arbre/arbuste.
    Nous hésitons entre un eucalyptus France Bleu rengun (anti moustique intéressant près de l’eau !), un amélanchier à feuilles d’aulne (beauté et gourmandise), un cornus officinalis (même raison) ou une viorne rose « dawn ».
    Avez-vous un conseil ? Un classement ?
    Merci beaucoup !

    • Surtout pas l’eucalyptus, qui exige vraiment un sol bien drainé. Les autres auront une certaine tolérance de la situation. Si jamais ils peuvent peuvent 2 ou 3 ans pour s’établir avant une inondation, cela aidera. Un jeune arbre exposé immédiatement à une inondation, avant avoir établi un système racinaire solide, risque d’avoir des difficultés.

  5. Yannick Paduano

    Bonjour
    Je suis en bordure d’une rivière qui inonde mon terrain en moyenne aux 2 ans. Merci beaucoup car j’ai planter 47 arbres à date et me rendra peut-être à 100 si le dos tient. Nul part je ne vois la résistance de la pruche du canada. Est-ce un arbre qui tolère les inondations ou pas. Grand merci

  6. Yannick Paduano

    Aussi, sur votre liste il est indiqué que l’épicéa mariana, « l’épinette noir », est résistant aux inondations. J’en ai alors acheté 8 qui seront livrés sous peu. Mais là c’est la catastrophe puisque je viens de lire sur d’autres sites comme l’Association forestière du Sud du Québec et d’autres pépiniéristes qui donne un descriptif complet et une fiche technique comme arbo québécium (là ou j’ai acheté les épinette noir il n’y avait pas de fiche descriptive sur les arbres à vendre) que l’épinette noir résiste mal aux inondations. Alors j’aimerais savoir d’où vous avez obtenu vos info et sont elles pertinentes. Aussi, contrairement à votre tableau, ces 2 site disent aussi le contraire de vous en ce qui concerne l’épinette blanche: elle serait disons résistantes aux inondations.
    Merci de votre retour
    Cordialement Yannick Paduano

Répondre à Berthonneau jocelyne Annuler la réponse.

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :