Achat de plantes

Négociez vos prix en jardinerie

Le prix indiqué n’est pas nécessairement le prix à payer. Photo: dlpng.com

Quand vous achetez une bonne quantité de végétaux ou des végétaux très coûteux, essayez de négocier. Pour ça, il faudra normalement voir le gérant du département, pas seulement un commis. Souvent, vous pouvez repartir avec une facture moindre, plus de plantes, quelques sacs de compost ou des outils. 

Vos chances d’obtenir un rabais augmentent aussi si vous faites l’achat à un moment tranquille dans la saison de jardinage, ou à l’automne quand les chances pour de vendre les végétaux avant la saison hivernale s’amenuisent pour la pépinière. 

Bulbes de tulipe vendus en vrac
Fin de novembre: une excellente période pour négocier le prix des bulbes. Photo: dailyherald.com.

Exemple: à la mi-novembre, je vais en jardinerie acheter des bulbes pour le forçage hivernal. À cette date, dans ma région, il est très tard pour planter les bulbes (l’hiver arrive très tôt à Québec où je réside) et je sais pertinemment que la plupart des bulbes dans les étalages à cette date finiront au compost. Pourtant, les bulbes sont encore au même prix qu’à leur arrivée en magasin en septembre. Dans cette situation, j’arrive à négocier un excellent prix: souvent un quart du prix affiché!

Alerte COVID-19: Je n’ai pas réussi ce négoce en 2020. Tous les bulbes étaient vendus lors de ma visite en jardinerie le 21 novembre alors qu’habituellement il en reste encore amplement dans les étalages à pareille date. C’est du jamais vu! Mettons la faute sur le confinement causé par le COVID-19: tellement de gens ont découvert les plaisirs du jardinage en 2020 que les plantes de toutes sortes se vendaient comme de petits pains chauds! Cela a été le cas depuis le printemps. Tant mieux si tant de gens ont développé la passion du jardinage, mais les marchandeurs devront attendre une autre année pour obtenir de bons prix!

Négocier dans un magasin fait un peu surprenant au 21e siècle où le prix est clairement indiqué sur l’étiquette, mais je vous assure que nos ancêtres prenaient pour acquis que le prix offert n’était que le début de la négociation. Aussi, il faut garder en tête que les gérants ont l’habitude de négocier. 

Essayez! Ça fonctionne!

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

1 comment on “Négociez vos prix en jardinerie

  1. Même situation à Montréal: je voulais des muscaris à la mi-octobre et tout avait disparu!!! Plus rien à la pépinière Jasmin qui a encore beaucoup de bulbes normalement en octobre et novembre.
    La bonne chose c’est que les terrains seront plus jolis et fleuris le printemps prochain 😉

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :