Le National Garden Bureau fête ses 100 ans

Par défaut

Sans blague: le National Garden Bureau (NGB) fête ses 100 ans en 2020. Je n’en avais aucune idée. Pourtant, j’utilise les informations du NGB depuis plus de 35 ans, donc, logiquement, il devait bien être plus ancien que cela, non?

Sans doute que le nom National Garden Bureau ne vous dit rien. D’abord, c’est une association américaine et tout est en anglais. Mais deuxièmement, l’association s’est surtout dévouée à fournir de l’information aux journalistes horticoles, comme moi. Donc, habituellement, quand vous recevez de l’information du NGB, c’est indirectement, dans un livre ou un article lu dans le journal ou sur Internet.

J’ai découvert le NGB lorsque j’ai joint la Gardener Writers Association (maintenant GardenComm), une association internationale de journalistes horticoles, en 1984. Lors de mon premier congrès, le NGB était présent, avec un kiosque et des informations. Leur but était d’aider les journalistes horticoles — ces personnes qui écrivent les articles de journal, de magazine et de site Web ainsi que les livres de jardinage, ou qui parlent d’horticulture à la radio, à la télé et en conférence, etc. — à trouver des photos, des idées et des informations générales sur le jardinage à utiliser dans leurs publications. Si j’avais une question, je pouvais la poser au NGB et, grâce à leurs contacts auprès d’un vaste nombre de spécialistes, on me trouvait toujours une réponse. 

Par exemple, je publie des articles basés sur leur programme «Année de» (l’Année du maïs, par exemple), lancé il y a 40 ans, depuis 1985, d’abord dans le journal Le Soleil de Québec et maintenant dans le blogue Jardinier paresseux.

Et le grand public jardinier peut aussi utiliser ses ressources, du moins ceux qui comprennent l’anglais! Visitez leur page New Plants pour en savoir plus sur les dernières introductions horticoles, par exemple. Il y a aussi un blogue, une Foire aux questions et beaucoup plus encore. Prenez l’habitude de visiter le site Web du National Garden Bureau: il y a tellement de choses à découvrir!

Voici une rapide histoire du NGB.

Histoire d’une institution

Le National Garden Bureau (NGB) a été conçu par l’Américain James Burdett en 1920, à la fin de la Première Guerre mondiale. En raison de son expérience unique en tant qu’ancien journaliste et directeur de la publicité d’une société semencière, il appréciait le rôle des médias dans l’éducation du public. Il fut le pionnier de l’idée d’encourager les journalistes, les auteurs et autres diffuseurs d’information à partager leur passion pour l’horticulture avec les jardiniers amateurs en utilisant une information vérifiée et fiable, pas seulement des qu’en dit-on.

Le NGB a vraiment atteint sa maturité pendant la Seconde Guerre mondiale lorsque le gouvernement américain a voulu encourager les citoyens à cultiver des Victory Gardens (jardins de la victoire ou potagers pour la défense). Au moyen d’affiches faisant la promotion de «Beauté et abondance dans votre jardin» et d’autres supports publicitaires, le NGB a encouragé le public à installer un potager à la maison pour réduire la pression provoquée par l’effort de guerre sur l’approvisionnement alimentaire public. 

Dans l’après-guerre, l’accent fut mis sur l’embellissement de la communauté et le Bureau a répondu à cette demande avec un film, des brochures, des programmes et des fiches d’information pour aider les journalistes horticoles à faire avancer cette cause auprès du public. Son incorporation en tant qu’organisme sans but lucratif a rapidement suivi cette initiative.

En 2020, une grande partie de ce que M. Burdett a mis en place il y a 100 ans demeure.

Aujourd’hui, le National Garden Bureau continue de travailler avec des journalistes, auteurs et blogueurs horticoles. De nos jours, la promotion du jardinage a principalement lieu dans le domaine numérique et les médias sociaux, mais également lors d’événements tels que les salons professionnels et les salons horticoles grand public. Éduquer et inspirer les jardiniers amateurs à s’impliquer dans tous les types de jardinage reste une priorité absolue pour le NGB. Les membres du NGB comprennent des semenciers, des pépiniéristes et des auteurs de livres horticoles et le nombre de membres continue d’augmenter.

Recherchez plus d’informations sur cette association sur le site Web du National Garden Bureau ainsi que sur les réseaux sociaux, notamment FacebookInstagramTwitter, et Pinterest.

Longue vie au National Garden Bureau!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.