Mythe horticole: effeuiller les plantes de tomates fait mûrir les fruits

Par défaut

Est-ce vrai que les tomates trop à l’ombre ne mûriront pas? Photo: http://www.denverpost.com

Mon père effeuillait toujours ses plants de tomates. Pas complètement, mais assez pour dégager les fruits cachés par la verdure, car il croyait que c’était une exposition directe au soleil qui faisait rougir les fruits. 

Aujourd’hui, nous savons que ce n’est pas vrai, mais beaucoup de jardiniers le pensent encore. D’ailleurs, si je me fie aux questions qui me sont posées, cette croyance est en pleine recrudescence. 

Évidemment, il paraît logique qu’effeuiller une plante puisse être utile. Après tout, n’est-ce pas le soleil qui donne la couleur rouge aux fruits? 

Les fruits de tomate mûrissent très bien à l’ombre; aucun soleil n’est nécessaire. Photo: anoregoncottage.com

En fait, pas du tout. Les tomates mûrissent quand elles sont prêtes à mûrir, voilà tout. Comme preuve, récoltez deux tomates vertes, mais presque mûres, et placez-en une dans un sac de papier opaque dans le garde-manger, donc complètement à l’ombre, et l’autre sur un rebord de fenêtre ensoleillé. Vous verrez que les deux mûriront en même temps et pourtant, celle enfermée dans le garde-manger n’aura reçu aucun rayon de soleil.

Fruit brûlé par une exposition subite au soleil. Photo: MAPAQ

Le pire, c’est que non seulement effeuiller les tomates n’aide pas du tout (cela n’accélère pas le mûrissement), c’est même carrément nuisible. Souvent, les fruits ombragés par le feuillage, puis subitement exposés au plein soleil, brûlent (on appelle cela une insolation), laissant une blessure qu’il faut supprimer et qui réduit la qualité du fruit.

Aussi, c’est le feuillage, en captant l’énergie solaire pour la convertir en sucres, qui donne aux tomates leur goût: si vous supprimez les feuilles, vos tomates seront moins sucrées! Et aussi, plus la plante porte de feuilles, plus elle produit de fruits! Donc, moins de feuilles, moins à manger!

Oui, vous pouvez supprimer les feuilles jaunes, brunies ou malades: elles ne donnent plus rien à la plante. Mais laissez les feuilles vertes intactes si vous voulez des tomates les plus savoureuses possible!

N.D.L.R. Adapté d’un billet originalement publié le 21 août 2015

21 réflexions sur “Mythe horticole: effeuiller les plantes de tomates fait mûrir les fruits

  1. Nefelejcs

    J’arrache la moitié des feuilles du tomate quand il pleut beaucoup qu’elles se sèchent plus vite et pour qu’on évite les maladies fongiques. C’est une légende aussi?

    • Cela peut protéger contre l’insolation, c’est vrai, car les fleurs auront alors du temps pour se remettre du choc, mais avez vous de preuves que cela protègent les fruits contre les maladies? Je ne peux pas dire que c’est une légende, car c’est la première fois que j’entends cette explication. Mais ne trouvez-vous pas que les fruits sont moins succulents (moins de photosynthèse = moins de sucres)? La moitié moins de feuilles… c’est une taille sérieuse!

  2. Geneviève

    Les tomates mûries au soleil sont goûteuses, celles rentrées dans la maison en fin de saison rougissent malgré tout mais n’ont pas de goût, semblables à celles du supermarché vendues en hiver!

    • Bien sûr! Je n’essayais pas du tout de convaincre les jardiniers de faire mûrir les tomates à l’intérieur. Mais les tomates que vous dites « mûries au soleil » n’ont pas besoin d’être exposées physiquement au soleil, voilà le point à retenir. Les feuilles oui, pas pas les fruits.

    • Il faut se rappeler que l’étude de l’INRA a été faite en serre, un milieu très différent de la culture en plein air, et cela, pour beaucoup de raisons. On peut difficilement tirer des conclusions pratiques pour le jardinier moyen de cette étude. Et notez aussi que les différences étaient très minimes… et de faible importance pour le jardinier.

  3. Guylaine Côté

    2 questions: a) briser les feuilles ou « édrageonner » peuvent ils favoriser la propagation de maladies (fongiques( et b) est-ce que les plants de tomates non déterminées doivent elles être « édrageonnées  » pour ne tenir qu’une seule tête?. Cet intervention est fréquente (habituelle) en production de culture en serres. Merci déjà

    • La culture en serre, où tout est stérilisé et que même les employés portent des combinaisons et couvre-chaussures de protection (les derniers, trempés dans une solution de fongicide en entrant dans la serre), c’est un milieu très différent. Théoriquement, les spores de maladies sont absentes. La culture en plein air, c’est une autre situation très différente.

  4. Therese Lafleche

    Je suis tombée par hasard sur votre site, malheureusement un jour trop tard ! Au jardin communautaire, j’avais remarqué que plusieurs personnes enlevaient des branches à leurs plants de tomates. Je me suis dit que c’était sans doute pour les faire mûrir plus vite. Alors j’ai fait pareil, mais comme je trouvais ça triste d’enlever le belles feuilles en santé, j’en ai enlevé très peu. Heureusement ! Merci !

  5. jean

    Depuis quelques années nous jardinons beaucoup et essayons des nouveaux trucs régulièrement. Cette année, pour la 1ère fois, nous avons décidé de ne pas enlever les gourmands….on nous a laissé miroiter qu’ainsi, on aurait 30% plus de tomates….nous avons donc faits nos propres semis, comme à l’habitude, et replantés au jardin début juin….Finalement, depuis 2 semaines nous récoltons les fruits sur nos 35 plants de nos différents types de tomates. Malheureusement, nous remettons en question le fait de ne pas enlever les gourmands….Pourquoi ? Je trouve que les plants sont beaucoup trop opaques….ça devient difficile pour la cueillette…j’ai l’impression qu’on ne les voit pas toutes et que finalement on en retrouve des abîmés au sol…je trouve cela beaucoup moins agréable à manipuler….Qu’en pensez-vous ?

    • J’admets que je cherche un peu, mais quand les fruits changent de couleur, on voit toujours un peu de rouge à travers les feuilles. De toute façon, même si j’en perds quelques uns (mais cela me surprendrait), je finis toujours avec plus de fruits par plant.

    • La culture en serre est tout à fait différente de la culture en plein air. Aucune risque de maladie (puisque tout est gardé stérile), aucun risque d’insolation (le vitre ou plastique filtre les rayons ultraviolets), extrême rapprochement des plants pour faciliter la récolte, même si les plantes individuelles produisent moins, etc.). C’est un peu comme comparer l’élevage d’un béluga en liberté à un béluga en aquarium: deux choses très, très différentes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.