Des châtaigniers pour le Québec

Par défaut

Fruits du châtaignier commun (Castanea sativa). Photo: Exeter Trees

Question: Quand je vivais en France, je suis toujours partie ramasser des châtaignes à l’automne. On avait des arbres sauvages en forêt. Est-ce qu’on peut cultiver des châtaigniers au Québec? Ces petites sorties automnales et les promenades dans les bois pour ensuite rentrer faire griller les châtaignes me manquent terriblement!

Un lecteur

Carte montrant la distribution du Châtaignier d'Europe.
Le châtaignier commun a été largement introduit presque partout en Europe depuis l’époque néolithique. Ill.: Caudullo, G., Welk, E., San-Miguel-Ayanz, J. Wikimedia Commons

Réponse: La différence climatique entre la France et le Québec est énorme et le châtaignier d’Europe, soit le châtaignier commun (Castanea sativa), originaire du sud de l’Europe, mais maintenant naturalisé presque partout en Europe centrale, ne peut s’adapter aux rigueurs de l’hiver québécois. Il survit parfois, mais n’arrive pas à y fructifier. C’est la même chose pour les différentes espèces asiatiques, comme le châtaignier chinois (C. mollissima) et le châtaignier japonais (C. crenata)

Carte montrant la distribution du Châtaignier d'Amérique
Aire de répartition originale du châtaignier d’Amérique (Castanea dentata). Ill.: Elbert L. Little, Jr., U.S. Department of Agriculture

Le seul châtaignier assez rustique pour le climat du Québec est le châtaignier d’Amérique (Castanea dentata), de zone de rusticité 4, mais il est très rarement cultivé, étant sensible à une maladie mortelle, le chancre du châtaignier (Cryphonectria parasitica).

Histoire d’un désastre écologique

Châtaignier d'Amérique en fleurs.
Châtaignier d’Amérique (Castanea dentata). Photo: Bruce Marlin, Wikimedia Commons

Cette maladie fut introduite accidentellement en Amérique du Nord lors d’essais d’introduction du châtaignier japonais vers 1876, et ce, dans le but d’établir des vergers commerciaux, car le châtaignier japonais, un arbre plus court que le très grand châtaignier d’Amérique, est mieux adapté à la culture en verger. Les châtaigniers asiatiques sont généralement résistants au chancre et souffrent peu de conséquences de leur infestation. 

Photo noir et blanc de grands châtaigniers d'autrefois.
Le châtaignier d’Amérique était souvent l’arbre dominant de la forêt. Il ne reste plus de châtaigniers de cette taille. Photo: Forest History Society, Durham North Carolina

Au début, aucun problème ne fut signalé, mais en 1904, un premier châtaignier d’Amérique fut atteint à New York. Il se trouve que, n’ayant jamais été en contact avec la maladie auparavant, le châtaignier d’Amérique n’a aucune résistance à cette maladie. Les spores du chancre, transportées par le vent, ont commencé à tuer d’autres châtaigniers d’Amérique, avançant de 80 km annuellement et dévastant les forêts du secteur. 

Chancre du châtaignier
Chancre du châtaignier (Cryphonectria parasitica). Photo: Richard Gardner, Bugwood.org

En moins de 50 ans, l’espèce, pourtant l’une des essences les plus courantes dans son aire naturelle, les Appalaches (on estime qu’un quart des arbres des forêts de la région était des châtaigniers), fut essentiellement rayée de la carte: environ 2 à 3 milliards d’arbres furent tués. Il paraît qu’il ne reste plus qu’environ 100 arbres dans la partie américaine de son aire, tous des rejets de souche. En Ontario, à la limite nord de son aire originale, le taux de survie est plus important (pour des raisons inconnues, le chancre semble moins virulent dans les régions froides) et il y en resterait 2000. 

Typiquement, l’arbre atteint de chancre du châtaignier meurt jusqu’à la base, mais produit souvent des rejets de souche. Ces jeunes arbres grandissent assez vigoureusement pendant plusieurs années, mais quand ils atteignent environ 9 m de hauteur et commencent tout juste à fleurir, le chancre les atteint et ils meurent avant de produire des châtaignes. Certains pieds produisent encore des rejets de souche plus de 100 ans après la première infestation.

L’hybridation à la rescousse? 

