L’un des rares arbustes à floraison automnale

Par défaut

La floraison automnale de l’hamamélis de Virginie. Photo: mailordernatives.com

Pour beaucoup de jardiniers, il n’y a déjà plus de fleurs dans le jardin depuis des semaines. Pour d’autres, par contre, la floraison continuera jusqu’à la première neige durable grâce aux vivaces, aux bulbes et aux graminées à floraison automnale: chrysanthèmes, colchiques, aconits, miscanthus, etc. Mais un arbuste à floraison automnale? Cela paraît peu possible. 

D’accord, il y a l’hydrangée paniculée dont les fleurs, blanches au début, sont maintenant roses et tiennent encore, ainsi que plusieurs rosiers qui refleurissent en fin de saison. Et l’heptacodium de Chine (Heptacodium miconioides), malheureusement peu connue, fleurit massivement à l’automne. Mais il y a aussi un arbuste indigène de ma région dont la floraison débute à l’automne et qui reste en fleurs presque trois mois, généralement jusqu’aux premières neiges, l’hamamélis de Virginie (Hamamelis virginiana). 

Une floraison curieuse

Mais comment cet arbuste peut-il faire pour fleurir en octobre et novembre sous un climat aussi froid que celui du Québec? C’est que les fleurs ont la curieuse capacité de fermer quand il fait froid et de s’ouvrir de nouveau quand la température se réchauffe. Les quatre longs pétales de l’hamamélis de Virginie pendent librement quand il fait «chaud» (plus de 0 °C), mais s’enroule sur eux-mêmes quand il y a du gel dans l’air. Ainsi, si nous passons quelques jours ou même une semaine ou plus entièrement sous le point de congélation, pas de problème: les fleurs sont protégées et s’épanouiront de nouveau dès que la température se réchauffe le moindrement.

Fleurs et boutons de l’hamamélis de Virginie
Fleurs de l’hamamélis de Virginie. Photo: Mary Anne Borge, the-natural-web.org

Les fleurs ont une apparence curieuse, rappelant aucune autre: les pétales jaune pâle sont en lanière froissée et dégagent un parfum subtil, mais agréable que vous connaissez peut-être déjà, car l’hamamélis fait partie des plantes médicinales utilisées depuis des générations. Plus récemment, des produits de beauté à odeur d’hamamélis fusent aussi sur le marché. D’ailleurs, il n’y a pas que les fleurs qui sont parfumées, mais même les feuilles froissées et les tiges broyées. 

Une fructification très tardive

Fleurs et capsules de graines de l’hamamélis de Virginie
Les capsules de graines, dures et ligneuses, s’ouvrent en même temps que les fleurs. Photo:Paul Rothrock, sernecportal.org

L’hamamélis fleurit si tardivement que ses semences n’ont pas le temps de mûrir. À la place, et c’est un fait unique parmi les arbustes de climat froid, les capsules de graines hivernent sur la plante pour mûrir… l’automne suivant. En effet, au même moment que l’hamamélis fleurit, il libère les graines résultant de la floraison de l’année précédente. Il n’est pas rare de trouver des plantes tropicales dont les graines prennent un an ou même plus pour mûrir, mais l’hamamélis est le seul arbuste de climat froid à le faire. 

Le résultat est que les fleurs et les fruits mûrissent en même temps. D’ailleurs, c’est le sens du terme Hamamelis qui vient du grec hama pour simultanée et melon pour fruit.

Quand elles sont enfin mûres, les capsules de graines s’ouvrent explosivement, lançant les graines jusqu’à 10 m de la plante. Je soupçonne qu’elles doivent flotter aussi, car on trouve souvent l’hamamélis le long des cours d’eau.

Un grand arbuste

hamamélis de Virginie avec feuilles automnales jaunes
L’hamamélis de Virginie, ici montrant sa coloration automnale, est un arbuste de bonne taille. Photo: taprootnurseryky.com

L’hamamélis est un grand arbuste qui peut même devenir un petit arbre avec le temps. Il atteint facilement 3,5 m de hauteur et parfois jusqu’à 6 m. Sa ramure à l’écorce grise lisse est assez ouverte et pousse en zigzag, ce qui confère à un bel attrait hivernal. En été, ses feuilles vertes aromatiques, de forme irrégulière, constituent son attrait principal. Elles deviennent jaunes à l’automne, chutant au cours de la floraison. D’ailleurs, s’il y a une rapproche à faire à l’hamamélis, c’est que toutes ses feuilles ne tombent pas à temps pour dévoiler la splendeur de ses fleurs. En généralement, plusieurs feuilles restent collées sur l’arbuste, cachant partiellement la floraison. Il serait intéressant de trouver et multiplier des clones dont toutes les feuilles chutent tôt: elles seraient sûrement très populaires sur le marché.

