Multiplication des végétaux Truc du jour

Déconfinement des boutures enracinées

Quand on démarre des boutures en culture à l’étouffée, il faut les acclimater par la suite. Photo: rainbowgardens.biz

Question: J’ai tenté dernièrement quelques boutures à l’étouffée (de vigne vierge, glycine et chèvrefeuille). Elles ont pris, mais quand j’ai retiré le sac, elles ont séché illico! Elles étaient pourtant à l’ombre et bien arrosées. J’espère ne pas les avoir perdues! Qu’ai-je mal fait? Y a-t-il une procédure de «déconfinement» progressif à appliquer? C’est vrai que les pauvres bêtes étaient habituées à une atmosphère très humide.

Estellanara

Réponse: Vous avez tout compris! Les boutures (et aussi les semis) produites par culture à l’étouffée (couvertes par une «mini-serre», soit un dôme de plastique transparent ou dans un sac de plastique transparent) s’enracinent plus facilement que les boutures faites à l’air libre, car la forte humidité à l’intérieur de la mini-serre (elle est près de 100%) élimine la perte d’eau par la transpiration. Ainsi, la bouture, n’ayant pas le stress supplémentaire de constamment chercher à remplacer l’eau perdue par ses feuilles, peut concentrer ses efforts sur la formation de racines. 

Boutures qui produisent de nouvelles feuilles.
Quand de nouvelles apparaissent, les boutures sont enracinées et on peut commencer l’acclimation. Photo: earth.com

Par contre, quand la bouture est enracinée et commence à produire de nouvelles feuilles (d’ailleurs, le signe qu’elle est enracinée est justement l’apparition de nouvelles feuilles), ces feuilles seront acclimatées à une très forte humidité et flétriront rapidement si l’on enlève la mini-serre sur-le-champ. Vous l’avez enlevée trop rapidement, provoquant l’assèchement des nouvelles feuilles. 

Les boutures (on devrait plutôt parler de jeunes plants, puisqu’ils sont désormais enracinés) ne sont pas perdues et produiront de nouvelles feuilles à l’air libre, mais cela leur a donné un choc inutile qui ralentira leur reprise.

Main qui ouvre un sac transparent contentant une bouture.
Quand la bouture est enracinée, ouvrez la mini-serre un peu… et davantage de jour en jour. Photo: missouribotanicalgarden

Donc, le secret de réussir ce «déconfinement» est de le faire tôt et — surtout! — graduellement. Dès que vous voyez de nouvelles feuilles, ouvrez un peu le sac ou levez un peu le dôme (on peut l’appuyer sur une cale quelconque) pour laisser entrer un peu d’air extérieur et faire baisser l’humidité.

On peut lever le dôme sur une cale. Photo: forum.wordreference.com & amazon.ca

Le lendemain, ouvrez un peu plus et le surlendemain, encore davantage. Après 5 à 7 jours de ce déconfinement graduel, vos boutures seront complètement acclimatées et prêtes à affronter la vie à l’extérieur de leur mini-serre, et ce, sans perdre une feuille.

Journaliste et blogueur horticole, auteur de plus de 60 livres de jardinage, conférencier très en demande et jardinier passionné, le jardinier paresseux, Larry Hodgson, vit et jardine à Québec. Le blogue le jardinier paresseux offre plus de 2 000 billets aux amateurs de jardinage, toujours dans le but de démystifier le jardinage et le rendre plus facile aux participants. Si vous avez une question sur le jardinage, entrez-la dans Recherche: la réponse s’y trouve probablement déjà.

1 comment on “Déconfinement des boutures enracinées

  1. Même les boutures, confinement, déconfinement adaptées 😉

Laisser un commentaire

Inscrivez-vous au blogue du Jardinier paresseux et recevez ses articles dans votre boîte de courriel à tous les matins!

%d blogueurs aiment cette page :