Le piléa échangiste

Par défaut

Photo: Pilea Place

La première fois que j’ai entendu parler de cette plante d’intérieur aux feuilles rondes inhabituelles était dans les années 1980. J’étais à l’époque rédacteur en chef de la petite revue de plantes d’intérieur À Fleur de Pot et une femme de Vancouver m’avait envoyé une lettre contenant un morceau de plante à l’intérieur. «Qu’est-ce que c’est? voulait-elle savoir. Une amie m’a donné une bouture, mais je ne trouve rien à son sujet!»

J’ai immédiatement pensé qu’il s’agissait d’un pépéromia (Peperomia spp.), car plusieurs espèces ont des feuilles rondes similaires, et je me suis mis à fouiller dans mes livres et magazines de plantes à sa recherche. (Il n’y avait pas d’Internet à l’époque, alors, à quel autre endroit pouvais-je chercher des informations sur les plantes?) Mais pas de chance! J’étais sur le point d’abandonner lorsque la dernière édition de la revue Kew Magazine est arrivée dans ma boîte aux lettres… et il y avait un article sur cette plante! Quelle heureuse coïncidence!

L’identité de la plante mystère est maintenant connue: c’est un Pilea peperomioides. Photo: mickeysplants.com

Il s’avère que ce n’était pas un pépéromia, de la famille des poivriers (Pipéracées), mais plutôt un piléa, Pilea peperomioides, de la famille des orties (Urticacées). (Malgré cette affiliation, notre plante ne pique pas!)

Il faut croire que le botaniste allemand Ludwig Diels, qui a identifié officiellement en 1912 les spécimens collectés en Chine par le botaniste et explorateur écossais George Forrest en 1906 et 1910, pensait lui aussi que cette plante faisait beaucoup penser à un pépéromia, car le nom qu’il a choisi, Pilea peperomioides, veut dire piléa qui ressemble à un pépéromia.

Évidemment, j’ai rempoté le petit bout de plante récupéré de l’enveloppe, à peine flétri de son voyage à travers le système postal… et je cultive P. peperomioides depuis ce temps. Oui, cela fait plus de 30 ans!

Histoire d’une plante voyageuse

L’histoire derrière P. peperomioides est en fait assez étonnante.

Lieu d’origine du Pilea peperomioides. Photo: florawww.eeb.uconn.edu

Après sa découverte initiale dans les montagnes Cang du Yunnan, en Chine, la plante est restée lettre morte, du moins, du point de vue des Occidentaux. Puis, en 1945, le missionnaire norvégien Agnar Espegren l’a retrouvée dans un marché public de la province du Yunnan. Peu de temps après, il a été contraint de fuir la Chine avec sa famille, mais ils ont apporté des boutures de la plante. Après un bref séjour à Calcutta, ils sont retournés en Norvège, apportant aussi P. peperomioides.

Espegren a commencé à faire le tour de la Norvège, donnant des conférences sur sa vie de missionnaire… et aussi à partager des boutures de la plante sans nom avec les gens qu’il rencontrait. Dès les années 1960, la plante avait déjà été distribuée parmi les amateurs de plantes d’intérieur à travers la Scandinavie, l’Allemagne et la France. Elle a apparemment atteint la Grande-Bretagne via une au pair norvégienne dans les années 1970, puis l’Amérique du Nord et l’Australie dans les années 1980. Notez bien que, pendant tout ce temps, cette plante est passée complètement sous le radar des pépiniéristes. Ce n’était pas une plante qu’on trouvait dans les magasins, mais strictement une plante échangiste, partagée avec des voisins et des amis.

C’est seulement depuis quelques années que les pépinières commerciales ont découvert cette plante. Ainsi, on trouve maintenant P. peperomioides dans la plupart des jardineries. Mais il est beaucoup plus sympathique d’obtenir cette plante sous forme de division ou de bouture offerte par une connaissance, vous ne trouvez pas?

Comment l’appeler?

Quel nom commun choisir pour P. peperomioides? Photo: http://www.adamrobinsondesign.com.

J’ai entendu plusieurs noms pour cette plante: plante du missionnaire, plante de l’amitié, plante à monnaie chinoise et piléa à feuilles de pépéromia, mais je préfère le dernier. Il est plus près de son nom botanique et, de plus, le décrit si bien.

Le nom «plante à monnaie chinoise» vient du fait qu’il est très populaire dans certaines parties de la Chine où, selon le feng shui, ses feuilles en forme de pièce de monnaie sont nécessairement un signe qu’il apporte richesse et prospérité. Mais je n’y crois pas. Après plus de 30 ans de culture de cette plante, je suis encore très loin d’avoir fait fortune.

Donc, pour moi, son nom de tous les jours est piléa à feuilles de pépéromia et c’est ainsi que je l’appellerai dans cet article.