À ma connaissance, il n’existe qu’un seul cultivar d’hamamélis de Virginie: ‘Little Suzie’, choisi pour sa taille moindre (moins de 1,5 m de hauteur et de diamètre) et la coloration jaune beurre de ses feuilles automnales.

Les autres hamamélis

Hamamelis × intermedia ‘Arnold Promise’ en fleurs sous la neige
Hamamélis hybride (Hamamelis × intermedia)‘Arnold Promise’ sous la neige. Photo : vdberk.co.uk

Il existe quatre autres espèces d’hamamélis, H. japonicaH. mollisH. ovalis et H. vernalis, les deux premières d’origine asiatique et les deux dernières venant du sud-est des États-Unis. Il existe aussi une espèce hybride, H. × intermedia, résultat du croisement entre H. japonica et H. mollis. Toutes, curieusement, sont à floraison hivernale. Oui, ils fleurissent en février ou mars dans les régions aux hivers relativement doux, même en janvier dans certains climats, mais il faut quand même des températures froides pour stimuler la floraison. D’ailleurs, leur floraison jaune, orange ou rouge est l’attrait principal de ces hamamélis, car ils fleurissent si tôt qu’ils sont souvent les premiers arbustes à fleurir. Parfois, les fleurs sont recouvertes de neige, mais, comme chez l’hamamélis de Virginie, les pétales s’enroulent à moins de 0 °C, protégeant la fleur du froid. Ainsi, la floraison peut reprendre au prochain redoux.

Les hamamélis à floraison hivernale sont très populaires dans les jardins européens et américains de climat tempéré doux, mais leur rusticité limitée (zones de rusticité 6 à 8) restreint sérieusement leur utilisation au Canada.

Conditions de culture

Carte de la distribution naturelle de l’hamamélis de Virginie
Distribution naturelle de l’hamamélis de Virginie. Photo: U.S. Geological Survey

L’hamamélis est indigène du nord-est de l’Amérique du Nord: la limite nord de son aire naturelle est l’Île d’Orléans près de Québec. Dans la nature, il pousse souvent dans les milieux humides et même sur le bord de l’eau, mais il s’adapte sans peine aux conditions «normales» de jardin. Évitez toutefois les emplacements réellement très secs. Quant aux sols, il n’est pas difficile: il semble pousser aussi bien dans les sols riches que pauvres, acides que neutres. Il tolère aussi bien l’ombre que le soleil. Il est rustique dans les zones de rusticité 4 à 8.

Aucune taille n’est nécessaire, à moins de vouloir contrôler sa croissance si vous l’avez placé dans un endroit trop serré. Dans ce cas, vous pouvez le tailler à la toute fin de l’automne, après la floraison. Aussi, il drageonne légèrement et il peut être nécessaire d’enlever les plantes ainsi produites. Si vous voulez changer votre hamamélis en petit arbre, vous pouvez aussi éliminer les branches inférieures quand il atteint une bonne hauteur. Autrement, c’est un arbuste sans problème, ne semblant pas sujet aux insectes ou aux maladies, qui poussera lentement mais sûrement dans votre jardin. Il est parfois taillé par les cerfs pendant l’hiver, mais est acclimaté à leur prédation et récupère à temps pour fleurir annuellement.

Sa disponibilité en pépinière est cependant assez faible et il vous faudrait peut-être visiter plusieurs pépinières avant de le trouver. Ou demandez à votre pépiniériste préférée de vous en commander un pour le printemps prochain (on peut le planter en toute saison). Aussi, si vous connaissez quelqu’un qui a des hamamélis sur son terrain, il est relativement facile à bouturer au printemps.


L’hamamélis de Virginie: original et parfumé, il attend votre découverte!

3 réflexions sur “L’un des rares arbustes à floraison automnale

  1. Très intéressant, merci de nous faire découvrir ces arbustes peu connus.
    J’ai une potentilla fruticosa ‘Mango Tango’ exposée au soleil qui est encore tout en fleur sur la rive-sud de Montréal.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.