Un arbre de 1900 ans découvert en Chine

Par défaut

De nombreuses sources d’information à travers le monde ont récemment signalé la découverte d’un «pin» vieux de 1900 ans dans la province du Sichuan, dans le sud-ouest de la Chine. C’est un géant d’arbre, haut de six étages, avec une circonférence de 7,5 m et des racines atteignant plus de 50 m dans toutes les directions. Le tronc creux est si gros que sept hommes peuvent s’y tenir debout, mais les découvreurs, un groupe de forestiers, disent qu’il est sain et peut vivre encore très longtemps. 

Les autorités chinoises s’attendent à ce que l’arbre devienne une attraction touristique locale et vont mettre en place des moyens pour le protéger.

Cet arbre est loin d’être le plus vieil arbre individuel du monde. Un concurrent pour ce titre est un pin bristlecone (Pinus longaeva) de la Californie surnommé Methuselah qui a plus de 4 700 ans. (Lisez Les plantes les plus âgées du monde pour découvrir d’autres records de longévité chez les végétaux.)

De plus, l’arbre chinois n’est assurément pas un pin (Pinus spp.) et, en fait, ne ressemble en rien à un pin. Je ne suis pas un expert des conifères orientaux, mais je suppose que c’est probablement une pruche (Tsuga). Peut-être qu’un lecteur pourrait clarifier la situation?

Images: 8 News NOW Las Vegas

Une réflexion sur “Un arbre de 1900 ans découvert en Chine

  1. Adeline

    C’est sûr…. la nature nous survivra, elle survivra a toutes les conneries que fait ou fabrique l’être humain, la nature était là bien avant nous et elle le sera encore après nous. Nous on en a plus pour très longtemps et ça commence aujourd’hui avec le virus !!!!
    C’est qui déjà le chef Indien qui disait  » la nature n’appartient pas à l’homme, c’est l’homme qui appartient à la nature » !!!!
    Quand je me lève le matin la première chose que je fais c’est de dire merci à mon jardin, a mon potager, à la sauge que je vais cueillir, aux courgettes qui grossissent, aux abeilles sauvages qui butinent les fleurs de bourrache…. c’est mon grand père qui faisait cela, j’étais petite et je n’ai pas oublié. Il faisait parti de ces « jardiniers paresseux » et j’adorais son jardin ou tout poussait en vrac et en harmonie. Devant sa maison (en Drôme provençale) il y avait un tilleul énorme, très vieux, dont l’ombre protectrice et bienfaitrice a vu de très nombreuses fêtes de famille, et dont les fleurs que nous cueillions en été se vendait à l’époque à prix d’or. Ce tilleul existe toujours et mon frère qui a hérité de la maison, a juré de respecter le vœux de mes grands parents de ne jamais l’abattre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.