Une description

Les feuilles rondes sont très intrigantes. Photo: Camilla 191, garden.org

C’est vraiment une plante d’apparence très curieuse à cause de ses feuilles. Elles sont lisses, vert foncé, rondes et peltées (en forme de bouclier), c’est-à-dire que le pétiole est fixé à l’arrière de la feuille, près du milieu, plutôt qu’à son bord comme la plupart des feuilles. Elles peuvent mesurer jusqu’à 15 cm de diamètre, bien que généralement beaucoup moins, avec un pétiole de longueur variable.

Si votre piléa à feuilles de pépéromia a besoin de tuteurage, la meilleure chose à faire est simplement de lui couper la tête, ce qui le forcera à se ramifier, donnant une plante plus fournie et attrayante. Vous pouvez toujours, bien sûr, bouturer la partie supprimée. Photo: sugru.com.

La plante elle-même est de taille plutôt modeste, rarement plus de 60 cm de haut et 30 cm de large, avec une tige brune verticale, parfois ligneuse à la base. Au fil du temps, la plante produit une foule de rejets dans le terreau, à une certaine distance de la plante mère.

Les fleurs produisent des bouffées de pollen quand on arrose la plante. Photo: Groovy Plants Ranch

Le piléa à feuilles de pépéromia fleurit rarement à l’intérieur à moins de profiter d’une luminosité très intense et d’un hiver plutôt froid (vers 15 °C). Malgré cela, les minuscules fleurs blanches à rosâtres portées sur une cyme étalée ne sont pas très remarquables. Comme celles des autres piléas, toutefois, elles dégagent des bouffées de pollen lorsque vous arrosez la plante (voir Une plante explosive!).

Enfin, cette plante n’est pas toxique et vous pouvez donc la cultiver sans crainte en présence d’enfants et d’animaux domestiques.

Son entretien

Le piléa à feuilles de pépéromia est une plante d’intérieur à entretien assez classique. Donc, si vous réussissez déjà bien avec d’autres plantes d’intérieur, traitez-le de la même façon et vous aurez sans doute autant de succès. 

En quelques mots, ce qu’il veut est un éclairage intense à modéré (donc, avec au moins un peu de soleil direct), un arrosage en profondeur lorsque son terreau est sec au toucher, une humidité atmosphérique «normale» et des températures intérieures moyennes (toujours supérieures à 10 °C), etc.

Malgré la croyance répandue qu’il ne tolère pas le soleil, en fait, il adore le soleil, mais si vous le déplacez d’un emplacement à l’ombre profonde à un où le soleil plombe, donnez-lui un peu de temps pour s’acclimater auparavant.

Donnez à la plante un quart de tour de temps en temps pour que ses feuilles se placent également tout autour de la tige plutôt que de se diriger uniquement vers la source de lumière.

Rempotez tous les deux ans environ en utilisant n’importe quel bon terreau pour plantes d’intérieur. Un terreau pour cactus lui conviendra très bien aussi.

Il semble plutôt indifférent à la fertilisation, mais si vous y tenez absolument, il n’y a rien de mal à lui donner une dose réduite d’engrais à l’occasion, du printemps à l’été, mais ne vous attendez pas à voir beaucoup de réactions positives de sa part.

On peut facilement déterrer et empoter les rejets pour obtenir des plantes supplémentaires. Photo: Allison Tani.

Quant à la multiplication, ce piléa produit des rejets autour de la plante mère que vous pouvez facilement déterrer et empoter. Il est également simple de le cultiver à partir de boutures de tige. Insérez-les tout simplement dans un pot de terreau gardé légèrement humide. Vous pouvez même faire les boutures dans l’eau, bien que le taux de réussite soit plus faible. (Astuce: rempotez les boutures faites dans l’eau sans trop tarder, dès que les premières racines apparaissent).


Le piléa à feuilles de pépéromia: si vous avez la chance d’en posséder un, n’hésitez pas à maintenir la tradition de longue date et à partager des boutures et des divisions avec vos amis et les membres de votre famille!

3 réflexions sur “Le piléa échangiste

  1. Viviane Haeberlé

    Moi qui pensait que j’avais un pépéronia! Merci de m’avoir éclairée! Je trouve que le terreau de mon piléa s’assèche très rapidement. J’ai souvent des feuilles qui jaunissent et qui tombent, mais il y a tellement de bébés autour des tiges dans le pot que ça ne fait pas trop mal au coeur de couper une tige dénudée pour repartir en neuf avec une bouture et des bébés. Et maintenant que je connais son histoire, je vais en donner à mes amis! Merci!

  2. F. Dupuis

    Qd j’ai acheté mon piléa il y a 2 ans, j’ai transplanté avec succès les 2 bébés, mais depuis aucun des 3 ne produit de rejetons. Peut-on forcer la multiplication?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.