Tuteurage des plantes d’intérieur: enfin du succès?

Par défaut

Les plantes en pot qui ne tiennent pas debout, une source frustration! Ill.: Hiclipart.com, clipart library & http://www.vecteezy.com, montage jardinierparesseux.com

Cela fait 40 ans que je me bats pour faire tenir certaines plantes d’intérieur debout pendant leur séjour estival en plein air et peut-être que j’ai enfin trouvé une solution.

C’est que je mets presque toutes mes plantes d’intérieur (environ 300 plantes) à l’extérieur pour l’été afin qu’elles puissent profiter d’un peu de soleil supplémentaire par rapport à ce qu’elles obtiennent à l’intérieur. Aussi, elles jouissent alors de plus d’espace, d’un bon lessivage par la pluie et d’une meilleure circulation d’air. La plupart adorent l’expérience! Quand je peux les faire tenir debout, du moins. 

Et voilà le hic! Depuis toujours, je lutte pour empêcher les grandes plantes de se faire renverser par le vent, car quand elles tombent, cela cause des dommages: branches et feuilles cassées, brisées ou arrachées de la plante, dommages aussi aux plantes plus petites sur lesquelles elles tombent, pots cassés, terreau partout, engrais gaspillé, etc. Et que de ménage à faire!

Mes premières expériences

Sur un balcon, la balustrade peut servir de tuteur salutaire.

Même lorsque j’ai commencé à expérimenter avec la sortie des plantes d’intérieur en plein air pour l’été, soit sur le balcon de mon premier appartement quand j’étais étudiant, j’ai tout de suite découvert que le vent faisait beaucoup de dégâts sur les plantes mal retenues. Encore, c’étaient surtout les plus grandes qui écopaient. Alors, j’ai rapidement appris à les fixer à la balustrade du balcon avec de la ficelle de jute, résolvant le problème. Habituellement, le succès était alors total.

Quand j’ai emménagé dans un appartement au rez-de-chaussée, puis dans une maison, sans balustrade pour servir de tuteur, les choses ne se sont pas aussi bien passées. Le premier vent fort — qui se arrivait souvent le jour même où je sortais les plantes — et déjà voilà quatre ou cinq plantes couchées au sol. Certaines plantes sont tombées si souvent au cours des années qu’on peut presque suivre l’histoire de leurs renversements par les cicatrices et branches bizarrement raccourcies qu’elles portent.

Notez que je ne parle pas des ouragans ou des tornades dans cet article. Je suis sûr qu’aucune plante d’intérieur ne résisterait à une telle force! Tout ce que je demande à une plante d’intérieur de bonne hauteur est de résister aux vents forts, mais de force normale, et il me semble que cela devrait être dans le domaine du possible.

Mes plus grands échecs

J’ai essayé toute une série de différentes techniques. 

Ajouter du gravier au pot, que ce soit au fond ou sur le dessus, ne donne pas grand résultat! Photo: Daniel Gasteiger, http://www.dailyitem.com
  • Les planter dans des pots plus lourds;
  • Ajouter du gravier au pot pour l’alourdir;
  • Placer le pot dans un plus pot nettement plus grand, remplissant l’interstice de gravier;
  • Même clouer les pots au sol avec des clous surdimensionnés (vous seriez étonnés de voir à quel point ces pics géants d’allure presque menaçante sont vite arrachés du sol par un bon vent!);
  • Etc.

Rien ne fonctionnait. 

Méthode supplémentaire: je fixe ce très lourd anthurium à mon étagère de jardin au moyen de cordes élastiques. Je suppose que je pourrais trouver des cordes plus esthétiques! Photo: jardinierparesseux.com

Stabilisateurs de pépinière

Ces stabilisateurs de pot pourraient peut-être réussir, mais semblent introuvables. Photos: http://www.amleo.com.

J’ai aussi vu en jardinerie des supports en fil de métal appelés stabilisateurs de pots («plant container stabilizers») qui servent à empêcher les contenants d’arbres de se renverser en pépinière, mais n’en ai jamais vu en vente dans ma région. J’ai fini par trouver une source aux États-Unis (Better Bilt Products, Inc. d’Illinois), mais non seulement ces stabilisateurs coûtent-ils très chers, les modèles que je voulais semblaient toujours être en rupture de stock! Donc, je n’ai jamais pu les essayer.

Pot-en-pot

La méthode pot-en-pot ne semble pas fonctionner pour les plantes hautes. Photo: lifehacker.com

J’ai aussi essayé la méthode pot-en-pot sur de grandes plantes. Il s’agit de creuser un trou dans le jardin, d’y placer un pot dans le but de le laisser de façon permanente, puis de déposer une plante d’intérieur dans ce «double pot». Alors le poids de la terre tout autour du double pot devrait permettre à la plante de rester debout.

C’est une technique que j’utilise déjà pour certaines plantes de taille plus restreinte de façon à pouvoir les changer rapidement et souvent.

