Visite chez une productrice de fleurs parfumées

Par défaut

Champs de jasmins au Domaine de Manon. Photo: jardinierparesseux.com

Saviez-vous qu’il faut près de 1 000 fleurs de jasmin et 12 roses pour produire un seul flacon de 30 ml de parfum Chanel n°5? Et que la plupart des fleurs utilisées sont récoltées à Grasse, dans le sud de la France, réputée depuis le 17e siècle comme la capitale mondiale du parfum?

Grasse se trouve dans le sud de la France, en Provence. Ill.: Wikimedia Commons

Il y a quelques années, j’ai eu le plaisir de faire une tournée horticole en Provence et l’une de nos destinations était Le Domaine de Manon à Placassier, dans la ville de Grasse.

Pancarte à la porte d’entrée du Domaine. Photo: jardinierparesseux.com

Ce fut une visite fascinante, mais pas exactement comme je l’imaginais. Je pensais voir un champ de fleurs sans fin, comme les champs de lavande que j’avais déjà vus dans d’autres régions de la Provence en juillet. Mais le Domaine de Manon n’est pas si vaste que cela: seulement 3 ha. D’ailleurs, les autres exploitations floricoles à Grasse sont aussi de petites entreprises familiales, éparpillées çà et là à travers la région. Il n’y a pas de «champs de fleurs à perte de vue.»

Aussi, pour voir à Grasse un champ «en pleine floraison», comme un tapis de fleurs, il aurait fallu visiter en mai, quand les rosiers sont en fleurs… et d’ailleurs vers le début de leur floraison, car, après tout, on ne laisse pas les champs fleuris pendant des semaines pour le simple plaisir des touristes. Ces fleurs sont récoltées le plus rapidement possible, habituellement la journée même de leur éclosion. Donc, la plupart du temps, si un champ de fleurs à parfum est géré convenablement, il ne sera que tacheté des fleurs du jour, pas couvert de fleurs.

De plus, notre visite a eu lieu la première semaine d’octobre, ce qui n’est pas la saison de floraison des rosiers (bien que nous ayons trouvé une seule rose retardataire en fleur), mais plutôt la saison des jasmins, et d’ailleurs, vers la fin de leur saison. Et les fleurs de jasmin sont petites et moins voyantes que les roses, portées moins densément aussi. Ainsi, l’effet est plutôt de longues rangées d’arbustes légèrement parsemés de fleurs… mais néanmoins très parfumés. 

Et oui, nous pouvions sentir le parfum enivrant du jasmin avant même de pénétrer sur le terrain, mais c’était une fragrance tout en douceur. Pour profiter d’un parfum maximal, il aurait fallu arriver avec les cueilleuses, qui œuvrent dès l’aube, car c’est au début de la journée que le jasmin est le plus parfumé. Les fleurs s’ouvrent la nuit et leur parfum s’estompe à mesure que le soleil s’intensifie.

Une visite

Les cueilleuses commencent leur journée très tôt! Photo: jardinierparesseux.com

On avait rendez-vous à 9 h. Nous étions un peu en avance, mais on nous a fait entrer sur le terrain en attendant. Une dizaine de femmes étaient dans les champs, penchées pour remplir leurs paniers de petites fleurs blanches. 

Carole Biancalana devant ses champs de jasmin. Photo: lesvisagesdelemploi.pepaca.fr

Nous avons été accueillis par la gérante du site, Carole Biancalana, qui nous a raconté l’histoire du parfum et de la ferme familiale, fondée par ses grands-parents dans les années 1930. Elle nous a ensuite emmenés dans les champs en nous donnant chacun un panier. Oui, elle nous a mis au travail pour récolter des fleurs de jasmin! Cela se fait à la main; les fleurs sont faciles à détacher avec les doigts, mais parfois un peu cachées. Il faut de bons yeux… et un dos solide! 