Il y a des essais de développer des châtaigniers d’Amérique naturellement résistants en croisant des semis avec des arbres survivants (rejets de souche). Ainsi, on espère éventuellement développer des châtaigniers d’Amérique purs avec une résistance naturelle au chancre. Il faudrait toutefois plusieurs générations de croisements pour y parvenir. À date, les résultats sont peu prometteurs.

Châtaignes du châtaignier hybride
Châtaignes du châtaignier hybride (C. dentata × C. mollissima). Photo: Chestnut Hill Nursery

D’autres programmes voient la solution dans l’hybridation interspécifique avec les châtaigniers asiatiques. En croisant ces arbres naturellement résistants au chancre avec des châtaigniers d’Amérique et en conservant des semis résultants qui résistent à la maladie, puis en recroisant encore ses hybrides avec des châtaigniers d’Amérique, et en répétant ces croisements sélectifs sur plusieurs générations, on espère pouvoir créer des châtaigniers qui sont pratiquement identiques au châtaignier d’Amérique en apparence, en adaptabilité et en vigueur, mais parfaitement résistants au chancre. Ainsi, ces hybrides pourraient éventuellement servir pour réintroduire l’espèce dans les forêts de son aire naturelle. 

Ces programmes connaissent un certain succès, mais jusqu’à maintenant, les hybrides se sont montrés moins rustiques que le châtaignier d’Amérique d’origine: zone 6 habituellement.

Châtaigniers à essayer

Feuilles, châtaignes et coques du châtaignier d'Amérique
Le châtaignier d’Amérique produit des châtaignes plus petites que les espèces européennes ou asiatiques, mais de goût supérieur. Photo: Timothy Van Vliet, Wikimedia Commons

Il est toutefois possible de le cultiver le véritable châtaignier d’Amérique dans les endroits où il n’y a jamais eu de châtaigniers dans le passé et donc où la maladie n’est pas présente. Par exemple, dans l’Ouest américain, notamment en Oregon, à 3000 km de tout châtaignier sauvage, il y a des vergers de châtaigniers d’Amérique qui produisent très bien.

Au Québec, où l’arbre n’est pas indigène, la maladie non plus ne semble pas présente. Ainsi, on peut trouver quelques châtaigniers d’Amérique dans certains jardins botaniques et arboretums québécois (le Jardin botanique de Montréal et le Jardin botanique Roger Van den Hende notamment). En allant dans ces jardins, vous pourriez récolter des châtaignes* et les semer chez vous. Je l’ai fait moi-même et un châtaignier d’Amérique pousse toujours dans un de mes anciens jardins.

*Les jardins botaniques et arboretums ne s’opposeront pas à la récolte de quelques châtaignes tombées au sol pour fins de multiplication. Il y a un genre d’accord informel à cet égard entre ces jardins et les jardiniers amateurs. Par contre, des razzias pour récolter toutes les châtaignes dans le but de les consommer ou de les vendre ne sont pas permises.

Vous pourriez également trouver de jeunes arbres de châtaignier d’Amérique ainsi que des châtaigniers hybrides à la Pépinière Casse-Noisette et à la pépinière Arboquebecium alors que Grimo Nut Nursery et la Pépinière aux arbres fruitiers vendent des hybrides uniquement.

Et en planifiant la plantation de châtaigniers pour votre propre plaisir, sachez qu’il faut toujours au moins 2 clones différents pour assurer une bonne pollinisation et donc fructification. En climat froid, il faut normalement au moins 5 à 7 ans avant de voir mûrir les premières châtaignes. L’arbre arrive à maturité et au maximum de sa production vers l’âge de 20 à 25 ans. Habituellement, un châtaignier mature produit jusqu’à 25 à 50 kg de châtaignes par année.

Châtaigne ou marron?

Châtaignes (à gauche), comestibles; marrons (à droite), toxiques. Photo: Fir0002 et Solipsist, Wikimedia Commons

Il ne faut pas confondre la châtaigne, comestible, et issue du châtaignier (Castanea spp.) avec le marron, toxique, et issu du marronnier d’Inde (Aesculus hippocastanum) et d’autres marronniers (Aesculus spp.). Vous trouverez une clé pour permettre de les distinguer dans l’article Châtaigne ou marron?.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.