Pour les grandes plantes, par contre, cela s’est avéré être une perte de temps totale. Le sol autour du double pot, fraîchement labouré, n’est tout simplement pas capable de résister au poids d’une grande plante pesante poussée par le vent et déterminée à tomber. Je voyais toujours, après une journée de grand vent, mes plantes couchées au sol, le double pot souvent carrément arraché, et de la terre fraîche partout.

La méthode pot-en-pot aurait probablement mieux fonctionné si j’avais installé le double pot un an à l’avance afin de laisser le sol se tasser solidement autour de lui plutôt que d’oser y insérer une grande plante tout de suite. Par contre, après un premier échec, je n’ai jamais essayé de nouveau, parce que creuser des trous dans mon sol chargé de racines d’arbres est déjà une tâche monumentale en soi et je n’avais pas le courage de faire une nouvelle tentative.

Boîtes de plantation

J’ai toutefois une solution qui fonctionne bien… pour certaines plantes.

Mes bacs tiennent les plantes de taille intérmédiaire et restreinte debout. Photo: jardinierparesseux.com

Lorsque de la construction de ma terrasse, j’ai fait inclure des bacs à fleurs en bois dans lesquels je peux déposer mes plantes d’intérieur l’été. Les boîtes ne sont pas simplement placées sur la terrasse, sinon elles seraient sujettes à être renversées: elles y sont intégrées et solides comme le roc. Cette méthode fonctionne bien pour les plantes de petite à moyenne taille (je mets des briques sous les plus petites pour surélever un peu leur pot), mais les plus grosses plantes — mes arbres d’intérieur, dont certains sont plus hauts que moi — sont depuis longtemps dans des pots beaucoup trop larges pour être insérés dans les bacs à fleurs de seulement 25 cm de diamètre.

Tuteurs et ficelle

Ficus elastica soutenu par deux tuteurs. Photo:jardinierparesseux.com

Donc, cette année, j’ai essayé quelque chose de nouveau… quelque chose de si évident que j’aurais dû y penser il y a des années! J’ai posé les plantes dans le jardin et j’ai inséré solidement des tuteurs en métal plastifié dans le sol de chaque côté. Ensuite, j’ai utilisé de la ficelle pour les attacher aux tuteurs. J’ai serré assez pour que les tuteurs courbent un peu, mais pas au point que la ficelle s’enfonce dans l’écorce des plantes. Les piquets demeurent justement un peu flexibles, alors la plante bouge sous le vent, même assez fort, mais sans tomber. Jusqu’à présent, les pots n’ont pas bougé et toutes les plantes sont toujours debout, même après plusieurs journées très venteuses et une nuit aux rafales à 90 km/h. 

Une seule exception, toutefois. J’ai un croton énorme et très lourd (Codiaeum variegatum) avec un tronc d’environ 6,35 cm de diamètre qui a rapidement commencé à pencher vers l’avant après les premiers coups de vent. Donc, j’ai posé un 3e tuteur derrière cette plante, faisant alors un tuteurage en triangle, et maintenant elle tient très bien.

D’accord, mon tuteurage n’est pas des plus discrets et ne gagnera pas de prix pour son élégance, mais au moins ça marche et mes plantes sont heureuses et debout, comme il se doit.

Vos solutions?

Quelles techniques avez-vous développées pour faire tenir debout vos plantes d’intérieur lors de leur séjour estival à l’extérieur? Envoyez-moi une explication et des photos à jardinierparesseux@gmail.com et j’essaierai d’incorporer les méthodes les plus ingénieuses dans un futur blogue.

17 réflexions sur “Tuteurage des plantes d’intérieur: enfin du succès?

  1. Marjolaine Bezeau

    Lorsque vous les entrer à la fin de l’été comment faites-vous pour être certain qu’il n’y a pas d’insectes nuisible? Lavez-vous chaque plantes et changez-vous le terreau avant de les entrer???

  2. Je ne sais pas si cela existe, mais un pot dont la base serait plus large que le sommet serait plus stable. Je ne sais pas par contre comment les racines de la plante réagiraient et ça serait aussi très difficile de « déploter » la plante.

  3. Thérèse Houde

    Il y a plus d’insectes nuisibles pour les plantes à l’intérieur qu’à l’extérieur. Il y a des plantes qui attirent les insectes comme des aimants. Pas obligé de toutes les jeter seulement jeter la pire de toutes.

  4. Lucie

    Pas si paresseux le Jardinier! 300 plantes! Je n’ai pas le courage de sortir toutes mes plantes mêmes si j’en ai qu’une centaine, mais je sors quelques plantes que j’installe dans de gros bacs de béton à fond plat et s’il y a un espace entre le pot et le bac, je le comble de copeaux, elles n’ont jamais basculées.

  5. Monique La asse

    Bonsoir,
    J’aurais besoin de vos connaissances afin de savoir si des vivaces ou petits arbustes peuvent survivre dans environ 12 pouces de terre suivi de concassées d’environ 3 à 4pouces puis ensuite encore de la terre. Merci beaucoup.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.