Les pompiers australiens sauvent un arbre de l’extinction

Par défaut

Pompier examinant un pin de Wollemi. Photo: Sydney Morning Herald

Les horribles feux de brousse qui traversent l’Australie depuis la fin de 2019 sont passés près d’anéantir le dernier peuplement d’un arbre emblématique: le pin de Wollemi (Wollemia nobilis). Cependant, les responsables gouvernementaux australiens ont annoncé le 15 janvier 2020 qu’il avait été sauvé in extremis par une équipe de pompiers forestiers lors d’une mission ultra-secrète.

Il reste moins de 200 arbres de cette espèce, qui est en danger d’extinction à l’état sauvage, et ils se situent tous dans une seule gorge étroite dans une section isolée du Parc national Wollemi, en Nouvelle-Galles du Sud, en Australie, à quelque 150 km au nord-ouest de Sydney.

L’arbre est protégé par le gouvernement australien depuis peu de temps après sa découverte en 1994 par une équipe dirigée par David Noble (le nom botanique Wollemia nobilis rend hommage au parc où il se trouve et à son découvreur). Considéré comme un fossile vivant, le wollemia remonte à environ 200 millions d’années quand des espèces similaires étaient abondantes dans toute l’Australie, la Nouvelle-Zélande et l’Antarctique. Le genre a cependant décliné au cours des 40 derniers millions d’années jusqu’à ce qu’il ne reste que cette dernière espèce dans ce dernier peuplement.

Pin de Wollemi (Wollemi nobilis). Photo: gardenbreizh.org

Le pin de Wollemi n’est pas un vrai pin (Pinus spp., de la famille des Pinacées), mais appartient à une autre famille de conifères: les Araucariacées. Il est donc plus étroitement apparenté à la plante d’intérieur populaire que nous connaissons sous le nom de sapin de Norfolk (Araucaria heterophylla) qu’à un pin. Avec ses longues aiguilles plates disposées en deux à quatre rangées, il ne ressemble vraiment à aucune plante qu’on connaît. C’est un arbre à troncs multiples, atteignant de 25 à 40 m de hauteur, qui se ramifie abondamment à partir de bourgeons dormants sur son tronc très rugueux et noueux.

Sauver une espèce relique

Le mégafeu de Gospers Mountain a détruit 5 120 ha de forêt, ce qui en fait l’incendie le plus dévastateur de l’histoire en Australie. Photo: news.com.au

Pour protéger l’arbre à l’état sauvage, son emplacement a été gardé secret et seule une poignée de personnes ont été autorisées à visiter le site, toujours en portant des vêtements de protection afin de ne pas introduire accidentellement des insectes ou des microbes nuisibles. (Ceci, après un incident en 2005 quand un agent pathogène, Phytopthora cinnamomi, apparemment apporté sur les souliers de visiteurs non autorisés, a causé des dommages à la population indigène.) Cependant, lorsque les responsables gouvernementaux ont réalisé que le mégafeu de Gospers Mountain se dirigeait tout droit vers la gorge juste après Noël en 2019, ils sont tout de suite entrés en action.

Sauvegarde du pin de Wollemi. Vidéo: Associated Press

Des avions ont appliqué un produit ignifuge à la forêt environnante. Puis, des hélicoptères ont déposé des pompiers forestiers dans la gorge où ils ont installé un système d’irrigation pour augmenter la teneur en humidité du sol. Tous les participants ont dû jurer le secret absolu quant à l’emplacement exact. Ensuite, l’équipe a dû quitter les lieux pour sa propre sécurité.

Pendant quatre jours, il y a eu tellement de fumée que personne ne savait si les arbres avaient survécu. Cependant, lorsque la fumée s’est enfin dissipée, il était clair que le peuplement était en assez bon état, même si la plupart des 5 000 autres km2 du parc national de Wollemi n’étaient plus que cendres et troncs brûlés. Deux arbres sont apparemment morts, certains ont subi des blessures mineures, mais la plupart sont parfaitement intacts.

Maintenant cultivé dans le monde entier

Même si le feu avait détruit le dernier bosquet de pins de Wollemi, cela n’aurait pas été la fin de l’arbre, car des arbres de rechange sont maintenant disponibles. 

Des jeunes spécimens du pin de Wollemi. Photo: John Dalton, Wikimedia Commons

En effet, même s’il est rare à l’état sauvage, le pin de Wollemi semble assez facile à cultiver, que ce soit à partir de boutures ou de semences. Ainsi, des plants ont été partagés avec des jardins botaniques du monde entier. D’ailleurs, certaines pépinières offrent maintenant des semences ou des jeunes spécimens aux jardiniers amateurs, bien que l’arbre soit encore très rare et coûte assez cher. 

Le pin de Wollemi réussit bien au plein soleil ou, de préférence, à l’ombre partielle dans un sol humide et acide. Il préfère un climat tempéré doux à tropical (zones de rusticité 9 à 11) et ne tolère que des gels très légers. Dans les régions froides, il peut être cultivé en serre.

Le paysage du Parc nationale Wollemi n’est plus le même. Photo: Sky News

Le parc national de Wollemi fait maintenant face à des décennies de lente récupération. Des millions d’arbres et des millions d’animaux sont morts dans l’incendie. Les forêts australiennes sont généralement adaptées au feu, qui fait partie de leur cycle naturel dans la plupart des régions, mais la profonde et durable sécheresse qui frappe actuellement l’Australie, c’est du jamais vu. Elle serait causée par le changement climatique planétaire et menacerait la capacité de récupération des forêts brûlées. Espérons que l’Australie pourra compter sur quelques années de bonnes pluies pour laisser mère Nature faire son travail et permettre à la forêt de revivre!

Avis aux jardiniers: prenez cet incident comme une preuve que le changement climatique est réel et que nous devons tous changer nos habitudes si nous voulons laisser une planète viable à nos petits-enfants.

8 réflexions sur “Les pompiers australiens sauvent un arbre de l’extinction

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.