Déjà le temps de rentrer nos plantes?

Par défaut

Les plantes d’intérieur adorent passer un été en plein air… mais il faut éventuellement les rentrer au bercail. Photo: http://www.stamenandstemblog.com

Avec les jours qui raccourcissent et les nuits qui deviennent de plus en plus fraîches, on sent que l’automne n’est pas loin. Et avant qu’il n’arrive, il est temps de rentrer les plantes d’intérieur qui ont séjourné à l’extérieur. Philodendrons, palmiers, hibiscus: si vous les avez sortis du salon au début de l’été et les avez placés en plein air sur votre terrasse ou votre balcon ou même intégrés à votre plate-bande, il est temps de songer sérieusement à les rentrer. C’est la même chose pour certaines fines herbes qu’il conserver à l’intérieur dans les régions froides, comme le laurier sauce et le romarin. Et pour beaucoup d’annuelles récupérables: bégonias, coléus, pélargoniums (géraniums), fuchsias, etc. 

Quand faire la rentrée?

Évidemment, le climat local sera un facteur important dans la date de la rentrée. Là où les températures baissent tôt, comme au Québec, une rentrée avant la mi-septembre s’impose, mais dans d’autres régions, comme dans le sud de l’Europe et le sud des États-Unis, aucun froid n’est à craindre avant le mois de novembre. Et évidemment, si votre climat est tropical, vous n’aurez pas à rentrer vos plantes du tout.

Quand les températures commencent à baisser sous
10 °C, il est temps de rentrer vos plantes.
Ill.: dlpng.com


Pour savoir quand procéder à la rentrée, surveillez les annonces de la météo: dès que les températures nocturnes commencent à baisser régulièrement sous 10 °C, il est temps d’agir.

Pourquoi seulement 10 °C? C’est loin du gel, non? Oui, mais rappelez-vous qu’il n’y a pas que le gel que les plantes origine tropicale craignent. Si les nuits rafraîchissent trop, ces plantes commenceront à perdre leurs boutons floraux et même leurs feuilles. Ou entreront dans un état de choc dont elles ne ressortiront qu’avec grande difficulté. 

Or, si vous les rentrez avant que les températures baissent sous la barre des 10 °C, souvent la transition se fait sans le moindre ralentissement ou dommage. 


Rentrez des plantes, pas les insectes

Le problème qui se pose alors c’est: comment rentrer les plantes sans les bestioles indésirables en même temps? Heureusement, ce n’est pas si difficile à éviter. Voici comment faire.

Nécessaire pour rentrer une plante de l'extérieur: plante en pot, eau savonneuse, brosse, tuyau d'arrosage
Il faut bien nettoyer les plantes pour ne pas entrer d’insectes. Ill.: Claire Tourigny, tirée du livre Les 1500 trucs du jardiner paresseux

D’abord, faites un bon ménage: enlevez les feuilles mortes et jaunies, taillez les branches trop longues, etc. Puis, rincez toute la plante avec un fort jet d’eau. C’est déjà assez pour éliminer plusieurs insectes, mais en plus, vaporisez la plante de savon insecticide (vendu en jardinerie). Le savon noir peut aussi convenir, mais il coûte beaucoup plus cher et est toxique à certaines plantes. Ne les vaporisez pas avec un soi-disant «savon à vaisselle» qui contient souvent des produits toxiques pour les plantes. 

Assurez-vous de toucher avec votre solution savonneuse toutes les parties exposées de la plante et surtout l’envers des feuilles et l’aisselle des feuilles, ce sont des endroits où les insectes se cachent souvent.

Mais que faire avec les insectes et autres bestioles qui peuvent se cacher dans le terreau? 

Traitement tuer les insectes dans une pot: seau, eau savonneuse, insectes qui se noient.
On peut facilement noyer les intrus dans un seau d’eau savonneuse. Ill.: Claire Tourigny, tirée du livre Les 1500 trucs du jardiner paresseux

Vous pouvez les éliminer en plongeant le pot dans un grand seau d’eau additionnée de savon insecticide, en y laissant la motte de racines tremper 10 à 30 minutes. Il peut être nécessaire de mettre une brique ou une roche sur le pot pour le tenir sous l’eau. Après, enlevez le pot du seau, laissez-le bien drainer, puis nettoyez-le avant de rentrer la plante. 

Des boutures à prendre

Bien sûr, il est possible de déterrer des annuelles comme les bégonias, les coléus et les pélargoniums du jardin et de les empoter, puis de leur donner le traitement présenté ci-dessus, mais il est souvent plus facile de faire des boutures. Ainsi, vous rentrerez une plante plus petite qui occupera peu d’espace.

Bouturer une annuelle est facile. Commencez par couper une section terminale de tige de 10 à 20 cm de longueur, selon la taille de la plante. Supprimez les feuilles inférieures et tout bouton floral ou fleur. Plongez maintenant la bouture dans de l’eau savonneuse et secouez légèrement pour éliminer tout insecte qui pourrait s’y cacher. Laissez la bouture s’égoutter.

La plupart des boutures reprennent mieux à l’étouffée. Photo: Frank Schuberth, http://www.mein-schoener-garten.de.

Préparez un petit pot de terreau humide et piquez-y la bouture jusqu’au deuxième nœud (renflement sur la tige où une feuille a déjà été fixée). Pour les boutures ligneuses (à tige dure), comme l’hibiscus, appliquez une hormone d’enracinement sur l’extrémité inférieure de la tige pour stimuler une reprise plus rapide. Faites une culture à l’étouffée, c’est-à-dire couvrez la bouture d’un dôme transparent ou enfermez-la dans un sac de plastique transparent afin de maintenir une forte humidité. Maintenant, placez la bouture dans un emplacement bien éclairé, mais à l’abri du soleil direct.

Il n’est pas nécessaire de placer les boutures de succulentes à l’étouffée. Photo: Cori Sears, The Spruce

Les boutures de plantes succulentes (cactus, euphorbes, sédums, etc.) nécessitent une attention un peu différente. Ces plantes tolèreraient difficilement la forte humidité atmosphérique de la culture à l’étouffée, alors, laissez-les à l’air libre, tout simplement, ne les couvrant pas.

Quand de nouvelles feuilles paraissent, normalement en un mois ou deux, la bouture est enracinée et est désormais une plante à part entière. Vous pouvez alors enlever le sac et placer la jeune plante dans un endroit qui convient mieux à ses besoins.

Culture pendant l’hiver

Pendant l’hiver, arrosez vos plantes quand le terreau est sec au toucher et maintenez une bonne humidité ambiante. Placez-les sous l’éclairage le plus intense possible, car le soleil automnal et hivernal est faible. Si l’emplacement est sombre, utilisez une lampe de culture pour remplacer le soleil. Il est peu probable que vous ayez besoin de fertiliser vos plantes avant le mois de mars. 

Bonne rentrée!

4 réflexions sur “Déjà le temps de rentrer nos plantes?

  1. Hervé

    Bonjour, lecteur français de votre blog, j’ai été surpris à plusieurs reprises par votre phrase « offert en jardinerie ». Je n’ai jamais vu de jardinerie donner gratuitement des produits. J’imagine que au Québec vous utilisez « offrir » pour dire vendre » ? Merci pour vos articles que je lit toujours avec intérêt.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.