Panier de fleurs de jasmin. Photo: jardinierparesseux.com

Après environ 10 minutes, Mme Biancalana nous a fait venir pour comparer les résultats. Le fond de certains paniers était bien couvert de fleurs. Le mien, beaucoup moins. Paraît-il que je ne ferais pas un bon cueilleur! Mais j’avais une excuse: je prenais aussi des photos! 

Les fleurs ne se conservent pas longtemps après la récolte. Déjà, à midi, elles seront envoyées dans une usine à proximité où elles seront transformées en «absolu», ce parfum concentré utilisé en parfumerie.

Par la suite, Mme Biancalana a dirigé le groupe vers la cour devant la maison de ferme (maintenant une boutique) et ses dépendances où nous avons pu déguster une boisson à base de pétales de rose. C’était aussi l’occasion pour acheter des souvenirs, comme des gelées à base de rose et de jasmin, des bougies parfumées, des cartes avec des fleurs pressées, diverses œuvres d’artisanat et bien plus encore.

Grâce à un accord exclusif, toutes les fleurs produites au Domaine de Manon vont à Dior. Le Domaine produit trois variétés. La rose cent-feuilles (Rosa × centifolia), appelée localement rose de mai, le jasmin à grandes fleurs (Jasminum grandiflorum) et la tubéreuse (Polianthes tuberosa), que Dior utilise dans la fabrication divers parfums.

Rose cent-feuilles (Rosa × centifolia). Photo: R.P. Braun, Wikimedia Commons

Le rosier cent-feuilles est un rosier arbustif portant des fleurs roses très doubles et très parfumées, en fleurs en mai et au début de juin. Ses feuilles, comme le nom cent-feuilles sous-entend, sont fortement découpées. Tous les hivers, en février, on le rabat afin de stimuler la production de multitudes de branches fleuries en mai.

Jasmin à grandes fleurs (Jasminum grandiflorum). Photo: Poniol60, Wikimedia Commons

Le jasmin à grandes fleurs, aussi appelé jasmin espagnol même s’il est plutôt originaire d’Arabie, d’Asie du Sud et d’Afrique du Nord-Est, est un arbuste grimpant ici gardé taillé afin qu’il conserver un port de buisson. Les petites fleurs blanches, rosâtres en dessous, sont en forme d’étoile et jaillissent de bourgeons rouges portés en bouquets très lâches aux extrémités des tiges.

Fleurs de tubéreuse (Polianthes tuberosa). Photo: Sengai Podhuvan, Wikimedia Commons

Quant à la tubéreuse, il n’y avait pas grand-chose à voir lors de notre visite, car c’est un bulbe qui entre en dormance à l’automne. En octobre, il ne restait plus que quelques feuilles jaunissantes dans des rangs autrement vides.

Suite de la visite

Parfumerie Fragonard à Grasse. Photo: jardinierparesseux.com

Plus tard dans la journée, nous avons visité la parfumerie Fragonard à Grasse et son musée du parfum pour apprendre comment les fleurs sont transformées en parfum. On nous a même fait essayer de nommer plusieurs essences à partir de papiers parfumés. Il paraît que je ne suis pas plus «nez», comme on appelle les maîtres parfumeurs, que cueilleur! Et, bien sûr, à la fin de la visite, on pouvait faire l’achat de parfums, d’eaux de toilette et de savons (ma femme préfère «Soleil») dans la vaste boutique. Mais c’est l’expérience du Domaine de Manon que j’ai aimé le plus.

Si vous voulez faire une visite

Il y a des visites du Domaine de Manon les mardis à 9 h du début mai au début juin (saison des roses cent-fleurs) et en août, septembre et octobre (saison des jasmins). Les groupes doivent prendre rendez-vous. Pour plus d’informations, visitez le site du Domaine de Manon ou écrivez à cette adresse électronique: domainedemanon@yahoo.fr.

2 réflexions sur “Visite chez une productrice de fleurs parfumées

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.